Analyse

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Le secteur des machines et de l'équipement mène la haussedes importations

Les importations de machines et d'équipement ont augmenté de 3,2 % pour atteindre un sommet sans précédent de 11,2 milliards de dollars en juin. Les volumes ont progressé de 3,0 %. Les importations d'autres machines et équipement ont mené la hausse suivies des importations de machines industrielles et agricoles.

Les importations d'autres biens de consommation ont augmenté de 4,7 % pour se fixer à 5,3 milliards de dollars. Les importations de divers produits finis, principalement les produits médicaux et pharmaceutiques, ont mené la hausse en raison d'une augmentation des volumes.

Les importations de biens industriels ont progressé de 2,3 % pour se chiffrer à 8,5 milliards de dollars, soit une troisième hausse mensuelle consécutive. Les augmentations généralisées à l'ensemble du secteur ont été menées par les importations de matières plastiques et d'autres produits de l'acier et du fer.

Les produits énergétiques, le seul secteur ayant enregistré une baisse en juin, ont diminué de 3,6 % pour se chiffrer à 4,2 milliards de dollars. Les prix ont diminué de 9,2 %. Les importations de pétrole brut ont reculé de 18,2 % pour s'établir à 2,2 milliards de dollars, en raison d'une baisse des volumes et des prix. En revanche, les produits dérivés du pétrole et du charbon ont connu une importante hausse des volumes, principalement en raison d'une augmentation des importations d'huiles légères et préparations.

Hausses importantes des exportations de produits de l'automobile

Les exportations de produits de l'automobile ont augmenté de 13,9 % pour s'établir à 6,3 milliards de dollars en juin, les volumes ayant progressé de 13,2 %. Le principal facteur à l'origine de cette croissance était les exportations de voitures particulières et de châssis, qui ont augmenté de 19,5 % pour se fixer à 4,3 milliards de dollars, le plus haut niveau depuis janvier 2006.

Les exportations de produits énergétiques ont diminué de 3,5 % pour se chiffrer à 9,0 milliards de dollars, les prix ayant décliné pour le cinquième mois d'affilée. Le principal facteur à l'origine de ce fléchissement était le pétrole brut, dont les exportations ont baissé de 5,3 % pour se situer à 5,6 milliards de dollars.

Les exportations de produits de l'agriculture et de la pêche ont baissé de 2,8 % pour se fixer à 3,5 milliards de dollars, soit leur niveau le plus bas depuis août 2011. Cette diminution s'expliquait principalement par une baisse de 27,4 % des exportations de blé, en raison d'un déclin des volumes.

Dans le secteur des machines et de l'équipement, les exportations ont diminué de 1,3 % pour s'établir à 7,2 milliards de dollars, les volumes ayant fléchi de 2,5 %. Le recul des exportations d'aéronefs et d'autre matériel de transport a été le principal facteur à l'origine de cette baisse.

Nota :  Les données sur le commerce de marchandises sont généralement révisées sur une base régulière, chaque mois de l'année en cours. Les révisions de l'année en cours se reflètent à la fois dans les données sur la base douanière et dans les données sur la base de la BDP.

Les données sur la base douanière de l'année précédente sont révisées lors de la publication des données de janvier et de février ainsi que sur une base trimestrielle. Les données sur la base douanière des deux années précédentes sont révisées annuellement et sont publiées en février, lors de la publication du mois de référence de décembre.

Les données sur la base de la BDP de l'année précédente seront révisées lors de la publication des données de janvier, de février, de mars et d'avril 2012.

Divers facteurs rendent ces révisions nécessaires, dont la réception tardive des documents relatifs aux importations et aux exportations, la présence de renseignements erronés dans les documents de douane, le remplacement des estimations calculées pour le secteur de l'énergie par les chiffres réels, la reclassification des marchandises à la lumière de renseignements plus récents et la correction des variations saisonnières.

Les données révisées peuvent être consultées sans frais dans les tableaux appropriés de CANSIM.