Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Nombre provisoire de décès et surmortalité, janvier à août 2020

Diffusion : 2020-10-28

La COVID-19 a commencé à se propager au Canada au début de 2020, et ses répercussions se sont fait sentir sur les collectivités et les familles partout au pays. Au cours de la première vague de la pandémie, de mars à juin, on a dénombré plus de 7 000 décès en surnombre au Canada. Bien que le nombre total de décès hebdomadaires en juillet soit revenu aux niveaux auxquels il aurait dû se situer s'il n'y avait pas eu de pandémie, le nombre de décès attribuables à la COVID-19 a encore une fois amorcé une tendance à la hausse au début de l'automne. L'Agence de la santé publique du Canada a fait état d'un plus grand nombre de décès attribuables à la COVID-19 au cours des 7 premiers jours d'octobre seulement (244 décès) par rapport au nombre total mensuel déclaré en août (191) ou en septembre (171).

Aujourd'hui, dans le cadre de son engagement à l'égard de la production de renseignements à jour et pertinents sur la COVID-19 et ses répercussions sur les Canadiens, Statistique Canada a diffusé une mise à jour d'un ensemble de données provisoires tiré de la Base canadienne de données sur les décès de la Statistique de l'état civil, couvrant ainsi la période de mars à la fin août. Malgré que les données soient provisoires (c'est-à-dire que seuls les décès répertoriés durant la période de référence qui ont été déclarés à Statistique Canada par les provinces et territoires sont inclus), elles offrent un repère important pour comprendre les répercussions possibles de la recrudescence de la pandémie de COVID-19 sur les collectivités partout au Canada.

Qu'avons-nous appris au sujet des données sur les décès attribuables à la COVID-19 de la première vague de la pandémie?

Depuis le début de la pandémie, les chiffres de surveillance qui ont été communiqués par les autorités sanitaires provinciales et territoriales ont fourni un aperçu ponctuel des décès attribuables à la COVID-19. Ces résultats sont fondés sur les cas confirmés du virus causant la COVID-19, ce qui signifie qu'ils n'incluent pas toujours les cas où une personne est morte de la COVID-19 avant d'avoir été testée.

Depuis mai, Statistique Canada diffuse des chiffres provisoires sur la surmortalité et les causes de décès, y compris ceux attribuables à la COVID-19. Au moment où le Canada connaît une recrudescence des cas de COVID-19, ces résultats peuvent être utilisés pour mieux saisir la nature des données de surveillance actuelles et ce qu'elles signifient sur le plan de la surmortalité dans l'ensemble du pays.

Le nombre de décès attribués à la COVID-19 par les autorités de la santé publique est comparable aux statistiques officielles sur les décès

Malgré les différences dans la façon dont les données sont recueillies, les résultats relatifs à la première vague de la pandémie montrent que les chiffres de surveillance des autorités de la santé publique sont comparables aux chiffres provisoires concernant les décès attribuables à la COVID-19 tirés de la Base canadienne de données sur les décès de la Statistique de l'état civil, la source officielle de données sur les décès au Canada. La tendance hebdomadaire était similaire pour les deux sources de données, la plus forte proportion de décès liés à la COVID-19 ayant été enregistrée en avril et mai, suivie d'une baisse importante pendant les mois d'été. Dans l'ensemble, les bureaux provinciaux et territoriaux de la statistique de l'état civil ont déclaré 8 145 décès attribuables à la COVID-19 de mars à juin. Cette proportion est d'environ 5 % supérieure aux chiffres de surveillance (7 755) déclarés pour la même période. Au fur et à mesure que les décès sont déclarés par les bureaux provinciaux et territoriaux de la statistique de l'état civil, cet écart pourrait augmenter.

Il y a quelques différences notables entre les sources de données ce qui explique pourquoi le nombre de décès déclaré diffère. Tout d'abord, contrairement aux statistiques officielles sur les décès, qui comprennent à la fois les cas confirmés et les cas probables de COVID-19, les chiffres de surveillance peuvent être limités aux cas confirmés seulement. Par exemple, le nombre de décès attribuables à la COVID-19 dont a fait état Santé publique Ontario inclut seulement les personnes qui sont décédées après avoir reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19. Cela signifie que les chiffres de surveillance peuvent ne pas inclure les cas où une personne est décédée de la COVID-19 avant d'avoir été testée. Cette différence aide à expliquer pourquoi les chiffres provisoires de la Statistique de l'état civil sont plus élevés pour la première vague. En outre, comme on le voit dans l'infographie 1, les résultats de la surveillance semblent accuser un certain retard comparativement au décompte officiel des décès, ce qui pourrait refléter des différences dans la façon dont les autorités provinciales et territoriales de la santé déclarent la date de décès.

Les données de surveillance déclarées par les autorités provinciales et territoriales de la santé fournissent un aperçu ponctuel du nombre de décès attribuables à la COVID-19 au Canada. Même s'il se peut qu'elles n'incluent pas les personnes décédées avant qu'elles aient été testées pour savoir si elles étaient porteuses du virus causant la COVID-19, il y a moins de 5 % d'écart entre celles-ci et les chiffres provisoires de décès qui sont déclarés par les bureaux de l'état civil.

Infographie 1  Vignette de l'infographie 1: Nombre officiel de décès dus à la COVID-19 hebdomadaires, nombre de surveillance de décès dus à la COVID-19, et estimations provisoires de surmortalité, Canada
Nombre officiel de décès dus à la COVID-19 hebdomadaires, nombre de surveillance de décès dus à la COVID-19, et estimations provisoires de surmortalité, Canada

La surmortalité au cours de la première vague de la pandémie correspond au nombre de décès attribuables à la COVID-19

La surmortalité, laquelle a lieu lorsque le nombre de décès au cours d'une période donnée est supérieur à ce qui serait normalement attendu pour cette période est une mesure importante pour comprendre les effets directs et indirects de la pandémie de la COVID-19. Si les effets directs comprennent les décès attribuables à la COVID-19, les effets indirects sont liés aux mesures mises en place pour lutter contre la pandémie. Ces mesures pourraient entraîner des hausses ou des diminutions de la mortalité (p. ex. interventions médicales annulées ou reportées, baisse du nombre d'incidents de la circulation et d'autres changements de comportements possibles tels qu'une consommation accrue de drogues ou de substances).

Les résultats provisoires de la première vague indiquent que les décès hebdomadaires attribuables à la COVID-19, selon les statistiques officielles sur les décès et les données de surveillance à l'échelle nationale, correspondent étroitement aux estimations provisoires de la surmortalité. Cela montre que la surmortalité au Canada au cours de cette période est due pour une large part à la COVID-19. Cependant, il est a noté que parfois la surmortalité au cours de cette période pourrait encore être due à des effets indirects de la pandémie ou à d'autres causes non directement liées à la pandémie.

Dans l'ensemble, si les similitudes entre les chiffres de la surveillance de la santé publique et les données officielles sur les décès persistent pendant la recrudescence du nombre de cas, le Canada connaîtra probablement une augmentation de la surmortalité en octobre.

Les décès attribuables à la COVID-19 ont touché certaines collectivités au Canada de façon disproportionnée

Aujourd'hui, Statistique Canada publie aussi l'article « Taux de mortalité attribuable à la COVID-19 dans les quartiers ethnoculturels du Canada ».

Cette étude a démontré que les taux de mortalité attribuables à la COVID-19 étaient plus élevés pendant la première vague de la pandémie dans les quartiers au Canada caractérisés par des proportions plus élevées de groupes de population désignés comme minorités visibles.

Au Québec et en Ontario, par exemple, le taux de mortalité normalisé selon l'âge dans les quartiers ayant les plus fortes proportions de groupes de population désignés comme minorités visibles était plus de trois fois supérieur à celui des quartiers ayant les plus faibles proportions de groupes de population désignés comme minorités visibles.

Ces tendances s'appliquent également à des groupes de population particuliers. À Montréal, plus la proportion de Canadiens noirs dans la population d'un quartier est élevée, plus le taux de mortalité lié à la COVID-19 est élevé. À Toronto, des résultats similaires ont été observés pour les Canadiens d'origine sud-asiatique.

  Note aux lecteurs

Les données diffusées aujourd'hui sont provisoires puisqu'elles ne sont pas fondées sur tous les décès qui sont survenus pendant la période de référence, en raison des délais de déclaration et du fait que les données ne sont pas disponibles pour le Yukon. Les estimations provisoires des décès ont été corrigées pour tenir compte des données incomplètes, lorsque cela est possible. La surmortalité dont il est question dans la présente analyse se rapporte à des estimations provisoires. Pour obtenir des renseignements sur les méthodes utilisées, veuillez consulter le module Définitions, sources de données et méthodes relatif à l'enquête 3233— Base canadienne de données de l'état civil – Décès.

Le nombre de décès et les estimations provisoires diffusés aujourd'hui pour les 36 premières semaines de 2020 pourraient ne pas correspondre à ceux d'autres sources (p. ex. rapports des médias), ou au nombre et aux estimations des autorités provinciales ou territoriales de la santé ou d'autres organismes.

Le nombre de certaines causes provisoires de décès regroupées pour les huit premiers mois de 2020 est diffusé pour les provinces et les territoires suivants : Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, le Québec, l'Alberta, la Colombie-Britannique, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. Les causes de décès pour les sept premiers mois de 2020 pour l'Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan et le Canada ont aussi été diffusées. Les estimations provisoires pour les 36 premières semaines de 2020 sont diffusées pour les provinces et territoires déclarants suivants : Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, le Québec, l'Alberta, la Colombie-Britannique et les Territoires du Nord-Ouest. Les estimations provisoires des décès pour les 28 premières semaines de 2020 pour le Nouveau-Brunswick, les 25 premières semaines pour le Nunavut, les 31 premières semaines pour l'Ontario et les 34 premières semaines pour le Canada sont également diffusées. En plus, les données ont été supprimées pour la semaine se terminant le 29 août 2020 et le 5 septembre 2020 pour le Manitoba, et la semaine se terminant le 5 septembre 2020 pour la Saskatchewan.

Les références à la première vague et à la période allant de fin mars à début juin désignent la période allant de la semaine se terminant le 28 mars à la semaine se terminant le 6 juin.

Le nombre de décès au Canada attribuables à la COVID-19 pour les 10 premiers jours d'octobre provient de la Mise à jour de l'éclosion de COVID-19 de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) (consultée le 8 octobre). Ces données ont été déclarées à l'ASPC par les autorités provinciales et territoriales de la santé. Pour obtenir les renseignements les plus récents, veuillez consulter le site Web de l'Agence de la santé publique du Canada.

Les données sur les décès attribuables à la COVID-19 provenant du site Web de l'ASPC sont recueillies à des fins de surveillance. Ces données peuvent être fondées seulement sur des cas confirmés du virus causant la COVID-19, ce qui signifie qu'elles n'incluent pas toujours les cas où une personne est décédée de la COVID-19 avant d'avoir été testée. De plus, les chiffres de la surveillance peuvent être fondés sur la date à laquelle le décès a été déclaré plutôt que sur la date à laquelle le décès est survenu. Enfin, ces chiffres peuvent inclure les décès pour lesquels la COVID-19 s'est avérée être une cause secondaire de décès ainsi que les décès pour lesquels la COVID-19 s'est avérée être la cause initiale du décès.

De l'information sur les données de surveillance liées à la COVID-19 qui ont été déclarées par les provinces et territoires peut être trouvée ici : Ressources des provinces et des territoires sur la COVID-19.

La Base canadienne de données de l'état civil - Décès fait autorité pour les données de décès au Canada puisqu'elle comprend tous les décès enregistrés ainsi que les causes de décès qui ont été certifiées par un professionnel de la santé, par un coroner ou par un médecin légiste. Dans le cas de la COVID-19, des distinctions sont faites entre la cause confirmée ou probable du décès en raison de la COVID-19. Malgré que ces statistiques de décès attribués à la COVID-19 incluent les décès pour lesquels la COVID-19 s'est avérée être la cause initiale du décès, il est possible qu'une personne soit décédée d'une autre maladie (qui s'est avérée être la cause initiale du décès) tout en ayant la COVID-19. Lors de cette circonstance, la COVID-19 fait partie des données sur les causes multiples.

Pour déterminer plus facilement les tendances relatives au nombre de décès hebdomadaires selon le groupe d'âge et le sexe, par province et territoire, un nouvel outil visuel interactif est offert, Nombre de décès hebdomadaires : outil interactif.

De plus amples renseignements sur la surmortalité pendant la pandémie de COVID-19 au Canada peuvent être obtenus dans l'article « La surmortalité au Canada pendant la pandémie de la COVID-19 ».

Produits

Afin de faciliter la détermination des tendances de la surmortalité selon la province et le territoire, un outil visuel interactif est disponible : Nombre ajusté de décès, nombre de décès attendus et estimations de surmortalité hebdomadaires : outil interactif

De plus amples renseignements sur la mortalité attribuée à la COVID-19 au Canada sont accessibles dans l'article intitulé « Taux de mortalité attribuable à la COVID-19 dans les quartiers ethnoculturels du Canada », lequel est diffusé aujourd'hui dans le cadre de la publication StatCan et la COVID-19 : des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur (Numéro au catalogue45280001).

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca) ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :