Études analytiques : méthodes et références
Plan intégré pluriannuel pour la recherche, la modélisation et l’élaboration de données, 2021 à 2023

Date de diffusion : le 12 août 2021

Passer au texte

Début du texte

Avant-propos

À titre d’organisme national de statistique du Canada, notre mission est de servir le Canada avec des renseignements statistiques de haute qualité qui comptent. Statistique Canada produit des statistiques qui aident les Canadiens à mieux comprendre leur pays en les renseignant sur sa population, ses ressources, son économie, sa société et sa culture et ce, de diverses manières. Il s’agit notamment de diffuser régulièrement des indicateurs sociaux et économiques, accompagnés d’analyses afin de fournir un contexte pertinent, et de mener des recherches et une modélisation approfondies pour mieux comprendre les questions de politiques qui s’imposent et mettre en lumière les facteurs déterminants et les scénarios possibles. La recherche appliquée et la modélisation sont des fonctions essentielles d’un organisme statistique efficace, nous permettant de devenir plus pertinents et de le rester. Ces efforts nous aident à la fois à fournir des données précieuses aux décideurs et aux Canadiens en général et à cerner les lacunes en matière de données que nous pouvons combler en trouvant de nouvelles sources de données.

Le Plan intégré pluriannuel pour la recherche, la modélisation et l’élaboration de données présente nos priorités en matière de recherche et de modélisation pour les deux prochaines années. La mise en œuvre du plan sera dirigée par la Direction des études analytiques et de la modélisation. Bien que ce programme de recherche s’appuie sur un vaste corpus de travaux et sur l’expertise variée de nos chercheurs, il est axé sur les répercussions à moyen terme et les répercussions potentielles à long terme de la pandémie de COVID-19 sur la santé et la vie sociale et économique des Canadiens. Les chercheurs visent à appliquer une perspective axée sur la diversité et l’inclusion pour s’assurer qu’en tant qu’organisme, nous continuons de souligner de quelle façon la pandémie a touché divers groupes de population, tels que les immigrants et les communautés racisées, de différentes manières. Ces efforts bénéficieront des données désagrégées que l’organisme s’est engagé à produire dans le cadre du Plan d’action sur les données désagrégées, soutenu par le budget fédéral de 2021. Ce programme de recherche et de modélisation continuera également d’éclairer, de renforcer et d’élargir nos programmes sociaux et économiques essentiels grâce au développement de nouvelles sources de données intégrées, de nouveaux indicateurs et de nouvelles méthodes de modélisation.

Les thèmes décrits dans le plan ont été élaborés avec nos nombreux partenaires et intervenants externes, y compris les organismes et ministères du gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les administrations municipales, les organisations non gouvernementales et les chercheurs universitaires. Leur apport a grandement contribué à la conception de ce programme de recherche et d’élaboration de modèles et à en assurer la pertinence.

Notre monde et les problèmes auxquels nous sommes confrontés continuent de changer, tout comme notre travail. Ce plan est donc évolutif et nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires en écrivant à statcan.analyticalstudies-etudesanalytiques.statcan@canada.ca. Nous vous remercions à l’avance de votre précieuse collaboration.

Anil Arora, statisticien en chef du Canada

Sommaire

Depuis mars 2020, la pandémie de COVID-19 a accru le besoin de données et de renseignements de grande qualité pour éclairer la prise de décisions. L’organisme a répondu aux attentes et continue de répondre à ce besoin en mettant à profit sa capacité analytique à produire des résultats de recherche, à modéliser les données sur la santé et l’économie et à diffuser de nouveaux indicateurs économiques pour répondre directement aux besoins en renseignements des ministères et organismes du gouvernement du Canada, des intervenants externes, et de la population canadienne. Le rôle de la recherche et de la modélisation dans un organisme statistique national est essentiel pour ajouter de la valeur aux données, pour élaborer de nouvelles mesures et pour éclairer et combler les lacunes en matière de données. Pour aller de l’avant, les efforts de recherche et de modélisation de l’organisme seront guidés en partie par les besoins à l’égard de nouvelles recherches et de nouveaux indicateurs, afin de cerner et de suivre les changements structurels possibles de l’économie et de la société, de manière à établir si le Canada sera un pays plus résilient, inclusif et durable après la pandémie. L’organisme adoptera une optique de diversité et d’inclusion pour veiller à la création et à l’utilisation efficaces de nouvelles données désagrégées, le cas échéant.

Le Plan intégré pluriannuel pour la recherche, l’élaboration des données et la modélisation décrit les priorités de recherche et de modélisation de l’organisme au cours des deux prochaines années. La mise en œuvre du plan sera dirigée par la Direction des études analytiques et de la modélisation (DEAM), le service de recherche de Statistique Canada. La DEAM tire profit des connaissances spécialisées et d’un large éventail de sources de données et de techniques de modélisation pour répondre aux besoins en données d’un large éventail de partenaires et d’intervenants du gouvernement, du secteur universitaire et du secteur public au moyen de l’analyse et de la recherche, de la modélisation et de l’analyse prédictive ainsi que de l’élaboration de données. La direction s’efforce de fournir des recherches pertinentes, de haute qualité, opportunes, complètes, horizontales et intégrées et de permettre l’utilisation de ses recherches au moyen du renforcement des capacités et la diffusion stratégique pour répondre aux besoins des utilisateurs des décideurs politiques, des universitaires et du grand public. Bien que d’autres secteurs de l’organisme travaillent également à la modélisation et à la recherche, ce plan exhaustif reflète les priorités de l’organisme qu’abordera la DEAM.

Le plan s’articule autour de quatre grands thèmes, soit la recherche économique, sociale, en santé et multidisciplinaire (intersectorielle). Au sein du programme économique, la recherche, l’élaboration de données et la modélisation porteront sur l’innovation et la nouvelle économie, par exemple, la numérisation. Les projets seront entrepris dans le but de mieux comprendre les vastes répercussions de l’adoption de technologies et les activités complémentaires sur les entreprises et les travailleurs, ainsi que leurs conséquences macroéconomiques. Les recherches seront aussi axées sur la concurrence sur la scène mondiale, explorant les liens entre la concurrence, l’innovation et la productivité, et les facteurs structurels et les politiques qui jouent un rôle de premier plan pour contribuer à façonner le paysage de la concurrence. Finalement, l’arrivée de la pandémie de COVID-19 a accentué la nécessité d’étudier le dynamisme et la capacité d’adaptation économique des entreprises. Au moyen de nouvelles mesures des ouvertures et des fermetures d’entreprises, les travaux dans ce domaine porteront essentiellement sur la nécessité de comprendre dans quelle mesure les entreprises de différentes propriétés (p. ex. appartenant à des femmes, à des immigrants ou à des jeunes) ont été touchées par la pandémie, les conséquences de ces répercussions sur l’affectation des ressources, la productivité et la croissance, et le rôle qu’ont joué les mesures d’aide du gouvernement.

Le programme de recherche sociale portera principalement sur les thèmes liés à la main-d’œuvre et à l’emploi. Les travaux se poursuivront pour comprendre le rôle vital des immigrants dans la population active du Canada, y compris l’efficacité et les répercussions du système de sélection de l’immigration économique pour prédire les résultats sur le marché du travail et les conséquences générales de la pandémie sur les immigrants récents et actuels, particulièrement ceux qui travaillent dans les secteurs qui ont été les plus durement touchés. Les recherches porteront aussi  sur les résultats économiques des immigrants diplômés en science, technologie, ingénierie et mathématiques, l’intégration des réfugiés et l’intégration sociale et politique des immigrants dans une plus vaste mesure. La recherche et l’élaboration de données sur les emplois et le travail porteront sur les changements structurels dans le marché du travail, y compris la création de nouvelles mesures plus actuelles de l’économie des petits boulots, la lente croissance des salaires horaires réels médians (par rapport à la croissance de la productivité), et les répercussions de l’automatisation et du télétravail, y compris les changements dans les tâches d’emploi. Le bien-être financier sera examiné, y compris la vulnérabilité financière des groupes marginalisés les plus touchés par la pandémie, les comportements à l’égard de l’épargne liés aux programmes principaux (p. ex. régimes enregistrés d’épargne-retraite, les avantages fiscaux liés aux enfants), et le remboursement du revenu chez les travailleurs âgés qui amorcent leur retraite. Finalement, les mesures de confinement obligatoire attribuables à la COVID-19 ont créé de nombreuses incertitudes pour les étudiants de tous les niveaux. Les recherches liées à l’éducation, à la formation et aux compétences porteront sur l’inscription des étudiants étrangers dans les universités canadiennes; les répercussions à long terme sur l’emploi pour les étudiants de l’enseignement postsecondaire et les facteurs liés à la poursuite des études postsecondaires plus largement, en utilisant de nouvelles données couplées qui intègrent les dossiers d’inscription aux études postsecondaires, les dossiers fiscaux, les données du recensement et les dossiers scolaires de la maternelle à la 12e année.

Le programme de recherche en santé portera sur la nutrition et la santé physique et examinera les répercussions à court et à long terme des stratégies liées à la pandémie (p. ex. confinements obligatoires) sur l’apport alimentaire, l’activité physique et les comportements sédentaires des Canadiens, ainsi que les interrelations entre les enfants et les parents. Les recherches liées aux répercussions de la pandémie sur la santé mentale et la consommation de substances de façon plus générale seront examinées. Un accent plus particulier sur la santé des enfants et des jeunes sera lié à des collaborations nationales et internationales entourant l’élaboration d’indicateurs pour les enfants et les jeunes, y compris l’indice canadien du bien-être chez les enfants, les répercussions de la pandémie sur la santé des enfants et des jeunes et sur les parents, et l’accessibilité et l’utilisation des services de garde d’enfants alors que les parents retournent au travail. Finalement, les efforts de recherche porteront aussi sur l’autre extrémité du cycle de la vie, le vieillissement, en se penchant à la fois sur les états de santé et les besoins en services des personnes âgées, y compris la transition vers les soins et les établissements structurés, les besoins satisfaits et non satisfaits en matière de soins à domicile structurés, l’hospitalisation en fin de vie et le développement de modèles de microsimulation liés à l’Alzheimer et à d’autres démences en réponse à la stratégie nationale du Canada sur la démence.

