Recensement de l’agriculture, 2021
Guide du Recensement de l’agriculture, 2021

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Date de diffusion : le 14 avril 2022 Date de correction : le 27 octobre 2023

Avis de correction

Ce guide a été mis à jour le 27 octobre 2023 pour clarifier que les exploitations de cannabis sont exclues des bases de données du Recensement de l’agriculture.

Passer au texte

Début du texte

À propos de ce guide

Ce guide de référence peut s’avérer utile tant pour les utilisateurs chevronnés que pour les utilisateurs novices qui désirent se familiariser avec le Recensement de l’agriculture de 2021 et en tirer des renseignements précis.

Il donne un aperçu des activités de communication du Recensement de l’agriculture, de la détermination du contenu, de la collecte, du traitement, de l’évaluation de la qualité des données et de la diffusion. On y résume également les principaux changements apportés au recensement de 2021 et d’autres renseignements utiles.

Liste des abréviations utilisées dans ce guide


Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Liste des abréviations utilisées dans ce guide. Les données sont présentées selon Abréviation (titres de rangée) et Définition(figurant comme en-tête de colonne).
Abréviation Définition
DSAE Données spatiales agroenvironnementales
RAR Région agricole de recensement
ITAO Interview téléphonique assistée par ordinateur
SRU Subdivision de recensement unifiée
DR Division de recensement
PGC Portail de gestion de la collecte
STR Système de traitement du recensement
CV Coefficient de variation
SQRC Suivi des questionnaires rejetés au contrôle
PISE Programme intégré de la statistique des entreprises
SGEA Statistiques sur les grandes entreprises agricoles
ENM Enquête nationale auprès des ménages
SCNR Suivi des cas de non-réponse
ATA Ajustement tabulaire aléatoire

Chapitre 1 – Renseignements généraux sur le Recensement de l’agriculture

Introduction

Un portrait du Canada serait incomplet sans des renseignements actuels sur l’agriculture qui joue un rôle important dans l’économie et le paysage canadiens. Les données sur l’agriculture sont recueillies au Canada depuis le premier recensement, en 1666, et une version plus moderne du Recensement de l’agriculture est réalisée tous les cinq ans depuis 1956, avec le Recensement de la population. Une liste complète des faits saillants historiques concernant la collecte des renseignements agricoles par l’entremise du recensement est disponible dans la section Recensement de l’agriculture : évolution et l’innovation, à la fin du présent chapitre. 

Tous les cinq ans, le Recensement de l’agriculture fournit un profil complet et intégré des aspects physiques, économiques, sociaux et environnementaux de l’industrie agricole canadienne; c’est la seule source de données qui fournit systématiquement des données statistiques détaillées de grande qualité sur l’agriculture pour les petites régions géographiques. Il recueille une vaste gamme de données aux niveaux national, provincial et infraprovincial, comme le nombre d’exploitations et d’exploitants agricoles, la superficie agricole, la taille et le type d’exploitation agricole, l’utilisation des terres, les superficies consacrées aux cultures, les pratiques de gestion des terres, les stocks de bétail, la forme juridique des exploitations, les revenus d’exploitation agricole, les dépenses d’exploitation agricole, le capital d’exploitation agricole et la machinerie agricole.

Non seulement le Recensement de l’agriculture fournit un instantané de l’évolution de l’industrie agricole, mais il est également essentiel pour comprendre les changements survenus au fil du temps, ce qui sert ainsi de base à une prise de décisions éclairée par les secteurs public et privé.

Les données du Recensement de l’agriculture sont utilisées par :

Farm operators

les exploitants agricoles, pour prendre des décisions relatives à la production, à la mise en marché et à l’investissement.

Agricultural producer groups

les groupes de producteurs agricoles, afin d’informer leurs membres des tendances et des changements au sein de l’industrie, de faire connaître le point de vue des exploitants aux législateurs et au public canadien et de défendre leurs intérêts dans les négociations commerciales internationales.

Farm operators

les gouvernements, afin de prendre des décisions stratégiques concernant le crédit agricole, l’assurance-récolte, le soutien aux exploitations agricoles, le transport, les services de mise en marché et le commerce international.

Farm operators

Statistique Canada comme données repères quinquennales et pour aider à déterminer la base de sondage pour les enquêtes agricoles afin de fournir aux Canadiens des estimations annuelles intercensitaires pour le secteur de l’agriculture.

Farm operators

les entreprises, au moment d’effectuer la mise en marché de produits et services et pour prendre des décisions liées à la production et aux investissements.

Farm operators

les universitaires, pour effectuer des recherches sur le secteur agricole.

Farm operators

les médias, afin de décrire le secteur agricole au grand public canadien.

Le cycle du Recensement de l’agriculture

Le cycle du Recensement de l’agriculture peut être divisé en six grands projets : détermination du contenu, communications, collecte, traitement, évaluation de la qualité des données et diffusion.

Le cycle du Recensement de l’agriculture

Les détails de chaque composante du cycle du Recensement de l’agriculture seront fournis dans les prochains chapitres du présent guide.

Pourquoi Statistique Canada mène-t-il le Recensement de l’agriculture?

Statistique Canada est tenu par la loi de mener un recensement de l’agriculture.

En vertu de l’article 20 de la Loi sur la statistique, Statistique Canada doit mener un Recensement de l’agriculture tous les cinq ans, au cours des années se terminant par le chiffre 1 et par le chiffre 6.

Un recensement agricole du Canada est mené par Statistique Canada :

  1. tous les 10 ans, à compter de l’année 1971;
  2. tous les 10 ans, à compter de l’année 1976, sauf, éventuellement, dans les cas où le gouverneur en conseil en décide autrement.

Tout comme Statistique Canada a l’obligation légale de mener un recensement, les répondants sont tenus, en vertu de la loi, de remplir leur questionnaire du recensement. Pour obtenir d’autres renseignements sur l’obligation légale de remplir le questionnaire du Recensement de l’agriculture, veuillez consulter l’annexe 1.

Pourquoi le Recensement de l’agriculture a-t-il lieu en mai?

Comme il est combiné au Recensement de la population, le Recensement de l’agriculture permet aux contribuables d’épargner des dollars en tirant parti des ressources et de l’infrastructure de collecte, d’impression, de communications et de gestion de contrats du Recensement de la population. Cela assure une exposition accrue aux activités de communication connexes à un public plus large, ce qui se traduit par un taux de réponse plus élevé et une couverture accrue pour réduire au minimum le coût de la réalisation du Recensement de l’agriculture et de la gestion des systèmes d’infrastructure autonomes.

Le fait de tenir le Recensement de la population au printemps est motivé par la nécessité de maximiser le nombre de Canadiens et Canadiennes qui se trouvent chez eux au cours du dénombrement. En outre, ce moment donne suffisamment de temps pour mener des activités de suivi avant le début des vacances estivales. Les procédures de collecte peuvent donc être menées sans heurts, ce qui réduit les coûts.

Bien qu’ils aient lieu en même temps, le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population sont dotés de questionnaires distincts. La plupart des travaux de développement, d’essai, de traitement, de validation des données et de préparation de la diffusion des données du Recensement de l’agriculture et du Recensement de la population relève de groupes différents au sein de Statistique Canada. Cependant, le partage de la collecte des données et des activités de communications entre les deux recensements permet de rationaliser les procédures et de réduire considérablement les coûts. Un autre avantage important est traduit par le fait que les renseignements des deux questionnaires peuvent être couplés pour créer la base de données du couplage agriculture–population. Pour obtenir d’autres renseignements sur le couplage agriculture–population, veuillez consulter le chapitre Diffusion.

Le jour du recensement fournit au répondant un point de repère particulier sur lequel fonder ses réponses. Pour le Recensement de 2021, la date de référence a été fixée au 11 mai 2021.

Principaux changements apportés au Recensement de l’agriculture de 2021

Chaque recensement introduit de nouvelles techniques et méthodologies dans le but d’offrir un meilleur service aux utilisateurs de données, de réduire le fardeau des répondants et de gérer les coûts. Le Recensement de l’agriculture de 2021 a introduit plusieurs changements dans le cadre de son programme de modernisation, ouvrant la voie à des innovations.

Les principaux changements apportés au Recensement de l’agriculture de 2021 comprennent une nouvelle définition conceptuelle d’une « exploitation agricole », l’utilisation accrue de l’intégration des données, un nouvel environnement de traitement des données, une nouvelle méthode de prévention de la divulgation et la diffusion d’indicateurs de qualité pour les estimations publiées.

Une nouvelle définition conceptuelle d’une « exploitation agricole »

Un changement conceptuel important a été apporté à la principale unité statistique utilisée par le Programme de la statistique agricole de Statistique Canada pour le Recensement de l’agriculture de 2021 : une « exploitation agricole » (c.-à-d. la ferme de recensement) désigne maintenant une unité qui génère des produits agricoles et déclare des revenus ou des dépenses aux fins de l’impôt à l’Agence du revenu du Canada. Avant 2021, une « ferme » était définie comme étant une exploitation agricole qui produisait au moins un produit agricole destiné à la vente.

La migration vers un nouveau concept « d’exploitation agricole » a été effectuée en réponse à l’initiative de modernisation de Statistique Canada et à la transformation du Programme de la statistique agricole. Elle dépend de l’envoi de signaux nationaux et transectoriels fiables et mesurables de l’Agence du revenu du Canada pour définir et maintenir la base comprenant l’ensemble des exploitations agricoles canadiennes. Une définition unique « d’exploitation agricole » pour tous les programmes de statistiques agricoles de Statistique Canada permet une meilleure comparabilité et une meilleure interprétation des données pour tous les programmes. La nouvelle définition a éliminé l’ambiguïté dans l’interprétation d’une exploitation agricole et elle met l’accent sur les activités axées sur l’entreprise.

L’application du nouveau concept « d’exploitation agricole » aura une incidence sur la comparabilité du nombre d’exploitations agricoles avec les recensements précédents.

Start of text box

Nouveau concept « d'exploitation agricole »

Le nouveau concept « d'exploitation agricole » du Recensement de l'agriculture fait référence à une unité qui génère des produtis agricoles et déclare des revenus ou des dépenses aux fins de l'impôt à l'Agence du revenu du Canada.

  • Les produits agricoles incluent :
    • Les cultures : céréales, oléagineux, légumineuses, pommes de terre, légumes, fruits, petits fruits, produits de serre, champignons, gazon, produits de pépinière, arbres de Noël, érables entaillés, foin et cultures fourragères, chanvre et autres cultures.
    • Le bétail : bovins laitiers et de boucherie (parcs d'engraissement compris), porcs, volailles et œufs (couvoirs compris), dindons et dindes, canards, oies, moutons, chèvres, chevaux et autres équidés, bisons, élans (wapitis), cerfs, lamas et alpagas, lapins, visons, abeilles et autres animaux.
  • N'y sont pas inclus : foresterie et exploitation forestière, chasse et piégeage, pêche et aquaculture, activités de soutien à l'agriculture et activités après la récolte, pension pour chevaux et leçons d'équitation, activités générant des produits non destinés à la consommation humaine (opérations génétiques, production d'insectes destinés à l'alimentation des animaux).

End of text box

Une utilisation accrue de l’intégration des données

Afin d’améliorer l’information tirée du Recensement de l’agriculture de 2021 et de réduire le fardeau des répondants, Statistique Canada a combiné les données du recensement aux renseignements provenant d’autres enquêtes ou de sources administratives, dans la mesure du possible. Par exemple, les données fiscales de l’Agence du revenu du Canada ont été utilisées pour éliminer la nécessité de poser aux répondants des questions sur la forme juridique de l’exploitation, les revenus et les dépenses. De plus, l’âge et le sexe de chaque exploitant agricole ont été obtenus à partir du Recensement de la population. Pour les exploitants du Recensement de l’agriculture pour qui aucun couplage n’a été trouvé, leurs renseignements ont été imputés à ceux d’une autre personne du Recensement de la population ayant des caractéristiques semblables.

Avec l’utilisation du nouvel environnement de traitement, les concepts et les variables du Recensement de l’agriculture pour le contenu des serres ont été normalisés avec ceux de l’Enquête annuelle sur les cultures de serre, les pépinières et les gazonnières, permettant une confrontation plus directe, tout en préparant le terrain pour un éventuel remplacement des données à l’avenir.

Un nouvel environnement de traitement des données

Le Recensement de l’agriculture de 2021 a migré vers le Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE) pour traiter et intégrer ses données. Le cadre du PISE utilise des méthodes et des processus organisationnels uniformisés, modernes et automatisés pour intégrer, vérifier, imputer et estimer les données. Le Programme de la statistique agricole de la Division de l’agriculture et les autres programmes de statistiques commerciales de Statistique Canada ont, pour la plupart, déjà migré vers la plateforme du PISE, qui permet l’intégration des données au sein des programmes et entre ceux-ci. Par exemple, le Recensement de l’agriculture de 2021 a intégré les données du Programme de données fiscales agricoles de la Division de l’agriculture pour les revenus et les dépenses par l’entremise du PISE.

Le PISE utilise des concepts standards pour le contenu commun, ce qui permet une meilleure cohérence et une meilleure interprétation. Il permet également une utilisation plus efficace des données administratives pour réduire le fardeau des répondants, et peut être utilisé pour créer des indicateurs de qualité des données, ce qui permet aux utilisateurs de données de faire un meilleur usage de ces dernières.

Pour obtenir plus de détails sur le traitement des données du Recensement de l’agriculture, veuillez consulter le chapitre Traitement.

Une nouvelle méthode de prévention de la divulgation

Statistique Canada a l’obligation légale de protéger la confidentialité des renseignements fournis par les répondants. Une méthode de prévention de la divulgation des données est donc nécessaire pour protéger la confidentialité des réponses fournies par les répondants dans les données diffusées.

Dans les recensements précédents, la méthode de prévention de la divulgation utilisée était fondée sur un système qui supprimait les cellules « sensibles » et leurs compléments dans les tableaux de données. Bien que nécessaire, cette méthode a souvent conduit à la suppression d’un grand nombre de points de données et à une réduction importante de la quantité de données accessibles, en particulier pour certains types de données et des niveaux géographiques inférieurs. Dans le Recensement de l’agriculture de 2016, environ un tiers des estimations individuelles non nulles, à l’exclusion des estimations du nombre d’exploitations agricoles, ont été supprimées et n’étaient donc pas accessibles aux utilisateurs de données. Les données ont été considérées comme pouvant être diffusées ou non selon la méthode de prévention de la divulgation.

Dans le cadre de l’orientation axée sur l’utilisateur de Statistique Canada visant à rendre des données plus détaillées accessibles, le Recensement de l’agriculture de 2021 a mis en place une nouvelle méthode de contrôle de la divulgation appelée « ajustement tabulaire aléatoire ». Au lieu de supprimer les cellules exposées au risque de divulgation des données d’un répondant particulier, ce système modifie intelligemment l’estimation de la cellule pour protéger les données du répondant, ce qui fournit une estimation de pratiquement toutes les cellules devant être diffusées.

La mise en œuvre de la nouvelle méthode de prévention de la divulgation aura une incidence sur la comparabilité des estimations avec les recensements précédents.

Pour obtenir plus de détails sur les méthodes de prévention de la divulgation utilisées par le Recensement de l’agriculture pour protéger la confidentialité des répondants, veuillez consulter le chapitre Diffusion.

Indicateurs de qualité pour les estimations diffusées

Pour la première fois, le Recensement de l’agriculture fournira des indicateurs de qualité pour la plupart des estimations qui seront publiées dans sa principale diffusion de données, offrant aux utilisateurs un moyen d’évaluer l’exactitude des estimations.

Pour obtenir plus de détails sur les indicateurs de qualité, veuillez consulter le chapitre Diffusion.

Concepts du recensement

Les concepts suivants sont souvent utilisés dans les diffusions du Recensement de l’agriculture :

Source : Dictionnaire, Recensement de la population, 2021.

Évolution et innovation du Recensement de l’agriculture

Vous trouverez ci-dessous une liste complète des faits saillants historiques concernant la collecte de renseignements agricoles au moyen du recensement.

1666 - Le premier recensement canadien a été effectué en Nouvelle-France par l’intendant Jean Talon. Des renseignements ont été recueillis sur l’âge, le sexe, l’état matrimonial, la profession, le métier et le lieu de résidence. En outre, le recensement a permis de recueillir des renseignements sur le bétail et les terres en culture.

1666 à 1867 - De nombreux recensements sont menés à intervalles irréguliers dans les colonies françaises et britanniques qui allaient former le Canada.

1867 - La Loi constitutionnelle de 1867 (anciennement appelée l’Acte de l’Amérique du Nord britannique) stipule la tenue d’un recensement tous les 10 ans (recensement décennal) afin de déterminer, au sein du nouveau Parlement, la représentation en fonction de la population.

1871 - Le premier recensement décennal est mené cette année-là. Il permet de dénombrer la population vivant dans les quatre provinces de l’époque (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Québec et Ontario). Le Manitoba et la Colombie-Britannique, qui avaient également joint la Confédération, sont dénombrés séparément.

1881 - On demande à tous les agents recenseurs de prêter un serment de discrétion, que l’on exige encore aujourd’hui. Le recensement est élargi pour inclure la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Île-du-Prince-Édouard.

1891 - La population a été préparée pour les visites des agents recenseurs, grâce à des annonces publiées dans les journaux et déclamées en chaire.

1896 - La croissance rapide dans l’Ouest canadien à la fin du siècle précédent a rendu nécessaire la tenue plus fréquente du recensement. Un recensement tous les cinq ans est mené à partir de 1896 au Manitoba.

1905 - Le bureau du recensement devient un bureau permanent du gouvernement fédéral.

1906 - À partir de 1906, les provinces des Prairies, c.-à-d. le Manitoba, l’Alberta et la Saskatchewan, commencent à mener un recensement distinct de la population et de l’agriculture, tous les cinq ans, afin de mesurer la croissance que connait la région de l’Ouest.

1912 - La responsabilité de mener un recensement passe du ministère de l’Agriculture à celui de l’Industrie et du Commerce.

1918 - Le Bureau fédéral de la statistique est créé.

1921 - On entendait par « ferme » une exploitation d’au moins un acre ayant produit une récolte quelconque d’une valeur d’au moins 50 $ ou plus, au cours de l’année précédant le recensement. Dans les recensements précédents, la superficie minimale n’était pas clairement définie.

1931 - Même si la compilation et les totalisations du Recensement de 1931 sont toujours effectuées au moyen d’équipement mécanique, une nouvelle trieuse-tabulatrice mise au point par un employé du Bureau fédéral de la statistique accélère la production par un facteur de 50, en permettant la lecture d’une carte complète de données à la fois, plutôt que d’une colonne à la fois.

On entendait par « ferme » une exploitation d’un acre ou plus ayant produit des produits agricoles d’une valeur de 50 $ ou plus, dans l’année précédant le recensement, ou qui était en culture de toutes sortes ou utilisée pour pâturage au cours de l’année de recensement.

1941 - Des données-échantillons sont recueillies pour la première fois. On pose à 1 ménage sur 10 des questions supplémentaires sur leur logement (type, nombre de pièces, combustible utilisé pour cuisiner, etc.)

1951 - Il s’agit du premier recensement du Canada en tant que nation constituée de 10 provinces et de 2 territoires.

La « ferme » a été redéfinie comme étant une exploitation agricole sur laquelle s’effectuaient des travaux et qui comptait une superficie de (a) trois acres ou plus, ou (b) de un à trois acres et une production agricole évaluée à 250 $ ou plus pour l’année ayant précédé le recensement.

Pour le recensement, on a eu recours à la « lecture de marque » fondée sur des cartes perforées, réduisant considérablement le temps et les coûts de traitement.

1956 - La croissance économique et le développement rapides ont fait naître le besoin de recueillir des données nationales sur la démographie et sur l’agriculture plus fréquemment. Dès 1956, le Recensement de la population et le Recensement de l’agriculture ont eu lieu dans toutes les provinces du pays, remplaçant les recensements tenus tous les cinq ans dans les provinces des Prairies. C’est depuis ce temps-là qu’on réalise les deux recensements simultanément.

1961 - Le terme « ferme » a été redéfini comme une ferme, un ranch ou une autre exploitation agricole, d’un acre ou plus, dont la vente des produits agricoles s’élevait à 50 $ ou plus au cours des 12 mois précédant le jour du recensement.

Pour la première fois, la classification des types d’exploitation utilisée par le Recensement de l’agriculture était harmonisée à la Classification type des industries.

1971 - En vertu de la Loi sur la statistique de 1971, le Bureau fédéral de la statistique est rebaptisé Statistique Canada. Cette loi confirme également que le Recensement de la population et le Recensement de l’agriculture se tiendront tous les cinq ans. Le fait de tenir le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population en même temps a permis de coupler les données provenant des deux recensements, créant la première base de données de couplage agriculture–population du Recensement de l’agriculture en 1971. Cette base de données unique se poursuit jusqu’à présent, fournissant aux utilisateurs des renseignements sur les caractéristiques sociales de la population agricole (c.-à-d. les exploitants agricoles et leurs familles).

En 1971, on fait appel pour la première fois à la méthode d’autodénombrement. Les questionnaires du recensement et les instructions sur la manière de les remplir étaient acheminés auprès des logements privés, à quelques exceptions près. Les répondants devaient remplir par eux-mêmes le questionnaire. Dans les centres de population de 10 000 habitants ou plus, on demande aux répondants de retourner leur questionnaire rempli par la poste, dans l’enveloppe-réponse fournie. Dans d’autres régions, les questionnaires sont recueillis par des agents recenseurs.

1976 - Un recensement réduit de l’agriculture, avec un questionnaire de quatre pages, a été effectué en 1976.

Une « ferme de recensement » a été définie comme une ferme, un ranch ou toute autre exploitation, d’une superficie d’un acre ou plus, dont la vente de produits agricoles en 1975 s’élevait à 1 200 $ ou plus. Ce concept diffère du concept de « ferme » utilisé dans les recensements précédents. L’unité de base pour laquelle un questionnaire a été collecté s’appelait « exploitation agricole » en 1976, ce qui équivalait au concept de « ferme » de 1971.

1979 - Statistique Canada établit pour la première fois un programme de télédétection afin d’utiliser l’imagerie satellite pour calculer les estimations de la superficie des cultures et trouver d’autres méthodes en vue d’améliorer l’exactitude des estimations d’enquête, de réduire le fardeau des répondants et de mieux planifier les méthodes d’échantillonnage.

1981 - La « ferme de recensement » a été redéfinie comme une ferme, un ranch ou toute autre exploitation agricole (parcs d’engraissement, serres, pépinières, exploitations rattachées à une institution, champignonnières et fermes d’élevage d’animaux à fourrure), dont la vente de produits agricoles s’élève à 250 $ ou plus au cours des 12 mois précédant le recensement, ou des exploitations agricoles dont les ventes prévues s’élèvent à 250 $ ou plus.

1986 - Le Recensement de l’agriculture devait être entièrement annulé en raison des compressions budgétaires; des groupes professionnels, des universitaires et d’autres ministères se sont rassemblés pour s’opposer à cette décision. Après de longues discussions, négociations et analyses, le programme du Recensement de l’agriculture a été rétabli.

1991 - Le questionnaire a été modifié afin que les répondants puissent déclarer plus d’un exploitant par exploitation agricole. Ce changement a reconnu la contribution des fermières et d’autres membres de familles agricoles à l’agriculture canadienne.

La « ferme de recensement » a été redéfinie comme une exploitation agricole qui produisait au moins un produit agricole destiné à la vente. La définition n’incluait pas de condition de vente minimale, comme dans les recensements précédents.

1996 - Pour le Recensement de l’agriculture, on a procédé à la numérisation de tous les questionnaires, une première pour Statistique Canada. Cela signifiait que les opérations de traitement du recensement et les analystes autorisés avaient un accès instantané aux images du questionnaire montrant les réponses individuelles, en vertu de mesures strictes de sécurité et de protection des renseignements personnels.

La définition de « ferme de recensement » a été étendue aux couvoirs commerciaux et aux exploitations produisant uniquement des arbres de Noël. Cette définition élargie a entraîné, à l’échelle du Canada, l’inclusion de 138 couvoirs commerciaux et de 1 593 exploitations ne produisant que des arbres de Noël.

2001 - La technologie de reconnaissance intelligente a vu le jour en tant que nouveau système de saisie des données. Les questionnaires étaient analysés et « lus » par un ordinateur au lieu d’être saisis manuellement par les opérateurs de saisie de données.

Pour la première fois, la classification des types d’exploitations agricoles utilisées par le Recensement de l’agriculture était harmonisée avec le Système de classification des industries d’Amérique du Nord (SCIAN).

2006 - Pour la première fois, on a offert à certains Canadiens l’option de répondre en ligne au questionnaire du Recensement de l’agriculture dans le cadre d’une validation de principe.

Les répondants n’ont plus retourné leurs questionnaires papier remplis du Recensement de l’agriculture à un agent recenseur, mais les ont envoyés directement à un centre de traitement des données sécurisé pour y être vérifiés et faire l’objet d’un suivi.

2011 - Une autre première pour Statistique Canada, tous les questionnaires papier du Recensement de l’agriculture ont été envoyés aux répondants par la poste et incluaient un code d’accès sécurisé comme option permettant aux répondants de remplir le questionnaire en ligne. De plus, toutes les tâches de suivi des répondants ont été effectuées à distance (c.-à-d. par la poste ou par téléphone), pour la toute première fois.

Une question demandant le numéro d’entreprise de l’Agence du revenu du Canada pour l’exploitation agricole a été ajoutée.

L’information qui était auparavant fournie au moyen du questionnaire détaillé du recensement (à participation obligatoire) est recueillie dans le cadre de la nouvelle Enquête nationale auprès des ménages (ENM), à participation volontaire. Les données tirées de cette enquête ont remplacé les données du questionnaire détaillé utilisées précédemment pour produire la base de données du couplage agriculture–population du Recensement de l’agriculture, qui contient des renseignements sur les caractéristiques socioéconomiques de la population agricole.

2016 - Postes Canada a envoyé une lettre d’invitation pour remplir un questionnaire du Recensement de l’agriculture sur Internet aux adresses établies à partir du Registre des entreprises de Statistique Canada, rempli à partir du recensement précédent et d’autres enquêtes agricoles.

En novembre 2015, le gouvernement a rétabli le questionnaire détaillé du recensement, remplaçant l’ENM, et la Base de données du couplage agriculture–population du Recensement de l’agriculture est revenue aux sources de données traditionnelles qu’elle utilisait avant 2011.

2021 - La « ferme de recensement » du Recensement de l’agriculture a été redéfinie comme une unité qui génère des produits agricoles et qui déclare des revenus ou des dépenses aux fins de l’impôt à l’Agence du revenu du Canada. Cette nouvelle définition est appliquée uniformément dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada.

Afin de réduire le fardeau de réponse des agriculteurs canadiens, les renseignements sur les modalités d’exploitation, les revenus et les dépenses ont été récupérés de sources administratives.

Répercussions de la COVID-19

Statistique Canada a aussi dû relever le défi sans précédent de mener le recensement pendant une pandémie mondiale. La COVID-19 est apparue au Canada au début de 2020, et la pandémie a obligé l’organisme à apporter des ajustements importants à ses activités de recensement.

Les employés de Statistique Canada de toutes les régions se sont adaptés aux nouvelles exigences de travail virtuel, établies par le gouvernement du Canada, pour assurer la sécurité des données du Recensement de l’agriculture et des employés.

En raison de la pandémie de COVID-19, la sensibilisation virtuelle et la mobilisation auprès des intervenants agricoles ont été encore plus importantes dans ce cycle de recensement, des réunions étant menées exclusivement en ligne. De plus, il a fallu annuler la participation du personnel du Recensement de l’agriculture aux foires agricoles.

Sécurité, protection des renseignements et confidentialité

Statistique Canada est tenu par la loi de protéger l’identité des personnes à chacune des étapes du processus statistique, y compris dans toutes les données qu’il publie. Statistique Canada ne diffusera jamais les identificateurs, comme les noms, les adresses ou les adresses de courriel, que ce soit seuls ou joints à d’autres renseignements tirés du questionnaire du recensement. Ces identificateurs ne seront jamais donnés ni vendus à quelque particulier ou organisation que ce soit, et ne seront jamais ajoutés à aucune liste de distribution.

Tous les renseignements reçus demeurent strictement confidentiels et ne sont utilisés qu’à des fins statistiques.

Chapitre 2 – Communications

Introduction

Par-dessus tout, le succès de la campagne de communication du Recensement de l’agriculture repose sur l’aide, la coopération et la bonne volonté continues des principaux intervenants agricoles et, en particulier, des exploitants agricoles. Un programme qui touche tous les Canadiens et tous les exploitants agricoles canadiens exige une campagne de communication efficace. Cette campagne informe, engage et appelle à l’action sa population; plus précisément, elle a pour objectif de sensibiliser tous les exploitants agricoles canadiens au Recensement de l’agriculture, au moment où il aura lieu, et d’indiquer qu’il s’agit d’un recensement obligatoire, que les enjeux liés à la protection des renseignements personnels seront respectés et que tous les renseignements recueillis sont confidentiels.

L’Équipe des communications du recensement s’occupe des tâches liées à la communication pour le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population. Les communications sont un domaine où les deux programmes de recensement sont étroitement liés et pour lequel les activités sont coordonnées afin d’améliorer l’efficacité en termes de portée et de coût. Le Recensement de l’agriculture profite des activités de communication ciblant les exploitants agricoles et des activités de communication simultanées relatives au Recensement de la population, qui rejoignent l’ensemble de la population canadienne.

Cette section porte sur la campagne de communication du Recensement de l’agriculture; pour obtenir plus de détails sur la campagne de communication globale pour le Recensement de la population, voir le produit de référence Guide du Recensement de la population, 2021.

Principales activités

L’Équipe des communications du recensement a fourni des activités de soutien aux communications ciblées, agiles, créatives et économiques tout en maintenant une image positive, non partisane et professionnelle de Statistique Canada.

Les documents de communication du recensement étaient axés sur ce qui suit :

  • sensibilisation plus grande au Recensement de 2021;
  • promotion de l’autoréponse grâce à la collecte en ligne;
  • augmentation des taux d’autoréponse en encourageant les exploitants agricoles à remplir et à retourner leur questionnaire de recensement en mai 2021.

Des activités de communication pour le Recensement de l’agriculture de 2021 ont eu lieu jusqu’au processus de collecte et tout au long de celui-ci, afin de sensibiliser les exploitants agricoles canadiens au moment et à la manière de remplir le recensement, de les informer des avantages de remplir le questionnaire du Recensement de 2021 et de les encourager à remplir leur questionnaire et à le faire en ligne. Parmi les principales activités du Programme de communications du Recensement de 2021 figuraient la sensibilisation, les relations avec le public et les médias, les médias sociaux, les relations avec les répondants et la gestion du site Web du recensement.

Site Web du recensement de 2021

Le site Web du Recensement de 2021, qui a été mis à la disposition du public du 11 mars 2019 au 17 novembre 2021, a fourni une plateforme centralisée pour les mises à l’essai, l’affichage des emplois du recensement, l’échange de renseignements sur les produits de diffusion du Recensement de 2021 et d’autres renseignements importants sur des sujets comme la confidentialité et la sécurité des données, mais aussi pour inciter les répondants à remplir leurs questionnaires en ligne.

Portail en ligne du Recensement de l’agriculture

Un nouveau portail en ligne du Recensement de l’agriculture a été lancé le 11 mai 2021, à partir de consultations avec les intervenants et les utilisateurs de données. Le portail sert de porte d’entrée unique permettant d’accéder facilement aux données, à l’analyse, aux documents de référence, à l’infographie, aux outils interactifs de visualisation des données, aux annonces importantes du Recensement de l’agriculture, et à bien plus encore.

Médias sociaux

Statistique Canada a continué de tirer parti de ses comptes de médias sociaux officiels pour augmenter l’accès à ses renseignements statistiques de grande qualité. Les médias sociaux (Facebook, LinkedIn, Twitter, Instagram, les blogues, etc.) ont également été utilisés pour favoriser la participation, la coopération et l’échange de renseignements avec le public durant toutes les étapes du recensement, en particulier pendant la collecte.

Relations avec les répondants

L’Équipe des relations avec les répondants était chargée de répondre aux demandes de renseignements provenant du public, des entreprises et des ministères concernant le Recensement de 2021. En plus de répondre aux demandes reçues par la poste et par courriel, l’Équipe des relations avec les répondants a également offert du soutien aux intervenants au sein de l’organisme (l’équipe « Nous joindre » de Statistique Canada [Infostats], les équipes régionales de sensibilisation, les opérations sur le terrain, les médias sociaux, les relations avec les médias, le Bureau du statisticien en chef et l’Assistance téléphonique du recensement) en répondant à leurs questions sur le recensement et à leurs besoins opérationnels. De plus, l’Équipe des relations avec les répondants a aidé les répondants en leur envoyant des codes d’accès sécurisés, en effectuant pour eux la demande de questionnaires papier et en mettant à jour leur statut au nom de l’Assistance téléphonique du recensement.

Sensibilisation, relations publiques et événements

Les groupes d’intervenants et les organismes jouent un rôle important dans la promotion du Recensement de l’agriculture. Des activités de sensibilisation mobilisent les intervenants clés qui œuvrent au sein des collectivités et appuient les partenariats pour mobiliser les populations de leurs collectivités. On a communiqué avec plus de 400 associations agricoles à des fins de sensibilisation, entre la fin de l’automne 2020 et le début du printemps 2021. Le personnel des communications a contacté ces associations par courriel et par téléphone.

Comme nous l’avons déjà mentionné, les activités de sensibilisation et de mobilisation auprès des intervenants agricoles ont été réalisées exclusivement en ligne au cours du présent cycle de recensement, en raison de la pandémie de COVID-19. Par exemple, la campagne du Recensement de l’agriculture a continué de bénéficier de la collaboration virtuelle continue avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, avec les autres membres du Comité fédéral-provincial-territorial sur la statistique agricole (y compris les représentants des ministères de l’agriculture des gouvernements provinciaux et territoriaux) et les associations industrielles. En outre, la participation à des foires agricoles et à des expositions organisées par le personnel du Recensement de l’agriculture afin de communiquer directement avec les exploitants agricoles a dû être annulée en 2020 et en 2021.

Trousses

Le Recensement de l’agriculture a utilisé deux trousses pour promouvoir le Recensement de l’agriculture de 2021 et accroître la sensibilisation à celui-ci : la Trousse de soutien à la collectivité et la Trousse de l’enseignement du Recensement.

Trousse de soutien à la collectivité - Cette trousse, qui était accessible sur le site Web du Recensement, du 10 août 2020 au 24 septembre 2021, ciblait les gouvernements, les associations d’agriculteurs, les entreprises agricoles et les autres organismes liés à l’agriculture afin d’accroître la sensibilisation aux avantages de remplir le questionnaire du recensement. On a demandé aux organisations de soutien d’utiliser ou de distribuer le matériel de recensement lorsqu’elles communiquent avec leurs clients, d’inclure des bannières sur le recensement sur leur site Web, de suivre Statistique Canada sur les médias sociaux et d’envoyer des messages internes à leurs membres et à leurs employés.

La trousse contenait ce qui suit :

  • de courts articles pour promouvoir les avantages du Recensement de l’agriculture;
  • des articles sur l’industrie par secteur agricole mettant en évidence les données et les résultats du dernier recensement;
  • une bannière Web et une affiche officielles du Recensement de l’agriculture;
  • des messages à diffuser sur les médias sociaux.

Trousse de l’enseignant du Recensement- Cette trousse, publiée le 10 août 2020, a été élaborée pour être utilisée dans les classes élémentaire, intermédiaire et secondaire du pays.L’activité Alimentation humaine, alimentation animale et utilisation fonctionnelle de la trousse a été utilisée dans les écoles pour promouvoir le Recensement de l’agriculture de 2021 et la production agricole au Canada et mieux les faire connaître.

Publicité

Les campagnes publicitaires tenues au cours de la période de collecte ont permis d’accroître la sensibilisation et l’appel à l’action tant pour le grand public que pour les exploitants agricoles. Le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population ont tous deux bénéficié des messages de la campagne pour remplir les questionnaires en ligne.

  • Au début de la collecte : « Veuillez remplir votre questionnaire en ligne dès aujourd’hui »;
  • Plus tard durant la collecte : « Il n’est pas trop tard pour remplir votre questionnaire en ligne ».

Chapitre 3 – Détermination du contenu

Introduction

Le contenu se rapporte principalement aux questions incluses dans le questionnaire du Recensement de l’agriculture (formulaire 6). Le processus de détermination du contenu du Recensement de l’agriculture pour chaque cycle de recensement comprend des consultations avec les utilisateurs, la mise à l’essai du contenu et l’approbation du contenu par le Cabinet.

Pour le Recensement de l’agriculture de 2021, les principales priorités du projet étaient les suivantes :

  • de demeurer pertinent et répondre aux besoins en renseignements exprimés par les exploitants agricoles, les organismes agricoles, les gouvernements, les autres utilisateurs de données et les Canadiens;
  • de réduire le fardeau de réponse pour les exploitants agricoles;
  • d’améliorer le rapport coût-efficacité.

Bien que le questionnaire soit mis à jour pour chaque recensement afin de refléter les besoins changeants des utilisateurs, déterminés au cours du processus de présentation, certaines questions, comme celles portant sur les exploitants agricoles, la superficie des terres, le nombre d’animaux et les superficies cultivées, peuvent figurer dans chaque recensement, car elles sont jugées essentielles par Statistique Canada et par d’autres importants utilisateurs des données du Recensement de l’agriculture. La répétition des questions clés permet au recensement de mesurer les changements au fil du temps, alors que le fait d’ajouter de nouvelles questions et d’en laisser tomber d’autres permet au recensement de s’adapter aux changements survenus dans le secteur agricole (p. ex. l’adoption de nouvelles technologies ou de nouvelles pratiques agricoles).

Pour obtenir d’autres renseignements sur les processus de consultation et de détermination du contenu du Recensement de l’agriculture de 2021, veuillez consulter le Rapport de consultation sur le contenu.

Consultations des utilisateurs

On a demandé aux utilisateurs de données de fournir des commentaires sur l’élaboration du contenu pour le Recensement de l’agriculture de 2021. Tout au long du processus de consultation, les utilisateurs de données pouvaient fournir des commentaires de deux façons :

  1. en assistant à un atelier de consultation sur le Recensement de l’agriculture de 2021 (en personne ou en ligne);
  2. en envoyant un formulaire de soumission du Recensement de l’agriculture de 2021.

En 2017, une série d’ateliers a été organisée partout au Canada afin de consulter les utilisateurs, dont les ministères fédéraux et provinciaux, les associations agricoles, les universitaires et les fournisseurs de services agricoles.

Ces ateliers avaient pour but :

  • de faire participer les utilisateurs des données;
  • d’obtenir des commentaires sur le contenu du Recensement de l’agriculture de 2016, afin de déterminer les lacunes relatives au contenu et les changements possibles à apporter en 2021;
  • de mieux comprendre les besoins des utilisateurs de données et de recevoir une justification quant au maintien de questions non essentielles dans le cadre du Recensement de l’agriculture de 2021.

Les utilisateurs ont présenté des recommandations sur le contenu qu’ils souhaitaient voir figurer dans le questionnaire du Recensement de 2021, qui a ensuite été utilisé par le Recensement de l’agriculture afin d’élaborer le contenu et la conception du questionnaire du recensement.

Les soumissions issues des consultations ont été évaluées en tenant compte de ces éléments clés :

  • pertinence pour le secteur agricole
  • comparabilité au fil du temps
  • intérêt national
  • niveau de géographie requis
  • compréhension des questions par les agriculteurs et facilité de la disponibilité des renseignements pour répondre à ces questions
  • volonté des exploitants à répondre
  • demande de données
  • type de questions (p. ex. cases à cocher Oui/Non par rapport aux rapports sur la valeur)
  • disponibilité des données d’autres sources
  • fréquence de la collecte.

Mise à l’essai du contenu

Le processus de mise à l’essai du Recensement de l’agriculture de 2021 comprenait deux phases de tests modulaires qualitatifs et un test de recensement national (Test du recensement de l’agriculture de 2019) :

Test du recensement de l’agriculture de 2019

Description de la test du recensement de l’agriculture de 2019

Test modulaire

Phase 1 comprend :

  • Mettre à l'essai les questions proposées (compréhension et cheminement)
  • Déterminer la pertinence d'autres essais
  • Obtenir des commentaires sur l’expérience

Test modulaire

Phase 2 comprend :

  • Mettre à l'essai les questions proposées (compréhension et cheminement)
  • Incorporer et mettre à l'essai d'autres changements selon les résulats de la phase 1
  • Obtenir des commentaires sur l'expérience

Test du recensement de l'agriculture de 2019 comprend :

  • Mettre à l'essai les changements apportés au contenu
  • Mettre à l'essai les systèmes et processus relatifs au questionnaire électronique
  • Mettre à l'essai les processus d'imputation et les outils de validation

Après chacun de ces tests, le contenu potentiel de 2021 a fait l’objet d’une analyse rigoureuse afin de déterminer sa pertinence pour des essais ultérieurs. Les résultats de ces analyses ont permis aux analystes du Recensement de l’agriculture de prendre des décisions éclairées concernant le contenu final du Recensement de l’agriculture de 2021.

Le Centre de ressources en conception de questionnaires de Statistique Canada a mené deux phases de tests modulaires qualitatifs auprès des exploitants agricoles en 2018. Plusieurs questions proposées pour le Recensement de l’agriculture de 2021 ont été posées aux fins suivantes :

  • mettre à l’essai le processus cognitif des répondants lorsqu’ils répondent à des questions (p. ex. leur compréhension des concepts, de la terminologie et des catégories de réponses);
  • mettre à l’essai la capacité et la volonté des répondants à répondre aux questions;
  • mettre à l’essai la fonctionnalité et l’utilité de certaines questions figurant sur le questionnaire en ligne;
  • mettre à l’essai le cheminement de questions auprès des répondants;
  • obtenir des commentaires de la part des répondants sur leur expérience globale de répondre en utilisant une version en ligne du questionnaire.

Les tests modulaires ont été effectués sur une base individuelle avec des exploitants agricoles. Les participants ont été recrutés à partir d’une liste d’exploitants agricoles situés à proximité des sites d’essai sélectionnés. Les emplacements qui ont été choisis pour les récentes mises à l’essai des enquêtes ont été évités, mais les emplacements de mise à l’essai comportant un nombre suffisant d’entreprises agricoles diversifiées ont été choisis. Un employé de Statistique Canada a recruté des exploitants d’exploitations agricoles de différentes tailles, de différents types et de diverses formes juridiques d’exploitation, et ayant des caractéristiques particulières qui devaient être mises à l’essai (p. ex. des exploitations ayant un plan de relève ou de l’énergie renouvelable). Les versions française et anglaise du questionnaire ont été mises à l’essai.

Les commentaires provenant des tests modulaires ont été intégrés au questionnaire en ligne en vue du test volontaire du Recensement de l’agriculture de 2019, qui a eu lieu entre le 6 mai et le 28 juin 2019. Un échantillon de 10 000 exploitations agricoles a été sélectionnée dans l’ensemble du Canada. L’échantillon visait à inclure des profils linguistiques particuliers et des caractéristiques spécifiques relatives aux exploitations agricoles. La participation au Test de recensement se faisait sur une base volontaire et le taux de réponse a été de 38,6 %.

L’objectif du Test du Recensement de l’agriculture de 2019 était de mettre à l’essai les changements de contenu et tous les systèmes et processus de questionnaire en ligne jusqu’à l’estimation et la validation. Les priorités de mise à l’essai ont été établies en fonction de l’ampleur des changements apportés au contenu par rapport au questionnaire du recensement précédent. L’un des changements a porté sur le remplacement des données, où certaines étapes du questionnaire ont été remplacées par des données administratives, dans le but de réduire le fardeau de réponse en supprimant des questions du questionnaire. La mise à l’essai a permis aux analystes d’évaluer l’efficacité du remplacement de façon plus approfondie.

Une fois la collecte des données terminée, le contenu a été validé pour s’assurer qu’il était bien compris et déclaré et que la fonctionnalité du questionnaire en ligne fonctionnait comme prévu. Chaque étape au sein du questionnaire en ligne a fait l’objet d’une analyse rigoureuse afin de confirmer la validité des données recueillies au moyen du questionnaire en ligne. En se fondant sur ces analyses et sur les résultats des mises à l’essai antérieures, on a décidé si le contenu du questionnaire devait être conservé dans son état actuel, modifié ou supprimé.

Élaboration du questionnaire

La majorité des questions de 2021 sont demeurées inchangées par rapport à 2016 afin de maintenir la cohérence et la comparabilité des données au fil du temps. D’autres questions ont été ajoutées ou supprimées afin de tenir compte des changements survenus dans l’industrie agricole. Par exemple :

  • Production agricole (questions filtres) - Il s’agit d’une nouvelle étape, consistant en des questions auxquelles l’on peut répondre par « oui » ou « non », qui déterminent les produits qui sont cultivés sur l’exploitation du répondant. Elle a été ajoutée au début du questionnaire afin de simplifier les réponses et de réduire le temps nécessaire pour remplir le recensement.
  • Renseignements sur l’entreprise - Une nouvelle étape a été ajoutée à l’activité principale de l’exploitation.
  • Nouveaux produits agricoles - Ces nouvelles catégories comprenaient, par exemple, le chanvre, les camerises, le kale et le canard.
  • Produits de serre - Des sous-catégories ont été ajoutées pour les fruits et les légumes de serre (tomates de serre, concombres de serre, poivrons de serre, fines herbes de serre et autres fruits et légumes de serre); la catégorie de fleurs coupées et de plantes en pot a été divisée en deux sous-catégories. Des exemples d’autres produits de serre ont été ajoutés.
  • Champignons - Les questions sur les champignons ont été élargies pour demander des superficies distinctes pour champignons Agaricus et les champignons spéciaux.
  • Machinerie - Deux nouvelles catégories de tracteurs ont été ajoutées pour tenir compte de l’utilisation accrue de tracteurs plus puissants dans les exploitations agricoles.
  • Technologies - Certaines catégories ont été supprimées et de nouvelles ont été ajoutées pour refléter l’évolution technologique et l’adoption de technologies par les exploitations agricoles.
  • Systèmes de production d’énergie renouvelable - Une définition de l’énergie renouvelable a été ajoutée. Une question sur l’utilisation prévue de l’énergie renouvelable produite par l’exploitation a été ajoutée (pour l’utilisation dans cette exploitation ou pour la vente).
  • Vente directe - Les catégories et les méthodes de vente directe ont été élargies pour inclure les magasins ou les kiosques agricoles situés hors de l’exploitation, les livraisons directes aux consommateurs et les paniers alimentaires soutenus par la communauté. Une nouvelle question a été ajoutée sur le pourcentage des revenus agricoles bruts provenant de la vente de produits agricoles directement aux consommateurs pour la consommation humaine.
  • Planification de la relève - La question sur la planification de la relève a été élargie afin de demander aux répondants si un plan de relève écrit, qui n’est pas en place, aurait fait l’objet d’une telle discussion ou non.

Voici d’autres changements apportés au questionnaire du Recensement de l’agriculture de 2021 pour aider à réduire le fardeau de réponse et permettre une meilleure expérience au moment de remplir le questionnaire :

  • Les questions ont été reformulées afin d’améliorer la compréhension et de faciliter leur réponse. Elles l’ont également été suivant une structure interrogative plutôt qu’une structure impérative.
  • Des questions filtres et d’autres fonctions permettant de gagner du temps ont été ajoutées.
  • Certaines données du Recensement de l’agriculture ont été remplacées par des sources de données administratives de grande qualité (p. ex. des données de l’Agence du revenu du Canada pour remplacer la forme juridique de l’exploitation, les revenus et les dépenses, et les données du Recensement de la population pour remplacer l’âge et le sexe des exploitants agricoles).
  • Le questionnaire a été optimisé pour que les répondants puissent le remplir efficacement en ligne.
  • Le questionnaire est maintenant organisé en modules pour faciliter l’identification des sections pertinentes du questionnaire pour chaque répondant.
  • Les mots-clés qui étaient précédemment écrits en majuscules pour en souligner l’importance ont été mis en caractères gras et en minuscules.
  • Les questions comportant « Total » étaient auparavant formulées de manière à indiquer explicitement aux répondants comment calculer les valeurs attribuées aux réponses fournies aux questions précédentes (p. ex. « TOTAL des questions 10 à 14 »). Elles comprennent maintenant une description contextuelle des composantes du « total » donné (p. ex. la question sur la superficie totale se lit comme suit : « Total des superficies possédées, louées, en métayage ou exploitées »). Dans le questionnaire en ligne, les totaux sont également automatiquement additionnés pour les répondants.

Pour obtenir une explication détaillée de toutes les modifications apportées au questionnaire de 2021, veuillez consulter le rapport Le Recensement de l’agriculture de 2021 en détail.

Approbation du contenu

Une fois que le contenu du questionnaire du Recensement de l’agriculture est achevé à l’interne à partir des mises à l’essai, il doit être approuvé par le Cabinet. Pour ce faire, un mémoire au Cabinet est présenté au ministre de l’Industrie pour qu’il en approuve le contenu et obtienne l’approbation par décret du gouverneur en conseil afin de prescrire les questions pour le Recensement de l’agriculture. La recommandation ministérielle est l’élément clé du mémoire au Cabinet. Elle expose la question à aborder, le plan d’action recommandé par le ministre et les besoins de financement, la justification pour aller de l’avant, les autres options qui pourraient être poursuivies et les considérations et les risques à prendre en compte. Le mémoire au Cabinet comprend également des sections sur les coûts estimatifs, les résultats et la stratégie de prestation, la stratégie d’engagement et de communication, la stratégie parlementaire et la stratégie intergouvernementale, ainsi que les conclusions d’évaluations obligatoires, y compris Analyse comparative entre les sexes plus, une évaluation environnementale stratégique, des considérations liées aux langues officielles et une évaluation des répercussions des traités modernes.

Avant de présenter le mémoire au Cabinet, Statistique Canada consulte les organismes centraux pour s’assurer que le contenu proposé pour le Recensement de l’agriculture est conforme au programme général du gouvernement et pour déterminer les enjeux liés à la politique, à la fiscalité et à la mise en œuvre qui devraient être abordés avant la présentation du document. Les organismes centraux comprennent le Bureau du Conseil privé, Finances Canada et le Secrétariat du Conseil du Trésor. En plus de rencontrer les organismes centraux, Statistique Canada consulte Agriculture et Agroalimentaire Canada au sujet du Recensement de l’agriculture. Cette réunion interministérielle assure la poursuite de la coordination entre les portefeuilles. Après l’approbation du Cabinet, un décret est présenté sur recommandation du ministre au gouverneur général en conseil, qui prescrit officiellement les questions dans le questionnaire du Recensement de l’agriculture. Le décret et le questionnaire final sont ensuite rendus publics par la publication dans la Gazette du Canada, le journal officiel du gouvernement du Canada.

Chapitre 4 – Collecte

Introduction

Au cours de la phase de collecte de données, l’objectif était de maximiser le nombre de réponses pour les exploitations agricoles au Canada. Les processus de collecte comprenaient la préparation de la base de sondage du recensement, l’envoi de lettres d’invitation, la détermination de la portée des opérations ciblées et la tenue d’entrevues avec les non-répondants.

La collecte est un domaine pour lequel les programmes du Recensement de l’agriculture et du Recensement de la population sont étroitement liés. Les processus et les activités de collecte ont été coordonnés avec le Recensement de la population afin de réaliser des économies d’échelle de manière à réduire le coût du programme. La plupart des économies importantes ont été réalisées en fonction de la collecte et de la campagne de communication qui l’a soutenue. Cela signifiait également que le Recensement de l’agriculture devait adopter la même période de collecte et le même jour de recensement que le Recensement de la population.

La fenêtre principale de collecte du Recensement de l’agriculture a duré au moins du 3 mai jusqu’au 29 août 2021; cette fenêtre étendue reconnaissait que la première partie de la collecte coïncidait avec la saison d’ensemencement très achalandée pour de nombreux exploitants agricoles du Canada.

Ce qu’il y a de nouveau dans le Recensement de l’agriculture de 2021 c’est l’utilisation de données administratives comparables pour remplacer des parties de la collecte. Afin de réduire le fardeau des répondants, on a utilisé des données administratives en temps opportun au lieu de demander aux répondants s’ils étaient disponibles. Par exemple, les formes juridiques des exploitations et les revenus et les dépenses d’exploitations ont été obtenues à partir des données fiscales de l’Agence du revenu du Canada, et des données sur les exploitants, comme l’âge et le sexe, ont été obtenues à partir du Recensement de la population.

Détermination du champ

En 2021, une exploitation agricole (ou une ferme de recensement) désigne une entité qui génère des produits agricoles et déclare des revenus ou des dépenses aux fins de l’impôt à l’Agence du revenu du Canada.

Avec les données de l’Agence du revenu du Canada et d’autres sources de renseignements, toutes les entreprises du Registre des entreprises de Statistique Canada que l’on pensait qu’elles correspondaient aux nouvelles conditions de définition d’exploitation agricole ont été sélectionnées pour faire partie de la population du Recensement de l’agriculture.

Pour confirmer que l’entreprise correspondait à la nouvelle définition de la population agricole, pour la première fois dans l’histoire du Recensement de l’agriculture, les répondants ayant rempli le questionnaire de 2021 ont été invités à répondre à deux questions d’identification afin de déterminer si leur exploitation tombait dans le champ de l’enquête ou non. Si l’exploitation se trouvait dans le champ d’enquête, les répondants devaient continuer à remplir leur questionnaire. Dans le cas contraire, on a cherché à savoir pourquoi leur exploitation n’était plus en affaires ou ne s’adonnait plus à l’agriculture.

Élaboration de la base du Recensement de l’agriculture

Le Recensement de l’agriculture est une source essentielle pour la création de la base du Programme de la statistique agricole de la Division de l’agriculture de Statistique Canada. La population cible du Recensement de l’agriculture est constituée de toutes les exploitations agricoles exploitées au Canada.

La base du Recensement de l’agriculture a été créée en combinant les renseignements du Registre des entreprises de Statistique Canada aux renseignements du dernier ensemble de remises d’impôt, et en sélectionnant l’ensemble d’unités qui répondaient aux conditions de la nouvelle définition d’exploitation agricole. Le processus de sélection a utilisé les renseignements fiscaux détaillés des établissements inscrits au Registre des entreprises pour sélectionner ceux qui ont déclaré des revenus ou des dépenses liées aux produits agricoles, ce qui indique qu’ils ont participé à des activités agricoles. Afin d’assurer une couverture complète, certains établissements dont les signes d’activité agricole sont faibles ou inexistants ont été déterminés à l’aide d’autres sources d’information disponibles et ont été inclus dans la base.

De plus, un sous-ensemble d’enregistrements a été ajouté à la base pour tenir compte des exploitations qui sont se sont lancées en affaire depuis le 1er janvier 2020 et pour lesquelles aucun signe fiscal n’a pu être enregistré en raison du moment de la production de la déclaration de revenus. Ces naissances modélisées et les mesures prises pour assurer l’exactitude de la base (ou réduire le surdénombrement ou le sous-dénombrement) sont décrites dans la section sur l’exactitude des données (chapitre 6). Une évaluation complète de la couverture est faite pour chaque recensement et sera mise à la disposition du public par l’intermédiaire du portail du Recensement de l’agriculture, avec la diffusion des données le 11 mai 2022.

Véhicules de collecte

La promotion du questionnaire en ligne par Statistique Canada et son adoption par les répondants n’ont cessé de croître depuis qu’il a été introduit comme option limitée de validation de principe en 2006.

La campagne en vue d’adopter Internet comme principal mode de collecte a commencé en 2016 et a été amplifiée en 2021, avec l’approche de « questionnaire en ligne d’abord », pour laquelle des questionnaires papier ont été envoyés à la plupart des répondants uniquement sur demande. Cette stratégie a permis de réduire le fardeau de réponse, d’améliorer la qualité des données et d’économiser des coûts. Le taux de déclaration sur Internet a dépassé les attentes, ayant augmenté pour passer de 11 % en 2011 à 55 % en 2016 et à 82 % en 2021, à l’échelle du Canada.


Tableau 1
Taux de réponse sur Internet pour le Recensement de l’agriculture, Canada
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 1 Taux de réponse sur Internet pour le Recensement de l’agriculture. Les données sont présentées selon Année (titres de rangée) et Taux de réponse attendu sur Internet et Taux de réponse réel sur Internet , calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année Taux de réponse attendu sur Internet Taux de réponse réel sur Internet
pourcentage
2006 Aucune cible 5
2011 10 11
2016 30 55
2021 70 82

Le Recensement de l’agriculture utilise un formulaire commun pour toutes les exploitations au Canada, et les répondants doivent répondre uniquement aux questions qui se rapportent à leur exploitation. L’utilisation d’un seul questionnaire pour tout le pays assure l’uniformité dans l’ensemble du Canada, alors que les cases à cocher et les différentes sections pour certains types d’exploitations permettent aux exploitants de ne répondre qu’aux questions pertinentes à leur type d’exploitation. Un questionnaire unique permet aussi de réduire les coûts de conception. Nous ne ménageons aucun effort pour que le questionnaire soit aussi concis que possible afin de minimiser le fardeau de réponse.

L’établissement de la priorité de l’approche du « questionnaire en ligne d’abord » a fait en sorte qu’en 2021, le suivi des questionnaires rejetés au contrôle (SQRC) afin de résoudre les réponses manquantes, incomplètes, incohérentes ou invalides n’a pas été nécessaire. La suppression du SQRC a davantage réduit le fardeau sur les répondants.

Approche de collecte par vagues

Statistique Canada a mis en œuvre une approche par vagues pour le Recensement de l’agriculture de 2021, qui consistait à rappeler aux exploitants agricoles canadiens de remplir leur questionnaire en utilisant diverses méthodes de contact, à des moments précis tout au long de la période de collecte. Cela a également encouragé les répondants à remplir leur questionnaire en ligne, tout en offrant d’autres options de réponse, comme commander un questionnaire papier, pour appuyer un taux de réponse complet. Ces rappels ont été appuyés par une campagne de communication du Recensement de l’agriculture et par la campagne de communication principale du Recensement de la population.

Un processus de suivi des cas de non-réponse (SCNR) a été mené pour obtenir les questionnaires remplis des exploitations agricoles qui n’avaient toujours pas retourné de questionnaire après les multiples rappels. Le SCNR du Recensement de l’agriculture a été mené du 7 juin au 29 août 2021, et a été réalisé exclusivement par Interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO), comme ce fut le cas en 2016.

Les répondants qui refusent ou négligent de remplir un questionnaire du Recensement de l’agriculture après de multiples rappels et un SCNR, ou qui donnent sciemment des renseignements erronés ou trompeurs, peuvent faire l’objet de poursuites et encourir des peines prévues par la Loi sur la statistique.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’obligation légale de remplir le questionnaire du Recensement de l’agriculture, veuillez consulter l’annexe 1.

Figure 1
Vagues de la collecte du Recensement de l’agriculture de 2021

Figure 1 – Vagues de la collecte du Recensement de l’agriculture de 2021

Description de la figure 1

Vague 1 :

3 mai 2021

  • Envoi par la poste de la lettre d'invitation avec un code d'accès sécurisé pour remplir le questionnaire en ligne
  • Nombre estimé : 237 000

Vague 2 :

13 mai 2021

  • Rappel par message vocal (si aucun courriel valide n'est disponible)
  • Rappel par courriel
  • Nombre estimé : 87 000 + 43 000

Vague 3 :

18 mai 2021

  • Envoi de la lettre de rappel par la poste
  • Nombre estimé : 124 000

Vague 4 :

2 juin 2021

  • Rappel par message vocal
  • Nombre estimé : 82 000

Vague 5 :

7 juin 2021

  • Envoi par la poste de la deuxième lettre de rappel
  • Nombre estimé : 86 000

Suivi des Cas de Non-Réponse (début)

7 juin 2021

  • Début du suivi des cas de non-response au moyen d'interview téléphonique assistée par ordinateur

Vague 6 :

20 août 2021

  • Rappel final par courriel, y compris l'Assistance téléphonique du recensement comme option
  • Nombre estimé : 5 000

Suivi des Cas de Non-Réponse (fin)

29 août 2021

  • Fin du suivi des cas de non-réponse au moyen d'interview téléphonique assistée par ordinateur
  • Nombre estimé : 84 000

Univers de la collecte du Recensement de l’agriculture

L’univers du Recensement de l’agriculture a été divisé en trois segments pour la collecte : (1) les exploitations grandes et complexes, (2) les exploitations rares et uniques et (3) les exploitations standard. Une méthode de collecte adaptée a été élaborée pour chacun des trois segments. Dans tous les cas, sur la base de l’autoréponse du Recensement de l’agriculture de 2016, on a demandé aux exploitants agricoles de remplir par eux-mêmes le questionnaire.

À partir du début de février 2021, 372 exploitations agricoles grandes et complexes ont eu la possibilité de répondre. Ces exploitations ont reçu des questionnaires papier et leurs données ont été recueillies par l’entremise du programme des Statistiques sur les grandes entreprises agricoles (SGEA) à l’administration centrale de Statistique Canada. Celles qui n’ont pas répondu avant le 3 mai 2021 ont reçu un code d’accès sécurisé leur permettant de répondre par Internet. Pour celles qui n’ont pas répondu du tout, le processus de SCNR a été mis en œuvre par le programme SGEA jusqu’à la clôture de la collecte le 29 août 2021.

La collecte auprès d’un groupe choisi de types d’exploitation agricole difficiles à rejoindre ou nouveaux a été effectuée directement auprès de l’administration centrale de Statistique Canada. Il s’agissait de 404 pâturages communautaires et d’environ 500 opérations de culture du cannabis. On a offert à ces exploitations une méthode de collecte par ITAO. La collecte a débuté le 3 mai 2021 et pris fin le 30 novembre 2021.

Grâce à la collecte, les exploitations agricoles standard ont été appuyées par la méthodologie par vague pour la collecte du recensement, qui consistait en une série d’invitations et de rappels reflétant ceux fournis par le Recensement de la population, mais s’est adaptée à l’univers des exploitations agricoles. Le 3 mai 2021, toutes les exploitations agricoles de l’univers standard ont reçu une lettre d’invitation par la poste pour remplir le questionnaire du Recensement de l’agriculture en ligne. Comme en 2016, cette lettre contenait un code d’accès sécurisé pour remplir le questionnaire en ligne, l’adresse Web du site Web du Recensement de 2021 et un numéro de téléphone pour permettre au répondant de communiquer avec l’Assistance téléphonique du recensement afin de remplir le questionnaire du Recensement de l’agriculture par téléphone ou de demander un questionnaire papier par la poste.

Assistance téléphonique du recensement

L’Assistance téléphonique du recensement est un service gratuit multilingue, qui est mis à la disposition de tous les répondants du Recensement de l’agriculture à l’échelle du pays. Le numéro sans frais figurait dans tous les documents de communication du recensement. Les téléphonistes de l’Assistance téléphonique du recensement étaient disponibles pour répondre aux questions sur le Recensement de l’agriculture, évaluer la portée des activités des répondants, remplir le questionnaire par téléphone ou envoyer un questionnaire papier à ceux qui préféraient le remplir sur papier.

Chapitre 5 – Traitement

Introduction

L’étape suivante de la collecte, appelée phase de traitement, comprend de nombreux contrôles de la qualité et de règles de vérification rigoureux afin de déterminer les problèmes liés à des données inexactes, manquantes ou incohérentes, et de les résoudre. Les situations ne pouvant être résolues par la vérification sont traitées par une procédure d’imputation, selon laquelle chaque réponse manquante ou incohérente sera remplacée par une valeur cohérente par rapport aux autres données du questionnaire ou par une réponse obtenue auprès d’une exploitation agricole semblable.

Pour la première fois, le Recensement de l’agriculture de 2021 a utilisé le système du Programme intégré de statistiques des entreprises (PISE) pour traiter les exigences en matière de vérification et d’imputation.

Réception et enregistrement

Les réponses au questionnaire pour le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population ont été traitées au moyen de processus communs de réception et d’enregistrement. Les réponses au questionnaire en ligne pour le Recensement de l’agriculture de 2021 ont été reçues par l’intermédiaire du Portail de gestion de la collection (PGC) et enregistrées toutes les heures dans le Système de traitement du recensement (STR). Le STR enregistrait aussi les réponses des intervieweurs en provenance de l’Assistance téléphonique du recensement, le suivi des cas de non-réponse (SCNR) sur une base régulière durant la collecte et le suivi. Les questionnaires papier reçus de Postes Canada ont également été enregistrés et transmis au PGC toutes les heures. Les employés du recensement étaient avisés (par l’entremise du PGC) des questionnaires qui avaient été reçus, afin de cesser toute communication avec les répondants en question, pendant les procédures de SCNR.

Traitement des données du Recensement de l’agriculture

Traitement initial

Les données du Recensement de l’agriculture provenant du PGC ont été initialement traitées dans un système de traitement du recensement dédié (STR*Pro). Le traitement initial comprenait quatre tâches principales : contrôle géographique, codage de réponse, déduplication et couplage agriculture–population.

Traitement initial

Contrôle géographique - Ce processus a attribué des codes géographiques du recensement à l’emplacement principal de l’activité agricole de chaque exploitation, conformément à la règle de l’emplacement principale de l’exploitation agricole.

Le questionnaire du Recensement de l’agriculture a permis aux répondants de déclarer soit l’adresse municipale, soit le quart de section, la section, le canton, le rang et le méridien de l’emplacement principal de leur exploitation agricole.

Ces données ont fait l’objet d’une série de procédures et de processus automatisés de normalisation, qui ont attribué la province ou le territoire, la région agricole de recensement, la division de recensement et la subdivision de recensement unifiée. Cette hiérarchie géographique a facilité l’agrégation et la diffusion de données agricoles aux échelons infraprovinciaux.

Start of text box

Règle de l'emplacement principal de l'exploitation agricole

On attribue à toutes les données recueillies d'une exploitation agricole donnée, composée de nombreuses parcelles de terrain situés dans différentes régions géographiques normalisées (municipalités rurales ou comtés) une région géographique où est situé l'emplacement principal de l'exploitation.

L'application de la règle de l'emplacement principal de l'exploitation pourrait donner lieu à des incohérences apparentes liées à l'attribution des terres et des produits à des régions géographiques distinctes.

End of text box

Codage des réponses - Comme le questionnaire du Recensement de l’agriculture ne comportait pas une liste exhaustive de tous les éléments agricoles possibles (p. ex. produits et pratiques), en raison de contraintes d’espace, des questions ouvertes incluant « veuillez préciser » ont été utilisées pour permettre aux répondants d’indiquer et de déclarer les éléments plus rares sur le questionnaire.

Des champs pour réponses écrites ont été fournis pour d’autres grandes cultures : autres légumes de champ; autres fruits, petits fruits et noix; autres produits cultivés dans une serre; autres volailles; tout autre animal; autres types d’énergie renouvelable produits dans l’exploitation; et autres méthodes utilisées pour vendre des produits agricoles directement aux consommateurs pour la consommation humaine.

Un code unique a été attribué pour faire la distinction entre chacun de ces autres éléments. Un système de codage automatisé a été utilisé dans la plupart des cas; le reste a été codé manuellement.

Déduplication - Ce processus a permis de repérer et de supprimer les questionnaires en double de la base de données du Recensement de l’agriculture. Il peut y avoir des questionnaires en double lorsque deux partenaires ou plus ont reçu et rempli un questionnaire distinct pour la même exploitation agricole, ou lorsqu’il existait des documents en double dans la base du Recensement de l’agriculture.

Couplage agriculture–population - Ce processus a tenté de faire correspondre les exploitants agricoles du Recensement de l’agriculture et les personnes de la base de données du Recensement de la population pour créer un enregistrement composé. Le processus a utilisé le G-Coup, un système probabiliste généralisé de couplage d’enregistrements conçu par Statistique Canada pour rassembler les deux enregistrements et déterminer les individus communs aux deux populations. Les enregistrements composés qui en ont résulté ont permis d’ajouter ou de confirmer des données clés au niveau de la personne, comme le sexe et l’âge, du Recensement de la population à l’ensemble de données du Recensement de l’agriculture.

Vérification et imputation

Après le traitement initial, les données du Recensement de l’agriculture ont été transférées dans le système du Programme intégré de la statistique des entreprises (PISE). L’un des principaux avantages de l’utilisation de ce nouveau système pour le traitement ultérieur des données du Recensement de l’agriculture en 2021 était son approche modulaire. Le PISE a généré de nombreux indicateurs de la qualité des données, par exemple, si une unité était un non-répondant, si un point de données avait été imputé ou s’il avait été rempli à l’aide de renseignements provenant d’une autre source de données. Ces indicateurs ont finalement été utilisés à l’étape de l’estimation afin de déterminer indirectement divers indicateurs de la qualité.

Le système PISE comprenait les trois principales tâches de traitement suivantes : l’importation et l’intégration des données, la vérification et l’imputation, ainsi que l’estimation.

Vérification et imputation

Importation et intégration des données - Les données des répondants du Recensement de l’agriculture et les données de remplacement provenant de sources administratives (p. ex. revenus et dépenses, et forme juridique de l’exploitation) ont été importées dans le PISE, puis intégrées, avec les corrections manuelles apportées par les analystes de données, dans un seul dossier pour chaque entité de l’univers du Recensement de l’agriculture. Une fois l’intégration terminée, les données étaient prêtes pour les processus de vérification et d’imputation.

Vérification et imputation - Les données recueillies peuvent contenir des réponses invalides, incohérentes ou manquantes à la suite d’une mauvaise interprétation de la part du répondant ou d’une non-réponse ou d’erreurs involontaires ou délibérées. Les processus de vérification et d’imputation ont permis de corriger ces erreurs de données en fournissant des valeurs valides et plausibles lorsqu’il manquait des réponses. Cette étape comprenait les éléments suivants :

  1. Des tâches préliminaires de vérification et de nettoyage automatisé ont été effectuées, notamment :
    • le remplissage des cellules avec des zéros à partir de questions sautées dans l’enchaînement des questions en ligne;
    • le calcul des variables dérivées (p. ex. le nombre d’exploitations déclarant chaque produit) et des totaux non recueillis utilisés pour la diffusion (p. ex. tout le blé);
    • la correction de certaines erreurs courantes commises par les répondants;
    • le calcul du total des parties, lorsque toutes les parties sont déclarées (non vides) et que le total est vide;
    • le remplissage des blancs avec des zéros lorsque le total et certaines parties sont présents;
    • le remplissage des parties avec des zéros lorsque toutes les parties sont vides et que le total est zéro.
  2. De nombreuses méthodes d’imputation ont été utilisées pour compléter les données manquantes du Recensement de l’agriculture, allant des changements automatisés à l’aide du système généralisé de vérification et d’imputation Banff de Statistique Canada aux modifications manuelles faites par les analystes.
  3. Habituellement, les variables sélectionnées étaient tout d’abord imputées puis utilisées comme points d’ancrage, lors des étapes subséquentes, pour imputer d’autres variables connexes.

    Les types d’imputation effectués étaient les suivants :

    • imputation déterministe, pour corriger des erreurs systématiques ou des erreurs n’ayant qu’une seule solution en se fondant sur l’expérience des spécialistes du domaine;
    • imputation par donneur, lorsque plusieurs solutions étaient possibles pour résoudre une erreur; en particulier, une méthode d’imputation par donneur, également appelée méthode du plus proche voisin, a été utilisée pour traiter la non-réponse partielle et la non-réponse totale (elle a remplacé l’information manquante, invalide ou incohérente au sujet d’un exploitant avec des valeurs provenant d’une autre exploitation « semblable »);
    • imputation par quotient, lorsque les relations observées entre deux variables de la population sont utilisées pour imputer une valeur lorsque l’une des deux variables est manquante, p. ex. pour les champignons spéciaux et les machines;
    • imputation historique, où les données des recensements de l’agriculture précédents sont directement utilisées comme réponses, p. ex. pour les pâturages communautaires.
  4. D’autres tâches ont été effectuées (p. ex. répartition au prorata pour que la somme des parties correspondent aux totaux; remplissage des cases à cocher Oui/Non pour assurer la cohérence; nouveau calcul des variables dérivées; et la réalisation du nettoyage final, l’imputation et la répartition au prorata définitives).

Estimation - Comme le Recensement de l’agriculture n’utilise pas l’échantillonnage, les estimations peuvent être générées dans le PISE en résumant simplement les réponses aux variables d’intérêt pour les hiérarchies géographiques et les autres distributions requises. En même temps, le degré d’incertitude dans les estimations en raison de l’imputation est calculé pour une utilisation ultérieure dans le calcul des indicateurs de qualité.

Pour obtenir d’autres renseignements sur les diffusions du Recensement de l’agriculture, les indicateurs de la qualité des données et les méthodes de prévention de la divulgation, veuillez consulter le chapitre Diffusion.

Chapitre 6 – Évaluation de la qualité des données

Introduction

Les données du Recensement de l’agriculture fournissent des renseignements statistiques sur les exploitations et les exploitants agricoles à des niveaux géographiques fins et pour de petites sous–populations. Des activités d’évaluation de la qualité sont essentielles pour s’assurer que les données du recensement sont fiables et qu’elles répondent aux besoins des utilisateurs. Ces activités sont fondées sur le document Statistique Canada : lignes directrices concernant la qualité.

Exactitude des données

L’exactitude des données statistiques est la mesure dans laquelle l’information décrit correctement le phénomène qu’elle doit mesurer. Une partie intégrante de chaque Recensement de l’agriculture est la mise en œuvre de méthodes, de procédures et de technologies nouvelles ou améliorées qui, en fin de compte, contribuent à s’assurer que les données du Recensement de l’agriculture sont aussi exactes que possible en améliorant tous les secteurs du processus - de la collecte, au traitement, à la validation et à la diffusion des données. Voici quelques exemples de ces processus :

  • Le questionnaire en ligne a été testé à l’interne et par l’entremise de groupes de discussion, afin d’en assurer l’exactitude fonctionnelle et la convivialité.
  • La population à qui l’on a envoyé les questionnaires a fait l’objet d’un essai afin de trouver un équilibre approprié entre le sous-dénombrement et le surdénombrement potentiels et de représenter la nouvelle définition de l’exploitation agricole. Un ensemble supplémentaire d’enregistrements modélisés a été ajouté à cette population pour représenter les exploitations agricoles plus récentes et réduire le sous-dénombrement.
  • Le système de traitement a fait l’objet d’un examen et d’essais approfondis afin de s’assurer que les méthodes utilisées étaient appropriées et qu’elles fournissaient les résultats escomptés.
  • Le plan de collecte de données comprenait diverses options de collecte, différents moyens pour rappeler aux gens de répondre et un suivi intensif des cas de non-réponse par téléphone, pour augmenter les taux de réponse.
  • Les fournisseurs de données administratives ont été contactés pour s’assurer que l’on comprend bien le contenu de leurs données et pour valider les concepts qu’ils utilisent.
  • La méthodologie utilisée pour déterminer si un non-répondant doit être considéré comme exploitant une ferme ou non et le nombre et le type d’enregistrements modélisés à ajouter à la population ont fait l’objet d’une étude approfondie en examinant différentes méthodes et en les comparant aux données historiques.
  • Une équipe d’analystes dévoués a procédé à un examen approfondi des résultats, a apporté des modifications aux données au besoin et a souligné les améliorations potentielles au système de traitement, qui ont été mises en œuvre ultérieurement.
  • D’autres sources de données ont été utilisées pour comparer, évaluer et valider les estimations calculées.
  • Des méthodes statistiques éprouvées ont été utilisées pour coupler les données entre le Recensement de l’agriculture et d’autres sources de données.

Les taux de réponse pour le Recensement de l’agriculture de 2021 seront publiés le 11 mai 2022 et seront accessibles sur le portail du Recensement de l’agriculture.

Principaux types d’erreurs

Dans le cadre de projets aussi vastes et complexes que le Recensement de l’agriculture, les estimations produites sont inévitablement sujettes à un certain degré d’erreur. Le fait de connaître les types d’erreurs qui peuvent se produire et la façon dont elles influent sur certaines variables peut aider les utilisateurs à évaluer l’utilité des données pour leurs applications particulières, ainsi que les risques liés aux conclusions ou aux décisions fondées sur ces résultats. L’introduction d’indicateurs de qualité en 2021 aide les utilisateurs dans cette évaluation.

Des erreurs peuvent se produire à peu près à toutes les étapes du recensement, de la préparation des documents au traitement et à la totalisation des résultats finaux, en passant par la collecte des données. En outre, les erreurs peuvent être plus fréquentes dans certaines régions du pays ou peuvent varier selon la caractéristique mesurée. Certaines erreurs sont aléatoires et, lorsqu’un nombre suffisamment élevé de réponses individuelles sont agrégées, elles ont tendance à s’annuler. Dans le cas d’erreurs de cette nature, plus le groupe est important, moins il est probable que ces erreurs aient une incidence significative sur l’estimation correspondante. C’est pourquoi on conseille aux utilisateurs de données d’être prudents lorsqu’ils se servent des estimations fondées sur un petit nombre de réponses. Par contre, certaines erreurs peuvent être plus systématiques et donner lieu à des estimations biaisées. Parce que le biais découlant de ces erreurs est constant, peu importe l’ampleur du groupe dont les réponses sont agrégées, et parce que ce biais est particulièrement difficile à mesurer, les erreurs systématiques représentent un problème plus important pour la plupart des utilisateurs de données que celui généré par les erreurs aléatoires.

Pour obtenir plus de détails sur les processus utilisés pour déterminer et corriger les erreurs de données, veuillez vous reporter aux chapitres Collecte et Traitement.

Dans un programme statistique, on distingue deux principaux types d’erreurs : les erreurs d’échantillonnage et les erreurs non dues à l’échantillonnage. Dans le cas du Recensement de l’agriculture, il n’y a pas d’échantillonnage, de sorte que seules des erreurs non dues à l’échantillonnage se produisent. Les quatre types les plus courants d’erreurs non dues à l’échantillonnage sont les erreurs de couverture, les erreurs dues à la non-réponse, les erreurs de réponse et les erreurs de traitement.

Les quatre types les plus courants d’erreurs non dues à l’échantillonnage

Erreurs de couverture

Les erreurs de couverture peuvent se produire pour plusieurs raisons : les exploitations peuvent être exclues de façon erronée lors de la création de la base de sondage du recensement, les unités peuvent être classées de façon erronée comme exploitation agricole ou non agricole pendant les procédures de traitement des données, ou les exploitations agricoles sont dénombrées plus d’une fois.

La population initiale utilisée pour la collecte de données du Recensement de l’agriculture était constituée des enregistrements figurant dans le Registre des entreprises de Statistique Canada qui ont répondu aux critères d’inclusion dans la base de sondage du recensement. Cela comprend des indications d’activité agricole fondées sur les données fiscales reçues de la part de l’Agence du revenu du Canada, l’inclusion dans des populations spéciales connues, comme les établissements qui exercent une activité agricole, les exploitations agricoles précédemment connues ou les signaux provenant de données administratives. La population a été conçue intentionnellement pour couvrir un plus grand nombre d’exploitations que le nombre d’exploitations de qui l’on s’attendait à ce qu’elles s’identifient comme exploitation agricole. Il s’agissait de réduire les biais potentiels liés au sous-dénombrement (fermes oubliées).

Étant donné que les données fiscales n’étaient disponibles que pour l’année de référence 2019, la population initiale ferait l’objet d’un sous-dénombrement en raison des exploitations agricoles qui ont commencé leurs activités en 2020 ou 2021. On a ajouté à la population des enregistrements modélisés pour représenter ces nouvelles exploitations. Ces enregistrements n’ont pas été envoyés pour la collecte, mais ont plutôt servi de source à l’imputation de données.

En dépit de ces efforts, certaines erreurs de couverture se produisent. Certaines exploitations agricoles actives ne sont peut-être pas encore incluses dans la base de sondage du recensement. Des erreurs de couverture peuvent se produire en ce qui a trait aux établissements dans la base de sondage lorsque des unités non répondantes sont classées de façon erronée comme des entreprises agricoles ou non agricoles pendant le traitement des données du Recensement de l’agriculture. Des méthodes bien définies et rigoureusement étudiées pour déterminer qu’un établissement non répondant est une exploitation agricole active ou non permettent de réduire ces erreurs. En outre, les exploitants agricoles qui faisaient partie de la base de sondage du Recensement de l’agriculture et qui n’ont pas répondu au questionnaire envoyé par la poste ou qui n’ont pas reçu de lettre en raison d’une adresse postale incorrecte ont été contactés par téléphone pour remplir un questionnaire.

Par ailleurs, afin de réduire le surdénombrement, des activités de déduplication ont été entreprises avant la création de la base de sondage et pendant le traitement des données du Recensement de l’agriculture.

Des erreurs de couverture ont également émergé en raison de l’utilisation d’enregistrements modélisés. Le nombre d’enregistrements ajoutés à la population initiale était fondé sur des modèles statistiques, qui sont associés à l’incertitude. Cela pourrait entraîner soit un sous-dénombrement (un nombre insuffisant d’enregistrements est ajouté), soit un surdénombrement (trop d’enregistrements sont ajoutés). Des recherches sur différents modèles et quelques données fiscales préliminaires de 2020 ont été utilisées pour réduire cette possibilité.

Les erreurs de couverture pour le Recensement de l’agriculture de 2021 seront diffusées le 11 mai 2022 et seront accessibles sur le portail du Recensement de l’agriculture.

Erreurs dues à la non-réponse

Des erreurs dues à la non-réponse se produisent lorsque l’on ne fournit pas une partie ou la totalité de l’information sur les exploitations et les exploitants agricoles. Certains questionnaires du Recensement de l’agriculture sont partiellement remplis ou laissés en blanc, habituellement parce que le répondant était absent pendant la période du recensement ou parce qu’il a refusé de remplir le questionnaire. Pour encourager la participation, Statistique Canada a fourni aux répondants trois façons de répondre au Recensement de l’agriculture : par Internet, qui était la méthode par défaut préférée, mais aussi sur papier ou par téléphone.

La principale période de collecte pour le recensement s’est étalée de mai à août, afin de permettre aux exploitants de répondre au moment qui leur convenait. On a envoyé plusieurs rappels aux non-répondants, sur différents supports, afin de les encourager à répondre. Des efforts supplémentaires ont été déployés pour obtenir des réponses auprès des exploitations qui semblaient suffisamment importantes pour réduire le biais possible de non-réponse.

Lorsqu’aucune réponse n’était reçue, les données pour l’exploitation étaient imputées au moyen de méthodes statistiques. Les méthodes d’imputation reposent sur des données sur les exploitations non répondantes que Statistique Canada possède déjà, et ce, afin d’obtenir des réponses plausibles aux questions du recensement.

Erreurs de réponse

Des erreurs de réponse surviennent lorsqu’une question est mal comprise ou qu’une caractéristique est mal rapportée par le répondant du Recensement de l’agriculture, ou lorsqu’il donne une réponse approximative. Dans le Recensement de l’agriculture, les réponses invraisemblables ou incohérentes sont confirmées ou corrigées en communiquant avec les répondants ou en consultant d’autres sources d’information sur l’exploitation agricole, puisque les réponses pourraient avoir une incidence importante sur les totaux au niveau provincial ou infraprovincial.

Les réponses en ligne au Recensement de l’agriculture de 2021 comportaient des modifications qui ont incité un répondant à entrer des données invalides ou improbables, ou des données étaient manquantes. En outre, les questionnaires en ligne du recensement comportent certains champs déjà remplis à partir des données sur l’entreprise du Registre des entreprises (p. ex. la dénomination sociale et l’adresse de l’entreprise), ce qui réduit les erreurs. Par ailleurs, les enchaînements automatisés réduisent le fardeau des répondants en leur permettant de sauter les questions qui ne s’appliquent pas à eux. En 2021, pour la première fois, les répondants ont indiqué toutes les activités qui se déroulent à la ferme, dans un seul endroit du questionnaire, afin de leur permettre de s’assurer plus facilement qu’ils avaient tenu compte de toutes leurs activités. Les questionnaires en ligne proposaient également une aide aux répondants qui souhaitaient obtenir des renseignements supplémentaires sur une question du recensement, ce qui réduisait la probabilité que les termes et les questions soient mal interprétés.

Erreurs de traitement

Des erreurs de traitement peuvent se produire à n’importe quelle étape du traitement, comme des erreurs de codage et de classification, des erreurs dans la détermination si un non-répondant menait des activités dans une exploitation ou non, et des erreurs liées aux limites de la procédure d’imputation (en vue de corriger les réponses manquantes ou incohérentes, conformément à la description de la section Erreurs due à la non-réponse).

Ces erreurs ont été atténuées grâce à l’utilisation de méthodes automatisées de recherche et de test, suivies de la validation par les analystes du recensement.

Validation et certification des données

Les processus finaux d’assurance de la qualité des données du Recensement de l’agriculture consistent en la validation des données et la certification des données.

Validation des données

La validation des données représente la dernière occasion d’analyser les données du recensement, de détecter et de corriger les erreurs importantes et d’évaluer la qualité finale des données avant leur publication. En 2021, le Recensement de l’agriculture est passé d’un processus linéaire à un processus itératif dans le cadre du Programme intégré de la Statistique des entreprises (PISE). Dans le cadre du PISE, la validation des données se produit en parallèle avec la collecte et le traitement, plutôt qu’à leur suite. Cette approche itérative, connue sous le nom d’« estimations en continu », signifie que les analystes examinent les estimations plus tôt dans le cycle de recensement, étant donné que les estimations initiales étaient disponibles avant la clôture de la collecte. Selon l’étape du recensement, les estimations en continu ont été effectuées au moins une fois par semaine, ce qui a permis d’intégrer les corrections manuelles de façon continue.

Pour trouver et corriger des erreurs importantes, les analystes du recensement ont d’abord examiné les données au niveau agrégé, cherchant des anomalies dans les données agrégées aux niveaux géographiques provincial et infraprovincial, les données croisées par type d’exploitation et les classes de revenus. Pour toutes les variables du recensement, les analystes ont vérifié les différences significatives entre les recensements de 2021 et de 2016, tant pour les estimations de valeur que pour le nombre d’exploitations agricoles qui ont déclaré ces estimations, et ont comparé ces taux de changement avec leurs attentes. Les données de référence, comme les enquêtes, les indices des prix, les données sur les importations et les exportations, les données administratives et d’autres informations, ont également été examinées pour faire face aux résultats observés dans les données du Recensement de l’agriculture de 2021. Les données ont été analysées dans le contexte des conditions de la période qu’elles reflètent. Pour les données agricoles, cela comprend des événements économiques importants, des tendances du marché, des phénomènes météorologiques, des facteurs du marché du travail, etc.

Au cours de la deuxième étape du processus de validation des données, les analystes du recensement ont examiné les données au niveau de l’exploitation, en examinant les dossiers individuels, afin de déterminer toute réponse ou erreur de traitement et de la corriger. Les dossiers individuels ont été comparés aux recensements précédents, aux enquêtes agricoles en cours et aux sources de données administratives. Au besoin, on communiquait avec les répondants pour vérifier leurs réponses. L’accent était mis sur les enregistrements qui ont contribué le plus aux estimations pour une variable donnée. Les autres erreurs liées à une déclaration incorrecte, à la saisie de données ou à d’autres raisons ont été identifiées et corrigées.

Au cours de la dernière étape du processus de validation des données, un examen final au niveau macro a été effectué pour évaluer les estimations finales et l’incidence du processus.

Certification

Une fois que les analystes du recensement ont décidé que les estimations étaient prêtes et défendables, ils ont préparé des rapports de certification contenant les résultats de l’analyse, y compris un résumé de l’enquête entreprise, les anomalies trouvées dans les données et traitées, et des recommandations en vue de la diffusion. Ces rapports ont été présentés à un comité d’examen de la certification composé de cadres supérieurs et de spécialistes du domaine, qui ont évalué les constatations et ont finalement décidé si les données étaient aptes à être utilisées et prêtes à être diffusées et mises à la disposition des utilisateurs de données.

Start of text box

Les exploitations de cannabis ont été exclues

Les données sur les exploitations de cannabis ont été recueillies pour la première fois par le Recensement de l’agriculture de 2021. En raison de la complexité de la structure organisationnelle et des activités de ces exploitations, ces répondants n’ont pas été en mesure de fournir des réponses qui saisissent précisément l’activité agricole de la culture du cannabis dans son intégralité ou dissociée des activités non agricoles. De plus, le taux de réponse pour les exploitations de cannabis était faible, ce qui a donné lieu à un taux d’imputation élevé. Par conséquent, les exploitations de cannabis ont été exclues des bases de données du Recensement de l’agriculture et de ses diffusions de données. À titre d'alternative, le Recensement de l'agriculture a publié les données sur le cannabis tirées des dossiers administratifs reçus de Santé Canada. Ces données fournissent le nombre de cultivateurs de cannabis autorisés et leurs superficies de culture de cannabis aux niveaux géographiques nationaux et provinciaux. Des renseignements distincts sont disponibles pour les exploitations cultivant du cannabis sous abri et en plein champ. Les exploitations de cannabis incluses dans cette diffusion ne sont pas comprises dans toutes les autres diffusions du Recensement de l’agriculture.

End of text box

Indicateurs de la qualité

Pour la première fois dans l’histoire du Recensement de l’agriculture, des indicateurs de qualité accompagneront la plupart des estimations diffusées pour la diffusion des données sur les exploitations et les exploitants agricoles de 2021. Certaines estimations n’auront pas d’indicateurs de qualité (p. ex. le nombre d’exploitants agricoles).

Ces indicateurs de qualité tiennent compte des variances en raison de l’incertitude associée à l’imputation et à la méthode de prévention de la divulgation comme ajustement tabulaire aléatoire utilisée pour maintenir la confidentialité des répondants.

Pour obtenir d’autres renseignements sur les diffusions du Recensement de l’agriculture, les indicateurs de la qualité des données et les méthodes de prévention de la divulgation, veuillez consulter le chapitre Diffusion.

Chapitre 7 – Diffusion

Introduction

Le Recensement de l’agriculture est la pierre angulaire du programme de statistiques agricoles du Canada. L’objectif principal du processus de diffusion du Recensement de l’agriculture est de veiller à ce que les produits et services du recensement répondent aux principaux besoins de la majorité des utilisateurs de données. Comme il en est pour les recensements précédents, le Recensement de l’agriculture de 2021 s’efforce de fournir le plus de données possible gratuitement au public en temps opportun et de façon conviviale.

Le Recensement de l’agriculture de 2021 offre une grande variété de produits et de services, qui seront accessibles sur le nouveau portail du Recensement de l’agriculture. La plupart des produits du Recensement de l’agriculture de 2021 (données, analyses, outils interactifs, cartes, références, etc.) doivent être diffusés en 2022, à compter de la publication des données sur les exploitations et les exploitants agricoles, le 11 mai 2022.

Les produits de diffusion du Recensement de l’agriculture (tableaux de données, articles analytiques, documents de référence, infographies, outils interactifs de visualisation de données, etc.) peuvent être consultés sur le nouveau portail en ligne du Recensement de l’agriculture.

Données du Recensement de l’agriculture

Le Recensement de l’agriculture conserve quatre types principaux de bases de microdonnées : données sur les exploitations agricoles, données sur les exploitants agricoles, données socioéconomiques et données agroenvironnementales.

Données du Recensement de l’agriculture

Données sur les exploitations agricoles

La base de microdonnées sur les exploitations agricoles comprend des variables au niveau de la ferme de recensement, comme le nombre d’exploitations agricoles, le type d’exploitation, les cultures, l’horticulture, les serres, les champignons, les entailles d’érables, les arbres de Noël, l’utilisation des terres, le mode d’occupation des terres, les produits, le fumier, l’irrigation, les pratiques de travail du sol et d’ensemencement, les pratiques et aménagements des terres, le bétail, la volaille, les abeilles, l’agriculture biologique, les revenus et les dépenses d’exploitation agricole, les ventes directes, les travailleurs agricoles rémunérés, les technologies, la production d’énergie renouvelable, et les plans de relève agricole.

Des bases de données agricoles ont été créées pour 1961, 1966, 1971, 1976, 1981, 1986, 1991, 1996, 2001, 2006, 2011, 2016 et 2021.

Les données agricoles agrégées sont accessibles aux niveaux géographiques du Canada, de la province ou du territoire, de la région agricole de recensement (RAR), de la division de recensement (DR) et de la subdivision de recensement unifiée (SRU).

Données sur les exploitants agricoles

La base de microdonnées sur les exploitants agricoles comprend des variables au niveau de l’exploitant agricole, comme le nombre d’exploitants, l’âge, le sexe et la contribution hebdomadaire moyenne au travail agricole et à d’autres travaux rémunérés.

Des bases de données sur les exploitants agricoles, comprenant jusqu’à trois exploitants par ferme de recensement, ont été créées pour 1991, 1996, 2001, 2006, 2011, 2016 et 2021 (note : avant le Recensement de l’agriculture de 1991, les renseignements sur un seul exploitant étaient recueillis pour chaque ferme de recensement).

Les données agrégées sur les exploitants agricoles sont accessibles aux niveaux géographiques du Canada, de la province ou du territoire, de la RAR, de la DR et de la SRU.

Données socioéconomiques

La base de microdonnées sur le couplage agriculture–population comprend des variables provenant du couplage entre le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population. Elle fournit un profil socioéconomique de la population agricole (c.-à-d. les exploitants et leurs ménages) aux niveaux de la personne, de la famille et du ménage, et elle comprend des variables comme l’âge, le sexe, l’état matrimonial, l’origine ethnique, le pays de naissance, la langue maternelle, le niveau de scolarité et le revenu.

Les données agrégées sur les couplages agriculture–population ne sont disponibles qu’aux niveaux géographiques du Canada et des provinces (les trois territoires du Canada sont exclus).

Des bases de microdonnées sur le couplage agriculture–population ont été créées pour 1971, 1981, 1986, 1991, 1996, 2001, 2006 et 2016, et seront de nouveau créées pour 2021.

Notes 

  • Les renseignements sur la population étaient extraits du questionnaire détaillé du Recensement de la population, un questionnaire obligatoire distribué à 20 % des ménages canadiens jusqu’en 2006, et à 25 % des ménages en 2016 et en 2021.
  • En 2011, le Recensement de l’agriculture était couplé à l’Enquête nationale sur les ménages (ENM), qui a été distribuée à environ 33 % des ménages canadiens. L’ENM a remplacé le questionnaire détaillé du Recensement de la population pour cette année seulement.

Données agroenvironnementales

La nouvelle base de microdonnées spatiales agroenvironnementales offre aux clients la possibilité de commander des totalisations personnalisées, y compris des données sur les cultures et le bétail du Recensement de l’agriculture, pour des limites géographiques spéciales comme les bassins hydrographiques, les pédopaysages du Canada, les écodistricts ou d’autres secteurs supplémentaires. Dans le but de mieux appuyer les demandes de données environnementales, la base de données spatiales agroenvironnementales vise à répartir géographiquement les produits de manière plus exacte que ne le permet la base de données principale du Recensement de l’agriculture (où toutes les données recueillies pour une exploitation agricole sont affectées à la zone géographique où se trouve l'emplacement principal de l'exploitation).

Cette base de données sera créée à partir du Recensement de l’agriculture de 2021 et remplacera la base de données des Composantes géographiques de recensement du Recensement de l’agriculture (créée pour les recensements de 1996, 2001, 2006, 2011 et 2016).

Stratégie de diffusion du Recensement de l’agriculture

Évaluation de la stratégie de 2016

Statistique Canada a effectué une évaluation de la stratégie de diffusion du Recensement de l’agriculture de 2016 afin de fournir une évaluation neutre et fondée sur des données probantes, de déterminer les lacunes et de formuler des recommandations devant être mises en œuvre dans la stratégie de 2021.

La méthode d’évaluation consistait en des examens de documents, des entrevues avec des spécialistes du domaine de Statistique Canada et des entrevues avec des utilisateurs de données internes et externes.

L’évaluation a permis de constater qu’une majorité des personnes interrogées était satisfaite de la diffusion du Recensement de l’agriculture de 2016 et a noté une amélioration par rapport à 2011. Les tableaux de données ont été indiqués comme étant les produits les plus utilisés.

Pour ce qui est de l’actualité, les personnes interrogées étaient satisfaites de la publication des Données sur les exploitations et les exploitants agricoles de 2016, un an après le jour du recensement. Toutefois, les personnes interrogées ont estimé que la date de diffusion des Données du couplage agriculture–population (2,5 ans après le jour du recensement) et, dans une moindre mesure, la date de diffusion de certains tableaux historiques (19 mois après le jour du recensement) influaient sur leur utilité.

L’évaluation a également permis de déterminer des lacunes dans les analyses croisées avec les secteurs non agricoles dans l’analyse des secteurs émergents et dans les directives sur l’utilisation des outils Web.

Pour obtenir des renseignements détaillés sur l’évaluation de la stratégie de diffusion du Recensement de l’agriculture, veuillez consulter le rapport Évaluation du Recensement de l’agriculture et de l’innovation dans le Programme de la statistique agricole.

Stratégie pour 2021

La stratégie de diffusion du Recensement de l’agriculture de 2021 est axée sur l’utilisateur et repose sur les commentaires recueillis lors de l’évaluation du programme de recensement précédent et des consultations auprès des utilisateurs. Cette stratégie est fondée sur des diffusions qui ont une grande incidence, où les utilisateurs reçoivent les renseignements dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin, de la manière dont ils veulent y accéder, ainsi qu’avec les outils et les connaissances nécessaires pour en tirer pleinement parti.

Les principaux objectifs de la stratégie de diffusion du Recensement de l’agriculture ayant une grande incidence sont les suivants :

  • améliorer l’accès, l’interprétation et l’actualité des renseignements;
  • améliorer le contenu analytique et l’accès;
  • concevoir des produits et des services qui permettent aux utilisateurs d’accéder aux données et de les utiliser de différentes manières.

Les principaux objectifs de la stratégie de diffusion du Recensement de l’agriculture ayant une grande incidence

Description de la figure 2

Améliorer l'accès, l'interprétabilité et l'actualité des renseignements :

  • Nouveau : Portail en ligne du Recensement de l'agriculture
  • Nouveau : Réduction de la suppression tout en protégeant la confidentialité
  • Nouveau : Indicateurs de la qualité de la plupart des estimations diffusées
  • Nouveau : Guide du Recensement de l'agriculture
  • Diffusion plus rapide des tableaux historiques et des données socioéconomiques

Améliorer le contenu analytique et l'accès :

  • Diffusion d'analyses horizontales davantage transversaless
  • Diffusion de recherche sur des nouveaux secteurs et enjeux
  • Diffusion d'infographies, d'infobulles et sur les médias sociaux
  • Point d'accès unique pour les articles analytiques : Un coup d'œil sur l'agriculture canadienne

Concevoir des produits et des services qui permettent aux utilisateurs d'accéder aux données et de les utiliser de différentes manières :

  • Nouveau : Outil interactif de visualisation des données sur les exploitations et les exploitants agricoles
  • Nouveau : Outil de cartographie
  • Nouveau : Outils de profil des communautés
  • Nouveau: Données spatiales agroenvironnementales
  • Centralisation des services à la clientèle

Les détails de ces initiatives seront discutés dans le présent chapitre.

Réduction de la suppression tout en protégeant la confidentialité

Toutes les données totalisées du Recensement de l’agriculture sont soumises à une procédure de prévention de la divulgation afin d’empêcher la possibilité d’associer des données statistiques à toute opération agricole ou à toute personne identifiable.

Statistique Canada a entrepris d’explorer de nouvelles méthodes relatives à la diffusion des estimations de données économiques afin d’établir un équilibre entre le besoin de produire davantage des données de grande qualité et la protection des renseignements confidentiels. L’objectif du Recensement de l’agriculture de 2021 est de répondre aux besoins de ses utilisateurs en matière de données, en diffusant des données plus pertinentes que jamais auparavant, sans compromettre la confidentialité des répondants du recensement, et tout en respectant les normes de qualité des données adéquates.

Protection de la confidentialité des données agricoles

Pour atteindre cet objectif, une nouvelle méthode d’évitement de la divulgation sans aucune suppression, appelée ajustement tabulaire aléatoire (ATA) a remplacé la méthode traditionnelle de suppression de cellule utilisée dans les recensements précédents (c.-à-d. G-Confid). Cette méthode s’appliquera exclusivement aux données des « exploitations agricoles » se rapportant aux totalisations officielles de diffusion pour les Données sur les exploitations et les exploitants agricoles de 2021, qui seront publiés sur le site Web de Statistique Canada le 11 mai 2022.

L’ajustement tabulaire aléatoire (ATA) est une technique statistique utilisée pour protéger les renseignements confidentiels figurant dans les données diffusées au moyen d’ajustements aléatoires appliqués aux estimations de nature délicate. L’ajout de ce « bruit » aléatoire aux estimations empêche la divulgation des données déclarées propres à une personne. Cette technique diffère des techniques de suppression qui ont traditionnellement été utilisées dans le cas des tableaux de données économiques diffusés par Statistique Canada, car elle améliore l’utilité des données. En utilisant l’ATA, Statistique Canada peut repérer les estimations de nature délicate et les ajuster de façon aléatoire au lieu de les supprimer. L’ampleur de l’ajustement est calculée afin d’assurer la protection des renseignements confidentiels des répondants. Une fois la valeur ajustée, l’organisme attribue une mesure de la qualité à l’estimation pour indiquer aux utilisateurs le degré de confiance qu’ils peuvent avoir dans sa précision. Pour obtenir d’autres renseignements sur les indicateurs de qualité, veuillez vous reporter à la section Indicateurs de qualité pour les estimations publiées dans le présent chapitre.

L’utilisation de l’ATA par le Recensement de l’agriculture de 2021 entraînera une augmentation importante des estimations diffusables par rapport aux recensements précédents (p. ex. 35 % de toutes les estimations non nulles, à l’exclusion des estimations du nombre d’exploitations agricoles, ont été supprimées en 2016).

Enfin, G-Confid continuera d’être la méthode de choix pour les demandes de données personnalisées, souvent plus complexes et sensibles, commandées auprès du Centre de service de données de Statistique Canada.

Pour obtenir d’autres renseignements sur l’ATA, veuillez consulter l’article du blogue Bienvenue à l’ajustement tabulaire aléatoire.

Protection de la confidentialité des données de l’exploitant agricole

Une procédure d’arrondissement aléatoire (à l’aide de la fonction d’arrondissement G-Confid) est appliquée à toutes les données figurant dans les tableaux des exploitants agricoles. Avec cette technique, tous les exploitants agricoles comptent dans ces tableaux (p. ex. nombre d’exploitants selon le sexe ou le groupe d’âge), y compris les totaux, et sont arrondis de façon aléatoire, soit vers le haut, soit vers le bas, à un multiple de cinq.

Bien que cette procédure d’arrondissement aléatoire protège contre la divulgation, elle n’ajoute pas d’erreur significative aux données, dans la plupart des cas. Elle entraîne toutefois certaines incohérences dans les données.

  • Étant donné que les totaux de tableaux sont arrondis de façon aléatoire, indépendamment de la valeur des composantes qui les composent, il peut y avoir certains écarts entre les totaux arrondis et la somme de leurs composantes arrondies.
  • De même, les répartitions en pourcentage, qui sont calculées en fonction des valeurs arrondies des composantes, ne totalisent pas nécessairement 100 %. Les moyennes sont toutefois calculées à partir de données non arrondies.
  • Les composantes de données individuelles contenant de faibles dénombrements perdent significativement plus de précision, en raison de l’arrondissement aléatoire, que celles contenant des dénombrements plus importants.
  • Enfin, on peut s’attendre à des différences mineures dans les totaux correspondants et les valeurs des composantes apparaissant dans différents tableaux, car l’arrondissement aléatoire est effectué indépendamment pour chaque tableau.

Protection de la confidentialité des données socioéconomiques

Estimations des comptes - Comme pour les données sur l’exploitant agricole, une méthode d’arrondissement aléatoire (à l’aide de G-Confid) est appliquée à tous les dénombrements au niveau de la personne, du ménage et de la famille (c.-à-d. le nombre de personnes, le nombre de ménages ou le nombre de familles) apparaissant dans les tableaux de Données de couplage agriculture–population, qui comprennent les caractéristiques socioéconomiques de la population agricole.

Les mêmes incohérences de données décrites pour la procédure d’arrondissement aléatoire des données sur les exploitants, dans la section précédente, s’appliquent aux données socioéconomiques.

Estimations de la valeur - Pour les variables « valeur » (p. ex. le revenu agricole total - le montant en dollars), par contre, les valeurs sont d’abord soumises à une combinaison de suppression minimale des seuils et de suppression de la dominance (en utilisant G-Confid). S’il n’y a pas suppression, les valeurs sont ajustées de façon à ce que la moyenne réelle soit préservée (c.-à-d. la moyenne réelle est obtenue lorsque l’estimation de la valeur ajustée est divisée par l’estimation correspondante du nombre arrondi au hasard).

La perte de précision due à l’ajustement des estimations de valeur augmente considérablement à mesure que les estimations de chiffres connexes diminuent.

Indicateurs de qualité pour les estimations diffusées

Pour la première fois, le Recensement de l’agriculture fournira un indicateur de qualité pour la plupart des estimations diffusées dans les tableaux officiels de diffusion des Données sur les exploitations et les exploitants agricoles diffusées sur le site Web de Statistique Canada le 11 mai 2022.

Ces indicateurs de qualité tiendront compte de l’écart en raison de l’imputation provenant du traitement et de tout écart supplémentaire requis par la méthode de prévention de la divulgation de l’ATA pour protéger la confidentialité des répondants au recensement. Les indicateurs de qualité seront déterminés par des lettres, allant de A à F, chaque lettre représentant une plage de coefficient de variation (CV) spécifique, comme le montre le tableau ci-dessous.


Tableau 2
Indicateurs de qualité des données du Recensement de l’agriculture
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 2 Indicateurs de qualité des données du Recensement de l’agriculture. Les données sont présentées selon Indicateur de qualité (titres de rangée) et Valeur du coefficient de variation et Description(figurant comme en-tête de colonne).
Indicateur de qualité Valeur du coefficient de variation Description
A < 5,00 % Excellent
B 5,00 % à 9,99 % Très bon
C 10,00 % à 14,99 % Bon
D 15,00 % à 24,99 % Acceptable
E 25,00 % à 49,99 % À utiliser avec prudence
F ≥ 50,00 % Trop peu fiable pour être diffusé

Amélioration du contenu analytique et de l’accès

Les objectifs analytiques de la stratégie du Recensement de l’agriculture en matière de diffusion ayant une grande incidence sont d’améliorer les diffusions et de diffuser des articles et des médias pertinents et accessibles par l’entremise de :

  • la diffusion d’une analyse d’histoires plus transversales, horizontales et ciblées, allant au-delà du secteur primaire;
  • la diffusion de recherches sur les secteurs, les tendances et les enjeux émergents (p. ex. l’adoption de technologies, la vente directe, les répercussions de la COVID-19, l’approvisionnement alimentaire et la sécurité alimentaire);
  • la diffusion d’infographies, d’infobulles et sur les médias sociaux;
  • un point d’accès unique pour tous les articles analytiques, soit Un coup d’œil sur l’agriculture canadienne.

Le Recensement de l’agriculture a renforcé et continuera de renforcer les partenariats avec d’autres secteurs spécialisés de Statistique Canada et avec des chercheurs externes afin d’accroître l’analyse horizontale, allant au-delà du secteur de l’agriculture primaire.

Région géographique de diffusion

La plupart des produits de données du Recensement de l’agriculture sont disponibles à l’échelon national et à quatre niveaux spécifiques de la variante des régions agricoles de la Classification géographique type de Statistique Canada :

Notes :

  • Les données du Recensement de l’agriculture pour les territoires ne sont pas disponibles aux niveaux sous-territoriaux de la géographie (p. ex. RAR, DR ou SRU).
  • Les renseignements sociodémographiques des Données de couplage agriculture–population ne sont disponibles qu’aux niveaux géographiques nationaux et provinciaux.
  • Les données du Recensement de l’agriculture ne sont pas disponibles au niveau de la subdivision de recensement.
  • Les données de la base de données spatiales agroenvironnementales du Recensement de l’agriculture sont disponibles pour les bassins hydrographiques, les pédopaysages du Canada, les écodistricts et d’autres régions géographiques personnalisées.

Produits et services du Recensement de l’agriculture de 2021

Le Recensement de l’agriculture de 2021 offre une grande variété de produits et de services, qui seront accessibles sur le nouveau portail du Recensement de l’agriculture.

Le tableau suivant présente la liste des produits actuellement prévus pour la diffusion et les dates de diffusion provisoires.

Note : Cette liste est compilée uniquement à des fins de planification. Les dates de diffusion peuvent changer. La liste peut également être mise à jour périodiquement.


Tableau 3
Produits du Recensement de l’agriculture et dates de diffusion
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 3 Produits du Recensement de l’agriculture et dates de diffusion. Les données sont présentées selon Date de diffusion (titres de rangée) et Produit et Description(figurant comme en-tête de colonne).
Date de diffusion Produit Description
22 février 2022 Cartes de référence
Produit no 95-630-X au catalogue
Année de recensement 2021
Ce produit fournit des cartes de référence statiques comportant les limites, les codes et les noms des niveaux géographiques au Canada pour lesquels les données du Recensement de l’agriculture sont diffusées : province ou territoire, région agricole de recensement (RAR), division de recensement (DR) et subdivision de recensement unifiée (SRU).
22 février 2022 Outil de cartographie du Recensement de l’agriculture
Produit no 32260003 au catalogue
Année de recensement 2016
Il s’agit d’un tout nouveau produit.
L’Outil de cartographie du recensement de l’agriculture est une application de cartographie Web interactive conviviale qui permet de visualiser rapidement la distribution spatiale des données du recensement de l’agriculture. Les utilisateurs peuvent sélectionner des variables de recensement à afficher pour quatre niveaux géographiques : province ou territoire, RAR, DR et SRU.
Cette diffusion comprend les données sur les exploitations et les exploitants agricoles pour 2016 et sera mise à jour plus tard en 2022, avec les données de 2021.
14 avril 2022 Guide du Recensement de l’agriculture
Produit no 32260003 au catalogue
Année de recensement 2021
Il s’agit d’un tout nouveau produit.
Le Guide du Recensement de l’agriculture est un document de référence qui donne un aperçu des diverses phases du recensement (communications, détermination du contenu, collecte, traitement, évaluation de la qualité des données et diffusion) et d’autres renseignements utiles pour les utilisateurs.
11 mai 2022

Données sur les exploitations et les exploitants agricoles
Année de recensement 2021

Ce produit brosse un tableau complet de l’industrie agricole au Canada tous les cinq ans.
L’édition 2021 de ce produit comprendra :
  • un article dans Le Quotidien;
  • 40 tableaux de données thématiques comprenant toutes les variables recueillies par le Recensement de l’agriculture de 2021;
  • 14 tableaux historiques — diffusés sept mois plus tôt que lors du dernier recensement afin de tenir compte de la rétroaction des utilisateurs — comparant des estimations choisies pour plusieurs années de recensement;
  • un outil interactif de visualisation des données qui met en évidence les données sélectionnées des exploitations et des exploitants agricoles.
11 mai 2022 Données couplées aux limites géographiques
Année de recensement 2021
Ce produit fournit des données sur les exploitations et les exploitants agricoles du Recensement de l’agriculture couplées aux fichiers des limites géographiques, afin que les utilisateurs puissent produire des cartes et effectuer des analyses spatiales à l’aide d’un système d’information géographique sans fournir trop d’efforts. Les niveaux géographiques inclus dans ce produit sont les suivants : Canada, province ou territoire, région agricole de recensement (RAR), division de recensement (DR) et subdivision de recensement unifiée (SRU).
Ce produit est diffusé sur les portails Plateforme géospatiale fédérale et Cartes ouvertes du gouvernement du Canada.
15 juin 2022 Outil de cartographie du Recensement de l’agriculture
Produit no 32260003 au catalogue
Année de recensement 2021
L’Outil de cartographie du recensement de l’agriculture est une application de cartographie Web interactive conviviale qui permet de visualiser rapidement la distribution spatiale des données du recensement de l’agriculture. Les utilisateurs peuvent sélectionner des variables de recensement à afficher pour quatre niveaux géographiques : province ou territoire, RAR, DR et SRU.
Cette diffusion charge les données de 2021 sur les exploitations et les exploitants agricoles dans l’outil.
15 juin 2022 Profils des communautés
Produit no 32260004 au catalogue
Année de recensement 2021
Il s’agit d’un tout nouveau produit.
Cet outil récupère les données d’exploitations et d’exploitants agricoles sélectionnées pour un niveau géographique spécifique indiqué par l’utilisateur.
15 juin 2022 Un coup d’œil sur l’agriculture canadienne
Produit no 96-325-X au catalogue
Année de recensement 2021
Ce produit fournit des articles sur les profils des provinces et territoires mettant en évidence les principaux résultats du Recensement de l’agriculture de 2021.
15 juin 2022 Un coup d’œil sur l’agriculture canadienne
Produit no 96-325-X au catalogue
Année de recensement 2021
Il s’agit du début d’une série d’articles analytiques courts et accessibles fondés sur les données du Recensement de l’agriculture de 2021 sur les exploitations et les exploitants agricoles (dates de diffusion précises à confirmer).
27 septembre 2022

Fichier des limites pour l’écoumène agricole
Produit no 92-639-X au catalogue
Année de recensement 2021

Ce produit délimite les secteurs d’activités agricoles importantes au Canada. Ce produit est généralisé pour la cartographie à petite échelle et peut être utilisé pour découper ou recouper n’importe quel fichier des limites géographiques, administratives ou naturelles, afin de limiter l’affichage des données aux secteurs où l’activité agricole est concentrée au Canada. Lorsqu’il est utilisé dans les cartes thématiques de densité de points et de choroplèthe, le concept de l’écoumène fournit une représentation plus précise de la répartition spatiale des données dans les régions géographiques.
27 septembre 2022

Fichier des limites pour l’écoumène agricole – Guide de référence
Produit no 92-639-G au catalogue
Année de recensement 2021

Le présent guide de référence donne un aperçu du produit Fichier de délimitation de l’écoumène agricole (92-639-X), y compris la méthodologie générale utilisée pour créer les fichiers et d’autres renseignements techniques importants.
27 septembre 2022 Recensement de l’agriculture : Cartes thématiques
Produit no 95-634-X au catalogue
Année de recensement 2021
Ce produit fournit des cartes montrant la répartition de la densité spatiale des thèmes de données spécifiques du Recensement de l’agriculture. Les données présentées dans ces cartes peuvent être qualitatives (p. ex. types d’exploitation prédominants) ou quantitatives (p. ex. variation de l’inventaire du bétail entre les deux derniers recensements).
13 décembre 2022 Données spatiales agroenviron-nementales
Produit no 32260005 au catalogue
Année de recensement 2021
Ce tout nouveau produit offre aux clients la possibilité de commander des totalisations personnalisées, y compris des données sur les cultures et le bétail du Recensement de l’agriculture, pour des limites géographiques spéciales comme les bassins hydrographiques, les pédopaysages du Canada, les écodistricts ou d’autres secteurs supplémentaires.
25 août 2023 Données du couplage agriculture–population
Année de recensement 2021
Ce produit comprend des données sélectionnées issues du couplage entre le Recensement de l’agriculture et le Recensement de la population aux niveaux national et provincial. Il fournit un profil socioéconomique de la population agricole aux niveaux de la personne, de la famille et du ménage, et au niveau de l’exploitation, et elle comprend des variables comme l’âge, le sexe, l’état matrimonial, l’origine ethnique, le pays de naissance, la langue maternelle, le niveau de scolarité et le revenu.
L’édition de 2021 de ce produit, diffusée plus tôt que lors du dernier recensement pour répondre aux commentaires des utilisateurs, comprendra :
  • un article dans Le Quotidien;
  • des tableaux de données thématiques;
  • des infographies.
Automne et hiver 2023/2024 Un coup d’œil sur l’agriculture canadienne
Produit no 96-325-X au catalogue
Année de recensement 2021
Il s’agit du début d’une série d’articles analytiques courts et accessibles fondés sur les données socioéconomiques de 2021 de la base de données du couplage agriculture–population (dates de diffusion précises à confirmer).

Services à la clientèle et demandes de données personnalisées

Le Recensement de l’agriculture a transféré les services à la clientèle au Centre de service de données régional de Statistique Canada, le 31 mars 2020. L’objectif était de fournir de meilleurs services aux utilisateurs de données en leur offrant ce qui suit :

  • un guichet unique pour n’importe quel type de données (agriculture et autres), avec une équipe spécialisée dans différents domaines connaissant les données, ce qui crée des synergies horizontales et favorise l’intégration des données;
  • une capacité continue de service à la clientèle et une couverture étendue dans tous les fuseaux horaires du pays, avec des heures de service prolongées;
  • des normes unifiées en matière de prix et de service et la possibilité de réduire les délais de livraison.

Le Centre de service de données de Statistique Canada peut adapter les produits de données et les services personnalisés du Recensement de l’agriculture pour répondre aux besoins particuliers en données, et ses consultants expérimentés sont disponibles pour conseiller les utilisateurs sur les produits personnalisés, qui répondront le mieux à leurs besoins.

Par exemple, des tableaux et des cartes thématiques personnalisés peuvent être produits pour les régions géographiques normalisées du Recensement de l’agriculture, comme la province ou le territoire, la RAR, la DR et la SRU, et pour les régions géographiques définies par l’utilisateur.

On peut préparer des totalisations personnalisées comprenant les données agricoles actuelles et historiques, les données sur les exploitants et les données socioéconomiques sur la population agricole pour chaque année de recensement en commençant en 1961. Des cartes thématiques personnalisées permettent aux utilisateurs de visualiser la répartition spatiale de la densité de données spécifiques du recensement de l’agriculture, à certains niveaux géographiques.

Le coût de chaque produit personnalisé est fixé en fonction du temps nécessaire à sa production, selon les exigences du client.

Les produits personnalisés peuvent être commandés par courriel ou par téléphone ou en remplissant un formulaire en ligne.

Annexe 1 – Obligation de répondre

Obligation de répondre

Tout comme Statistique Canada a l’obligation légale de mener un recensement, les répondants sont tenus, en vertu de la loi, de remplir leur questionnaire du recensement.

Cette obligation est prescrite par les paragraphes 7 (1), 8 (1), 23 (1) et 23 (2) ainsi que par l’article 31 de la Loi sur la statistique :

Règles, instructions et demandes de renseignements

Paragraphe 7 (1) :

Le statisticien en chef peut prescrire les règles, les instructions et, sous réserve du paragraphe 21 (1), les demandes de renseignements qu’il juge nécessaires pour les travaux et opérations de Statistique Canada, pour la collecte, la compilation et la publication des statistiques et autres renseignements et pour tout recensement autorisé par la présente loi.

Caractère obligatoire ou facultatif

Paragraphe 8 (1) :

Le statisticien en chef décide du caractère obligatoire ou facultatif des demandes de renseignements, sauf en ce qui concerne le recensement de la population et le recensement agricole, dont le caractère est obligatoire.

Demande de renseignements par tout moyen

Paragraphe 23 (1) :

Les demandes de renseignements prescrites en vertu de l’article 7 peuvent être faites par tout moyen autorisé par le statisticien en chef.

Obligation de fournir les renseignements

Paragraphe 23 (2) :

La personne à qui une demande de renseignements à caractère obligatoire est faite est tenue de fournir à Statistique Canada les renseignements demandés, dûment certifiés exacts, au plus tard à la date prescrite à cet effet par le statisticien en chef et communiquée à la personne, ou dans le délai supplémentaire que le statisticien en chef peut accorder à sa discrétion.

Renseignements erronés ou illégaux

L’obligation de remplir un questionnaire du recensement est appuyée par les pénalités prescrites par l’article 31 de la loi, qui a été modifié en 2017 pour supprimer les peines d’emprisonnement. Cette section est organisée comme suit :

Article 31 

Est coupable d’une infraction et passible, sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, d’une amende maximale de cinq cents dollars, quiconque, sans excuse légitime, selon le cas :

  1. refuse ou néglige, à la suite d’une demande de renseignements faite en vertu de la présente loi :
    1. soit de fournir les renseignements demandés dont il a connaissance ou qu’il croit connaître,
    2. soit de les fournir au moment et de la manière fixés par application de la présente loi;
  2. donne, sciemment, des renseignements erronés ou trompeurs ou commet toute autre fraude sous le régime de la présente loi.
Date de modification :