Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Passer au texte

Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteur

Début du texte

Contexte

Le présent article fournit des renseignements sur la maladie de Parkinson tirés de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2010-2011, de l’Enquête sur les problèmes neurologiques dans les établissements au Canada de 2011-2012 et de l’Enquête sur les personnes ayant des problèmes neurologiques au Canada de 2011. Environ 0,2 % d’adultes canadiens vivant dans les ménages privés (55 000) et 4,9 % des personnes vivant en établissement résidentiel (12 500) avaient la maladie de Parkinson. La manifestation des symptômes à un jeune âge était associée à une plus longue période avant le diagnostic de la maladie. Des personnes atteintes, 58 % ont déclaré que la maladie nuisait à leurs interactions sociales, 61 % ont déclaré qu’elle entraînait des frais non remboursés et 56 % ont déclaré recevoir de l’aide pour des activités telles que les travaux ménagers, le transport ou les soins personnels. Parmi les personnes recevant de l’aide, 84 % dépendaient au moins partiellement de la famille, d’amis ou de voisins. L’aidant naturel principal avait tendance à être le conjoint (64 %), à être une femme (62 %), à vivre dans le même ménage (72 %) et à prodiguer de l’aide quotidiennement (76 %).

Mots-clés

Aidants, maladie neurologique, limitation des activités, autosoins.

Résultats

La maladie de Parkinson est le trouble neurodégénératif venant au deuxième rang en termes de fréquence, après la maladie d'Alzheimer. Elle est causée par la perte des cellules cérébrales qui sécrètent la dopamine, une substance chimique qui contrôle les mouvements du corps. À mesure que le taux de dopamine baisse, des tremblements peuvent se manifester, les mouvements des muscles deviennent plus lents et plus rigides, et les réflexes sont altérés, ce qui contribue à une perte d'équilibre. Les autres symptômes peuvent inclure de la dépression, de l'anxiété, des changements émotionnels, une déficience cognitive, de la difficulté à avaler, à mâcher et à parler, l'expression figée du visage, des problèmes urinaires, de la constipation, de la fatigue et des troubles du sommeil. La maladie de Parkinson est une maladie chronique évolutive, ce qui signifie que les symptômes persistent et empirent avec le temps. Sa cause est inconnue et, bien qu'elle ne soit pas guérissable à l'heure actuelle, des médicaments et d'autres options de traitement existent pour maîtriser les symptômes. [Texte intégral]

Auteur

Suzy Wong (Suzy.Wong@statcan.gc.ca), Heather Gilmour(Heather.Gilmour@statcan.gc.ca) et Pamela L. Ramage-Morin (Pamela.Ramage-Morin@statcan.gc.ca) font partie de la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, Ottawa (Ontario)  K1A 0T6.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :