Résumé

Contexte

La consommation de boissons, plus particulièrement de l’eau, est essentielle à une saine alimentation. Le Guide alimentaire canadien (GAC) de 2007 formule des recommandations précises sur la consommation d’eau, de jus de fruits, de lait et de boissons à densité énergétique élevée. Les comparaisons précédentes des données nutritionnelles de 2004 et de 2015 montrent que le changement des habitudes de consommation de boissons peut expliquer certains des changements dans l’apport énergétique et l’apport en sucres observés dans la population canadienne. La présente étude a pour objectif de décrire les changements survenus dans la consommation de boissons de 2004 à 2015 ainsi que les liens entre ces changements et les recommandations formulées dans le GAC de 2007.

Données et méthodes

Les données proviennent de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Nutrition de 2004 et de 2015. Pour estimer tout changement de la proportion de Canadiens ayant consommé une boisson la journée précédente et de la quantité consommée, on a examiné 19 catégories de boissons établies selon les catégories du Bureau des sciences de la nutrition. La classification du GAC a servi à estimer la part relative de la consommation de jus par rapport aux portions totales de légumes et de fruits ainsi que la consommation de lait des sous-groupes de lait. La méthode du National Cancer Institute a été utilisée pour estimer la consommation habituelle.

Résultats

La consommation d’eau était plus élevée en 2015 qu’en 2004. La consommation de lait, de jus de fruits et de boissons à densité énergétique élevée comme les boissons aux fruits et les boissons gazeuses était moins élevée en 2015. Les changements dans la consommation d’eau, de boissons gazeuses et de boissons aux fruits reflètent principalement le changement de la proportion de Canadiens qui ont consommé ces boissons particulières la journée précédant leur déclaration, tandis que les changements dans la consommation de lait et de jus de fruits reflètent principalement le changement de la quantité consommée. En 2015, la majorité de la population consommait plus de légumes et de fruits entiers que de jus, ce qui correspond aux recommandations du GAC de 2007.

Interprétation

Les habitudes de consommation de boissons au Canada ont changé de 2004 à 2015. Certains de ces changements correspondent aux recommandations du GAC de 2007, le guide alimentaire qui était disponible au moment de l’enquête de 2015.

Mots-clés

aliments, apport alimentaire, eau, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, jus de fruits, lait, nutrition

DOI : https://www.doi.org/10.25318/82-003-x201900700003-fra

Résultats

La consommation de boissons, plus particulièrement de l’eau, est essentielle à une alimentation saine. Non seulement les boissons permettent de s’hydrater, mais elles peuvent également être une source importante d’énergie, de vitamines et de minéraux, selon le type de boissons consommées. Pour la première fois en plus d’une décennie, la consommation d’aliments et de boissons a été mesurée dans le cadre d’un rappel alimentaire de 24 heures lors de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Nutrition (ESCC – Nutrition) de 2015. Les comparaisons précédentes entre l’ESCC – Nutrition de 2004 et l’ESCC – Nutrition de 2015 montrent que les changements dans l’apport énergétique et l’apport en sucres totaux peuvent s’expliquer en partie par un changement des habitudes de consommation de boissons. [Article complet]

Auteur

Didier Garriguet (didier.garriguet@canada.ca) travaille à la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada à Ottawa, en Ontario.

Début de l'encadré

 

Ce que l’on sait déjà sur le sujet

  • Les premières comparaisons des données nutritionnelles de 2004 et de 2015 montrent que les changements des habitudes de consommation de boissons peuvent expliquer certains des changements dans l’apport énergétique et l’apport en sucres observés dans la population canadienne.
  • Les données sur les aliments disponibles au Canada indiquent que la disponibilité de la bière, des boissons gazeuses, de tous les types de lait, du jus de pomme et du jus d’orange a diminué de 2004 à 2015.

Ce qu’apporte l’étude

  • La consommation d’eau était plus élevée en 2015, et l’eau a contribué plus à l’hydratation en 2015 qu’en 2004.
  • La consommation de lait écrémé, 1 % ou 2 % était inférieure à la quantité recommandée de 500 ml, ou deux portions, par jour. Ce résultat a été observé dans les deux années d’enquête, mais la consommation moyenne était moins élevée en 2015 comparativement à 2004.
  • La consommation de jus de fruits était moins élevée en 2015 qu’en 2004, et moins de 40 % de la population a consommé plus de jus de fruits que de fruits entiers.
  • La consommation de boissons à densité énergétique élevée, particulièrement les boissons gazeuses régulières et les boissons aux fruits, était moins élevée en 2015 qu’en 2004, principalement en raison du changement de la proportion de la population qui avait consommé ce type de boissons la journée précédente

Fin de l'encadré

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :