Projections des populations autochtones : tableau de bord interactif

Données

Les données utilisées pour créer cette application Web interactive proviennent des tableaux de données suivants :

Début du tableau de bord interactif visuel
Intégrer ce produit
Fin du tableau de bord interactif visuel

Information additionnelle

Définitions

Classifications de l’identité autochtone

Dans cet outil de visualisation, les populations autochtones sont ventilées selon deux classifications distinctes. La première classification, dite variante donnant préséance au groupe autochtone, met à l’avant-plan la caractéristique du groupe autochtone. Elle est constituée de trois populations principales : les Premières Nations, les Métis et les Inuits (identités uniques). Il est à noter que la population d’identité autochtone totale de cette classification inclut également les personnes qui s’identifient à plus d’un groupe autochtone (identités multiples) ainsi que celles qui ne s’identifient pas à un groupe autochtone, mais qui sont des Indiens inscrits ou des traités et/ou qui sont membres d’une Première Nation ou d’une bande indienne.

La seconde classification, dite variante donnant préséance au statut d’Indien inscrit ou des traités, met plutôt à l’avant-plan la caractéristique du statut d’Indien inscrit ou des traités puis, dans un second temps, celle du groupe autochtone (identités uniques). Elle est constituée de quatre populations principales : les Indiens inscrits ou des traités, les Premières Nations n’ayant pas le statut d’Indien inscrit, les Métis n’ayant pas le statut d’Indien inscrit et les Inuits n’ayant pas le statut d’Indien inscrit. Il est à noter que la population d’identité autochtone totale de cette classification inclut également les personnes sans statut d’Indien inscrit ou des traités qui s’identifient à plus d’un groupe autochtone (identités multiples) ainsi que celles qui ne s’identifient pas à un groupe autochtone, mais qui sont membres d’une Première Nation ou d’une bande indienne.

Au total, la population d’identité autochtone est la même selon les deux classifications.

Population de base des projections

La population de base des projections est basée sur les données du Recensement de 2016 (questionnaire détaillé) dont les poids ont été ajustés pour tenir compte de la population vivant en logements collectifs et en institutions, pour le sous-dénombrement net au recensement et pour la population vivant dans les réserves et établissements indiens partiellement dénombrés.

Populations observées en 2016

Les chiffres de population pour l’année 2016 sont en date du 10 mai, soit la date de référence du Recensement de 2016. Ces chiffres de population ont été extraits directement du fichier de la population de base de la projection. Les chiffres de population sont exprimés en milliers et sont arrondis au plus proche millier. Par conséquent, une valeur de zéro peut être soit un vrai zéro ou soit une valeur arrondie inférieure à 500.

Populations projetées de 2017 à 2041

Pour la période allant de 2017 à 2041, il s’agit de populations projetées selon trois scénarios de projection. Pour ces années, les chiffres de population présentés sont en années-personnes, c’est-à-dire qu’il s’agit du nombre d’années vécues dans un état donné par les individus qui composent la population du 1er janvier au 31 décembre d’une année donnée. Les chiffres de population sont exprimés en milliers et sont arrondis au plus proche millier. Par conséquent, une valeur de zéro peut être soit un vrai zéro ou soit une valeur arrondie inférieure à 500.

Scénarios de projection

Un scénario de projection est composé d’un ensemble d’hypothèses relatives aux composantes, démographiques ou non, servant à effectuer une projection de population. Dans cet outil de visualisation, trois scénarios, tous plausibles du point de vue des tendances passées et de l’évolution démographique récente, sont présentés : un scénario de croissance faible, de croissance moyenne et de croissance forte. Voici une brève description de chacun de ces trois scénarios :

Scénario de croissance faible :

Le scénario de croissance faible combine les hypothèses faibles pour les populations autochtones en ce qui concerne les quatre composantes énumérées ci-dessous. Les hypothèses pour les autres composantes projetées dans le modèle sont les mêmes pour chacun des trois scénarios de projection présentés dans ce tableau de données.

  • Lente baisse de la fécondité sur 25 ans, pour s’établir à 1,7 enfant par femme en 2041;
  • Augmentation lente et progressive de l’espérance de vie à la naissance entre 2016 et 2041;
  • Faible niveau de mobilité ethnique intragénérationnelle au début, puis convergence au niveau moyen observé entre 1996 et 2016 d’ici 2041;
  • 34 000 nouvelles inscriptions au registre des Indiens se rapportant au projet de loi S-3 de 2018 à 2041.

Scénario de croissance moyenne :

Le scénario de croissance moyenne combine les hypothèses moyennes pour les populations autochtones en ce qui concerne les quatre composantes énumérées ci-dessous. Les hypothèses pour les autres composantes projetées dans le modèle sont les mêmes pour chacun des trois scénarios présentés dans ce tableau de données.

