Rapports sur la santé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.








Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Mars 2013

Risque nutritionnel chez les Canadiens âgés

par Pamela L. Ramage-Morin et Didier Garriguet

Par risque nutritionnel, on entend le risque d’un mauvais état nutritionnel, état qui, sur le continuum de la santé nutritionnelle, se situe entre la « bonne santé » et la malnutrition. Les personnes du troisième âge sont particulièrement vulnérables au risque nutritionnel. Cela s’explique par un certain nombre de facteurs, dont les changements physiologiques liés au vieillissement, comme la perte d’appétit et l’altération des sens – notamment ceux du goût et de l’odorat –, les maladies et les médicaments qui gênent l’ingestion, l’absorption et le métabolisme des aliments, et une mobilité réduite, qui peut rendre plus difficile l’achat de nourriture et la préparation des repas. Certaines circonstances sociales et économiques pourraient également constituer des déterminants du risque nutritionnel, par exemple les contraintes financières, le fait de manger seul et l’absence d’aide pour faire les courses et pour cuisiner. Sur le plan psychologique, on associe la dépression, le chagrin et la solitude au risque nutritionnel chez les personnes âgées. On y associe en outre certains aspects de l’environnement physique, comme l’emplacement des magasins d’alimentation, l’accès (y compris économique) aux transports en commun et l’isolement géographique.


Trajectoires de la détresse psychologique au Canada chez les adultes ayant été exposés à une dépendance parentale dans leur enfance

par Kellie A. Langlois et Rochelle Garner

Les expériences de l’enfance peuvent avoir une incidence sur la santé mentale jusqu’à l’âge adulte. La recherche a montré que les violences physiques et sexuelles et la négligence subies au cours de l’enfance ont des effets négatifs à long terme sur la santé, y compris la dépression, l’anxiété ou la colère. Dans une étude des expériences nuisibles de l’enfance, la toxicomanie chez un membre du ménage s’est avérée la plus répandue.