Résumé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteurs
Ce que l'on sait déjà sur le sujet
Ce qu'apporte l'étude

Contexte

Comme les renseignements sur l'identité inuite ne sont pas recueillis par les bureaux de l'état civil de chaque province et territoire, il n'est pas possible de calculer des taux de mortalité spécifiques pour les Inuits. Toutefois, au Canada, les Inuits sont concentrés géographiquement – 78 % d'entre eux vivent dans l'Inuit Nunangat, et 82 % de la population de la région s'identifie comme étant Inuit. Une approche géographique, bien qu'elle comporte des limites, peut servir au calcul des taux de mortalité pour la population de cette région.

Données et méthodes

La Base de données de la statistique de l'état civil (1994 à 2008) et des estimations démographiques ont été utilisées pour calculer les taux de mortalité normalisés selon l'âge (TMNA) pour les intervalles de cinq ans autour des années de recensement 1996 et 2006. Les taux de mortalité ont été calculés pour les 1 à 19 ans vivant dans l'Inuit Nunangat et ceux vivant dans le reste du Canada.

Résultats

De 2004 à 2008, le TMNA chez les jeunes de 1 à 19 ans dans l'Inuit Nunangat était de 188,0 décès pour 100 000 années personnes à risque, soit cinq fois le taux (35,3) observé ailleurs au Canada. L'écart n'avait pas diminué au cours de la décennie précédente. Dans l'Inuit Nunangat, les traumatismes étaient à l'origine de 64 % des décès d'enfants et d'adolescents, comparativement à 36 % pour le reste du Canada.

Interprétation

La persistance des taux de mortalité élevés chez les enfants et les adolescents vivant dans l'Inuit Nunangat comparativement au reste du Canada est un facteur important dont il faut tenir compte pour comprendre l'état de santé et la situation socioéconomique des résidents de cette région.

Mots-clés

Autochtones, taux de mortalité normalisés selon l'âge, santé de l'enfant, taux de décès, suicide, statistique de l'état civil, blessures et traumatismes.

Résultats

De nombreuses études récentes ont eu pour sujet l'espérance de vie, la mortalité, l'hospitalisation et d'autres indicateurs de la santé dans les quatre régions de l'Inuit Nunangat faisant l'objet d'une revendication territoriale. L'espérance de vie à la naissance des résidents de ces régions est de 6 à 11 ans plus courte que celle des habitants du reste du Canada, et le taux de mortalité infantile y est plus élevé. Jusqu'à présent, les taux de mortalité des enfants et des jeunes qui résident dans l'Inuit Nunangat n'ont pas été calculés. [Texte intégral]

Auteurs

Lisa N. Oliver (lisa.oliver@statcan.gc.ca) travaille au Centre de données de recherche, Simon Fraser University. Paul A. Peters (1-613-951-0616; paul.a.peters@statcan.gc.ca) et Dafna E. Kohen (1-613-951-3346; dafna.kohen@statcan.gc.ca) travaillent à la Division de l'analyse de la santé à Statistique Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0T6.

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • L'espérance de vie à la naissance des résidents de l'Inuit Nunangat est de 6 à 11 ans plus courte que celle des habitants du reste du Canada.  
  • En 2006, le taux global de mortalité des résidents de l'Inuit Nunangat était deux fois plus élevé que celui observé pour l'ensemble du Canada.

Ce qu'apporte l'étude

  • L'étude fournit une comparaison des taux de mortalité par cause détaillée de décès chez les enfants et les adolescents de 1 à 19 ans vivant dans l'Inuit Nunangat et dans le reste du Canada pour deux périodes de cinq ans : 1996 (1994 à 1998) et 2006 (2004 à 2008).
  • Les taux de mortalité normalisés selon l'âge étaient plus élevés chez les enfants et les adolescents de l'Inuit Nunangat que chez ceux du reste du Canada, tant de 1994 à 1998 que de 2004 à 2008.
  • Les traumatismes rendaient compte de la composante la plus importante de la mortalité chez les enfants et les adolescents de l'Inuit Nunangat.
  • De 2004 à 2008, les taux de suicide normalisés selon l'âge étaient jusqu'à 30 fois plus élevés chez les enfants et les adolescents de l'Inuit Nunangat que chez ceux du reste du Canada.