Rapports sur la santé
Tension artérielle et hypertension

par Jason DeGuire, Janine Clarke, Kaitlyn Rouleau, Joël Roy et Tracey Bushnik

Date de diffusion : le 20 février 2019

DOI : https://www.doi.org/10.25318/82-003-x201900200002f

L’hypertension, ou la tension artérielle élevée, est l’un des principaux facteurs qui contribuent aux années de vie corrigées de l’incapacitéNote 1. Les taux de sensibilisation à l’hypertension, de traitement et de contrôle signalés au Canada sont parmi les plus élevés au mondeNote 2. Cette situation est attribuable à plusieurs facteurs, y compris aux efforts menés par les organismes et les professionnels des soins de santé pour réduire le fardeau de l’hypertension, et à l’efficacité de l’application des connaissances relatives à l’hypertension et à ses risquesNote 3. Malgré ces efforts, l’hypertension a touché près de 1 adulte canadien sur 4 pour la période de 2012 à 2015Note 4et est actuellement classée comme le principal facteur de risque de décès à l’échelle mondialeNote 5. En 2010, les coûts attribuables à l’hypertension au Canada étaient estimés à 13,9 milliards de dollars, et l'on prévoit qu’ils passeront à 20,5 milliards de dollars d’ici 2020Note 6. La surveillance continue est nécessaire afin de suivre et d’évaluer le fardeau de l’hypertension sur la population au Canada.

À partir des données les plus récentes (période de 2012 à 2015) de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS), la présente étude porte sur la tension artérielle systolique (TAS), la tension artérielle diastolique (TAD) et les estimations de la prévalence, du traitement et du contrôle de l’hypertension, ainsi que de la sensibilisation à celle-ci, chez les adultes de 20 à 79 ans selon le groupe d’âge et le sexe. L’hypertension est définie à l’aide de deux ensembles de seuils de tension artérielle : TAS >= 140 mm Hg ou TAD >= 90 mm HgNote 7; et TAS >= 130 mm Hg ou TAD >= 80 mm Hg (selon l’American College of Cardiology [l’ACC] et les lignes directrices de 2017 de l’American Heart Association [AHA]Note 8). Pour évaluer les tendances au fil du temps, les estimations brutes et normalisées selon l’âge de la TAS, de la TAD, et de la prévalence, du traitement et du contrôle de l’hypertension, ainsi que de la sensibilisation à celle-ci, sont également présentées pour les adultes âgés de 20 à 79 ans pour les périodes de 2007 à 2009, de 2009 à 2011, de 2012 et 2013, et de 2014 et 2015.

Méthodes

Source des données

Les données proviennent de l’ECMS, une enquête représentative sur la santé à l’échelle nationale. L’ECMS vise 96 % de la population canadienne de 3 à 79 ans. Elle exclut les personnes qui vivent dans les territoires, les habitants des réserves et d’autres établissements autochtones, les membres à temps plein des Forces canadiennes, les personnes vivant en établissement et les résidents de certaines régions éloignéesNote 9Note 10.

La collecte des données s’effectue en deux parties : lors d’une entrevue en personne à la maison, où l’information est recueillie sur les facteurs de risques liés à santé, les problèmes de santé et l’utilisation de médicaments; et une visite subséquente à un centre d’examen mobile (CEM), où des mesures physiques directes, y compris de la tension artérielle, sont prises (www.statcan.gc.ca/ecms). Pour produire des estimations selon le sexe et le groupe d’âge pour la période de référence de 2012 à 2015, les cycles 3 (2012 et 2013) et 4 (2014 et 2015) ont été combinés, pour un total de 6 357 adultes âgés de 20 à 79 ans. Les femmes enceintes (n = 43) et les personnes dont les données sur la tension artérielle sont incomplètes (n = 20) ont été exclues. La taille finale de l’échantillon d’analyse était de 6 294 personnes.

Pour les comparaisons au fil du temps, les résultats fondés sur les mêmes critères d’exclusion sont également présentés pour chaque cycle de l’enquête. L’échantillon final était de 3 487 personnes pour le cycle 1 (de 2007 à 2009), de 3 618 pour le cycle 2 (de 2009 à 2011), de 3 158 pour cycle 3 (2012 et 2013), et de 3 136 pour le cycle 4 (2014 et 2015)Note 9Note 10Note 11Note 12.

Mesures et définitions

Tension artérielle. Des mesures de la tension artérielle systolique (TAS) et de la tension artérielle diastolique (TAD) ont été prises au CEM au moyen de l’appareil BpTRUMC BPM-300 (BpTRU Medical Devices Ltd., Coquitlam [Colombie-Britannique]). On a mesuré la circonférence au milieu du bras pour le positionnement du brassard, et on a utilisé le brassard de la taille appropriée. L’appareil prend six lectures pour chaque participant, et les cinq dernières servent à calculer une moyenne pour déterminer les niveaux de TAS et de TADsNote 13.

Hypertendu140/90. Les répondants étaient considérés comme hypertendus s’ils avaient une TAS >= 140 mm Hg ou une TAD >= 90 mm Hg, ou s’ils ont déclaré avoir utilisé des médicaments contre l’hypertension au cours du dernier mois.

Hypertendu130/80. Les répondants étaient considérés comme hypertendus s’ils avaient une TAS >= 130 mm Hg ou une TAD >= 80 mm Hg, ou s’ils ont déclaré avoir utilisé des médicaments contre l’hypertension au cours du dernier mois.

L’hypertension systolique isolée est définie comme la proportion de la population faisant de l’hypertension dont la TAS mesurée est ≥ 140 mm Hg et la TAD mesurée est < 90 mm Hg.

Par sensibilisation à l’hypertension, on entend la déclaration par le répondant d’une hypertension140/90 diagnostiquée ou de l’utilisation de médicaments contre l’hypertension au cours du dernier mois.

Par hypertension traitée, on entend une déclaration par le répondant hypertendu de l’utilisation de médicaments contre l’hypertension au cours du dernier mois.

Par hypertension contrôlée,on entend la déclaration par le répondant hypertendu de l’utilisation de médicaments contre l’hypertension au cours du dernier mois ainsi qu’une TAS moyenne mesurée < 140 mm Hg et une TAD moyenne mesurée < 90 mm Hg.

L’utilisation de médicaments contre l’hypertensionfait référence aux médicaments enregistrés au cours des entrevues à domicile et cliniques qui sont attribués aux codes de la classification thérapeutique anatomique (CTA) suivants : C02 (à l’exclusion des C02KX01); C03 (à l’exclusion des C03BA08 et C03CA01); C07 (à l’exclusion des C07AA07, C07AA12 et C07AG02); C08; C09.

La prévalence normalisée selon l’âge représente la prévalence possible de l’hypertension si la population à l’étude avait eu la même répartition selon l’âge qu’une population type donnée. La normalisation selon l’âge permet de comparer des estimations en éliminant l’influence des changements dans la répartition selon l’âge de la population.

Analyse

Les estimations pondérées de la TAS moyenne et de la TAD moyenne et la prévalence, le traitement et le contrôle de l’hypertension, ainsi que la sensibilisation à celle-ci, ont été calculées. Les poids de rééchantillonnage produits par Statistique Canada ont été utilisés pour calculer l’estimation de la variance (intervalle de confiance [IC] de 95 %) et effectuer le test de signification. Les poids de sondage appropriés et les degrés de liberté du dénominateur ont été utilisés pour analyser les cycles de données combinés ou individuels Note 9Note 10Note 11Note 12Note 14. Les données ont été analysées grâce aux logiciels SAS 9.3 et SUDAAN 11.0.

Toutes les estimations sont présentées selon les normes de déclaration uniforme proposées (brutes, normalisées selon l’âge, par groupe d’âge) de l’hypertension chez les adultes au moyen des données d’enquête sur la populationNote 7. La méthode directe a été utilisée pour normaliser selon l’âge les estimations en fonction de la population mondiale normalisée de l’Organisation mondiale de la SantéNote 15.

Résultats

Tensions artérielles systolique et diastolique moyennes

La TAS et la TAD moyennes étaient de 115/74 mm Hg chez les hommes âgés de 20 à 79 ans pour la période de 2012 à 2015 et de 112/70 mm Hg chez les femmes âgées de 20 à 79 ans pour la même période (tableau 1). La TAS et la TAD variaient selon le groupe d’âge et le sexe. Tant chez les hommes que chez les femmes, la TAS a augmenté avec l’âge, mais la différence en ce qui a trait à la TAS entre les groupes d’âge les plus jeunes et les plus âgés était beaucoup plus élevée chez les femmes (25 mm Hg) que chez les hommes (14 mm Hg). La TAD moyenne était plus élevée chez les hommes d’âge moyen (40 à 69 ans), tandis que chez les femmes, la TAD moyenne était relativement stable pour tous les groupes d’âge. Les valeurs brutes ou normalisées selon l’âge de la TAS et de la TAD n’ont pas changé significativement chez les hommes et les femmes entre la période de 2007 à 2009 et celle de 2012 à 2015 (tableau 2). Durant la période de 2012 à 2015, la prévalence de l’hypertension systolique isolée (HSI) était plus élevée chez les femmes que chez les hommes (figure 1). Les hommes et les femmes âgés de 70 à 79 ans avaient une prévalence plus élevée d’HSI que les groupes d’âge plus jeunes.

Prévalence de l’hypertension

Durant la période de 2012 à 2015, près de 1 personne sur 4 (24 % des hommes et 23 % des femmes) âgée de 20 à 79 ans faisait de l’hypertension140/90 (tableau 3). La prévalence de l’hypertension140/90 a augmenté de manière considérable avec l’âge. Les hommes (71 %) et les femmes (69 %) âgés de 70 à 79 ans étaient environ trois fois plus susceptibles de faire de l’hypertension140/90 que les hommes (25 %) et les femmes (21 %) âgés de 40 à 59 ans. Entre la période de 2007 à 2009 et celle de 2012 à 2015, la prévalence de l’hypertension140/90 chez les personnes âgées de 20 à 79 ans est restée relativement stable, soit à environ 23 % (brut) ou 18 % (taux normalisés selon l’âge) (tableau 2).

L’application du seuil 130/80 mm Hg (hypertension130/80) pour classer les gens comme faisant de l’hypertensionNote 8 a entraîné une augmentation importante de la prévalence globale de l’hypertension chez les deux sexes et tous les groupes d’âge (figure 2). Plus précisément, 40 % des hommes faisaient de l’hypertension130/80, ce qui représente 16 points de pourcentage de plus que le taux de prévalence de l’hypertension140/90. Chez les femmes, le taux de prévalence de l’hypertension130/80 était de 9 points de pourcentage de plus que le taux de prévalence de l’hypertension140/90. La plus grande différence relative de la prévalence a été observée chez les personnes âgées de 20 à 39 ans (3 % à 15 %, pour les deux sexes combinés).

Sensibilisation à l’hypertension, traitement et contrôle

Parmi les personnes âgées de 20 à 79 ans qui font de l’hypertension140/90, 84 % étaient au courant de leur état (tableau 3). Toutefois, les personnes âgées de 20 à 39 ans étaient beaucoup moins susceptibles de savoir qu’elles faisaient de l’hypertension140/90 (65 %) que celles dans les groupes de personnes plus âgées. Environ 80 % des personnes âgées de 20 à 79 ans faisant de l’hypertension140/90 ont déclaré être traitées pour leur état, et 66 % de celles faisant de l’hypertension140/90 avaient une hypertension contrôlée (tableau 3). Comme c’était le cas pour la sensibilisation, les personnes dans le groupe d’âge le plus jeune étaient moins susceptibles d’être traitées (55 %) ou d’avoir une hypertension140/90 contrôlée (51 %). Il y a peu de différence entre les hommes et les femmes dans l’ensemble des estimations brutes globales pour la sensibilisation, le traitement et le contrôle (tableau 3), et peu de changements entre la période de 2007 à 2009 et celle de 2014 et 2015 (tableau 2).

Discussion

Cette étude a permis de constater qu’au cours de la période de 2012 à 2015, près de 1 Canadien sur 4 âgé de 20 à 79 ans faisait de l’hypertension140/90, lorsqu’elle est définie comme la TA mesurée supérieure à 140/90 mm Hg ou que la personne avait utilisé des médicaments contre l’hypertension au cours du dernier mois. Bien que la variation de la mesure des appareils rende difficiles les comparaisons directesNote 16Note 17Note 18, ces taux sont plus faibles que ceux déclarés dans d’autres pays à revenu élevé où la TA a également été mesurée à l’aide d’un appareil automatiséNote 19. La présente étude a également révélé que la prévalence de l’hypertension140/90 brute et normalisée selon l’âge est restée assez stable entre la période de 2007 à 2009 et celle de 2014 et 2015, une constatation compatible avec les récents résultats obtenus aux États-UnisNote 20.

Cette étude a également révélé que les personnes âgées de 70 à 79 ans, particulièrement les femmes, étaient beaucoup plus susceptibles de faire de l’hypertension systolique isolée (HSI) que les personnes des autres groupes d’âge. L’HSI chez les personnes âgées est relativement couranteNote 21, et est causée par la diminution de l’élasticité des grandes artères, l’accumulation de plaque à long terme et l’augmentation de l’incidence des maladies cardiaques et vasculairesNote 22. Certaines études laissent entendre que la prévalence plus élevée chez les femmes âgées que chez les hommes âgés peut être liée aux changements hormonaux survenant pendant la ménopauseNote 23.

Récemment, le ACC/AHA Task Force on Clinical Practice Guidelines a recommandé un nouveau seuil inférieur (130/80 mm Hg) pour l’hypertensionNote 8, d’autres données probantes laissant entendre un gradient de risque plus élevé de maladie cardiovasculaire pour des niveaux de TAS et de TAD supérieurs à 120/80 mm Hg. L’application de ce seuil révisé à la population à l’étude a augmenté la prévalence globale de l’hypertension, la plus grande augmentation relative ayant été observée chez les personnes âgées de 20 à 39 ans. De plus, les données de 2011 à 2014 provenant de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) des États-Unis ont montré qu’après l’application du nouveau seuilNote 8, la plus forte augmentation de la prévalence de l’hypertension survenait chez les personnes du groupe d’âge le plus jeune (20 à 44 ans).

Le diagnostic de l’hypertension et la sensibilisation à celle-ci sont essentiels pour gérer et contrôler la tension artérielleNote 24. Cette étude a permis de constater qu’un peu plus de 4 personnes sur 5 qui font de l’hypertension140/90étaient au courant de leur état. Ce taux était assez stable entre la période de 2007 à 2009 et de celle de 2014 et 2015, et est resté sensiblement plus élevé que la prévalence de la sensibilisation dans d’autres pays à revenu élevé au cours de cette périodeNote 19. Toutefois, les résultats montrent également que les personnes âgées de 20 à 39 ans étaient beaucoup moins susceptibles de savoir qu’elles faisaient de l’hypertension140/90 que les personnes des groupes plus âgés. Ce manque de sensibilisation chez les jeunes a été signalé aux États-UnisNote 24 et ailleursNote 25Note 26, et souligne l’importance d’initiatives qui incitent cette population à faire vérifier leur tension artérielleNote 27.

Selon cette étude, les taux de traitement et de contrôle n’ont pas changé de manière considérable au Canada entre la période de 2007 à 2009 et celle de 2014 et 2015, comme cela a été le cas pour la sensibilisation. En général, les taux de traitement au Canada étaient considérablement plus élevés que ceux déclarés dans d’autres pays à revenu élevéNote 19. Les taux de contrôle de l’hypertension140/90 étaient également plus élevés au Canada que dans d’autres paysNote 19, particulièrement aux États-Unis, où moins de la moitié des personnes faisant de l’hypertension140/90 avait une TA mesurée inférieure à 140/90 mm HgNote 20. Au Canada, les taux élevés de sensibilisation, de traitement et de contrôle ont été attribués à plusieurs facteurs, notamment les efforts concertés des organismes et des professionnels des soins de santé en vue de réduire le fardeau de l’hypertension et l’application efficace des connaissances relatives à l’hypertension et à ses risquesNote 3. Toutefois, cette étude a révélé que les taux de traitement et de contrôle étaient plus faibles chez les personnes du groupe d’âge le plus jeune, surtout chez les hommes. Les taux plus faibles observés chez les jeunes pourraient être associés au fait qu’ils ont moins d’interactions avec le système de soins de santéNote 28. Cela laisse entendre que des initiatives visant à encourager la prise de la tension artérielle pour cette population peuvent être plus appropriées à l’extérieur des réseaux de soins de santé officielsNote 29.

Cette étude comporte plusieurs points forts. L’ECMS est une étude fondée sur une population dont la taille de l’échantillon est grande, et la tension artérielle a été mesurée de manière objective à l’aide d’un appareil automatisé soumis à un contrôle de qualité élevé. Toutefois, le taux de réponse à l’ECMS pour chaque cycle variait de 52 % à 55 %. Bien que l’application des poids de sondage contribue à faire en sorte que l’échantillon soit représentatif de la population cible, il pourrait y avoir un biais si les personnes qui n’ont pas participé à l’enquête différaient de façon systématique des personnes qui y ont participé.

Conclusion

Le présent rapport fournit une mise à jour sur la mesure de la TAS et de la TAD, et sur la prévalence, le traitement et le contrôle de l’hypertension, ainsi que la sensibilisation à celle-ci, au Canada. Entre la période de 2007 à 2009 et celle de 2012 à 2015, les taux de tension artérielle et la prévalence de l’hypertension140/90 sont restés stables chez les adultes âgés de 20 à 79 ans. L’hypertension systolique isolée est environ deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. L’application d’un nouveau seuil inférieur pour la TA a augmenté considérablement la prévalence de l’hypertension, et ce, autant chez les hommes que chez les femmes âgées de 20 à 79 ans. Bien que les Canadiens en général ont des niveaux élevés de traitement et de contrôle de l’hypertension140/90 et de sensibilisation à celle-ci, cette analyse a fait ressortir que les hommes plus jeunes sont moins susceptibles d’être au courant de leur hypertension140/90 et moins susceptibles d’être traités et d’avoir une hypertension contrôlée. La surveillance continue de la tension artérielle au Canada est nécessaire pour quantifier le fardeau de l’hypertension de la population et cerner les groupes de population pouvant présenter des risques plus élevés de résultats négatifs.

Remerciements

Les auteurs remercient Deirdre Hennessy pour ses conseils d’expert tout au long du processus de recherche.

Références
Date de modification :