  • Léger déclin de la fécondité au début de la projection, suivi d’une légère augmentation pour atteindre son niveau de départ de 1,9 enfant par femme en 2041;
  • Augmentation modérée et progressive de l’espérance de vie à la naissance entre 2016 et 2041;
  • Niveau de mobilité ethnique intragénérationnelle observé récemment au début, puis convergence au niveau moyen observé entre 1996 et 2016 d’ici 2041;
  • 66 000 nouvelles inscriptions au registre des Indiens se rapportant au projet de loi S-3 de 2018 à 2041.

Scénario de croissance forte :

Le scénario de croissance forte combine les hypothèses fortes pour les populations autochtones en ce qui concerne les quatre composantes énumérées ci-dessous. Les hypothèses pour les autres composantes projetées dans le modèle sont les mêmes pour chacun des trois scénarios présentés dans ce tableau de données.

  • Lente augmentation de la fécondité sur 25 ans, atteignant 2,2 enfants par femme en 2041;
  • Augmentation rapide et progressive de l’espérance de vie à la naissance entre 2016 et 2041;
  • Niveau élevé de mobilité ethnique intragénérationnelle au début, puis convergence au niveau moyen observé entre 1996 et 2016 d’ici 2041;
  • 251 000 nouvelles inscriptions au registre des Indiens se rapportant au projet de loi S-3 de 2018 à 2041.

Pour obtenir plus de détails quant aux hypothèses et scénarios de projection, veuillez consulter « Projections des populations et des ménages autochtones au Canada, 2016 à 2041 : aperçu des sources de données, méthodes, hypothèses et scénarios » dans Demosim : Rapports et études analytiques (numéro 17200001 au catalogue). Veuillez noter que les projections démographiques ne sont pas des prédictions. Veuillez considérer l’ensemble de la fourchette fournie par les différents scénarios au lieu de chercher le scénario le plus probable.

Région de résidence

Cette variable géographique contient quatre régions mutuellement exclusives :

  1. dans une réserve;
  2. à l’intérieur de l’Inuit Nunangat;
  3. dans les régions métropolitaines de recensement (RMR), hors réserve et à l’extérieur de l’Inuit Nunangat;
  4. à l’extérieur des RMR, hors réserve et à l’extérieur de l’Inuit Nunangat.

À noter, les géographies « dans une réserve » et « à l’intérieur de l’Inuit Nunangat » sont naturellement mutuellement exclusives. À l’extérieur de ces deux géographies, la population est subdivisée selon qu’elle réside dans une RMR ou hors RMR.

Dans une réserve

« Dans une réserve » comprend les six types de subdivisions de recensement (SDR) légalement affiliées aux Premières Nations ou aux bandes indiennes tel que défini dans le Recensement de 2016 : réserve indienne (IRI), établissement indien (S-É) (sauf pour les quatre établissements indiens de Champagne Landing 10, Klukshu, Two Mile and Two and One-Half Mile Village et Kloo Lake du Yukon), Indian government district (IGD), terres réservées aux Cris (TC), terres réservées aux Naskapis (TK) et Nisga'a land (NL).

Les utilisateurs doivent prendre note que les données projetées en lien avec les populations vivant dans les réserves sont davantage affectées par le fait que certaines réserves indiennes et certains établissements indiens n'ont pas été dénombrés dans certaines provinces (Québec, Ontario, Alberta et Colombie-Britannique) au Recensement de 2016.

À l’intérieur de l’Inuit Nunangat

« À l’intérieur de l’Inuit Nunangat » comprend les communautés incluses dans les quatre régions inuites : Nunatsiavut (la côte nord du Labrador), Nunavik (Nord du Québec), le territoire du Nunavut et la région Inuvialuit des Territoires du Nord-Ouest. Ensemble, ces régions englobent le territoire traditionnellement habité par les Inuits au Canada.

Dans les RMR, hors réserve et à l’extérieur de l’Inuit Nunangat

« Dans les RMR, hors réserve et à l’extérieur de l’Inuit Nunangat » comprend les 35 régions métropolitaines de recensement (RMR) du Canada identifiées dans le Recensement de 2016 à l’exclusion des parties « dans une réserve » et « à l’intérieur de l’Inuit Nunangat ».

Hors RMR, hors réserve et à l’extérieur de l’Inuit Nunangat

« À l’extérieur des RMR, hors réserve et à l’extérieur de l’Inuit Nunangat » comprend l’ensemble des régions se situant à l’extérieur des régions métropolitaines de recensement (RMR), des réserves et de l’Inuit Nunangat.

Pour en savoir plus

Pour plus de détails en lien avec les sources de données, les méthodes, les hypothèses et les scénarios derrière ces projections, veuillez consulter le rapport suivant : « Projections des populations et des ménages autochtones au Canada, 2016 à 2041 : aperçu des sources de données, méthodes, hypothèses et scénarios » dans Demosim : Rapports et études analytiques (numéro 17200001 au catalogue).

Date de modification :