Août 2023

Pleins feux sur les données et la recherche

Professionnels de la santé formés à l’étranger au Canada : renseignements sociodémographiques et répartition professionnelle

Les pénuries de main-d’œuvre dans les professions des soins de santé représentent un enjeu pressant dans tous les secteurs de compétence du Canada, et le problème s’est exacerbé durant la pandémie de COVID-19. Cet article fournit de nouveaux renseignements sur la répartition des PSFE dans les provinces et les territoires et s’intéresse à leurs caractéristiques sociodémographiques ainsi qu’à leurs groupes professionnels selon les principaux domaines d'études.

Les résultats montrent que les PSFE forment un groupe très diversifié en ce qui a trait au domaine d’études, à la région où les études ont été faites, au plus haut niveau de scolarité, à la période d’arrivée au Canada et à la maîtrise des langues officielles. Environ 58 % des PSFE en emploi au Canada travaillaient dans le domaine de la santé en 2021, et la part de PSFE exerçant des professions dans ce domaine était plus élevée chez ceux ayant fait des études en soins infirmiers (69 %) ou qui étaient formés pour devenir médecins (67 %) que dans d’autres domaines de la santé. Dans l’ensemble des principaux domaines d’études, 63 % des PSFE ayant fait leurs études en pharmacie et 60 % des PSFE ayant fait leurs études en dentisterie occupaient un emploi dans le domaine de la santé.

Article complet Version PDF

Articles de recherche

Qu’est-ce qui est compris dans le loyer au Canada?

L’abordabilité des logements locatifs est un sujet de préoccupation majeure au Canada. Toutefois, il peut être difficile de comparer les coûts des loyers entre les différents types de logements et les différentes régions. Cette étude tient compte des inclusions dans le loyer (c.-à-d. les éléments comme les services publics, le stationnement ou la climatisation) pour étudier leur incidence potentielle sur les coûts des loyers. Pour les personnes qui paient un loyer, les inclusions courantes comprennent les services d’approvisionnement en eau et d’autres services municipaux (71 %), les appareils ménagers (23 % au Québec, mais 70 % ou plus dans les autres provinces), le stationnement (53 %), l’électricité (31 %), et l’huile, le gaz et autres combustibles (26 %).

Les inclusions dans le loyer constituent une source précieuse d’information pour la comparabilité des coûts des loyers au Canada. Par exemple, on estime que l’inclusion de la climatisation et des appareils ménagers est à l’origine d’environ 8 % et 7 %, respectivement, de l’écart des coûts de location entre l’Ontario et le Québec, alors que l’inclusion des appareils ménagers est à l’origine de 11 % de l’écart entre la Colombie-Britannique et le Québec.

Article complet Version PDF

La pauvreté chez les groupes racisés, d’une génération à l’autre

Cet article montre que la plupart des groupes racisés avaient des taux de pauvreté plus élevés en 2020 que les personnes blanches. Les différences dans les taux de pauvreté entre les personnes racisées et les personnes blanches étaient les plus importantes chez les Canadiens de première génération et celles-ci ont généralement diminué chez les Canadiens de deuxième et de troisième générations. Cependant, les taux de pauvreté étaient systématiquement plus élevés chez certains groupes racisés (Noir, Latino-Américain, Arabe, Asiatique du Sud-Est, Asiatique occidental et Coréen) que pour les personnes blanches de la première à la troisième génération ou aux générations subséquentes. L’écart dans le taux de pauvreté entre les groupes racisés et les personnes blanches est en partie attribuable aux différences dans les caractéristiques sociodémographiques.

Chez les Canadiens de première génération, le taux de pauvreté allait d’un minimum de 3,9 % chez les Philippins à un maximum de 15,4 % chez les Arabes, contre 7,0 % chez les personnes blanches. À l’exception des Philippins, les Canadiens de première génération issus de tous les autres groupes racisés affichaient des taux de pauvreté plus élevés que ceux des personnes blanches.

Article complet Version PDF

Évolution démographique des groupes racisés au Canada

Cet article fournit de nouvelles données sur la croissance des groupes racisés et les changements dans la structure de leur ménage. Entre 2001 et 2021, le nombre de personnes racisées au Canada est passé de 3,85 millions à 8,87 millions. La plupart des personnes racisées sont des immigrants, mais un nombre croissant d’entre elles sont nées au Canada. Peu de personnes racisées sont installées au Canada depuis plus de deux générations.

L’augmentation a été la plus importante chez les groupes Arabe, Asiatique occidental et Philippin, qui ont augmenté respectivement de 254 %, 214 % et 207 %. Les taux de croissance des groupes Japonais, Chinois, Asiatique du Sud-Est, Coréen et Noir variaient de 42 % à 154 %. Par comparaison, il y a eu une augmentation de 1 % dans le groupe des personnes blanches.

En 2021, de nombreux Canadiens de deuxième génération issus de groupes racisés étaient des enfants ou des adolescents et vivaient avec leurs parents immigrants et souvent avec leurs grands-parents également. La fréquence élevée de ces types de structures de ménages donne à penser que les taux de pauvreté des Canadiens de deuxième génération issus de groupes racisés sont liés aux résultats économiques de leurs parents immigrants.

Article complet Version PDF

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :