Nouvelles constatations sur le contrôle des sociétés canadiennes et son évolution au cours des 10 dernières années
2007 à 2016

par Pamela Kinga Gill, Division de l’organisation et des finances de l’industrie

Date de diffusion : Le 1er août, 2018

Le présent rapport est une publication spéciale visant à mettre en évidence de nouvelles connaissances sur l’étendue du contrôle étranger des sociétés dans l’économie Canadienne par de 2007 à 2016. Il illustre l’évolution du contrôle étranger en fonction de regroupements par macro‑régions et par pays, et pour les groupements d’industries financières et non financières.

Introduction

Statistique Canada administre la Loi sur les déclarations des personnes morales (LDPM) qui permet de recueillir des informations sur la propriété auprès des entreprises qui mènent des affaires au Canada. Ces renseignements sont recueillis pour mieux comprendre dans quelle mesure le contrôle étranger est répandu au Canada.

Ce rapport est centré sur trois variables financières principales qui servent à mesurer le contrôle étranger : l’actif total, les revenus d’exploitation et les bénéfices d’exploitationNote 1.

  • L’actif total est l’ensemble des ressources économiques sur lesquelles une entreprise exerce un certain contrôle. Ces ressources comprennent l’encaisse et les dépôts, les comptes débiteurs et les produits courus, les stocks, les placements et les comptes avec les sociétés mères, les filiales et les sociétés affiliées, les investissements de portefeuille, les prêts consentis à d’autres entreprises et les immobilisations.
    • Les mesures du contrôle étranger basées sur l’actif offrent une perspective à plus long terme. L’actif est un élément de stock qui reflète les décisions économiques et les conditions du marché dont l’évolution est plus lente au fil du temps.
  • Les revenus d’exploitation sont le produit de la vente de biens et de services, de location et de location‑exploitation, et le produit de commissions, de droits de franchisage et de redevances. Les mesures basées sur les revenus, par ailleurs, correspondent à un élément de flux et sont étroitement liées au cycle commercial.
    • Les revenus ont tendance à refléter la situation actuelle des entreprises et, de ce fait, ils sont plus instables que les mesures basées sur l’actif.
  • Les bénéfices d’exploitation sont la différence entre les revenus et les dépenses d’exploitation.
    • Les bénéfices constituent une mesure de la santé financière et du bien‑être d’une société et peuvent être utilisés pour évaluer le rendement et la durabilité de cette dernière.

Les statistiques financières mentionnées dans ce rapport sont compilées à partir de données au niveau des entreprises. Elles englobent l’ensemble des entreprises constituées en société qui exercent leurs activités au Canada, y compris les entreprises publiques fédérales et provinciales, mais excluent les entreprises classées sous; Gestion de sociétés et d’entreprises (SCIAN 55), Organismes religieux (SCIAN 8131), Organisations politiques (SCIAN 81394), Administrations publiques (SCIAN 91), et sous Fonds et autres instruments financiers (SCIAN 526).

Une entreprise est une unité statistique : il peut s’agir d’une société unique, ou d’un regroupement de sociétés sous une même propriété ou un même contrôle pour lequel des états financiers consolidés sont produits. Aux fins de la présente analyse, les termes, entreprise et société sont utilisés de façon interchangeable. La population étudiée englobe l’ensemble des sociétés sous contrôle étranger exerçant leurs activités au Canada.

Il est question de contrôle d’une société s’il existe une possibilité d’influencer la prise de décisions stratégiques du conseil d’administration d’une société. Le plus souvent, lorsqu’on parle de contrôle étranger, le pays de contrôle est le pays de résidence de la société mère, de la famille d’entreprises, de la société de fiducie, de la succession ou du groupe lié qui exerce ce contrôle étranger. Une société dont les actions avec droit de vote appartiennent à parts égales à des sociétés sous contrôle canadien et étranger est sous contrôle canadien. Si deux sociétés sous contrôle étranger possèdent, à parts égales, les actions avec droit de vote d’une société installée au Canada, on désigne le pays de contrôle selon un ordre de préséance des pays de contrôle basé sur le niveau global de contrôle étranger au Canada. À titre d’exemple, les États‑Unis ont préséance sur tous les autres pays étrangers parce qu’ils ont le plus haut niveau global de contrôle étranger au Canada.

Concepts et méthodologie

Traditionnellement, le contrôle étranger était détenu par les partenaires commerciaux les plus importants du Canada : les États‑Unis, l’Union européenne (dont Le Royaume‑Uni, la France, l’Allemagne et les Pays‑Bas) et le Japon. En 2016, cette répartition représentait toujours 79,1 % de l’actif total sous contrôle étranger au Canada. Ainsi et pour les besoins de cette publication, tous les autres pays étaient regroupés sous une seule catégorie résiduelle. Cependant, comme plusieurs de ces pays deviennent des acteurs importants dans l’économie canadienne, cette publication offre des détails additionnels par pays couvrant 90,6 % des actifs sous contrôle étranger.

Les données ont été compilées par macro‑régions géographiques en faisant appel à la structure de la Classification type des pays et des zones d’intérêt (CTPZI 2016).

Ces macro‑régions sont les suivantes :

  1. Amériques
  2. Europe
  3. Afrique
  4. Asie
  5. Océanie
  6. Antarctique et Îles adjacentes

Carte 1 Groupements macro-régionaux dérivés du CTPZI 2016

Description de la carte 1

Ceci est une carte du monde utilisant différentes teintes de vert afin d’identifier cinq macro‑régions  les Amériques, l’Afrique, l’Europe, L’Asie et l’Antarctique et Océanie. Elle vise à donner une représentation visuelle des macro‑régions utilisées pour souligner les entreprises canadiennes sous contrôle étranger.

Le présent article regroupe les régions de l’Océanie avec celles de l’Antarctique et des îles adjacentes et les désigne sous l’appellation « Océanie et Antarctique » par souci de simplicité, de manière à publier les statistiques nécessitant d’autres suppressions nécessaires pour préserver la confidentialité des données.

La catégorie résiduelle a été subdivisée de nouveau en cinq autres catégories résiduelles correspondant chacune à une macro‑région. À titre d’exemple, deux d’entre elles sont appelées « Autres pays d’Asie » et « Autres pays d’Europe » etc.

Lorsque cela était possible, les données par pays ont été extraites de leurs groupes résiduels respectifs et présentées séparément, lorsque le contrôle étranger dépassait un niveau seuil de propriété après un certain nombre d’années consécutives. Les données présentées par pays doivent également satisfaire aux exigences de confidentialité internes et si tel n’est pas le cas, le pays est regroupé à l’intérieur de la macro‑région résiduelle.

Le résultat final est un ensemble de données permettant aux utilisateurs de suivre, au fil du temps, les tendances de contrôle des sociétés dans l’ensemble des macro‑régions, à l’intérieur de leurs groupes résiduels respectifs et dans chaque pays particulier.

Qui contrôle les sociétés canadiennes et comment la situation a-t-elle évolué ces 10 dernières années?

La présente analyse mesure le contrôle de l’économie des sociétés canadiennes au moyen des trois variables suivantes : l’actif, les revenus d’exploitation et les bénéfices d’exploitation, l’accent étant mis sur l’actif. Elle élargie la portée des précédents rapports sur la LDPM en décomposant les données par macro‑régions, par pays, et par groupement d’industries financières et non financières de 2007 à 2016. Cette analyse permet de constater que la part du contrôle étranger des sociétés canadiennes qui exercent leurs activités ou sont établies au Canada, a diminué au cours de la période étudiée. Par ailleurs, les caractéristiques du contrôle étranger, telles que mesurées en fonction de l’actif, des revenus d’exploitation et des bénéfices d’exploitation, ont évolué au cours de la dernière décennie.

Le contrôle étranger de l’économie canadienne est moins répandu aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 10 ans

Les sociétés, incluant, le plus important contributeur au contrôle étranger au Canada, les États‑Unis, ont vu leur part d’actif total sous contrôle étranger baisser entre 2007 et 2016, une baisse qui s’applique également au deuxième contributeur en importance, le Royaume‑Uni. Par contre, les sociétés de la macro‑région de l’Asie ont affiché une croissance de leur part d’actif total sous contrôle étranger, une croissance entraînée notamment par le Japon, la Chine, la Corée du Sud et l’Inde.

Carte 2 2016 - Pourcentage des actifs sous contrôle étrangers au Canada par pays

Tableau de données de la carte 2
Carte 2
Pourcentage des actifs sous contrôle étrangers au Canada par pays
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Pourcentage des actifs sous contrôle étrangers au Canada par pays. Les données sont présentées selon 2016 (titres de rangée) et Pourcentage(figurant comme en-tête de colonne).
2016 Pourcentage
États‑Unis 52.0
Royaume-Uni 10.7
Autres pays d'Europe 5.1
Japon 5.0
Allemagne 4.4
Suisse 4.0
Autres pays d'Asie 4.0
France 3.8
Pays‑Bas 3.1
Chine 2.0
Brésil 1.5
Australie 1.5
Italie 0.9
Inde 0.8
Corée du Sud 0.5
Autres pays des Amériques 0.3
Mexique 0.2
Afrique 0.1
Autres pays d'Océanie et Antarctique  0.0

Bien que la valeur totale de l’actif sous contrôle étranger dans l’économie canadienne ait augmenté régulièrement de 2007 à 2016, la part correspondante de l’actif total sous contrôle étranger a connu une baisse. Cela indique une présence moindre du contrôle étranger dans les sociétés canadiennes. Les niveaux indiqués dans le graphique 1 n’ont pas été corrigés pour tenir compte de l’inflation.

Graphique 1 Valeurs et parts totales de l’actif, des revenus d’exploitation et des bénéfices d’exploitation sous contrôle étranger dans l’économie canadienne de 2007 à 2016

Tableau de données du graphique 1
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Actif total, Revenus d'exploitation, Bénéfices d'exploitation, Part de l'actif total sous contrôle étranger, Part des revenus d'exploitation sous contrôle étranger et Part des bénéfices d'exploitation sous contrôle étranger, calculées selon CAD (millions) et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Actif total Revenus d'exploitation Bénéfices d'exploitation Part de l'actif total sous contrôle étranger Part des revenus d'exploitation sous contrôle étranger Part des bénéfices d'exploitation sous contrôle étranger
CAD (millions) pourcentage
2007 1 384 897 935 981 80 244 21,57 29,57 26,49
2008 1 496 443 998 885 77 694 20,59 30,07 24,91
2009 1 447 677 867 944 47 276 19,73 28,77 20,24
2010 1 524 120 933 284 66 621 19,19 29,12 22,26
2011 1 694 591 1 003 394 78 875 18,87 28,97 22,92
2012 1 775 829 1 069 894 71 133 18,54 29,95 20,65
2013 1 854 475 1 075 323 72 702 18,29 29,10 20,07
2014 1 949 247 1 117 806 76 171 18,04 28,66 20,01
2015 1 963 137 1 073 396 59 974 16,90 27,79 16,91
2016 1 988 266 1 092 942 64 877 16,25 27,84 17,31

Les sociétés sous contrôle canadien connaissent une croissance plus rapide

En indexant les valeurs sur l’année de référence 2007 (sans correction pour tenir compte de l’inflation), l’actif des sociétés sous contrôle canadien a augmenté de 103,6 %, les revenus d’exploitation de 27,1 %, et les bénéfices d’exploitation de 39,2 %. Dans le même temps, les valeurs de l’actif et des revenus d’exploitation des entreprises sous contrôle étranger ont augmenté de 43,6 % et 16,8 %, respectivement, tandis que les bénéfices d’exploitation ont enregistré une baisse de 19,2 %.

