Prévalence et corrélats de la consommation de marijuana au Canada, 2012

par Michelle Rotermann et Kellie Langlois

Selon l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Santé mentale (ESCC–SM) menée en 2012, 12,2 % des Canadiens de 15 ans et plus (3,4 millions) ont consommé de la marijuana au cours de la dernière année. Au Canada, comme dans plusieurs pays, la marijuana est la drogue illicite la plus couramment consomméeNote 1-4. Un rapport dose-effet a été observé entre la fréquence de sa consommation pendant l’adolescence et un fonctionnement cognitif réduit, ainsi que le niveau de scolarité, les désavantages personnels à long terme et la dépendance à la marijuanaNote 3,Note 5-7. Les personnes qui en consomment tous les jours sont les plus à risque de connaître des résultats négatifsNote 7. Il existe un consensus de plus en plus grand selon lequel la consommation de marijuana peut nuire au développement du cerveau chez les adolescentsNote 8-10. L’association entre la consommation de marijuana et la santé mentale est moins claireNote 7-9. L’estimation des risques possibles liés à la décision de consommer de la marijuana est d’autant plus compliquée que certains pays, y compris le Canada, autorisent la consommation de marijuana à des fins médicalesNote 11. D’autres travaux de recherche donnent à penser que l’on peut percevoir le risque comme étant moins grand dans les endroits où il existe des lois autorisant sa consommation à des fins médicalesNote 12.

La présente analyse examine la prévalence de la consommation de marijuana au cours de la dernière année et au cours de la vie, ainsi que les facteurs connexes, chez la population à domicile âgée de 15 ans et plus en 2012. Les estimations pour 2012 sont comparées à celles pour 2002 (voir Les données).

Les jeunes et les hommes, les plus susceptibles d’avoir consommé au cours de la dernière année

Le tiers (33,3 %) des 18 à 24 ans ont déclaré avoir consommé de la marijuana au cours de la dernière année, proportion qui dépasse celles observées dans les autres groupes d’âge, soit 20,0 % chez les 15 à 17 ans, 15,6 % chez les 25 à 44 ans, 6,7 % dans le cas des 45 à 64 ans, et 0,8 % dans celui des 65 ans et plus (tableau 1). Dans tous les groupes d’âge, sauf chez les 15 à 17 ans, les hommes étaient plus susceptibles que les femmes de déclarer avoir consommé de la marijuana au cours de la dernière année.

En 2012, 16 % et 14,5 % des habitants de la Nouvelle-Écosse et de la Colombie-Britannique, respectivement, ont déclaré avoir consommé de la marijuana au cours de la dernière année. Il s’agit de taux significativement plus élevés que celui pour le reste du Canada (taux confondu pour les autres provinces). Le taux de 10 % pour la Saskatchewan était inférieur à la moyenne. Les taux étaient également plus élevés que celui pour le reste du Canada dans le cas des hommes en Nouvelle-Écosse et le cas des femmes en Colombie-Britannique.

Les personnes vivant dans les régions rurales étaient moins susceptibles que les résidents des centres urbains de déclarer avoir consommé de la marijuana au cours de la dernière année.

La prévalence de la consommation au cours de la dernière année ne différait pas selon le revenu du ménage chez les hommes, tandis que chez les femmes, elle était plus faible chez celles des ménages ayant les revenus les plus élevés que chez les autres.

Consommation au cours de la dernière année : fréquence de consommation

Il a été établi que la fréquence de consommation de la marijuana est liée à un risque de dépendanceNote 6,Note 7 et à une baisse des résultats scolaires chez les jeunesNote 5-7. Une consommation quotidienne au cours de la dernière année a été déclarée par 1,8 % de la population de 15 ans et plus, et au moins une consommation hebdomadaire (une ou plusieurs fois par semaine) par un autre 3,2 % (tableau 2). La consommation quotidienne était deux fois plus répandue chez les hommes que chez les femmes (2,4 % comparativement à 1,2 %) et plus répandue chez les 18 à 24 ans (4,9 %) que chez les personnes plus jeunes et plus âgées. Par ailleurs, 41 % des personnes ayant consommé de la marijuana au cours de la dernière année ont déclaré qu’à un moment donné leur consommation avait été plus élevée (données non présentées).

Consommation au cours de la vie

On estime que 43 % des Canadiens de 15 ans et plus ont fait l’essai de la marijuana, et que 33,5 % en ont consommée plus d’une fois (tableau 3). La consommation de marijuana dépend de facteurs comme l’accès et (ou) la disponibilité, la perception du risque, la famille et les pairsNote 1,Note 2,Note 4,Note 13.

Selon l’ESCC–SM menée en 2012, 53,7 % des 18 à 24 ans et 53,5 % des 25 à 44 ans ont déjà consommé de la marijuana. Ces pourcentages sont significativement plus élevés que ceux pour les autres groupes d’âge, lesquels s’établissent à 45,7 % chez les 45 à 64 ans, 25,0 % chez les 15 à 17 ans et 13,1 % chez les personnes âgées.

Malgré des différences en ce qui a trait au plan de sondage, aux taux de réponse et aux modes de collecte des donnéesNote 14,Note 15, les estimations de la consommation de marijuana au cours de la dernière année et au cours de la vie tirées de l’ESCC–SM menée en 2012 étaient généralement similaires à celles provenant de l’Enquête sur l’usage du tabac et la consommation d’alcool et de drogues au Canada de 2012Note 16.

Changements depuis 2002

En 2002 et en 2012, le taux de prévalence global de la consommation de marijuana au cours de la dernière année chez les Canadiens de 15 ans et plus était stable, à environ 12 % (tableau 3). Toutefois, les tendances différaient selon l’âge. Par exemple, en 2012, la prévalence de la consommation au cours de la dernière année avait diminué de près du tiers dans le groupe des 15 à 17 ans, était demeurée inchangée chez les 18 à 24 ans et avait augmenté chez les 25 à 44 ans et les 45 ans et plus (passant de 14,0 % à 15,6 % dans le premier cas et de 3,0 % à 4,7 % dans le second). La plupart des personnes ayant consommé de la marijuana au cours de la dernière année, c’est-à-dire 93 % et 94 % en 2002 et en 2012, respectivement, ont déclaré en avoir consommée plus d’une fois (données non présentées).

De 2002 à 2012, le pourcentage d’hommes ayant déjà consommé de la marijuana a augmenté, passant de 47,0 % à 49,4 % et, mises à part les personnes en ayant consommée une seule fois, de 37,5 % à 40,1 %. Chez les femmes, le pourcentage est demeuré à environ 36 % chez celles en ayant consommée au cours de leur vie et 27 % chez celles en ayant consommée plus d’une fois.

Au cours de la période de 10 ans, le pourcentage de personnes ayant déjà consommé de la marijuana a diminué chez les 15 à 17 ans et les 18 à 24 ans, est demeuré stable chez les 25 à 44 ans et a augmenté dans les groupes d’âge plus avancé. Une part de l’augmentation de la prévalence au cours de la vie, particulièrement chez le groupe des 45 à 64 ans, est peut-être simplement le reflet du vieillissement de la cohorte dont les membres se situaient dans le groupe des 25 à 44 ans en 2002.

La majorité des consommateurs d’autres drogues ont consommé de la marijuana

La grande majorité des Canadiens qui ont consommé d’autres drogues illicites (p. ex. cocaïne, hallucinogènes et héroïne) ont aussi consommé de la marijuana. Ainsi, 97,4 % d’entre eux en avaient consommée au cours de la vie et 85,1 %, au cours de la dernière année (tableau 4). L’association se maintenait chez les personnes déclarant avoir consommé des produits pharmaceutiques psychothérapeutiques au cours de leur vie (p. ex. sédatifs, stimulants et analgésiques opioïdes) à des fins non médicales.

Par contre, la majorité des consommateurs de marijuana n’ont pas consommé d’autres drogues illicites et (ou) produits pharmaceutiques psychothérapeutiques (que ce soit au cours de la vie ou de la dernière année). Étant donné que l’enquête ne comportait pas de question sur l’âge des participants lorsqu’ils ont essayé chacune de ces drogues pour la première fois, on ne sait pas si la consommation de marijuana a précédé ou suivi celle des autres drogues.

Résumé

En 2012, 43 % des Canadiens ont déclaré avoir déjà consommé de la marijuana, et 12 %, en avoir consommée au cours de la dernière année. La consommation de marijuana était plus répandue chez les hommes que chez les femmes. Les personnes de 18 à 24 ans affichaient le taux de prévalence de la consommation de marijuana au cours de la dernière année le plus élevé et avaient tendance à en consommer plus fréquemment que les personnes d’autres groupes d’âge. Quant à lui, le taux de prévalence de la consommation de marijuana au cours de la vie était le plus élevé chez les 18 à 24 ans et les 25 à 44 ans, s’établissant à plus de 50 %. De 2002 à 2012, le pourcentage des 15 à 17 ans déclarant en avoir consommée au cours de la dernière année a diminué. La prévalence de la consommation au cours de la dernière année est demeurée stable chez les 18 à 24 ans et a augmenté légèrement dans les groupes d’âge plus avancé.

Date de modification :