Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Passer au texte

Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteur
Ce que l'on sait déjà sur le sujet
Ce qu'apporte l'étude

Début du texte

Contexte

Alors que l’hypertension est le principal facteur de risque de maladie cardiovasculaire, on n’en connaît pas toujours la cause. Le rôle possible des substances chimiques présentes dans l’environnement, y compris le plomb, suscite de plus en plus d’intérêt.

Données et méthodes

Les données proviennent des deux premiers cycles de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé. On a mesuré la plombémie, c’est-à-dire la concentration de plomb dans le sang entier, ainsi que les pressions artérielles systolique (PAS) et diastolique (PAD), et on a dérivé le statut d’hypertension chez 4 550 participants à l’enquête âgés de 40 à 79 ans. Les associations entre la plombémie et les pressions artérielles systolique et diastolique ont été estimées par régression linéaire, tandis que les associations entre la plombémie et l’hypertension ont été estimées par régression logistique. Les moyennes géométriques des moindres carrés ajustés de la plombémie ont été estimées pour les personnes hypertendues comparativement aux personnes non hypertendues.

Résultats

Comparativement aux personnes non hypertendues, les personnes faisant de l’hypertension avaient une plombémie moyenne plus élevée, étaient plus âgées, et étaient plus susceptibles d’être de sexe masculin et de présenter d’autres facteurs de risque d’hypertension (diabète, antécédents familiaux d’hypertension). Dans les modèles de régression ajustés, une association modeste s’est dégagée entre la plombémie et la pression artérielle systolique chez le groupe des 40 à 54 ans, et entre la plombémie et la pression artérielle diastolique chez la population dans son ensemble. Aucune association n’a été constatée entre la plombémie et la prévalence de l’hypertension.

Interprétation

Une modeste association a été observée entre la plombémie et la pression artérielle, mais non l’hypertension, chez les Canadiens adultes de 40 à 79 ans.

Mots-clés

Biosurveillance, maladies cardiovasculaires, exposition aux contaminants environnementaux, métaux lourds.

Résultats

Reconnue comme étant le principal facteur de risque de maladie cardiovasculaire, l'hypertension a été la cause de 9,4 millions de décès dans le monde en 2010. Sa présence augmente le risque d'accident vasculaire cérébral, d'infarctus du myocarde, d'insuffisance cardiaque et d'insuffisance rénale. Au Canada, l'hypertension affecte au moins un adulte de 20 ans et plus sur cinq et est le principal facteur de risque modifiable d'accident vasculaire cérébral. [Texte intégral]

Auteur

Tracey Bushnik (tracey.bushnik@statcan.gc.ca) est de la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada. Patrick Levallois est de l’Institut national de santé publique du Québec et du Centre de recherche du CHU de Québec. Monique D’Amour est de Santé Canada. Todd J. Anderson est du Libin Cardiovascular Institute. Finlay A. McAlister, Division de médecine interne générale, Université de l’Alberta, est chercheur principal en santé à Alberta Innovates Health Solutions et titulaire de la Chaire de recherche sur les résultats des interventions en santé cardiovasculaire (Cardiovascular Outcomes Research) de l’Université de l’Alberta.

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • L’hypertension est reconnue comme étant le principal facteur de risque de maladie cardiovasculaire, mais on n’en connaît pas toujours la cause.
  • Le rôle possible des substances chimiques présentes dans l’environnement, y compris le plomb, suscite de plus en plus d’intérêt dans le domaine de la santé cardiovasculaire.
  • L’existence d’un lien entre l’exposition au plomb et l’hypertension est étayée par des études chez l’animal, toutefois, les résultats chez l’humain varient.

Ce qu'apporte l'étude

  • L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé est la première enquête nationale menée auprès de la population qui permet d’examiner le lien entre la plombémie (PbB) et la pression artérielle au Canada depuis l’Enquête santé Canada menée en 1978-1979.
  • L’association entre la plombémie et la pression artérielle varie selon le sexe et le groupe d’âge.
  • L’association entre les niveaux de plombémie et la pression artérielle est faible et aucune association n’a été constatée avec la prévalence de l’hypertension chez les Canadiens de 40 à 79 ans.
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :