Rapports sur la santé

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Novembre 2014

Ajustement des estimations de la survie relative en fonction de la mortalité par cancer dans l'ensemble de la population

par Larry F. Ellison

Lorsqu'il est question du cancer, la survie relative s'entend du ratio de la proportion observée (absolue) de cas de survie à l'intérieur d'un groupe de personnes ayant reçu un diagnostic de cancer à la proportion prévue de cas de survie chez des personnes au sein de la population qui présentent des caractéristiques semblables et qui ne sont pas atteintes du cancer à l'étude. En théorie, le ratio de survie relative (RSR) fournit une estimation de l'écart entre la mortalité attribuable à toutes les causes chez les personnes ayant reçu un diagnostic de cancer et la mortalité qui serait prévue en l'absence du cancer (et de la surmortalité liée au cancer). Dans la pratique, toutefois, la survie prévue est généralement estimée à partir des tables de mortalité de l'ensemble de la population. Étant donné que ces estimations englobent des personnes qui ont précédemment reçu un diagnostic de cancer, elles se traduisent par une sous-estimation de la survie prévue, et donc par une surestimation de la survie relative.


La maladie de Parkinson : prévalence, diagnostic et conséquences

par Suzy L. Wong, Heather Gilmour et Pamela L. Ramage-Morin

La maladie de Parkinson est le trouble neurodégénératif venant au deuxième rang en termes de fréquence, après la maladie d'Alzheimer. Elle est causée par la perte des cellules cérébrales qui sécrètent la dopamine, une substance chimique qui contrôle les mouvements du corps. À mesure que le taux de dopamine baisse, des tremblements peuvent se manifester, les mouvements des muscles deviennent plus lents et plus rigides, et les réflexes sont altérés, ce qui contribue à une perte d'équilibre. Les autres symptômes peuvent inclure de la dépression, de l'anxiété, des changements émotionnels, une déficience cognitive, de la difficulté à avaler, à mâcher et à parler, l'expression figée du visage, des problèmes urinaires, de la constipation, de la fatigue et des troubles du sommeil. La maladie de Parkinson est une maladie chronique évolutive, ce qui signifie que les symptômes persistent et empirent avec le temps. Sa cause est inconnue et, bien qu'elle ne soit pas guérissable à l'heure actuelle, des médicaments et d'autres options de traitement existent pour maîtriser les symptômes.

Date de modification :