Rapports sur la santé

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Mai 2015

Performance du module de dépistage du cancer du poumon du Modèle de gestion des risques de cancer

par William M. Flanagan, William K. Evans, Natalie R. Fitzgerald, John R. Goffin, Anthony B. Miller et Michael C. Wolfson

Le National Lung Screening Trial (NLST) a été mené aux États-Unis d’août 2002 à avril 2004 afin de déterminer si le dépistage par tomodensitométrie à faible dose (TDMFD) pouvait réduire la mortalité par cancer du poumon. Le NLST, qui comptait plus de 53 000 participants, a montré que trois tomodensitométries annuelles chez une population à haut risque réduisaient de 20 % la mortalité par cancer du poumon après environ six ans de suivi. Des essais européens à plus petite échelle fondés sur des protocoles de dépistage et des populations à risque un peu différents ont donné certaines preuves d’une plus faible mortalité ou n’ont révélé aucun avantage. Le Preventive Services Task Force a évalué la qualité de ces essais européens comme étant tout au plus passable, mais a considéré que le NLST était un essai de grande portée de bonne qualité, et a fait une recommandation de grade B concernant le dépistage annuel par TDMFD chez les personnes de 55 à 80 ans ayant des antécédents d’usage du tabac de 30 paquets-années qui fument ou ont arrêté de fumer au cours des 15 dernières années. Cependant, on ne sait pas quelle est la population « à risque » optimale pour le dépistage, ni la fréquence ou la durée optimale du dépistage. En outre, les rapports coût-efficacité de la TDMFD et de l’abandon du tabac ont été projetés pour une population américaine, mais non pour le Canada.


Évaluation de la qualité de la mesure des mauvais traitements physiques durant l'enfance dans l'Enquête nationale sur la santé de la population

par Margot Shields, Wendy Hovdestad et Lil Tonmyr

Bon nombre d'études ont documenté les associations entre les mauvais traitements physiques durant l'enfance et les troubles mentaux et physiques subséquents. La mesure des mauvais traitements dans ces analyses est habituellement fondée sur des déclarations rétrospectives d'adultes. Afin de mieux interpréter les études qui relient les mauvais traitements physiques durant l'enfance aux problèmes de santé plus tard dans la vie, il est important de comprendre la validité et la fiabilité de ces mesures.

Date de modification :