Résumé

Résumé

Contexte

Les Directives canadiennes en matière de mouvements sur 24 heures pour les enfants et les jeunes : une approche intégrée regroupant l’activité physique, le comportement sédentaire et le sommeil fournissent des recommandations précises sur le temps, au cours d’une journée typique de 24 heures, que les enfants et les jeunes âgés de 5 à 17 ans devraient consacrer à des activités physiques modérées à vigoureuses (au moins 60 minutes), à des loisirs devant un écran (pas plus de 2 heures) et au sommeil (de 9 à 11 heures pour les enfants de 5 à 13 ans et de 8 à 10 heures pour les jeunes de 14 à 17 ans).

Données et méthodologie

Fondée sur les résultats combinés des cycles 2 (2009 à 2011) et 3 (2012 à 2013) de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé, la présente analyse examine la moyenne quotidienne d’activité physique modérée à vigoureuse, de temps passé devant un écran et de durée du sommeil des enfants de 5 à 11 ans et des jeunes de 12 à 17 ans, ainsi que les pourcentages de ces groupes qui suivent les recommandations des Directives. Les résultats sont présentés globalement et selon le groupe d’âge et le sexe. Les différences de moyenne quotidienne de temps entre les groupes ont été testées aux fins de signification statistique, de même que lesdifférences entre les groupes pour ce qui est des pourcentages de participants respectant chacune des recommandations et chaque combinaison de recommandations.

Résultats

Dans l’ensemble, 17,5 % des enfants et des jeunes suivaient les recommandations de temps précises des Directives sur 24 heures. Des pourcentages plus élevés d’enfants que de jeunes (29,6 % comparativement à 5,5 %) et de garçons que de filles (22,9 % comparativement à 11,8 %) suivaient les recommandations. Plus du tiers (36,3 %) des enfants et des jeunes suivaient deux des trois recommandations.

Interprétation

Les recommandations en matière d’activité physique modérée à vigoureuse, de comportement sédentaire et de sommeil présentent des niveaux de conformité plus élevés parmi les enfants que parmi les jeunes.

Résultats

Le vieillissement peut poser des défis en matière d’alimentation. Les problèmes de santé chroniques et les médicaments utilisés pour les soigner peuvent interférer avec l’appétit des personnes âgées, leur goût, leur plaisir de manger et leur capacité à absorber les nutriments. La réduction de la mobilité et de la dextérité, la santé déclinante et le manque de moyen de transport peuvent constituer des obstacles à l’achat et à la préparation de nourriture. Une mauvaise hygiène buccodentaire peut aussi nuire à l’alimentation. Certaines personnes âgées vivent dans des « déserts alimentaires » où l’on ne trouve pas de supermarchés, mais des dépanneurs et des restaurants-minute offrant des choix de repas à « calories vides ». Les changements dans les modalités de vie liés au décès du conjoint ou de la conjointe peuvent influencer l’alimentation des personnes âgées qui doivent faire face à la solitude et s’organiser afin de cuisiner pour une seule personne. [Texte intégral]

Mots-clés

Accéléromètre, exercice, activité motrice, activité physique, temps passé devant un écran, sommeil

Auteures

Karen C. Roberts (Karen.c.roberts@phac-aspc.gc.ca) et Xiaoquan Yao travaillent à l’Agence de la santé publique du Canada. Valerie Carson travaille à l’Université de l’Alberta, à Edmonton (Alberta). Jean-Philippe Chaput et Mark S. Tremblay travaillent à l’Institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, à Ottawa (Ontario). Ian Janssen travaille à l’Université Queen’s, Kingston (Ontario).

Début de l'encadré

 

Ce que l’on sait déjà sur le sujet

  • L’activité physique modérée à vigoureuse (APMV) pratiquée de façon régulière a des répercussions positives sur la santé physique et mentale.
  • Les avantages indépendants de limiter le temps de sédentarité (particulièrement le temps passé devant un écran) ont été documentés.
  • Un sommeil inadéquat est associé à des résultats négatifs en matière de santé physique et mentale.
  • Les Directives canadiennes en matière de mouvements sur 24 heures pour les enfants et les jeunes : une approche intégrée regroupant l’activité physique, le comportement sédentaire et le sommeil fournissent des recommandations pour les enfants et les jeunes âgés de 5 à 17 ans liées à l’APMV, à l’activité physique de faible intensité, au comportement sédentaire et au sommeil.

Ce qu’apporte l’étude

  • Selon les résultats combinés des cycles 2 (2009 à 2011) et 3 (2012 à 2013) de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé, environ un tiers des enfants et des jeunes suivaient la recommandation des Directives au sujet de l’APMV, près de la moitié suivaient la recommandation au sujet du temps passé devant un écran et les trois quarts suivaient la recommandation sur le sommeil.
  • Les enfants âgés de 5 à 11 ans étaient plus susceptibles que les jeunes âgés de 12 à 17 ans de suivre les recommandations pour l’APMV, le temps passé devant un écran et la durée du sommeil.
  • Le pourcentage de garçons qui suivaient la recommandation pour l’APMV était presque le double de celui des filles.
  • Dans l’ensemble, 17,5 % des enfants et des jeunes suivaient les trois recommandations précises au sujet des heures; 10,7 % ne suivaient aucune des recommandations.

Fin de l'encadré

Date de modification :