Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Statistiques annuelles sur l'aviation civile, 2021

Diffusion : 2023-01-20

Faits saillants

Les effets de la deuxième année de la pandémie de COVID-19 ont continué de se faire sentir dans l'industrie du transport aérien. En 2021, les transporteurs aériens canadiens ont transporté 26,0 millions de passagers, en baisse de 7,3 % par rapport à 2020. Cela représente un peu plus du quart (27,6 %) des 94,1 millions de passagers transportés en 2019, avant la pandémie.

Les recettes d'exploitation des transporteurs aériens canadiens en 2021 se sont chiffrées à 12,5 milliards de dollars, soit moins de la moitié (42,2 %) de ce qui a été déclaré en 2019. La baisse marquée des recettes de passagers a été en partie compensée par une augmentation des recettes de marchandises, en hausse de 68,3 % par rapport à 2019 pour se chiffrer à 2,9 milliards de dollars. Toutefois, le bénéfice net d'exploitation a diminué de 5,0 milliards de dollars par rapport à 2019.

Le 11 mars 2020, la COVID-19 a été déclarée une pandémie par l'Organisation mondiale de la Santé. Au cours des mois qui ont suivi, les voyages aériens canadiens sont demeurés bien en deçà des niveaux historiques. À moins d'indication contraire, les comparaisons sont effectuées avec 2019 (également appelé « niveaux prépandémie »), lorsque les niveaux d'activité des compagnies aériennes correspondaient aux tendances historiques.

Les profits restent difficiles à réaliser

En 2021, les profits étaient inexistants dans l'industrie du transport aérien. Bien que le bénéfice net d'exploitation ait augmenté de 50,5 millions de dollars par rapport à 2020, il est demeuré inférieur de 5,0 milliards de dollars au niveau observé en 2019, avant la pandémie. Les recettes d'exploitation totales générées par les transporteurs aériens canadiens des niveaux I à III étaient inférieures de 57,8 % à celles générées en 2019, s'établissant à 12,5 milliards de dollars en 2021.

Avec un nombre réduit de passagers, les compagnies aériennes ont continué à s'appuyer sur le transport de marchandises pour soutenir leurs recettes. En 2021, les recettes de marchandises ont augmenté de 68,3 % par rapport à 2019 pour atteindre 2,9 milliards de dollars, et les recettes de marchandises générées par les services d'affrètement étaient environ six fois supérieures au niveau observé en 2019. À l'inverse, les recettes de passagers ont diminué de 68,5 % pour s'établir à 8,1 milliards de dollars, la demande de voyages continuant d'être affaiblie par les restrictions de voyage liées à la COVID-19.

En 2021, les recettes de passagers ont représenté 65,1 cents de chaque dollar de recettes d'exploitation, en baisse par rapport à 87,3 cents en 2019. Les recettes de marchandises, quant à elles, ont représenté 23,2 cents, en hausse par rapport à 5,8 cents en 2019.

Graphique 1  Graphique 1: Recettes d'exploitation annuelle par source, transporteurs aériens canadiens
Recettes d'exploitation annuelle par source, transporteurs aériens canadiens

Les dépenses d'exploitation dépassent à nouveau les recettes d'exploitation

En 2021, le niveau des dépenses d'exploitation (en baisse de 44,0 % par rapport à 2019) était pratiquement le même qu'en 2020 (en baisse de 45,0 % par rapport à 2019). Certaines compagnies aériennes ont repris leurs activités et rétabli certains itinéraires au cours du deuxième semestre de 2021 en raison de l'augmentation des taux de vaccination et de l'assouplissement progressif des restrictions de voyage.

Comparativement à 2019, les dépenses liées à l'exploitation des aéronefs étaient inférieures de 49,3 % en 2021, suivies de toutes les autres dépenses d'exploitation – comme la location de bâtiments et les achats en matière de communications – (-49,0 %) et des frais d'entretien de l'équipement de vol (-29,6 %). En 2021, pour la deuxième année consécutive, les dépenses d'exploitation (15,3 milliards de dollars) ont dépassé les recettes d'exploitation (12,5 milliards de dollars).

Par conséquent, le ratio d'exploitation — les dépenses divisées par les recettes — était de 1,23 en 2021, semblable au ratio de 1,24 observé en 2020, mais beaucoup plus élevé que le ratio de 0,93 enregistré en 2019. Autrement dit, en 2021, l'industrie a engagé 1,23 $ de dépenses d'exploitation pour générer 1,00 $ de recettes d'exploitation.

L'exploitation des aéronefs a représenté plus du tiers (38,4 %) des dépenses d'exploitation, suivie de toutes les autres dépenses d'exploitation (y compris l'administration générale) (31,4 %) et des frais d'entretien de l'équipement de vol (14,4 %).

Graphique 2  Graphique 2: Consommation et dépenses de carburant à turbomoteurs, transporteurs aériens canadiens
Consommation et dépenses de carburant à turbomoteurs, transporteurs aériens canadiens

Les transporteurs aériens canadiens des niveaux I à III ont consommé 3,5 milliards de litres de carburéacteur en 2021, soit à peu près la même quantité qu'en 2020, mais 59,4 % de moins qu'en 2019. Les 2,8 milliards de dollars consacrés aux coûts du carburant ont représenté 18,2 % des dépenses d'exploitation totales; les prix du carburant d'aviation ont augmenté d'une année à l'autre (+48,6 %), comme l'indique l'Indice des prix des produits industriels. Le nombre d'heures de vol s'est élevé à 1,5 million en 2021, semblable au niveau enregistré en 2020.

Le nombre total d'emplois (45 278) dans l'industrie du transport aérien était d'un peu plus d'un tiers (35,6 %) en dessous du niveau observé en 2019. Ce niveau inférieur reflétait les offres de retraite anticipée, les départs volontaires et les mises à pied. Les compagnies aériennes ont versé 3,6 milliards de dollars (en baisse de 29,7 % par rapport à 2019) en salaires et traitements, et certaines d'entre elles ont eu recours à la Subvention salariale d'urgence du Canada. Comme en 2020, un peu moins du quart (23,5 %) des dépenses d'exploitation totales de l'industrie en 2021 étaient des paiements versés aux employés.

En 2021, les recettes d'exploitation par employé étaient inférieures de 34,4 % au niveau de 2019, se chiffrant à 275 191 dollars, et la productivité du travail, mesurée en tonnes-kilomètres (transport de marchandises et transport de passagers) par employé, a diminué pour s'établir à 188 499 tonnes-kilomètres. Il s'agit d'une baisse de 50,1 % par rapport à 2019.

Le total de l'actif des transporteurs aériens canadiens des niveaux I à III s'est chiffré à 41,0 milliards de dollars en 2021, en hausse de 7,5 % par rapport à 2019.

La baisse du nombre de passagers se poursuit

Les transporteurs aériens canadiens ont transporté un total de 26,0 millions de passagers sur leurs vols réguliers et d'affrètement en 2021, dont la plupart ont voyagé au cours de la deuxième moitié de l'année. Ce total équivaut à un peu plus du quart (27,6 %) du nombre record de 94,1 millions de passagers transportés en 2019.

Graphique 3  Graphique 3: Passagers transportés, transporteurs aériens canadiens
Passagers transportés, transporteurs aériens canadiens

À partir de 2019, le nombre de passagers sur les vols réguliers a diminué de 73,7 % pour s'établir à 24,0 millions en 2021, et le nombre de passagers sur les vols d'affrètement a fléchi de 29,5 % pour se situer à 2,0 millions. Cette baisse s'est fait sentir tant à l'échelle nationale (baisse de 62,1 % du nombre de passagers, qui s'est établi à 18,5 millions) qu'à l'échelle internationale (diminution de 83,4 % du nombre de passagers, qui s'est situé à 7,5 millions). Pour ce qui est du trafic international, les niveaux étaient tout aussi faibles tant pour le trafic transfrontalier avec les États-Unis (en baisse de 82,1 %) que pour le trafic d'outre-mer (en baisse de 84,4 %).