Graphique 2 Croissance des sociétés sous contrôle canadien par rapport aux sociétés sous contrôle étranger

Tableau de données du graphique 2
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2 Actifs canadiens, Actifs étrangers, Revenus d’exploitation canadiens, Revenus d’exploitation étrangers, Bénéfices d’exploitation canadiens et Bénéfices d’exploitation étrangers , calculées selon indice, 2007 = 100 unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Actifs canadiens Actifs étrangers Revenus d’exploitation canadiens Revenus d’exploitation étrangers Bénéfices d’exploitation canadiens Bénéfices d’exploitation étrangers
indice, 2007 = 100
2007 100 100 100 100 100 100
2008 115 108 104 107 105 97
2009 117 105 96 93 84 59
2010 127 110 102 100 104 83
2011 145 122 110 107 119 98
2012 155 128 112 114 123 89
2013 165 134 118 115 130 91
2014 176 141 125 119 137 95
2015 192 142 125 115 132 75
2016 204 144 127 117 139 81

Les actifs des sociétés sous contrôle étranger sont concentrés dans le groupement d’industries non financières

Les sociétés sous contrôle étranger sont plus répandues dans le groupement non financier que dans le groupement financier. Par contre, les sociétés sous contrôle canadien sont plus également réparties entre les deux groupements d’industries. La plupart des activités liées au groupement financier sont représentées par des entreprises œuvrant dans l’industrie de l’intermédiation financière par le biais de dépôts, une industrie qui comprend surtout des banques. Il s’agit d’une industrie extrêmement réglementée au Canada, ce qui explique pourquoi la proportion des entreprises sous contrôle étranger n’a pas dépassé les 40,0 % au cours de la période étudiée.

Graphique 3 Part des actifs sous contrôle étranger, par groupement d’industries de 2007 à 2016

Tableau de données du graphique 3
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3 Financières et Non financières, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Financières Non financières
pourcentage
2007 36,762 63,238
2008 36,147 63,853
2009 35,299 64,701
2010 35,167 64,833
2011 36,773 63,227
2012 36,723 63,277
2013 36,751 63,249
2014 36,888 63,112
2015 33,279 66,721
2016 33,255 66,745

Comment la part des actifs des sociétés sous contrôle étranger a‑t‑elle évolué?

La répartition des actifs sous contrôle étranger par macro‑région a évolué au cours du temps

La plupart des sociétés du Canada sous contrôle étranger relèvent de pays situés dans les trois macro‑régions suivantes : les Amériques, l’Europe et l’Asie. Prises ensemble, les macro‑régions de l’Afrique, de l’Océanie et de l’Antarctique ne représentent pas plus de 2,0 % des sociétés sous contrôle étranger au cours d’une année donnée et sont donc largement exclus d’une analyse plus approfondie dans ce rapport.

Graphique 4 Répartion des actifs sous contrôle étranger par macro-région, de 2007 à 2016

Tableau de données du graphique 4
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4 Amériques, Europe et Asie, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Amériques Europe Asie
pourcentage
2007 57,49 34,12 7,64
2008 55,39 35,55 8,05
2009 53,84 36,40 8,79
2010 54,17 35,92 8,89
2011 51,26 36,96 10,46
2012 51,57 36,12 10,82
2013 51,83 35,07 11,66
2014 52,36 34,22 12,11
2015 54,13 31,87 12,70
2016 54,08 32,00 12,32

Les sociétés sous contrôle étranger de la macro‑région des Amériques sont dominantes, mais ont vu leur part diminuer au cours de la période étudiée. Alors que la part des sociétés sous contrôle de pays européens est demeurée relativement stable de 2007 à 2016, la part des sociétés contrôlées par la macro‑région de l’Asie a augmenté régulièrement.

La valeur nominale des actifs a augmenté pour la plupart des macro‑régions

À l’exception de l’Afrique, les sociétés sous contrôle étranger des autres macro‑régions ont connu une augmentation de la valeur nominale de leurs actifs entre 2007 et 2016.

Graphique 5 Niveaux d’actifs sous contrôle étranger, par macro-région

Tableau de données du graphique 5
Tableau de données du graphique 5
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 5 Amériques, Europe, Asie, Océanie & Antarctique et Afrique, calculées selon CAD (millions) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Amériques Europe Asie Océanie & Antarctique Afrique
CAD (millions)
2007 796 159 472 517 105 748 7 768 2 651
2016 1 075 190 636 193 244 945 30 192 1 746

La répartition par groupement d’industries, de 2007 à 2016, montre une différence de composition entre les diverses macro‑régions. À titre d’exemple, les sociétés sous contrôle de pays européens détiennent plus d’actifs dans le groupement financier que celles contrôlées par les macro‑régions des Amériques ou de l’Asie.

Graphique 6 Répartition, par macro-région, des actifs sous contrôle étranger par groupement d’industries

Tableau de données du graphique 6
Tableau de données du graphique 6
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 6 Financières et Non financières, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Financières Non financières
pourcentage
Amériques
2007 31,34 68,66
2016 29,76 70,24
Asie
2007 27,70 72,30
2016 28,15 71,85
Europe
2007 48,61 51,39
2016 40,59 59,41

Les sociétés contrôlées par la macro‑région des Amériques détiennent la plus grande part des actifs étrangers

En 2007, les Amériques contribuaient pour 57,5 % de l’actif total détenu par les sociétés sous contrôle étranger au Canada, ce chiffre ayant légèrement reculé pour s’établir à 54,1 % 10 ans plus tard. La prédominance des Amériques dans le contrôle étranger des sociétés canadiennes est révélateur de relations économiques solides entre le Canada et ses voisins au sud de la frontière, notamment les États‑Unis, le partenaire commercial le plus important du Canada.

Graphique 7.1 Part de l’actif total détenu par la macro-région des Amériques, de 2007 à 2016

Tableau de données du graphique 7.1
Tableau de données du graphique 7.1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7.1 Amérique, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Amérique
pourcentage
2007 57,49
2008 55,39
2009 53,84
2010 54,17
2011 51,26
2012 51,57
2013 51,83
2014 52,36
2015 54,13
2016 54,08

Une répartition par pays indique que les sociétés sous‑contrôle étatsunien représentent 96,2 % des actifs détenus par la macro‑région correspondante en 2016, en légère baisse par rapport à 2007 (96,6 %). Par contre, les sociétés contrôlées par le Brésil et le Mexique ont vu leur part d’actifs augmenter de 2007 à 2016.

Graphique 7.2 Part de l’actif total détenu par les pays de la macro-région des Amériques

Tableau de données du graphique 7.2
Tableau de données du graphique 7.2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7.2 2007 et 2016, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2007 2016
pourcentage
Mexique 0,1 0,4
Brésil 2,5 2,8
Autres pays des Amériques 0,8 0,6

De 2007 à 2016, les sociétés sous contrôle étatsunien ont diminué de 1,6 % leur part d’actifs détenus dans le groupement financier, tandis que les sociétés contrôlées par les autres pays de cette macro‑région ont gardé leurs parts agrégées pratiquement inchangées. Pour les besoins du graphique suivant, le Mexique et le Brésil ont été fusionnés dans le groupe des pays résiduels pour constituer le « Reste des Amériques ».

Graphique 7.3 Répartition, par groupement d’industries, des actifs détenus par la macro-région des Amériques

Tableau de données du graphique 7.3
Tableau de données du graphique 7.3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7.3 Financières et Non financières, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Financières Non financières
pourcentage
États-Unis
2007 32,05 67,95
2016 30,48 69,52
Reste des pays d’Amérique
2007 11,11 88,89
2016 11,11 88,89

La part des sociétés contrôlées par l’Europe est restée globalement inchangée

En 2007, les sociétés contrôlées par les pays en Europe ont représenté 34,1 % de l’ensemble des actifs des entreprises au Canada, menant à un sommet de 37,0 % en 2011 suivit d’une baisse constante à 32,0 % en 2016. La part de contrôle étranger des sociétés canadiennes que détient cette macro‑région vient du fait que les relations économiques sont traditionnellement fortes entre le Canada et l’Europe.

Graphique 8.1 Part de l’ensemble des actifs étrangers détenue par la macro-région de l’Europe, de 2007 à 2016

Tableau de données du graphique 8.1
Tableau de données du graphique 8.1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8.1 Europe, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Europe
pourcentage
2007 34,12
2008 35,55
2009 36,40
2010 35,92
2011 36,96
2012 36,12
2013 35,07
2014 34,22
2015 31,87
2016 32,00

La répartition détaillée des pays de l’Europe comprend les sociétés contrôlées par le Royaume‑Uni, l’Allemagne, la Suisse, la France, les Pays‑Bas et l’Italie, en ordre décroissant de propriété des actifs en 2016. De nouveaux pays européens émergent en tant qu’acteurs au sein des entreprises dans l’économie canadienne, comme en témoigne le groupe résiduel de la macro‑région qui est devenu la deuxième plus grande influence européenne en 2016, passant de 9,4% de la macro‑région en 2007 à 15,9 % en 2016.

Les entreprises contrôlées par la Grande‑Bretagne représentent la part d’actifs la plus importante de la macro‑région de l’Union européenne au cours de la période étudiée. Les entreprises contrôlées par les pays européens résiduels ont accru leurs parts d’actifs respectifs à l’exception des Pays‑Bas, qui ont connu une baisse de 7,9 % au cours de la période étudiée. Les entreprises contrôlées par la Suisse ont été les seules à demeurer relativement stables de 2007 à 2016.

Graphique 8.2 Part de l’actif total détenu par les pays de la macro-région de l’Europe

Tableau de données du graphique 8.2
Tableau de données du graphique 8.2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8.2 2007 et 2016, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2007 2016
pourcentage
Royaume‑Uni 39,2 33,4
France 10,8 11,8
Allemagne 9,8 13,9
Italie 1,6 2,9
Pays‑Bas 17,6 9,7
Suisse 11,6 12,4
Autres pays d’Europe 9,4 15,9

Une répartition de la propriété des actifs entre les groupements d’industries de 2007 à 2016 indique comment certains pays ont modifié leur composition entre le groupement financier et le groupement non financier. Parmi les pays présentés dans le graphique ci‑dessous, le Royaume‑Uni et la catégorie résiduelle ne varient pas significativement entre 2007 et 2016. Ce n’est pas le cas pour les pays restants, qui eux présentent des changements dans la composition des actifs détenus, et ce dans les groupements d’industries non financières et financières.

Chart 8.3 Répartition, par groupement d’industries, des actifs détenus par la macro-région d’Europe

Tableau de données du graphique 8.3
Tableau de données du graphique 8.3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8.3 Financières et Non financières, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Financières Non financières
pourcentage
Royaume-Uni
2007 56,18 43,82
2016 59,73 40,27
France
2007 51,37 48,63
2016 36,54 63,46
Allemagne
2007 58,75 41,25
2016 49,03 50,97
Pays-Bas
2007 59,08 40,92
2016 21,19 78,81
Suisse
2007 32,14 67,86
2016 45,88 54,12
Autres pays d'Europe
2007 10,40 89,60
2016 9,45 90,55

Les entreprises contrôlées par les pays asiatiques augmentent leurs parts d’actifs sous contrôle étranger au Canada

En 2007, les entreprises contrôlées par la macro‑région de l’Asie ont représenté 7,6 % de l’actif total sous contrôle étranger, ce chiffre ayant augmenté pour atteindre 12,3 % 10 ans plus tard.

Graphique 9.1 Part de l’ensemble des actifs étrangers détenue par la macro-région de l’Asie de 2007 à 2016

Tableau de données du graphique 9.1
Tableau de données du graphique 9.1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 9.1 Asie, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Asie
pourcentage
2007 7,64
2008 8,05
2009 8,79
2010 8,89
2011 10,46
2012 10,82
2013 11,66
2014 12,11
2015 12,70
2016 12,32

La répartition détaillée par pays asiatiques comprend les entreprises contrôlées par le Japon, la Chine, l’Inde et la Corée du Sud, en ordre décroissant de propriété des actifs contrôlés par l’étranger en 2016. Les pays résiduels de la macro‑région jouent aussi un rôle notable, se plaçant juste derrière le Japon en 2016.

Les sociétés contrôlées par le Japon sont le plus grand contributeur du contrôle étranger, mais ont perdu du terrain par rapport à la Chine, à l’Inde et à la Corée du Sud, qui renforcent leur présence dans l’économie des sociétés canadiennes.

Graphique 9.2 Part de l’actif total détenu par les pays de la macro-région d’Asie

Tableau de données du graphique 9.2
Tableau de données du graphique 9.2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 9.2 2007 et 2016, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2007 2016
pourcentage
Chine 0,7 16,2
Corée du Sud 1,5 4,2
Japon 49,9 40,7
Inde 6,0 6,8
Autres pays d'Asie 41,9 32,1

La répartition par groupement d’industries des actifs de sociétés sous contrôle des pays asiatiques indique que les sociétés contrôlées par la Chine sont concentrées dans le groupement non financier, par opposition aux entreprises sous contrôle du Japon et de l’Inde qui sont presque également réparties entre le groupement financier et le groupement non financier. Les sociétés sud‑coréennes ont accru leur participation dans le groupement financier de 2012 à 2016. Le graphique ci‑dessous a pour point de départ 2012, puisque les données antérieures à cette année pour cette macro‑région ont été supprimées pour des raisons de confidentialité.

Graphique 9.3 Répartition, par groupement d’industries, des actifs détenus par la macro-région d’Asie

Tableau de données du graphique 9.3
Tableau de données du graphique 9.3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 9.3 Financières et Non financières, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Financières Non financières
pourcentage
Chine
2012 24,02 75,98
2016 15,34 84,66
Corée du Sud
2012 6,71 93,29
2016 32,92 67,08
Japon
2012 45,72 54,28
2016 45,26 54,74
Inde
2012 55,98 44,02
2016 49,19 50,81
Autres pays d'Asie
2012 6,37 93,63
2016 7,78 92,22

Conclusion

De 2007 à 2016, le contrôle étranger dans l’économie canadienne c’est accru, tel que mesuré par l’augmentation nominale des actifs sous contrôle étranger qui a atteint près de deux billions de dollars en 2016. Cependant, la part du contrôle étranger dans les sociétés canadiennes a diminué au cours des dix dernières années, ce qui indique que la croissance des actifs sous contrôle étranger est surpassée par la croissance des actifs sous contrôle canadien.

Le principal constat de ce rapport est l’évolution des tendances du contrôle étranger: alors que la part des actifs sous contrôle étranger dans les macro‑régions des Amériques et de l’Europe a diminué entre 2007 et 2016, l’Asie a vu sa part relative augmenter. Cette tendance à la hausse est le résultat de pays tels que la Chine, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud ayant une présence accrue dans les sociétés canadiennes depuis 2007.

Ce rapport souligne également la prépondérance du contrôle étranger dans le groupement d’industries non financières au Canada entre 2007 et 2016.

Alors que les États‑Unis et le Royaume‑Uni restent les deux premières sources d’influence des entreprises parmi tous les pays étrangers, leurs parts de contrôle ont diminué au cours des dix dernières années.

Date de modification :