Octobre 2022

Aperçus

Développements récents de l’économie canadienne : automne 2022

Cet article présente un résumé intégré des changements récents survenus dans la production, les prix à la consommation, l’emploi et les finances des ménages. Il se concentre sur les changements dans les données économiques au cours de la première moitié de 2022 et des mois d’été. L'article met en évidence le ralentissement de l'activité économique au cours des derniers mois, ainsi que des facteurs qui continuent d'obscurcir les perspectives alors que les entreprises et les ménages s'adaptent à des coûts d'emprunt plus élevés. Le rapport met également en évidence les récents changements dans le rythme de l'inflation des prix à la consommation et la baisse record de la richesse des ménages au deuxième trimestre.

Article complet Version PDF

Rémunération réelle et productivité au cours de la pandémie de COVID-19

La rémunération réelle et la productivité du travail ont en général été étroitement liées au Canada. Cependant, cet article a révélé que, de 2019 à 2022, la rémunération réelle a baissé de 7,1 %, tandis que la productivité du travail n’a diminué que de 0,3 %. Cet écart, qui s’est creusé au cours de la pandémie, n’est pas sans précédent, mais il reste proche de ses limites historiques.

L’article permet également de constater que le prix des biens et services produits par les travailleurs a augmenté de manière plus prononcée que le prix des biens et services qu’ils consomment. En conséquence, l’écart croissant entre les salaires réels et la productivité a peut-être été moins ressenti par les travailleurs. En revanche, cela continue d’évoluer en fonction de l’inflation.

Article complet Version PDF

Article de recherche

Améliorer la mesure de la contribution des femmes à l’économie : estimation du produit intérieur brut selon le sexe

L’écart entre les contributions des femmes et celles des hommes au produit intérieur brut (PIB) a rétréci de 2008 à 2018. Cette étude a révélé que la contribution des femmes a augmenté pour passer de 25,7 % à 28,5 %, tandis que celle des hommes a progressé pour passer de 48,7 % à 49,2 % (le pourcentage du PIB non attribué a diminué).

La part de la contribution des hommes au PIB est la plus élevée dans le secteur de l’extraction des ressources, tandis que celle des femmes est la plus élevée dans les industries du secteur public (santé, éducation, administrations publiques).

Article complet Version PDF

Date de modification :