Enfin, les transporteurs aériens ont enregistré 52,4 milliards de passagers-kilomètres parcourus sur leurs services réguliers et d'affrètement en 2021, soit 77,5 % de moins qu'en 2019. En moyenne, chaque passager a parcouru 2 014 kilomètres, un chiffre en baisse de 18,7 % par rapport à 2019. En 2021, la distance moyenne d'un vol intérieur était de 1 347 kilomètres, comparativement à 3 651 kilomètres pour un vol international.

Perspectives d'avenir

Les deux premiers mois de 2022 ont été marqués par les restrictions de voyage, les annulations de vols et les réductions des horaires de vols qui ont débuté en décembre 2021 pour combattre le variant Omicron de la COVID-19. Une levée progressive des restrictions de voyage a commencé en mars 2022, dans un contexte d'augmentation des taux de vaccination et de demande croissante de voyages. En réponse, le volume de passagers a commencé à augmenter à la suite du rétablissement des itinéraires et de la reprise des vols. Toutefois, les problèmes de main-d'œuvre dans l'industrie ont entraîné des retards et de la congestion dans les aéroports au début de la saison touristique estivale achalandée, ce qui a forcé les compagnies aériennes à réduire leurs horaires de vols.

Une certaine amélioration a été observée à l'automne 2022, avec l'embauche de personnel supplémentaire et la levée de toutes les restrictions de voyage et des exigences restantes en lien avec la COVID-19 (preuve de vaccination, tests avant le départ ou à l'arrivée, soumission via l'application ou le site Web ArriveCAN) à compter du 1er octobre. En effet, les principales compagnies aériennes ont transporté 6,0 millions de passagers sur leurs vols réguliers et d'affrètement en octobre 2022, atteignant 90,6 % du niveau déclaré en octobre 2019, avant la pandémie. Cependant, l'année s'est terminée par des conditions météorologiques défavorables sur l'ensemble du continent, qui ont perturbé les voyages du temps des Fêtes et contraint plusieurs compagnies aériennes à annuler des vols.

  Note aux lecteurs

Le présent communiqué porte sur les transporteurs aériens canadiens de niveaux I, II et III.

Les transporteurs aériens de niveau I désignent tous les transporteurs aériens canadiens qui, au cours de l'année civile précédant l'année durant laquelle les renseignements sont fournis, ont transporté au moins 2 millions de passagers payants ou au moins 400 000 tonnes de fret.

Les transporteurs aériens de niveau II désignent tous les transporteurs aériens canadiens qui, au cours de l'année civile précédant l'année durant laquelle les renseignements sont fournis, ont transporté, selon le cas : a) au moins 100 000 passagers payants, mais moins de 2 millions de passagers payants; b) au moins 50 000 tonnes de fret, mais moins de 400 000 tonnes de fret.

Les transporteurs aériens de niveau III désignent tous les transporteurs aériens canadiens qui : a) d'une part, ne sont ni des transporteurs aériens de niveau I ni des transporteurs aériens de niveau II; b) d'autre part, ont réalisé, au cours de l'année civile précédant l'année durant laquelle les renseignements sont fournis, des recettes brutes d'au moins 2 millions de dollars pour la fourniture de services aériens pour lesquels ils sont titulaires d'un permis.

Les revenus et les pertes hors exploitation nets proviennent des entreprises commerciales hors du domaine des services aériens, des autres recettes et dépenses imputables aux opérations de financement ou à d'autres activités qui ne font pas partie intégrante du transport aérien, ainsi que des postes spéciaux dont la répétition n'est pas de nature périodique. Les revenus hors exploitation peuvent consister, par exemple, en des gains en capital résultant de la vente d'aéronefs, en des intérêts créditeurs et en des ajustements de devises étrangères, tandis que les pertes hors exploitation comprennent les pertes en capital, les intérêts sur des emprunts bancaires et d'autres dettes.

On obtient la distance moyenne d'un voyage de passagers en divisant le nombre de passagers-kilomètres par le nombre de passagers. Les voyages effectués partout au Canada et partout dans le monde sont inclus dans ce calcul.

Les données de 2016 à 2020 ont été révisées.

Les chiffres ayant été arrondis, la somme des composantes pourrait ne pas correspondre au total.

Les données présentées ici sont comparables aux estimations préliminaires fournies dans les Statistiques annuelles sur l'aviation civile : premier aperçu, 2021.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :