Résumé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteurs
Ce que l'on sait déjà sur le sujet
Ce qu'apporte l'étude

Contexte

Les compétences liées à la parole et au langage représentent une étape importante du développement de tous les enfants et l'une des formes les plus courantes de retard de développement chez les enfants autochtones. Toutefois, les indicateurs des résultats des enfants autochtones au chapitre du langage au niveau de la population sont limités.

Données et méthodes

On a utilisé les données de l'Enquête sur les enfants autochtones (EEA) pour examiner les mesures du langage chez les enfants autochtones âgés de 2 à 5 ans. Les réponses aux questions de l'EEA concernant les habiletés dans n'importe quelle langue ont été examinées dans le cadre d'analyses factorielles exploratoires, afin de déterminer des indicateurs possibles du langage. On a examiné la validité des concepts en procédant à une régression des résultats au chapitre du langage sur certaines caractéristiques sociodémographiques dont on sait qu'elles sont associées au langage chez les enfants.

Résultats

Quatre résultats au chapitre du langage ont été déterminés et nommés : expression orale du langage, compréhension mutuelle, narration d'une histoire, et difficultés de la parole et du langage.

Interprétation

La conceptualisation des questions de l'EEA en indicateurs distincts du langage peut être utilisée par les chercheurs qui examinent les résultats au chapitre du langage chez les jeunes enfants autochtones.

Mots-clés

Compréhension, retard de langage, développement du langage, troubles de la parole, apprentissage verbal.

Résultats

L'une des formes les plus courantes de retard de développement chez les enfants autochtones a trait au langage, des troubles de la parole et du langage étant déclarés par les parents de jusqu'à 10 % des enfants autochtones. Les déficits de la parole et du langage et les retards à ce chapitre rendent compte de la part la plus élevée des diagnostics de besoins spéciaux. [Texte intégral]

Auteurs

Leanne C. Findlay (613-951-4648; leanne.findlay@statcan.gc.ca) et Dafna E. Kohen (613-951-3346; dafna.kohen@statcan.gc.ca) travaillent à la Division de l'analyse de la santé de Statistique Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0T6.

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • Les déficits au chapitre de la parole et du langage sont une forme courante de retard de développement chez les enfants autochtones.
  • Les connaissances concernant le développement du langage chez les enfants autochtones sont limitées.

Ce qu'apporte l'étude

  • À partir des données de l'Enquête sur les enfants autochtones de 2006, ont été calculés quatre résultats distincts au chapitre du langage : l'expression orale du langage, la compréhension mutuelle, la narration d'une histoire, et les difficultés de la parole et du langage.
  • Ces indicateurs peuvent être utiles pour la recherche concernant les résultats propres aux enfants autochtones au chapitre du langage.