Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Passer au texte

Résumé
Mots-clés
Résultats
Auteurs

Début du texte

Résumé

À partir des données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Santé mentale menée en 2012, on examine la consommation de marijuana au cours de la dernière année et au cours de la vie chez la population à domicile de 15 ans et plus des 10 provinces. En 2012, 42,5 % de la population a déclaré avoir déjà consommé de la marijuana, et 12,2 % en avoir consommée au cours de la dernière année. À 33,3 %, la prévalence de la consommation de marijuana au cours de la dernière année était plus élevée chez les 18 à 24 ans que parmi les autres groupes d’âge (20,0 % pour les 15 à 17 ans, 15,6 % pour les 25 à 44 ans, 6,7 % chez les 45 à 64 ans et 0,8 % chez les 65 ans et plus). La consommation au cours de la dernière année était plus élevée en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse et plus faible en Saskatchewan comparativement au reste du Canada. Même si le pourcentage global de personnes ayant déclaré avoir consommé de la marijuana au cours de la dernière année en 2012 était inchangé par rapport à 2002, le pourcentage d’hommes ayant déjà consommé de la marijuana a augmenté, passant de 47,0 % à 49,4 %; chez les femmes, la prévalence de la consommation au cours de la vie est demeurée stable, à 36 %.

Mots-clés

Cannabis, drogues illicites, comportement à risque, toxicomanie.

Résultats

Selon l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Santé mentale (ESCC–SM) menée en 2012, 12,2 % des Canadiens de 15 ans et plus (3,4 millions) ont consommé de la marijuana au cours de la dernière année. Au Canada, comme dans plusieurs pays, la marijuana est la drogue illicite la plus couramment consommée. Un rapport dose-effet a été observé entre la fréquence de sa consommation pendant l’adolescence et un fonctionnement cognitif réduit, ainsi que le niveau de scolarité, les désavantages personnels à long terme et la dépendance à la marijuana. Les personnes qui en consomment tous les jours sont les plus à risque de connaître des résultats négatifs. Il existe un consensus de plus en plus grand selon lequel la consommation de marijuana peut nuire au développement du cerveau chez les adolescents. L’association entre la consommation de marijuana et la santé mentale est moins claire. L’estimation des risques possibles liés à la décision de consommer de la marijuana est d’autant plus compliquée que certains pays, y compris le Canada, autorisent la consommation de marijuana à des fins médicales. D’autres travaux de recherche donnent à penser que l’on peut percevoir le risque comme étant moins grand dans les endroits où il existe des lois autorisant sa consommation à des fins médicales. [Texte intégral]

Auteurs

Michelle Rotermann (michelle.rotermann@statcan.gc.ca) et Kellie Langlois (kellie.langlois@statcan.gc.ca) travaillent à la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, Ottawa (Ontario).

Date de modification :