Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Services de restauration et débits de boissons, mars 2020

Diffusion : 2020-05-26

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Canada

4,0 milliards de dollars

Mars 2020

-36,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – T.-N-L.

47,3 millions de dollars

Mars 2020

-34,1 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Î.-P.-É.

17,3 millions de dollars

Mars 2020

-33,0 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – N.-É.

98,2 millions de dollars

Mars 2020

-32,2 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – N.-B.

71,0 millions de dollars

Mars 2020

-32,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Qc

744,6 millions de dollars

Mars 2020

-39,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Ont.

1 578,4 millions de dollars

Mars 2020

-36,9 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Man.

125,4 millions de dollars

Mars 2020

-30,4 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Sask.

109,1 millions de dollars

Mars 2020

-32,0 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Alb.

527,9 millions de dollars

Mars 2020

-34,3 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – C.-B.

655,3 millions de dollars

Mars 2020

-37,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Yn

5,0 millions de dollars

Mars 2020

-29,5 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – T.N.-O.

4,3 millions de dollars

Mars 2020

-31,9 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes des services de restauration et des débits de boissons – Nt

1,3 million de dollars

Mars 2020

-15,5 % baisse

(variation mensuelle)

Les ventes dans le sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons ont fléchi de 36,6 % (données désaisonnalisées) en mars 2020 pour s'établir à 4,0 milliards de dollars. La baisse enregistrée est attribuable aux fermetures d'entreprises partout au pays à la suite de l'adoption de nouvelles réglementations dans le contexte de la COVID-19. Il s'agit du recul le plus marqué depuis le début de la production de la série en 1998. On a observé une diminution des ventes dans tous les groupes d'industries et dans l'ensemble des provinces et des territoires.

Graphique 1  Graphique 1: Ventes des services de restauration et des débits de boissons
Ventes des services de restauration et des débits de boissons

De plus amples renseignements figurent dans le tableau de bord intitulé « Ventes des services de restauration et débits de boissons ». Cette application Web permet d'accéder aux données sur les ventes des services de restauration et des débits de boissons à l'échelle du Canada et selon la province ou le territoire. Cette application dynamique permet aux utilisateurs de comparer les données provinciales et territoriales à l'aide de cartes et de graphiques interactifs.

COVID-19

En mars, une série d'interventions gouvernementales sans précédent liées à la COVID-19 ont été mises en place. Cela comprenait entre autres la fermeture des entreprises non essentielles, des restrictions en matière de voyages et des mesures de santé publique ordonnant aux Canadiens de limiter leurs interactions publiques. Pendant la période de référence, toutes les provinces ont restreint l'accès aux entreprises de l'industrie de la restauration et ont exigé des fermetures.

Les salles à manger des restaurants ont fermé partout au Canada, et la vente de repas à emporter et la livraison sont devenues les seules options disponibles. Avant la pandémie, le Québec était la seule province à autoriser la vente d'alcool à l'achat de repas à emporter. Pour atténuer la pression exercée sur l'industrie, à la fin mars, la plupart des provinces permettaient aux restaurants de vendre des boissons alcoolisées à emporter. Toutefois, cette mesure n'a guère permis de maintenir les ventes à leurs niveaux habituels. Les restrictions et les fermetures touchant le sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons se sont poursuivies au cours des mois subséquents.

Les ventes diminuent alors que les effets des restrictions liées à la COVID-19 varient d'un groupe à l'autre

La baisse la plus prononcée en dollars a été observée dans les restaurants à service complet (-48,6 %). Venaient ensuite les établissements de restauration à service restreint (-23,8 %), les services de restauration spéciaux (-33,8 %) et les débits de boissons (-55,8 %).

Les restaurants à service complet (-48,6 %) ont affiché une forte baisse en mars. Bien que les provinces aient ordonné la fermeture des salles à manger pour la fin mars, des restrictions ont été imposées avant cela en vue de limiter le nombre de clients servis à table. Certains restaurants ont d'eux-mêmes fermé leur salle à manger avant la mise en place des restrictions, les clients ne fréquentant plus les établissements malgré leur ouverture. Les ventes d'alcool, qui représentent environ 20 % des ventes totales, ont diminué à la suite de la fermeture des salles à manger. La plupart des provinces ont autorisé les restaurants à vendre de l'alcool à l'achat de commandes à emporter ou à livrer au cours de la deuxième moitié du mois. Parallèlement, les supermarchés et autres épiceries (+27,1 %) et les magasins de bière, de vin et de spiritueux (+17,5 %) ont vu leurs ventes augmenter.

Les établissements de restauration à service restreint (-23,8 %) ont affiché la plus faible baisse en pourcentage, leurs ventes ayant été stimulées par la vente de repas à emporter et à livrer. On a observé une diminution des ventes à la suite de la fermeture des salles à manger ainsi que des kiosques situés dans les centres commerciaux.

Les ventes des services de restauration spéciaux, en particulier celles des services de restauration contractuels et des traiteurs, ont reculé de 33,8 %, les fermetures d'écoles et d'entreprises ayant rendu les cafétérias inutiles et les annulations de vols ayant fait baisser les ventes de repas à bord et celles des kiosques de restauration situés dans les aéroports. Les services de restauration contractuels qui travaillent dans les stades ont fermé boutique, alors que les événements sportifs ont été suspendus et les concerts, annulés. Les limites imposées relativement aux rassemblements dans les lieux publics ont eu des répercussions sur les événements tels que les mariages, les funérailles et les conférences, et de nombreux traiteurs ont vu leurs contrats annulés.

Les débits de boissons (-55,8 %) ont enregistré la plus forte baisse en pourcentage, à la suite de l'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes. Cette situation a obligé les boîtes de nuit et les bars à fermer avant même que les restaurants reçoivent l'ordre de le faire. Bon nombre d'entre eux n'ont pas d'option à emporter. La Saint-Patrick, habituellement l'une des soirées les plus occupées de l'année, a été annulée dans plusieurs débits de boissons au pays.

Toutes les provinces enregistrent une baisse des ventes

Toutes les provinces et tous les territoires ont enregistré une baisse des ventes en mars 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 et des restrictions et fermetures qui en ont découlé dans le sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons. L'Ontario (-36,9 %), le Québec (-39,6 %) et la Colombie-Britannique (-37,6 %) ont affiché les plus fortes diminutions en dollars.

En Ontario, le gouvernement provincial a déclaré l'état d'urgence le 17 mars et a ordonné la fermeture des restaurants et des bars, à l'exception des comptoirs de commandes à emporter et de livraison.

Le Québec (-39,6 %), qui a été la première province à imposer des restrictions, a enregistré la baisse la plus marquée en pourcentage. Le 15 mars, le gouvernement québécois a fermé tous les bars et a demandé aux restaurants de limiter la fréquentation à 50 % de leur capacité maximale. Le 23 mars, tous les services non essentiels, y compris les salles à manger des restaurants, étaient fermés.

La Colombie-Britannique (-37,6 %), qui a été l'une des premières provinces à imposer des restrictions relativement aux rassemblements de 50 personnes ou plus (le 16 mars), y compris en ce qui concerne les services de restauration et les débits de boissons, a affiché l'une des plus fortes diminutions. Le 18 mars, les bars, les pubs et les boîtes de nuit ont reçu l'ordre de fermer. Puis, le 20 mars, cela a été au tour des restaurants et des cafés, pour qui seules la vente de commandes à emporter et la livraison étaient autorisées.

Le plus faible recul des ventes en pourcentage a été enregistré au Manitoba (-30,4 %), où on a imposé des restrictions plus tard que dans les autres provinces. Le 20 mars, les restaurants ont dû limiter la fréquentation à 50 personnes ou à 50 % de leur capacité maximale, selon la première éventualité. Le 30 mars, les rassemblements de plus de 10 personnes ont été interdits, une mesure qui concernait les événements tels que les mariages et les funérailles. D'autres restrictions ne sont entrées en vigueur qu'à compter du 1er avril.

Les ventes diminuent d'une année à l'autre

Les données présentées dans cette section sont fondées sur des estimations non désaisonnalisées.

Les répercussions de la COVID-19 sur le sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons ont entraîné un recul de 36,6 % des ventes non désaisonnalisées en mars 2020 par rapport à mars 2019. Les ventes de chacun des groupes suivants ont diminué : les restaurants à service complet (-49,4 %), les établissements de restauration à service restreint (-22,9 %), les services de restauration spéciaux (-29,8 %) et les débits de boissons (-58,8 %).

Graphique 2  Graphique 2: Variation en pourcentage des ventes d'une année à l'autre du sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons, selon le groupe d'industrie, mars 2020
Variation en pourcentage des ventes d'une année à l'autre du sous-secteur des services de restauration et des débits de boissons, selon le groupe d'industrie, mars 2020

Les ventes d'une année à l'autre ont fléchi de près du tiers dans toutes les provinces, et l'Ontario (-36,7 %), le Québec (-38,6 %) et la Colombie-Britannique (-38,3 %) étaient à l'origine des trois quarts de la baisse totale observée à l'échelle nationale.

Les prix des aliments achetés au restaurant ont augmenté de 1,8 % en mars 2020 par rapport au même mois un an plus tôt, et les prix des boissons alcoolisées servies dans les établissements ayant un permis d'alcool ont progressé de 1,9 % au cours de la même période.


  Note aux lecteurs

À moins d'avis contraire, toutes les données qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants. Les données désaisonnalisées sont des données chronologiques que l'on a modifiées afin d'éliminer l'influence des caractéristiques saisonnières et de calendrier dans le but de faciliter la comparaison de la conjoncture économique sous-jacente d'une période à l'autre. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les données de tendance-cycle sont incluses dans certains graphiques pour complémenter les séries désaisonnalisées. Ces données représentent une version lissée d'une série chronologique désaisonnalisée et visent à fournir des renseignements sur les mouvements à plus long terme, notamment les variations de la direction qui sous-tend la séries. Pour obtenir des renseignements au sujet des données de la tendance-cycle, veuillez consulter le Blogue de StatCanet la page Estimations de la tendance-cycle — Foire aux questions.

Les données du mois de référence en cours sont provisoires. Habituellement, les données non désaisonnalisées sont révisées pour les deux mois précédents, et les données désaisonnalisées, pour les trois mois précédents. Les données désaisonnalisées et les estimations de la tendance-cycle peuvent faire l'objet de révisions lorsque de nouvelles observations deviennent accessibles. Ces révisions pourraient être importantes et pourraient même entraîner le renversement du mouvement, en particulier à la fin de la série et pendant des périodes de perturbations économiques.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :