Les réfugiés sont-ils plus susceptibles de quitter leur destination initiale que les personnes dans la catégorie de l’immigration économique? Preuves récentes fondées sur les données longitudinales administratives du Canada

Articles et rapports : 11F0019M2020004

Description :

Contrairement aux personnes dans la catégorie de l’immigration économique et aux immigrants de la catégorie du regroupement familial, qui choisissent pour la plupart eux-mêmes l’endroit où ils vont s’établir au Canada, le lieu d’établissement initial des réfugiés est fortement influencé par les programmes de réinstallation du gouvernement. On attribue aux réfugiés pris en charge par le gouvernement (RPG) l’une des nombreuses collectivités désignées selon un quota régional de réfugiés approuvé au préalable et en fonction de la correspondance entre les besoins des réfugiés et les ressources communautaires. Les réfugiés parrainés par le secteur privé (RPSP) sont accueillis par leurs répondants, qui sont dispersés dans tout le pays. Bien que des travaux de recherche antérieurs laissent entendre que les réfugiés, en particulier les RPG, sont plus susceptibles d’entreprendre une migration secondaire que les autres immigrants, aucune étude quantitative à grande échelle n’a comparé les taux à long terme de départ des villes de destination initiale pour différentes catégories d’immigrants. La présente étude compare la migration secondaire à long terme au Canada selon la catégorie d’admission des immigrants et met l’accent sur la taille de la ville où ils s’établissent initialement.

Numéro d'exemplaire : 2020004
Auteur(s) : Hou, Feng; Kaida, Lisa; Stick, Max
FormatDate de sortieInformations supplémentaires
HTML28 janvier 2020
PDF28 janvier 2020