Série thématique sur l'ethnicité, la langue et l'immigration
Immigration et langue au Canada, 2011 et 2016

par Brigitte Chavez

Date de diffusion : le 28 janvier 2019

Passer au texte

Début du texte

Remerciements

Le présent document a été rendu possible grâce à la contribution de Jean-Pierre Corbeil et de Jean-François Lepage, du Centre de la statistique ethnoculturelle, langue et immigration (CSELI) de Statistique Canada. L’auteure tient à les remercier pour leur implication et leur grande disponibilité tout au long de la rédaction de ce document. L’auteure tient également à adresser ses remerciements aux membres du CSELI impliqués dans la conception et l’élaboration des tableaux. Enfin, l’auteure souhaite remercier Julie Bertrand, Isabelle Duncan, Shirley Li, Denis Theriault et Nathalie Villemure pour leur collaboration dans la finalisation du document.

Le présent document a été réalisé grâce au soutien financier d’un consortium constitué de Patrimoine canadien, d’Immigration, réfugiés et citoyenneté Canada, de Santé Canada et du ministère de la Justice du Canada.

Introduction

Le présent document porte sur l’immigration et la langue au Canada. Son but est de brosser un portrait statistique général des immigrants selon certaines caractéristiques linguistiques et selon leurs principaux pays de naissance à l’aide des données de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et du Recensement de la population de 2016.

Le principal facteur d’accroissement de la population canadienne est la migration internationale nette. De fait, le Canada a reçu plus de 1,2 million d’immigrants entre 2011 et 2016, soit environ 250 000 personnes par année. En 2016, un peu plus du cinquième (21,9 %) de la population canadienne était née à l’extérieur du pays. Au cours des dernières décennies, on observe une diversification marquée des pays d’origine de la population immigrante au Canada. Jusqu’aux années 1970, les immigrants provenaient surtout de pays occidentaux et de l’Europe de l’Est. Depuis, un nombre croissant de personnes en provenance de l’Asie, du Moyen-Orient, de l’Amérique latine, des Caraïbes et de l’Afrique sont venues s’établir au Canada.

L’évolution de la composition de l’immigration selon le pays d’origine a grandement modifié le paysage linguistique au Canada. En effet, une proportion de plus en plus forte d’immigrants déclarent avoir une langue autre que le français ou l’anglais comme langue maternelle, ou comme principale langue d’usage à la maison. En 2016, près des trois quarts (72,5 %) des immigrants avaient une langue tierce comme langue maternelle, alors qu’en 1971, cette part s’établissait à 50,7 %. De même, une proportion de plus en plus importante d’immigrants parlent le plus souvent une langue tierce à la maison. En 2016, 47,2 % des personnes nées à l’extérieur du Canada parlaient le plus souvent une langue tierce à la maison, alors que 52,8 % y parlaient l’anglais ou le français.

Malgré une grande diversification linguistique de la population immigrante, la grande majorité (93,2 %) de celle-ci déclarait connaître une langue officielle du Canada, ou les deux, en 2016. Ces langues servent de vecteur d’intégration à la société canadienne. En 2016, c’est vers l’anglais que la plupart des immigrants s’orientaient : 82,5 % de ceux-ci avaient cette langue comme première langue officielle parlée (PLOP), 10,8 % avaient le français et 6,8 % n’avaient aucune de ces deux langues. En revanche, au Québec près des deux tiers (62,5 %) des immigrants avaient le français comme première langue officielle parlée, tandis que le tiers (33,1 %) avaient l’anglais.

Le présent document présente une analyse descriptive des immigrants récents et établis du Canada, du Canada hors Québec, de chacune des provinces et chacun des territoires, ainsi que des six principales régions métropolitaines de recensement (RMR) du pays, selon certaines caractéristiques linguistiques et selon leurs principaux pays de naissance. Cette analyse comporte cinq sections. La première fournit des statistiques sur la première langue officielle parlée des immigrants. Les deuxième et troisième sections portent respectivement sur la langue maternelle des immigrants et la langue qu’ils utilisent le plus souvent à la maison. La quatrième section présente des statistiques sur la connaissance des langues officielles (le français et l’anglais) selon la langue maternelle de la population immigrante. La cinquième section traite des principaux pays de naissance des immigrants.

 
Date de modification :