Compte tenu de l’étendue de son domaine d’expertise, la Direction est en excellente posture pour adopter une approche multidisciplinaire et traiter d’enjeux plus vastes qui correspondent directement aux priorités clés du gouvernement fédéral, y compris le bien-être (qualité de vie), la diversité et l’inclusion, l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, et l’environnement. La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions sans précédent sur de nombreuses facettes essentielles de la qualité de vie, dont la santé, les liens sociaux, la mobilité, l’emploi et le revenu. Les recherches mettront l’accent sur l’utilisation de nouvelles sources de données pour quantifier les répercussions sur la satisfaction à l’égard de la vie chez les nouveaux immigrants, les jeunes et les femmes, et les facteurs qui ont contribué à la satisfaction à l’égard de la vie ou qui l’ont diminuée. Alors que la Direction adoptera une optique de diversité et d’inclusion dans toutes ses recherches, là où il sera approprié de le faire, elle tâchera aussi de mieux comprendre les expériences des groupes les plus vulnérables qui ont été les plus durement touchés par la pandémie (c.-à-d. les personnes moins scolarisées, les familles à faible revenu, les nouveaux immigrants) en examinant l’intersectionnalité de leur susceptibilité en matière de santé socioéconomique pendant et après la pandémie. En réponse à la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme, les études sur les expériences sociales et économiques des groupes ethnoculturels et de minorité visible dresseront un portrait plus complet des différents aspects des trajectoires d’emploi et de revenu, de la participation sociale, de la santé et du bien-être des divers groupes de population du Canada. L’importance de l’apprentissage et la garde des jeunes enfants a été marquée par les récents investissements du gouvernement fédéral. En appui au Cadre multilatéral d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, la Direction dirige un vaste programme d’élaboration et de collecte, de recherche et d’analyse et de diffusion des données pour se pencher sur des sujets tels que l’utilisation des services de garde d’enfants et les répercussions sur les gains des parents, les décisions liées à l’emploi et les résultats sur les enfants, ainsi que l’utilisation des services de garde d’enfants avant, pendant et après la pandémie de COVID-19.

Enfin, le programme de recherche sur l’environnement sera élargi dans le cadre de divers projets reliés entre eux. Le gouvernement du Canada a cerné une vaste gamme d’initiatives de collaboration dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques pour atteindre les cibles de réduction des émissions, faire croître l’économie et bâtir la résilience face à un climat changeant. Ce programme de recherche appuiera l’élaboration d’un ensemble de connaissances et évaluera les résultats attendus. Elles comprendront l’élaboration de mesures de productivité qui intègrent les impacts environnementaux, l’élaboration d’estimations des émissions de gaz à effet de serre (GES) fondées sur la consommation, la mesure de la contribution de l’énergie propre à l’efficacité énergétique de l’économie, la mesure des modifications intersectorielles à l’emploi et des exigences en matière de compétences dans le contexte de la transition du Canada vers une économie à faibles émissions de carbone, et l’analyse des répercussions des fermetures liées à la COVID-19 sur le comportement économique et l’environnement. La pandémie a aussi modifié les tendances relativement à la vie professionnelle et à la vie personnelle des Canadiens. Ces répercussions seront saisies dans les recherches axées sur les émissions de GES connexes et les conséquences de la pollution atmosphérique et dans les nouveaux travaux sur les répercussions de l’environnement bâti sur la santé, y compris le lien entre la verdure des quartiers et les indicateurs de la santé physique.

Ce programme de recherche est appuyé par la modélisation et l’analyse prédictive innovatrices et l’élaboration de données. En tant que chef de file de Statistique Canada, la DEAM élabore des modèles de microsimulation et des modèles épidémiologiques, y compris le modèle de santé de la population (POHEM), OncoSim, le modèle compartimental sur la COVID-19 et la Base de données et Modèle de simulation de politique sociale (BD/MSPS), pour projeter les répercussions éventuelles à court et à long terme des politiques sociales et de santé. Ces modèles sont actuellement utilisés par divers ministères et organismes fédéraux et d’autres intervenants pour éclairer la prise de décision. Ces modèles ont été utilisés et continueront de l’être pour évaluer les répercussions de la pandémie sur l’économie et la santé, y compris de nouvelles prestations fédérales de soutien du revenu pour les particuliers et les familles (BD/MSPS) et les répercussions à long terme sur l’incidence du cancer et la mortalité (OncoSim). La Direction continuera de se tourner vers une utilisation accrue de l’analyse prédictive, y compris l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, pour tirer profit de la puissance des nouvelles sources de données intégrées et surmonter les défis que posent les analyses de régression traditionnelles. Par exemple, dans le cas de l’intersectionnalité, l’analyse prédictive pourrait être utilisée pour mieux mesurer l’incidence de vivre de multiples dimensions de la qualité de vie et des inégalités et mieux comprendre les caractéristiques des entreprises à forte croissance et leurs environnements, permettant ainsi les prévisions en temps réel des entreprises au cours des trois prochaines années.

Les chercheurs de Statistique Canada continueront d’élaborer de nouvelles données intégrées innovatrices pour aider les programmes de recherche à répondre aux questions stratégiques complexes en réunissant les données sur l’économie, la société, la santé et le recensement. En plus de maintenir et de mettre à jour les fichiers de données couplées existants (p. ex. Cohortes santé et environnement du recensement canadien, Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés, Fichier de données longitudinales sur la main-d’œuvre, Base de données sur la mobilité intergénérationnelle du revenu), les nouveaux couplages comprendront l’intégration de nouvelles sources de données obtenues de partenaires externes comme le Programme des travailleurs étrangers temporaires, l’Inventaire national des rejets de polluants et le Programme de déclaration des gaz à effet de serre au Fichier de microdonnées longitudinales des comptes nationaux de Statistique Canada. Ces nouvelles sources de données et les sources déjà en place seront utilisées pour faciliter la recherche axée sur la volonté de comprendre l’interaction entre l’économie et l’environnement. Ces bases de données couplées sont accessibles à l’ensemble de la communauté universitaire et des politiques afin d’appuyer une gamme d’initiatives de recherche dans le cadre du Programme des centres de données de recherche.

Mandat

La Direction des études analytiques et de la modélisation (DEAM) est la principale entité de recherche de Statistique Canada ayant pour mandat de fournir des renseignements actuels, pertinents et de haute qualité sur des questions économiques, sociales et de santé qui importent aux Canadiens. La Direction tire profit des connaissances spécialisées et d’un large éventail de données et de méthodes de façon stratégique afin de décrire la nature évolutive de l’économie et de la société canadiennes et de tirer des conclusions et des constats objectifs reposant sur des données scientifiques sur celle-ci. Les questions de recherche sont déterminées dans le cadre de consultations avec une vaste gamme de partenaires et d’intervenants des milieux gouvernementaux, universitaires et du secteur public. Leur connaissance du paysage de la recherche et des besoins en matière de politique place les chercheurs de la DEAM en excellente posture pour déterminer les lacunes en matière d’information et de données et les traduire en questions de recherche. Ces questions sont abordées dans le cadre d’un vaste programme de recherche faisant appel à la modélisation et à l’analyse prédictive ainsi qu’à l’élaboration innovatrice de données qui tire profit des données administratives et d’enquête de l’organisme pour permettre la recherche interdisciplinaire et horizontale afin de se pencher sur les questions complexes. Pour favoriser un meilleur accès, les données intégrées et les résultats analytiques de la DEAM sont mis à la disposition des chercheurs externes et des décideurs afin d’éclairer la prise de décisions au sein des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi que des administrations locales.

La Direction diffuse les résultats de ses recherches en faisant appel à des pratiques de traduction des connaissances qui utilisent une vaste gamme de produits (p. ex. articles de recherche, infographies, vidéos et blogues) pour répondre aux besoins des utilisateurs. La Direction offre un programme de formation complet pour bâtir la capacité en données et analyses, tant au sein de l’organisme que chez les intervenants externes pour leur permettre de mieux utiliser les données et les renseignements statistiques. On fait appel aux chercheurs de la Direction pour fournir des conseils d’expert, des données à traiter, des commentaires et une assurance de la qualité à une vaste gamme de programmes à Statistique Canada. La Direction est bien placée pour contribuer de façon importante aux programmes de recherche multidisciplinaires.

Vision

La DEAM vise à fournir aux Canadiens tous les renseignements clés dont ils ont besoin sur l’économie, la société et l’environnement du pays pour assumer efficacement leur rôle de citoyens et de décideurs dans un monde en rapide évolution. Pour ce faire, elle propose une recherche pertinente, de grande qualité, actuelle, exhaustive, horizontale et intégrée, en faisant appel à la traduction des connaissances et au renforcement des capacités en insistant plus particulièrement sur les qualités suivantes :

Partenariats et collaborations

Les chercheurs responsables de la mise en œuvre du plan travaillent avec un large éventail de collaborateurs externes et internes afin de veiller à ce que ses activités de recherche et d’élaboration de données portent sur les questions pertinentes aux politiques et répondent aux besoins des utilisateurs. Les partenaires externes comprennent, notamment :

Programme de recherche, de modélisation et d’élaboration de données

Ce plan précise les activités devant être entreprises à l’intérieur de trois vastes domaines interreliés (analyse et recherche, modélisation et analyse prédictive et développement des données innovatrices) par la Division de l’analyse économique, la Division de l’analyse de la santé, la Division de l’analyse sociale et de la modélisation et la Division de l’analyse stratégique, des publications et de la formation de la DEAM.

Analyse et recherche

Ce plan propose d’entreprendre un ambitieux programme de recherche portant sur des questions économiques, sociales et de santé, ainsi que sur les interactions entre ces questions. Les travaux de recherche menés au chapitre de ce programme s’appuient sur des connaissances spécialisées dans divers domaines d’études, comme l’économie, la sociologie, la main-d’œuvre et le travail, la psychologie, l’épidémiologie, le commerce, les mathématiques et la statistique. Le programme de recherche répond aux besoins en renseignements à jour des décideurs des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, du milieu universitaire et d’autres intervenants, et il détermine les besoins en renseignements de l’avenir. Il met également en évidence la valeur et le potentiel des données administratives, couplées et d’enquête de Statistique Canada aux yeux de la communauté élargie de la recherche et de la politique. La DEAM dirige également des programmes de recherche qui transcendent les frontières disciplinaires et organisationnelles, en s’appuyant sur l’expertise de l’ensemble de la Direction et sur les données à l’échelle de l’organisme. Cette stratégie a été particulièrement utile lors de la contribution de la DEAM à fournir des précisions, des analyses, des modélisations, des indicateurs innovateurs et une diffusion rapide des renseignements sur la COVID-19.

Modélisation et analyse prédictive

Ce plan propose d’entreprendre de nombreuses activités dans le domaine de la modélisation et de l’analyse prédictive. Elles vont des modèles de régression traditionnels aux algorithmes prédictifs et à l’apprentissage automatique. Les modèles de microsimulation sont la pierre angulaire du travail de la Direction. Celle-ci compte plus de 30 ans d’expérience de l’élaboration de modèles qui appuient l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes et permettent aux utilisateurs de mettre à l’essai des scénarios hypothétiques pour mieux comprendre les répercussions à court et à long terme des options de politiques. Récemment, la Direction a commencé à étudier la création et la diffusion d’outils interactifs, qu’elle a élaborés dans le cadre du programme de recherche et mis à la disposition des utilisateurs pour leur fournir des renseignements plus personnalisés, plus pratiques et plus actuels. De plus, la construction des modèles et l’appui aux partenaires dans le cadre de la modélisation des maladies infectieuses ont constitué une priorité pour la COVID-19. En outre, la Direction explore l’élaboration de modèles qui tireraient profit des renseignements de plus en plus détaillés produits par Statistique Canada sur la structure de l’économie et de la société, et sur les entreprises et les personnes qui y participent. Ces modèles permettront d’analyser la relation entre les variations des statistiques agrégées et les variations et les répercussions sur les villes et les régions, les entreprises et les particuliers.

Élaboration de données

Ce plan propose d’entreprendre une gamme d’activités visant à renforcer et à accroître les fonds de données de Statistique Canada et, de façon plus générale, l’infrastructure statistique du Canada. Ces activités comprennent l’intégration de données au niveau des personnes et au niveau des entreprises au moyen du couplage d’enregistrements et de la microsimulation, ainsi que l’intégration de données contextuelles telles que l’information environnementale au moyen de l’emplacement géographique. La Direction joue un rôle de premier plan pour former et fournir une expertise spécialisée aux autres divisions pour l’élaboration d’enquêtes, y compris le contenu, l’élaboration de la base de sondage et les innovations en utilisant les fichiers administratifs et couplés. Les nouvelles sources de données découlant de ces activités sont mises à la disposition des chercheurs en politiques et des chercheurs universitaires par l’entremise des centres de données de recherche dans les universités de l’ensemble du pays.

Les descriptions qui suivent donnent un aperçu des principaux programmes de recherche portant sur les grands thèmes de l’économie, de la société et de la santé.

1   Analyse and recherche

1.1   Économie

1.1.1   L’innovation et la nouvelle économie

Nous assistons actuellement à une transformation fondamentale de la façon dont les biens et services sont produits et offerts aux personnes sous l’effet de l’avènement de la numérisation. Les possibilités et la souplesse que la numérisation permet ont été mises en évidence par la pandémie de COVID-19. Les entreprises qui étaient déjà présentes dans le commerce électronique ou qui avaient déjà investi dans la technologie pour permettre le travail à domicile étaient mieux outillées pour s’adapter aux restrictions de la distanciation physique. Il est important que la transformation numérique soit prise en compte dans la façon dont nous mesurons l’économie et incluse dans notre analyse des facteurs qui sous-tendent les mouvements dans les statistiques agrégées.

Au niveau agrégé, l’élargissement de la mesure des immobilisations incorporelles pour y inclure des types d’actif d’importance croissante, comme la valeur des données et des bases de données, est important pour comprendre la contribution de la numérisation à la croissance économique. La mesure de l’intensité de la numérisation au niveau de l’industrie permettra de mieux comprendre son incidence sur les tendances d’entrée et de survie des entreprises, sur la productivité des entreprises et les répartitions de la productivité. Le fait de combiner les mesures de l’intensité numérique et la possibilité pour les travailleurs, selon la profession, de travailler à domicile facilitera l’analyse du lien entre le télétravail et la productivité à un niveau plus détaillé de l’industrie.

À l’échelle des entreprises, les études sur la productivité et les conséquences sur l’emploi de l’adoption des robots seront suivies d’autres études qui examinent l’incidence de l’adoption de technologie sur la croissance, la productivité et l’entrée des entreprises. Le rôle des brevets pour expliquer la croissance des entreprises et les dynamiques d’entreprises sera examiné. Les mesures de l’utilisation de l’intelligence artificielle par les entreprises seront élaborées afin de mieux comprendre ses répercussions sur les résultats des entreprises. Grâce aux bases de données employeurs-employés de la DEAM, les liens entre l’adoption de technologies, le rendement des entreprises, les gains d’emploi individuels, les pertes et les gains d’emploi et la qualité de l’emploi continueront d’être étudiés. Ces études exploreront la diversité et le caractère inclusif de l’adoption de technologies.

Alors que l’adoption des robots et l’adoption de la technologie donneront probablement lieu à des hausses de productivité, elles entraîneront probablement aussi des mouvements de travailleurs dans certaines professions et pour certaines compétences. Ces travailleurs déplacés pourraient vivre des perturbations dans leur emploi, ils pourraient être obligés d’améliorer leurs compétences ou subir des changements dans leurs parcours professionnels. Il est important de comprendre les répercussions de l’adoption de la technologie et de l’automatisation sur le bien-être des travailleurs selon le type de travailleur de sorte à être en mesure d’atténuer tous les effets négatifs.

1.1.2   Compétitivité sur la scène mondiale

Le rendement économique du Canada en tant que petite économie ouverte est grandement influencé par des facteurs externes et par les relations de commerce et d’investissement avec des partenaires clés. Bien qu’on dise que la concurrence stimule l’innovation et la productivité en général, les liens entre la concurrence, l’innovation et la productivité ne sont pas bien compris. Par exemple, on s’interroge sur l’incidence des investissements étrangers sur la recherche et le développement, sur la propriété intellectuelle et sur l’innovation au Canada. On se demande également pourquoi le solide bilan du Canada en matière d’innovation scientifique ne se traduit pas par une amélioration de la productivité. De plus, l’effet des changements dans l’environnement concurrentiel n’est pas le même d’une région à l’autre, d’une entreprise à l’autre et d’une personne à l’autre, et les stratégies qui permettent à certains types d’entreprises de réussir ne sont peut-être pas les mêmes pour d’autres entreprises. Finalement, non seulement les dollars du commerce et des investissements se déplacent-ils d’un pays à l’autre, mais il en va aussi de même des travailleurs. Les immigrants au Canada apportent des connaissances sur les marchés de leur pays d’origine et peuvent également jouer un rôle dans la création de débouchés commerciaux, l’innovation et la diffusion des technologies.

Pour comprendre la compétitivité du Canada sur la scène mondiale, il faut comparer les pays. La productivité est une mesure importante de la compétitivité, tant à l’échelle du pays qu’à l’échelle des entreprises. La croissance de la productivité donne lieu à des niveaux de vie plus élevés et permet aux entreprises de faire concurrence aux autres entreprises qui vendent des biens et services similaires. Des études seront menées pour examiner la productivité des entreprises canadiennes par rapport aux entreprises les plus productives au monde. De récentes études, qui ont exclu le Canada, ont permis de découvrir la preuve d’un écart grandissant entre les entreprises les plus productives et toutes les autres entreprises. Cette étude examinera où les entreprises canadiennes se situent par rapport aux entreprises mondiales présentes dans les mêmes industries.

Cependant, on ne mesure pas la compétitivité d’une entreprise uniquement par sa productivité. La capacité d’une entreprise d’attirer les investissements et les consommateurs pourrait dépendre de plus en plus de sa viabilité et de son incidence sociale. Les facteurs tels que les politiques conciliant travail et famille qui favorisent un milieu de travail inclusif peuvent contribuer à retenir les travailleurs et à améliorer le talent innovateur, et les investisseurs peuvent prendre en compte l’empreinte environnementale d’une entreprise ainsi que sa rentabilité. Les études dans ce domaine examineront l’importance de ces facteurs pour la compétitivité d’une entreprise.

La compétitivité d’un environnement économique peut être mesurée de différentes façons, par exemple au moyen des ratios de concentration, des taux de roulement des parts de marché, des taux d’entrée et de sortie des entreprises, des taux de création et d’élimination d’emplois et des mesures de l’emprise sur le marché. Ces mesures ont été examinées individuellement pour ensuite être regroupées sous un indice composite dans le contexte d’une étude approfondie dans ce domaine. Elle mettra aussi en évidence dans quelle mesure la compétitivité et la concurrence pourraient avoir évolué en raison de la pandémie de COVID-19. L’incidence de l’évolution de l’environnement concurrentiel sur l’investissement, la productivité et les salaires fait également l’objet d’une étude.

Les facteurs structurels et les politiques jouent aussi un rôle important dans l’évolution de l’environnement concurrentiel. Dans ce domaine, la compétitivité en matière de réglementation du Canada sera étudiée. Cela pourrait comprendre un examen des obstacles au commerce entre les provinces et la construction d’un indice composite en utilisant les données du Forum économique mondial sur le marché du travail et la compétitivité du système financier, les données de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires et les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur la réglementation du marché des produits. Les études antérieures sur le rôle de la structure des industries, de l’utilisation du potentiel et de la répartition de la taille des entreprises au chapitre de la productivité du Canada continueront d’être mises à jour et d’être élargies.

L’intégration des industries nationales au Canada dans les chaînes de valeur mondiales a constitué une source importante de compétitivité pour les entreprises canadiennes qui trouvent avantageux de fournir plus d’intrants à l’échelle mondiale. Le degré élevé d’intégration des industries canadiennes dans les chaînes de valeur mondiales pourrait aussi comporter des risques pour les entreprises pendant les périodes de tensions commerciales accrues, et plus récemment, pendant la pandémie de COVID-19. Des travaux sont actuellement menés avec des organisations internationales telles que l’OCDE, l’Organisation de coopération économique Asie-Pacifique et les organismes de la statistique aux États-Unis et au Mexique pour comprendre la mesure dans laquelle les entreprises et les industries sont intégrées aux chaînes de valeur mondiales. Les travaux sont planifiés afin de surveiller les récentes tendances dans les chaînes de valeur mondiales et d’examiner si les entreprises montent dans la chaîne de valeur et deviennent de plus en plus spécialisées dans les activités axées sur le savoir et à grande valeur ajoutée. La spécialisation dans les industries et les activités plus traditionnelles axées sur les coûts n’est plus une option viable pour les pays les plus développés.

La numérisation a permis au commerce des services de croître. Au Canada, le commerce des services en tant que part du commerce total a progressé rapidement au cours des deux dernières décennies. De nouvelles recherches examineront le rôle des entreprises multinationales dans le commerce des services, compareront les contributions des entreprises appartenant à des hommes et celles appartenant à des femmes au commerce des services et étudieront l’incidence de la COVID-19 sur le commerce des services.

1.1.3   Dynamisme et capacité d’adaptation économique

L’arrivée de la pandémie de COVID-19 a mis en relief l’importance d’étudier le dynamisme des entreprises pendant et après les récessions. En utilisant les statistiques mensuelles nouvellement créées sur les ouvertures et les fermetures d’entreprises, des études seront menées pour examiner les caractéristiques des entreprises qui ont fermé et qui sont parties, la contribution potentielle des nouvelles entreprises à la relance économique et les changements dans les choix d’emplacement des entreprises en réaction à la pandémie.

Le parcours de la relance économique après la pandémie de COVID-19 peut aussi être éclairé en examinant les dynamiques des récessions précédentes. Les études dans ce domaine tenteront de déterminer si les démarrages d’entreprise pendant les récessions donnent de moins bons résultats que les entreprises qui voient le jour pendant d’autres périodes, si ces différences peuvent être attribuables selon l’industrie, la taille à l’entrée, les contraintes financières ou les conditions de la demande, et la contribution potentielle des nouvelles entreprises aux emplois et à la croissance des exportations après la pandémie. Le cas échéant, et dans la mesure du possible, une perspective à l’égard de la diversité sera appliquée afin de déterminer si les entreprises appartenant à des femmes, des immigrants, des jeunes, des Autochtones, des personnes handicapées, des Noirs, d’autres minorités visibles ou des couples de même sexe sont touchées différemment.

Les politiques gouvernementales ont appuyé, et continueront d’appuyer, les entreprises canadiennes tout au long de la pandémie et de l’étape de la relance économique, respectivement. Deux des plus importantes mesures d’aide directe du Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19 sont la Prestation canadienne d’urgence et la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC). Les deux programmes offrent en définitive un soutien aux travailleurs, mais la SSUC procure l’avantage supplémentaire de permettre aux travailleurs de maintenir des liens d’emploi avec leurs entreprises. Les études examineront le taux d’utilisation de la SSUC, exploreront s’il existe des différences selon l’industrie, l’emplacement géographique, la taille de l’entreprise, le sexe du propriétaire et le statut d’immigrant du propriétaire, et les facteurs sous-jacents qui pourraient être à l’origine de ces différences. Les répercussions possibles de l’utilisation de la SSUC pour le parcours de relance économique seront aussi modélisées.

Il importe de comprendre le dynamisme des entreprises et son recul à long terme, car l’entrée des nouvelles entreprises est une voie importante par laquelle l’innovation, les nouvelles idées et les nouveaux produits percent le marché. De plus, la redistribution des ressources des entreprises sortantes et en déclin aux entreprises en croissance et en démarrage est une source importante de productivité globale et de croissance commerciale. Les données probantes provenant d’autres pays laissent supposer que les faibles taux d’intérêt ont permis aux entreprises plus faibles de survivre, empêchant ainsi la redistribution des ressources à des fins plus productives. Les programmes tels que la SSUC pourraient aussi avoir la conséquence inattendue d’aider les entreprises ayant les reins moins solides et d’empêcher la redistribution. Une étude dans ce domaine examinera les caractéristiques des entreprises qui déclarent faillite, de quelle façon ces caractéristiques ont évolué au fil du temps, la taille de la population des entreprises qui possèdent des caractéristiques similaires à celles qui ont déclaré faillite, et la fraction de celles qui demandent de l’aide dans le cadre du Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19. Les travaux se poursuivront aussi pour examiner et mieux comprendre la diminution à long terme du dynamisme des entreprises au Canada.

1.2   Société

1.2.1   Immigration

L’immigration continue de jouer un rôle essentiel dans la société et l’économie du Canada. On prévoit que d’ici 2031, le tiers de la main-d’œuvre canadienne sera composée de travailleurs nés à l’étranger. Les niveaux d’immigration et les critères de sélection continuent d’être au cœur des discussions sur les politiques, et les résultats économiques, sociaux et en matière de santé, de même que la contribution des immigrants, continuent d’être des indicateurs importants de l’établissement et de l’inclusion des immigrants. Ces discussions revêtent une importance accrue pendant et après la pandémie de COVID-19, qui a grandement perturbé le portrait des arrivées et de la situation socioéconomique des immigrants.

Depuis l’entrée en vigueur du système d’Entrée express (EE) et ses modifications subséquentes, le Canada a grandement modifié la sélection des immigrants de la composante économique. La DEAM a fourni des services d’analyse et de diffusion de données pour la conception du Système de classement global pour l’EE. En collaboration avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, la DEAM continue d’examiner et de surveiller l’efficacité des critères de sélection à prédire les résultats sur le marché du travail des immigrants de la composante économique et de fournir des précisions analytiques pour prendre en compte les politiques sur la sélection des immigrants.

Le rôle que jouent les résidents temporaires (RT) dans l’économie canadienne, particulièrement pour combler les pénuries de main-d’œuvre et de compétences à court terme, continue d’être un enjeu important. La DEAM perfectionne la mesure dans ce domaine et rend compte de la mesure dans laquelle les RT contribuent aux industries aux prises avec des pénuries de main-d’œuvre (p. ex. la chaîne d’approvisionnement alimentaire canadienne, qui dépend grandement des travailleurs étrangers temporaires). Les RT constituent également un bassin de plus en plus important à partir duquel les résidents permanents (RP) sont sélectionnés. Dans la foulée de la pandémie de COVID-19, certains risques potentiels liés à cette sélection de l’immigration en deux étapes sont exacerbés. Une série d’études examinent les avantages et les risques des systèmes de sélection des immigrants de la composante économique, y compris les tendances récentes dans les parcours de transition de RT à RP et les résultats sur le marché du travail. On se penchera plus particulièrement sur les étudiants étrangers comme source de main-d’œuvre et dans quelle mesure la pandémie pourrait modifier les perspectives pour ce groupe de RT et les établissements d’enseignement postsecondaire.

Les immigrants sont surreprésentés dans certaines industries, dont certaines ont été durement touchées par la pandémie de COVID-19. De plus, certains groupes d’immigrants ont été plus vulnérables aux récessions économiques précédentes, comme les immigrants récents et les réfugiés. Dans ce contexte, les recherches sur les RP continuent d’examiner les résultats économiques et sociaux au cours des années suivant l’arrivée, en insistant plus particulièrement sur les répercussions à court terme et persistantes de la pandémie, y compris les trajectoires sur le marché du travail lorsque l’économie reprendra et dans les années à venir après la pandémie de COVID-19. Les résultats économiques des immigrants sont aussi étudiés sur le plan des tendances dans les écarts salariaux entre les immigrants et les personnes nées au Canada et de la façon dont les écarts salariaux sont répartis entre les entreprises et à l’intérieur de ces dernières.

Les immigrants représentent une part importante de la population active titulaire d’un grade universitaire, en particulier dans les domaines des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques (STGM), et offrent donc la capacité de contribuer à une économie novatrice et dynamique. Les études dans ce domaine examinent les différences entre le Canada et les États-Unis en ce qui a trait aux résultats économiques des immigrants diplômés dans les STGM, l’innovation au sein des entreprises appartenant à des immigrants, et le rôle que les facteurs liés à l’offre et à la demande jouent dans le jumelage études-emploi chez les immigrants récents et les jeunes au Canada. Les recherches mettront plus particulièrement l’accent sur les résultats sur le marché du travail à long terme des immigrants titulaires d’un grade universitaire qui n’ont pu trouver un travail spécialisé au cours des premières années suivant l’immigration. Les différences entre les sexes sur le plan de la correspondance entre les compétences et l’emploi chez les immigrants récents font aussi l’objet d’un examen.

Au cours des dernières années, l’accueil et l’établissement des réfugiés ont été au centre de nombreuses démocraties occidentales, et une priorité en matière de politiques au Canada. Un aperçu des résultats des demandeurs d’asile se penche sur les tendances récentes pour ces derniers. De nombreuses études comparent les divers résultats économiques et en matière d’intégration sociale (p. ex. emploi, gains, utilisation de l’aide sociale, taux de pauvreté et sentiment d’appartenance au Canada) entre les programmes pour les réfugiés (c.-à-d. réfugiés pris en charge par le gouvernement, réfugiés parrainés par le secteur privé et demandeurs d’asile) et entre les réfugiés et les autres immigrants.

Les recherches en cours examinent la participation sociale et politique des immigrants. Les projets de recherche comprennent l’obtention de la citoyenneté canadienne, le vote aux élections fédérales et provinciales, l’engagement civique, le sentiment d’appartenance et le bien-être subjectif. Au moyen de différents cycles de l’Enquête sociale générale – Victimisation, une étude examine les différences entre les groupes sur le plan de la violence familiale contre les femmes immigrantes.

Les recherches sur la santé des immigrants examineront les différents résultats en matière de santé, y compris l’utilisation des services de santé, en fonction des caractéristiques individuelles telles que le type d’immigrant, la région mondiale d’origine, la durée écoulée depuis l’immigration et le lieu d’arrivée. Le couplage d’enregistrements entre les sources de données administratives sur l’immigration et la santé a augmenté les possibilités de recherche, permettant aux chercheurs d’avoir un meilleur aperçu de ces sujets, y compris des enjeux tels que la santé mentale chez les immigrants, les résultats en matière de santé et les hospitalisations pour les résidents temporaires.

1.2.2   Emploi

Le marché du travail canadien subit divers chocs en permanence, y compris les perturbations actuelles liées à la COVID-19. Les changements technologiques et les échanges commerciaux internationaux ont une incidence sur la demande de main-d’œuvre des employeurs et peuvent entraîner une modification de la nature du travail et des relations entre employeur et employé. Les nouveaux types de relations entre les entreprises et les travailleurs, comme celles qui font partie de l’économie à la demande, peuvent modifier la qualité des emplois tout en offrant des conditions de travail flexibles aux travailleurs et aux entreprises. Étant donné que l’innovation numérique permet aux entreprises de produire de nouveaux produits et processus fondés sur du code logiciel et des données à un coût marginal peu élevé, elle peut donner lieu à des structures de marché « à un seul vainqueur ». Ces structures de marché peuvent modifier le pouvoir de négociation salariale des entreprises sur les marchés du travail locaux et influer sur la croissance des salaires. L’augmentation de la puissance informatique permet l’automatisation d’un nombre croissant de tâches auparavant exécutées par les travailleurs. En plus des perturbations observées au chapitre de la demande de main-d’œuvre, le vieillissement de la population entraîne des changements dans l’offre de main-d’œuvre sur le marché du travail. L’évaluation de la nature changeante du travail à la lumière de ces changements est une priorité.

L’incidence de l’économie à la demande sur les perspectives d’emploi et l’évolution à long terme du travail à la pige au terme de la pandémie de COVID-19 dépendront de la vitesse et de l’intensité de la reprise économique globale après la COVID-19. Les efforts se poursuivront et viseront à améliorer la méthodologie et l’actualité de la mesure de l’économie à la demande au Canada et de l’évaluation du bien-être financier des travailleurs et travailleuses à la demande et de leurs familles.

Même si la productivité du travail est beaucoup plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était au début des années 1980, les salaires horaires réels médians n’ont guère augmenté depuis le début des années 1980. Les chercheurs examineront la mesure dans laquelle cette lente croissance des salaires horaires réels médians (par rapport à la croissance de la productivité) peut s’expliquer par les baisses de la part de la main-d’œuvre dans le produit intérieur brut, des changements dans les cotisations sociales à la charge des employeurs, des variations des termes de l’échange et des changements dans l’inégalité de la rémunération. Pour éclairer les discussions sur la classe moyenne, des recherches sur les familles dans divers segments de la distribution des revenus étayeront également la mesure dans laquelle les salaires horaires et les heures de travail annuelles des personnes mariées ont augmenté plus ou moins rapidement à l’échelle nationale depuis 1980.

Comme les technologies informatiques permettent l’automatisation d’un nombre croissant de tâches, le contenu des tâches dans diverses professions change. Dans la même veine, la technologie Internet pourrait faciliter le travail à domicile pour les travailleurs qui peuvent le faire. La pandémie de COVID-19 pourrait accélérer de telles tendances en cours dans le domaine du télétravail et de l’automatisation. Pour rendre compte des variations de contenu des tâches des emplois, les renseignements tirés des fichiers O*Net du Bureau of Labor Statistics (Bureau de la statistique du travail) américain dans les années 2010 sont intégrés à l’Enquête sur la population active pour ces années. Ils seront utilisés pour évaluer les changements éventuels dans le contenu des tâches professionnelles au Canada pendant une période de grands progrès dans la technologie d’automatisation. Bien entendu, les travailleurs ne seront pas tous touchés de la même façon par la technologie. Alors que certains d’entre eux pourraient afficher des résultats négatifs (comme la perte d’emploi), d’autres pourraient être en forte demande en raison de la complémentarité de leurs compétences et de la nouvelle technologie. Des travaux continus examineront la mesure dans laquelle les caractéristiques des travailleurs sont liées au risque de transformation de l’emploi en raison de l’automatisation.

Les recherches examineront aussi le lien entre la faisabilité du télétravail et la mesure dans laquelle les tâches peuvent être automatisées. Les travailleurs dont le travail peut être accompli à partir du domicile et présente un faible risque d’être automatisé sont susceptibles d’être dans une position favorable sur le marché du travail dans les années à venir. Puisque les employés qui travaillent à domicile pourraient compenser une croissance de la rémunération par la possibilité de travailler à domicile, les analyses évalueront aussi si les employés qui travaillent à domicile à un moment précis dans le temps subissent une croissance de la rémunération subséquente inférieure et des trajectoires d’emploi plus instables que les autres travailleurs.

Compte tenu de l’accent mis sur l’analyse comparative entre les sexes plus, la technologie et ses répercussions sur les travailleurs seront analysées selon la perspective des différences entre les sexes. Ces travaux engloberont une analyse des différences entre les sexes sur le plan de la susceptibilité des travailleurs face à la technologie de l’automatisation ainsi qu’un portrait des compétences numériques des femmes et des hommes en milieu de travail et à domicile.

Nous examinons également d’autres aspects de l’emploi chez les femmes et les jeunes. Il est notamment question d’études qui se penchent sur les expériences d’études et de travail des femmes handicapées, sur les conséquences à court et à long terme de la pandémie de COVID-19 pour l’emploi, l’apprentissage et le bien-être psychosocial des jeunes; des trajectoires d’emploi des hommes et des femmes pendant et après la COVID-19, en tenant compte du rôle des responsabilités familiales et des caractéristiques des professions, et des différences entre les sexes sur le plan de l’emploi pendant l’école et les correspondances d’emploi subséquentes entre employeurs et employés.

Chaque année, des milliers de travailleurs canadiens perdent leur emploi ou subissent un grand choc sur le plan de la santé. Les répercussions financières des perturbations de l’emploi découlant de mises à pied ou d’événements liés à la santé et le rôle que jouent les régimes d’assurance publics et privés dans la compensation de ces répercussions sont importants pour les décideurs et les Canadiens. Ce sujet continuera d’être un domaine d’intérêt croissant en ce qui a trait aux répercussions de la COVID-19 et à la relance après la pandémie. Les recherches examineront les résultats des travailleurs mis à pied pendant la pandémie et comment ils s’en sont sortis économiquement, par rapport à leurs homologues qui ont été mis à pied pendant les trois récessions précédentes. Les analyses menées à l’échelle de la famille permettront d’évaluer la mesure dans laquelle les familles à faible revenu ont été relativement plus touchées pendant le ralentissement du marché du travail entraîné par la pandémie que pendant la récession de 2008-2009.

Un nouveau programme de recherche inédit qui utilise les données administratives couplées sur l’impôt et la santé est en cours pour examiner les répercussions des divers « chocs sur la santé » sur l’emploi et la rémunération des Canadiens et de leurs familles. Des méthodes semblables à celles qui ont été mises au point pour étudier les répercussions des événements cardiovasculaires (tels que les accidents vasculaires cérébraux) seront appliquées à l’étude des répercussions de traumatismes graves et de diverses formes de cancer. Des travaux connexes rendent compte de la mesure dans laquelle les pertes de revenus associées à l’hospitalisation sont compensées par les programmes publics et le régime fiscal ainsi que du rôle des divers problèmes de santé dans les transitions des travailleurs âgés vers le chômage et la retraite anticipée.

1.2.3   Bien-être financier

Les décisions financières et les comportements en matière d’épargne constituent d’importantes questions dans le contexte du vieillissement de la population, de l’augmentation de l’espérance de vie et des niveaux d’endettement sans précédent des ménages. Les études à venir examineront divers aspects des comportements à l’égard de l’épargne et de l’offre de main-d’œuvre, y compris la mesure dans laquelle : a) les retraits du régime enregistré d’épargne-retraite (REER) varient en fonction de la littératie financière des contribuables; b) les cotisations au REER sont plus courantes lorsque les contribuables doivent un solde final à l’Agence du revenu du Canada; c) les prestations fiscales pour enfants ont des répercussions sur les résultats sur le marché du travail, les caractéristiques de santé et les taux de pauvreté des familles canadiennes avec enfants; et d) les incitations fiscales réussissent à encourager les Canadiens ayant de faibles niveaux d’épargne à se préparer financièrement pour la retraite.

De plus, l’emploi des travailleurs âgés et les transitions vers la retraite feront l’objet de recherches. Les différences entre les cohortes au chapitre des taux de remplacement du revenu des personnes âgées, les décisions des couples de prendre une retraite conjointe et les variations dans les décisions des travailleurs âgés ayant des caractéristiques socioéconomiques différentes relatives à leur offre de main-d’œuvre présentent un intérêt particulier.

La COVID-19 et les fermetures économiques connexes ont touché les familles canadiennes de manière disproportionnée. Les recherches se pencheront sur la vulnérabilité financière avant, pendant et après la pandémie de COVID-19 et détermineront les groupes les plus touchés par les arrêts de travail causés par la pandémie et ceux qui sont les plus susceptibles aux chocs économiques et financiers de la COVID-19.

1.2.4   Éducation, formation et compétences

La pandémie et les mesures de confinement obligatoire attribuables à la COVID-19 ont créé de nombreuses incertitudes pour les étudiants de tous les niveaux. Les exigences de distanciation physique ont entraîné une transition soudaine et massive vers l’apprentissage en ligne. Aux niveaux primaire et secondaire, cela soulève des questions à propos de l’état de préparation à l’apprentissage en ligne. Pour participer activement au nouveau mode de prestation de l’enseignement, les enfants d’âge scolaire doivent avoir accès à l’Internet résidentiel, et il doit aussi y avoir suffisamment d’appareils à la maison pour répondre à la demande accrue des frères et sœurs et des parents qui souvent, étudient et travaillent aussi à domicile. De plus, les ordinateurs personnels (ordinateurs de bureau et portatifs) sont préférables aux appareils mobiles, puisque ces derniers peuvent uniquement recevoir, et non produire, des données pédagogiques. L’accès peut varier selon le niveau de revenu des parents, qui constitue la base de comparaisons dans les nouvelles recherches sur ce domaine.

Au niveau postsecondaire, la perspective de l’apprentissage en ligne soulève des préoccupations quant à l’avenir, particulièrement pour les étudiants étrangers qui pourraient remettre en question leur inscription aux universités et aux collèges canadiens. Les établissements d’enseignement ont eux aussi des inquiétudes, car les étudiants étrangers ont été une source de plus en plus importante de revenus généraux (l’effectif d’étudiants étrangers a beaucoup augmenté au cours des 10 dernières années, et les droits de scolarité des étudiants étrangers sont beaucoup plus élevés que des étudiants canadiens). Les travaux actuels menés en collaboration avec le Centre canadien de la statistique de l’éducation mettent ces vulnérabilités en relief, en présentant les effectifs d’étudiants étrangers avant la COVID-19 selon le niveau, le domaine d’études et le pays d’origine.

À plus long terme, les étudiants de l’enseignement postsecondaire sont inquiets à propos des perspectives d’emploi de l’avenir, compte tenu de l’ampleur du ralentissement économique, qui a touché les jeunes de manière disproportionnée. C’est dans cette optique que les recherches en cours simulent les répercussions du ralentissement économique sur les résultats sur le marché du travail de la classe de 2020 au cours des cinq prochaines années. Alors que les étudiants font le saut vers le marché de l’emploi, il ne fait nul doute qu’ils tenteront d’obtenir tous les avantages possibles pour améliorer leurs chances d’obtenir un emploi bien rémunéré. Une stratégie consiste à bâtir un curriculum vitae riche en emplois avant d’obtenir un diplôme, ce qui pourrait devenir difficile si le ralentissement économique persiste. Une façon d’enrichir son curriculum vitæ est d’acquérir un capital humain auprès d’un employeur en particulier. Cela réduit l’incertitude d’embaucher un nouvel employé, puisque l’employeur a déjà eu l’occasion d’observer le candidat à l’emploi. En revanche, le fait de rester à l’emploi de la même entreprise pourrait simplement indiquer une incapacité à trouver un meilleur emploi, ce qui pourrait dépendre grandement de l’industrie de l’employeur initial. Par exemple, le fait de conserver un emploi peu rémunéré dans le domaine de la restauration rapide pourrait nuire aux étudiants sur le plan de leur carrière; par contre, le fait de conserver un emploi au sein d’une grande entreprise multinationale avec plein de possibilités d’avancement pourrait être profitable. Les nouvelles recherches tenteront de déterminer si la stratégie qui consiste à obtenir un emploi après l’obtention du diplôme avec le même employeur pour lequel la personne travaillait en tant qu’étudiant donne lieu à de meilleurs résultats sur le marché du travail (c.-à-d. gains).

Les parents pourraient aussi être inquiets à propos des perspectives d’études de leurs enfants à la lumière de la volatilité de la bourse et des pertes d’emploi, qui pourraient toutes deux réduire la valeur totale de l’épargne-études (p. ex. comptes du régime enregistré d’épargne-études [REEE]). Les recherches à venir estimeront les répercussions de la pandémie sur deux caractéristiques parentales qui pourraient avoir des ramifications pour leurs enfants : attentes à propos du niveau de scolarité de leurs enfants et comportement à l’égard de l’épargne. Ces questions de recherche seront abordées en comparant les réponses à l’Enquête sur les approches en matière de planification des études (EAPE) de 2020, dont les données étaient recueillies tant avant qu’après le confinement obligatoire. À ce titre, ces travaux éclaireront aussi les utilisateurs de données à propos de la pertinence des interventions avant la pandémie de COVID-19 dans l’ensemble de données, dans un monde post-COVID-19. Les résultats seront diffusés de concert avec la diffusion des données de l’EAPE de 2020, en collaboration avec le Centre canadien de la statistique de l’éducation. Bien entendu, l’épargne des parents n’est pas uniquement déterminée par la richesse et par un revenu stable; il se pourrait que certaines familles n’investissent pas en raison de la complexité des règles et des formulaires qui doivent être remplis. Les recherches actuelles examinent le rôle de la littératie, de la numératie et de la littératie financière, ainsi que de la richesse et de l’éducation pour expliquer l’écart de participation au REEE entre les familles au haut et au bas de la répartition du revenu.

La décision de poursuivre des études postsecondaires pourrait aussi être influencée par divers autres facteurs tels que le revenu et l’éducation des parents, et la réussite scolaire des enfants. Il est prouvé que les jeunes issus de familles à faible revenu sont moins susceptibles de fréquenter le collège ou l’université que leurs homologues de familles à revenu plus élevé. Pour contribuer à combler cet écart, les gouvernements fédéral et provinciaux offrent généralement plus d’aides financières (p. ex. prêts et subventions non remboursables) aux étudiants qui disposent de moins de ressources (p. ex. revenu des parents). Cependant, des recherches antérieures au sein de la DEAM ont conclu que la majeure partie de l’écart dans la fréquentation universitaire entre les jeunes à revenu élevé et à faible revenu pourrait s’expliquer par les différences de rendement scolaire et d’éducation des parents (c.-à-d. seulement environ 16 % de l’écart total ne pouvait pas s’expliquer par les différences de caractéristiques observées). Nous ne savons pas si la situation s’est améliorée ou elle s’est détériorée, car aucune source de données n’a permis de mener une analyse de suivi, jusqu’à maintenant. Les nouvelles données disponibles qui combinent les fichiers d’inscription aux études postsecondaires, les fichiers d’impôt, les données des recensements et les dossiers de la maternelle à la 12e année scolaire seront utilisées pour évaluer le rôle du revenu des parents pour déterminer l’accès aux études postsecondaires au cours de la dernière décennie. La même source de données sera utilisée pour examiner le rôle du revenu des parents pour déterminer le choix du domaine d’études au collège ou à l’université, qui constitue un autre facteur important dans la réussite sur le marché du travail.

Finalement, les études postsecondaires ne sont pas le domaine exclusif des jeunes. L’apprentissage continu est un élément clé de la réussite sur le marché du travail, particulièrement à mesure que la technologie évolue, ou que les restructurations de poste surviennent. Le retour à l’école après une perte d’emploi est une décision importante à envisager, alors que les travailleurs licenciés pourraient avoir le temps et les incitatifs pour réinvestir dans leur carrière. Au-delà de la décision de se recycler, les travailleurs licenciés doivent aussi décider du domaine dans lequel ils se spécialiseront. Poursuivre des études dans son domaine de spécialisation principal est une option (« perfectionnement »), tandis qu’une autre option est d’explorer un domaine entièrement nouveau (« acquisition de nouvelles compétences »). Les recherches subséquentes estimeront la fréquence et les avantages de ces deux stratégies de recyclage professionnel très différentes.

1.3   Santé

Le programme de recherche en santé utilise une approche globale qui met l’accent sur les déterminants de la santé et les résultats tout au long de la vie, de la naissance à la fin de la vie. Les déterminants de la santé comprennent les conditions physiques, environnementales et socioéconomiques, ainsi que les comportements influant sur la santé comme la nutrition, l’activité physique et la consommation d’alcool et de drogues, tandis que les résultats en matière de santé comprennent les problèmes de santé chroniques, la santé mentale, le cancer, la morbidité, les hospitalisations et la mortalité. Un thème important comprendra dorénavant les maladies infectieuses pour contribuer à mieux comprendre la COVID-19 et les répercussions des politiques connexes telles que l’isolement social. Le cas échéant, les chercheurs intègrent également une optique de la diversité pour examiner les différences et les inégalités en matière de santé selon des caractéristiques comme l’incapacité, le sexe ou le statut d’immigrant, en mettant l’accent sur les populations vulnérables, y compris les enfants et les jeunes, ceux qui vivent dans la pauvreté, la population autochtone et la population vieillissante.

1.3.1   Santé post-COVID-19

Un cadre et programme de recherche sera élaboré pour examiner les répercussions qu’auront les changements structurels dans notre façon de vivre, de travailler et de jouer sur les comportements influant sur la santé et les résultats en matière de santé initiaux. Ce programme sera harmonisé avec les changements soulevés dans d’autres domaines d’analyse tels que le télétravail ou la répartition de la population rurale-urbaine.

1.3.2   Mesures relatives à l’alimentation et à l’activité physique

L’alimentation et l’activité physique sont des comportements de santé importants et modifiables qui ont une incidence sur la santé mentale et physique, y compris l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires. Notre travail consistera à examiner la condition physique des enfants et des adultes canadiens ainsi que les liens entre les niveaux d’activité physique des parents et des enfants d’âge préscolaire.

Dans le contexte de la publication à venir du Guide alimentaire canadien révisé, les données uniques de Statistique Canada sur l’apport alimentaire, fondées sur une méthodologie de rappel de 24 heures et recueillies dans le cadre de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Nutrition, présentent des occasions d’étudier les différences au chapitre du respect des lignes directrices du Guide alimentaire entre l’ancien Guide et le nouveau, et la façon dont il est possible d’adopter une saine alimentation en suivant les nouvelles recommandations. Par exemple, la consommation d’aliments ultra-transformés, de fruits et légumes, l’apport en sucre et les variations au fil du temps seront un sujet d’intérêt dans les prochaines années. Les travaux innovateurs dans le domaine de la nutrition tenteront d’intégrer l’environnement alimentaire dans les recherches et de trouver de nouvelles façons d’analyser les données au niveau infraprovincial.

L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé fera l’objet d’un important ajout de contenu et recueillera maintenant des données sur l’activité physique au moyen d’accéléromètres, ce qui offrira de nouvelles possibilités d’utiliser l’enquête pour quantifier les habitudes de sommeil et d’activité physique sur une période de 24 heures, et d’obtenir de l’information sur la relation entre les habitudes de sommeil mesurées et les comportements actifs et sédentaires, ainsi que les liens avec l’obésité et les problèmes de santé chroniques.

Les populations particulières, telles que les personnes âgées ou celles qui souffrent de certains problèmes de santé chroniques, feront l’objet de nouvelles recherches sur le comportement moteur et des travaux innovateurs sur les mesures physiques se pencheront sur l’utilisation de données de suivi de l’activité physique (p. ex. Fitbit) partagées par les répondants.

En ce qui a trait à la COVID-19 et à l’isolement social, les nouvelles données seront utilisées pour étudier les répercussions à court et à long terme sur l’apport alimentaire, l’activité physique et les comportements sédentaires des Canadiens. Par exemple, l’insécurité alimentaire et l’utilisation des banques alimentaires, les changements de comportement à l’égard du temps d’écran et les activités intérieures et extérieures pendant et après les nombreux confinements obligatoires seront étudiés. Les données communiquées des dispositifs de suivi des activités constitueront une façon innovatrice d’étudier l’incidence comportementale à court terme de la pandémie de COVID-19.

1.3.3   Santé des enfants et des jeunes

Les premières années de vie sont cruciales dans le développement de l’enfant et ont une incidence durable sur la santé et les conditions sociales et économiques futures de l’enfant. Les initiatives dans ce domaine sont liées à des collaborations nationales et internationales ayant pour but l’élaboration d’indicateurs. Les travaux avec l’Agence de la santé publique du Canada et Emploi et Développement social Canada porteront sur les indicateurs pour les enfants et les jeunes liés aux interventions précoces pour les plus vulnérables, et l’apprentissage et les soins aux enfants pour tous, conformément à une stratégie nationale à venir pour les soins aux enfants. Statistique Canada collabore avec des partenaires internationaux tels que la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe pour appuyer une enquête internationale et des recommandations en vue de la collecte de statistiques sur les enfants et les jeunes et avec UNICEF pour appuyer l’élaboration de mesures pour produire des rapports sur les objectifs de développement durable, un indice canadien du bien-être des enfants et les données d’enquête de l’outil de messagerie U-Report sur les jeunes. Une autre initiative consiste à travailler avec la mesure internationale du Washington Group sur les enfants handicapés recueillie dans le cadre de l’Enquête canadienne sur la santé des enfants et des jeunes. Des travaux supplémentaires liés à la COVID-19 porteront sur la famille, les préoccupations des parents pendant la pandémie et les répercussions sur la santé physique et la santé mentale des enfants et des jeunes. La disponibilité et l’utilisation des services de garde d’enfants alors que les parents retournent au travail seront aussi étudiées.

Les enfants autochtones figurent parmi les plus vulnérables au Canada, et de nombreux programmes communautaires sont en place pour favoriser le développement sain des enfants autochtones et de leur famille. Un ensemble de projets fournira l’information nécessaire à l’évaluation des programmes fédéraux, y compris la cartographie géospatiale, afin d’améliorer la compréhension des programmes d’alimentation, de développement et de préparation à l’école dans l’ensemble du pays; les caractéristiques des municipalités où les programmes sont offerts; et la détermination des collectivités vulnérables et des besoins de ces programmes.

Les comportements maternels et la santé physique et mentale sont des éléments importants de l’environnement d’un enfant ou d’un jeune qui influencent leur propre santé et bien-être. Les comportements en matière d’emploi maternel seront examinés en utilisant des données couplées pour rendre compte de l’interaction entre la politique en matière de famille, les choix de garde d’enfants et les résultats parentaux, y compris les gains, l’écart salarial entre les hommes et les femmes et la participation des mères à la population active. Cela comprendra les répercussions sur les résultats en matière de santé mentale et les résultats économiques au fil du temps. On portera un intérêt particulier sur les choix en matière de services de garde d’enfants et la participation à la population active des parents après la pandémie de COVID-19.

1.3.4   Consommation d’alcool et de drogues

Les comportements associés à la consommation de substances sont étroitement liés à la santé physique et mentale. Compte tenu de la légalisation du cannabis et de la sensibilisation croissante aux effets des surdoses d’opioïdes et aux décès liés aux opioïdes, la consommation de substances constitue une priorité pour les politiques en matière de santé (voir aussi la prochaine section sur les thèmes de recherche multidisciplinaire).

En plus de mettre à jour les estimations précédentes de la consommation de cannabis, Statistique Canada examinera les tendances à long terme de la consommation quotidienne et quasi quotidienne de cannabis. Les estimations sur les tendances de consommation avant et après la légalisation fourniront des renseignements sur l’incidence des changements apportés à l’accès au cannabis. Une attention particulière sera accordée aux personnes âgées de 45 ans ou plus, car elles représentent la majeure partie du cannabis consommé au pays. De plus, l’incidence de la pandémie de COVID-19 et de l’isolement social connexe sur les comportements en matière de consommation de substances sera prise en compte, y compris la consommation d’opioïdes, de tabac, d’alcool et de cannabis.

L’expertise dans le domaine de la consommation de substances contribuera à l’élaboration de modèles prédictifs et de trajectoires liés à la consommation d’alcool qui pourraient être intégrés dans des outils de microsimulation.

1.3.5   Vieillissement

Le vieillissement de la population constitue un important changement démographique qui touchera toutes les facettes de l’économie et de la société canadiennes et qui demeure donc un pilier important de la recherche en santé. Les recherches dans ce domaine se sont concentrées sur les répercussions des problèmes de santé chroniques, de l’incapacité, de l’isolement social, de la fragilité et de la perte d’audition sur la qualité de vie liée à la santé, l’utilisation des services et la santé générale et mentale. Le programme de recherche portera à la fois sur l’état de santé et les besoins en services des personnes âgées. Cela est particulièrement pertinent pour ce qui est de la pandémie de COVID-19 et de ses répercussions sur les personnes âgées, en raison de la gravité du problème de santé et des conséquences pour ce groupe d’âge particulier. À l’avenir, le programme aura pour objectif principal de continuer de comprendre les besoins actuels et futurs des aînés en matière de soins, y compris la transition vers les soins et les établissements structurés, les besoins satisfaits et non satisfaits en matière de soins à domicile structurés et l’hospitalisation en fin de vie. En l’absence d’une enquête auprès des établissements, il faudra utiliser une méthodologie novatrice pour examiner les transitions vers les établissements.

L’état de santé des personnes âgées sera étudié à l’aide de mesures mondiales comme l’Indice de l’état de santé et l’espérance de vie ajustée sur la santé et en fonction de problèmes de santé précis. En réaction à la stratégie nationale du Canada sur la démence, l’outil de microsimulation du modèle de santé de la population sera mis à jour pour y inclure la projection de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence en utilisant les plus récentes découvertes à propos des déterminants de l’incidence de la démence et l’âge du début des symptômes. L’incidence des déterminants sociaux comme l’éducation sur le fonctionnement cognitif des personnes au cours de leur vie sera également étudiée.

1.4   Programmes de recherche multidisciplinaire

Les questions complexes en matière de politiques sociales et économiques nécessitent parfois une approche globale et multidisciplinaire. Compte tenu de l’étendue de l’expertise dans le domaine et des connaissances d’une vaste gamme de sources de données, la Direction est bien placée pour diriger ces types de programmes de recherche.

1.4.1   Bien-être et qualité de vie

La transformation numérique continue de refaçonner la vie des personnes, des collectivités et des sociétés. Le besoin d’élaboration de données et de recherche sur les aspects sociaux de la transformation numérique, y compris ses répercussions sur le bien-être, a été souligné tant par la Conférence des statisticiens européens que par l’OCDE. La DEAM contribue à l’élaboration de données de base dans ce domaine, en s’inspirant de l’Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet (2018, 2020 et 2022) et d’autres sources de données. Les questions suivantes sont d’intérêt premier : la manière dont les Canadiens participent et s’adaptent à l’environnement numérique qui évolue rapidement, la mesure dans laquelle leurs compétences numériques leur permettent de tirer profit des possibilités et d’atténuer les risques auxquels ils s’exposent dans l’environnement numérique, et les répercussions de leurs activités en ligne et de leurs compétences numériques sur leur bien-être. Ces questions sont encore plus pertinentes dans le contexte de la COVID-19 et de la portée accrue des activités en ligne qu’elle a entraînées.

La DEAM continue de répondre aux demandes de données et d’analyses sur la qualité de vie et le bien-être des Canadiens. Le bien-être subjectif, et plus particulièrement, la satisfaction à l’égard de la vie, est une dimension importante de ce domaine. La DEAM a récemment fourni la première estimation de la baisse de la satisfaction à l’égard de la vie au Canada pendant la première vague de la pandémie de COVID-19. Ces travaux se poursuivront alors que la DEAM utilise diverses enquêtes-ménages pour faire un suivi de la satisfaction à l’égard de la vie à partir des niveaux prépandémie observés à la fin de 2019 jusqu’aux étapes successives de la pandémie, telle que mesurée en 2020 et 2021. L’ampleur de la baisse de la satisfaction à l’égard de la vie observée dans les différents groupes de population (p. ex. les immigrants récents, les jeunes et les femmes) sera examinée, de même que les facteurs qui ont contribué à accroître ou à réduire les niveaux de satisfaction au sein de ces groupes. La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions sans précédent sur de nombreux aspects de la vie, dont la santé, les liens sociaux, la mobilité, l’emploi et le revenu. La satisfaction à l’égard de la vie offre la meilleure mesure globale des effets combinés de ces changements sur le mieux-être des Canadiens.

Les recherches sur les inégalités dans les nouvelles mesures sur la qualité du travail, comme la faisabilité de travailler à domicile, les risques de transformation du travail par l’automatisation, l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle et la rémunération ainsi que les avantages sociaux, de même que les degrés de satisfaction à l’égard de la vie et le bien-être général deviendront de plus en plus importants dans l’ère post-COVID-19 et dans une économie numérique. Ces projets de recherche multidimensionnelle devraient contribuer à l’élaboration du cadre de travail sur la qualité de vie du Canada.

La demande des intervenants en ce qui a trait à l’information sur le logement, les quartiers et les collectivités continue d’être élevée. La DEAM travaille en étroite collaboration avec des intervenants externes pour appuyer la Stratégie nationale sur le logement du Canada. Des projets en cours se poursuivent pour déterminer les caractéristiques des logements et des quartiers liées à des résultats positifs (et négatifs) chez les résidents. De façon plus générale, la DEAM continuera de recueillir de l’information au moyen de différentes sources, y compris l’Enquête canadienne sur le logement, les données du recensement, les sources de données administratives et les données ouvertes, afin de jeter un nouvel éclairage sur la satisfaction des Canadiens à l’égard de leur logement et de leur quartier, les facteurs qui contribuent (ou qui nuisent) à cette satisfaction, et le rôle de ces facteurs au chapitre des résultats des personnes en ce qui concerne leur satisfaction à l’égard de leur santé et de leur vie.

1.4.2   Diversité et inégalité

La société et l’économie canadiennes ont fait l’objet de changements importants au cours des dernières décennies, y compris des percées technologiques et une transformation numérique, des changements dans la composition des industries, le commerce international et une diversité accrue de la population canadienne. Les répercussions de ces changements ne se sont pas fait sentir de manière égale à travers divers groupes. La pandémie de COVID-19 — une combinaison de facteurs de stress sociaux, économiques et de santé — a touché différentes populations de manière encore plus inégale. Les personnes moins scolarisées, les familles à faible revenu et les immigrants récents comptent parmi les plus durement touchés. La DEAM portera une attention particulière aux populations vulnérables et examinera l’intersectionnalité de leur susceptibilité en matière de santé socioéconomique, pendant et après la pandémie. Les problèmes de santé avant la pandémie seront aussi étudiés en tant que source d’inégalité possible.

En réponse à la Stratégie canadienne de lutte contre le racisme du Canada, de futures études sur les expériences sociales et économiques des groupes ethnoculturels et de minorité visible dresseront un portrait plus complet des différents aspects des trajectoires d’emploi et de revenu, de la participation sociale, de la santé et du bien-être des divers groupes de population du Canada, en utilisant les nouvelles données de l’Enquête sociale générale (ESG) – Identité sociale et de l’Enquête sur la population active, ainsi que des données administratives couplées.

De nombreux nouveaux projets porteront sur les interactions entre le genre, l’emploi et la santé. La DEAM participe à une équipe de recherche du Conseil de recherches en sciences humaines financée à l’échelle nationale avec de multiples universités et intervenants canadiens, sous la direction de l’Université d’Ottawa. Ces recherches étudieront les données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes pour se pencher sur le rôle de différentes professions, différents facteurs de stress au travail et la santé mentale selon la perspective des différences entre les sexes. Un autre sujet d’étude lié aux femmes et à la main-d’œuvre portera sur les congés parentaux, les soins aux enfants, les décisions relatives à l’emploi des mères et la rémunération à l’aide de données administratives et de données récemment couplées.

Au Canada, on déclare depuis longtemps les naissances, les décès et les résultats au chapitre du cancer pour l’ensemble de la population selon l’âge, le sexe et la province. Avec la création récente d’une série d’ensembles de données couplées tirées du recensement et des statistiques de l’état civil, il est maintenant possible d’examiner les inégalités au chapitre de ces résultats en matière de santé pour des populations comme les peuples autochtones et les immigrants, et dans toutes les strates socioéconomiques, y compris l’éducation et le revenu. De plus, ces ensembles de données couplées permettront d’examiner les tendances au fil du temps. Par exemple, de récentes études fondées sur ces données ont révélé une croissance des inégalités relatives au chapitre de la mortalité selon le revenu entre 1991 et 2011; un effet de la « sélection de migrants en bonne santé » sur la santé périnatale plus prononcé chez les migrants récents; un risque relatif de cancer thyroïdien accru au sein de la population d’immigrants et de certains groupes ethniques, et une hausse significative de l’espérance de vie chez les Premières Nations, les Métis et les Inuits depuis 1996. Au cours des prochaines années, ces ensembles de données couplées continueront d’être utilisés pour éclairer les politiques visant à réduire les inégalités en santé au Canada. Les registres de décès (2020) couplés aux données de recensement seront aussi explorés en tant qu’outils pour étudier la surmortalité attribuable à la pandémie de COVID-19 selon les caractéristiques socioéconomiques.

Finalement, les personnes sont en fin de compte l’épine dorsale de l’économie. La santé de l’économie dépendra de la santé et de la composition de la main-d’œuvre. Une étude est planifiée en vue d’étudier dans quelle mesure la santé contribue au stock de capital humain du Canada grâce au prolongement de la vie professionnelle et à l’efficacité au travail. En outre, la diversité est souvent mentionnée comme source potentielle de force pour l’économie. Des études sont planifiées afin d’examiner cette hypothèse tant au niveau agrégé qu’au niveau des entreprises. Ces études examineront la contribution des femmes au produit intérieur brut, des femmes au commerce et la composition de la main-d’œuvre d’une entreprise par rapport à sa compétitivité.

1.4.3   Apprentissage et garde des jeunes enfants

À l’appui du Cadre multilatéral d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, Statistique Canada a réuni des équipes pour répondre à divers besoins d’information. Le travail a mis à profit l’expertise de diverses divisions dans les domaines de l’élaboration, de la collecte, de la recherche, de l’analyse et de la diffusion de données. Statistique Canada recueille la rétroaction des intervenants par l’entremise de partenariats avec une équipe d’intervenants nationaux, y compris des représentants du gouvernement fédéral et des provinces et territoires, des universitaires, des décideurs et un groupe d’experts. Actuellement, il est possible d’obtenir une foule de renseignements à partir des données des recensements et des enquêtes (p. ex. ESG, Étude longitudinale et internationale des adultes), administratives (registre des entreprises, Système canadien des comptes macroéconomiques, fichiers du grand livre du secteur des administrations publiques) et des données couplées pour produire des indicateurs de l’utilisation, de l’offre et des coûts des services de garde d’enfants, ainsi que des caractéristiques des employés des services de garde d’enfants. Par exemple, les recherches examineront l’utilisation des services de garde d’enfants et les répercussions sur les gains des parents, les décisions d’emploi et les trajectoires des enfants. Ces sources seront complétées par de nouveaux véhicules de collecte des données (p. ex. enquêtes Rapidonnées pour les parents d’enfants âgés de 0 à 5 ans et les parents d’enfants d’âge scolaire, une enquête nationale sur les fournisseurs de services de garde d’enfants) pour éclairer tant les indicateurs que la recherche. Ces efforts permettront d’examiner l’utilisation des services de garde d’enfants avant, pendant et après la pandémie de COVID-19 pour fournir aux décideurs politiques des renseignements précis répondant à leurs besoins particuliers.

1.4.4   Environnement, technologies propres, croissance et santé

Le gouvernement du Canada a cerné une vaste gamme d’initiatives de collaboration dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques pour atteindre nos cibles de réduction des émissions, faire croître l’économie et bâtir la résilience face à un climat changeant. Les recherches de la DEAM peuvent appuyer l’élaboration d’un ensemble de connaissances et évaluer les résultats attendus.

Les estimations de la croissance de la productivité devraient tenir compte de tous les intrants et extrants associés à un processus de production. Toutefois, la croissance de la productivité est souvent mesurée sans tenir compte des répercussions sur l’environnement. L’objet de la recherche qui s’inscrit dans ce thème général est de mettre au point des mesures de la productivité qui intègrent les répercussions sur l’environnement et de les appliquer à certains des principaux enjeux environnementaux au Canada, tels que les émissions de gaz à effet de serre (GES), de sorte à fournir une représentation plus adéquate des aspects relatifs à la durabilité et des mesures plus justes de la croissance de la productivité. Alors que la productivité est un point d’entrée de l’analyse liant l’économie à l’environnement, un autre élément consiste à comprendre les incidences des fermetures liées à la COVID-19 et de la reprise attendue sur la demande en énergie et ses émissions de GES connexes à long terme, alors que les gouvernements continuent de se tourner vers une croissance propre. Les projets liés à ce thème permettront d’élaborer les données et les bases méthodologiques pour ce type d’analyse.

Les projets mis en évidence ici se penchent sur un de ces vastes thèmes ou sur les deux. Ils consisteront notamment à élaborer des estimations des émissions de GES fondées sur la consommation qui tiennent compte de la quantité totale d’émissions de GES produites tout au long de la chaîne de production, et à mesurer la contribution de l’énergie propre à l’efficacité énergétique de l’économie.

Les projets viseront aussi à étudier l’effet des progrès technologiques dans la réduction de la pollution, comme les technologies propres sur la dynamique et le rendement des entreprises. Les projets permettront d’étudier le lien entre l’innovation dans la production et l’innovation dans la réduction de la pollution, d’étudier l’incidence de la tarification du carbone sur l’emploi, la rémunération et le taux de roulement au niveau des entreprises, et de mesurer la numérisation dans le secteur de l’énergie, en plus d’évaluer ses répercussions sur les entreprises et les travailleurs.

Dans le but de recueillir des renseignements plus détaillés et pertinents à l’échelle locale, un certain nombre de projets incluront l’examen de l’incidence des changements susmentionnés et d’autres changements sur le rendement de l’économie et du marché du travail à l’échelle régionale et sectorielle, ainsi que leur incidence potentielle sur la volatilité de diverses mesures du rendement économique.

En collaboration avec Ressources naturelles Canada et Environnement et Changement climatique Canada, la DEAM a établi un nouveau programme de recherche qui porte sur les changements intersectoriels dans les exigences liées à l’emploi et aux compétences dans le contexte de la transition du Canada vers une économie à faibles émissions de carbone. Les analyses se sont penchées sur les déplacements et les licenciements de travailleurs et les profils d’emploi, dans diverses industries productrices d’énergie, y compris les secteurs traditionnels tels que l’exploitation minière, l’extraction de pétrole et de gaz et la production d’électricité à partir de carburants fossiles, et les nouvelles industries de technologies propres comme la production d’électricité à partir d’autres sources (p. ex. énergie éolienne et solaire). Ces renseignements sont essentiels pour éclairer les discussions au sujet des répercussions potentielles des changements d’emploi intersectoriels sur le bien-être économique des travailleurs. Des travaux supplémentaires sont prévus pour examiner les stratégies de formation et d’enseignement après déplacement qu’utilisent les travailleurs déplacés du secteur de l’énergie et les résultats en matière d’emploi liés à ces stratégies.

Les changements de comportement des personnes qui choisissent des véhicules électriques et le télétravail, en particulier pendant et après la pandémie de COVID-19, auront par la suite une incidence sur les émissions de GES. Deux projets étudieront l’incidence de ces nouvelles tendances sur les réductions de GES.

L’environnement physique est un déterminant de la santé bien établi. Les données géospatiales déterminent l’emplacement géographique des caractéristiques et des frontières sur Terre qui peuvent être utilisées pour obtenir de l’information sur l’environnement physique. Les liens entre la santé et les caractéristiques de l’environnement physique, comme la distance à laquelle une maison est située d’une autoroute ou d’une grande route, la pollution atmosphérique, les émissions industrielles, la densité du réseau routier et les espaces verts, ont été démontrés. Des méthodes et des ensembles de données continueront d’être élaborés par l’entremise d’un partenariat de recherche de longue date avec Santé Canada et d’un réseau de chercheurs sur la pollution atmosphérique en vue de mieux comprendre ces liens. De plus, un programme de recherche a été entrepris afin de mieux comprendre l’incidence des changements climatiques sur la santé humaine, en insistant plus particulièrement sur l’infrastructure sociale.

L’influence de l’environnement bâti sur les comportements liés à la santé, comme la nutrition et l’activité physique, est également devenue un important domaine de recherche. L’année à venir verra de nouveaux travaux sur le lien entre la verdure des quartiers et les indicateurs de l’activité physique. Afin de répondre aux besoins des utilisateurs pour des données plus détaillées, cette année verra l’achèvement d’une étude de faisabilité sur la création d’un ensemble de données sur l’environnement alimentaire créé à partir du Registre des entreprises.

2   Modélisation et analyse prédictive

Ce plan vise à faire progresser l’utilisation de la modélisation et de l’analyse prédictive, y compris la microsimulation, et étudie la possibilité d’utiliser des méthodes avancées comme l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique dans le contexte de l’analyse, de la recherche et de l’intégration de données. La transition de la Direction de l’utilisation exclusive des données d’enquête à l’élaboration et à l’utilisation de vastes ensembles de données administratives couplées et intégrées pour aborder des questions complexes en matière de politiques génère également des possibilités pour la Direction d’utiliser de nouvelles méthodes de pointe dans le cadre de son travail. De nouveaux modèles interactifs élaborés en cours de recherche seront diffusés cette année et permettront aux utilisateurs de personnaliser leurs demandes de renseignements de sorte à répondre plus directement et rapidement à leurs besoins.

2.1   Modèles de microsimulation

Les modèles de microsimulation sont des outils puissants qui permettent d’intégrer et d’utiliser des données provenant de diverses sources et d’établir des scénarios hypothétiques pour évaluer l’incidence des options stratégiques sur les Canadiens dans l’immédiat et à long terme. Forte de son expérience qui remonte à loin, la DEAM continue de jouer un rôle de premier plan au sein de l’organisme dans le cadre de l’innovation continue et de l’élaboration de modèles de microsimulation, y compris les domaines de la santé de la population, l’incidence distributive de l’impôt et des transferts, et le caractère opportun de la retraite.

Le modèle de santé de la population (POHEM) est un outil de microsimulation qui utilise la population cible de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes comme population de départ et fournit des projections pour une gamme de résultats en matière de santé, y compris la prévalence de facteurs de risque et de maladies, les coûts et les indicateurs économiques, l’état de santé, l’espérance de vie et l’espérance de vie ajustée sur la santé. Les planificateurs fédéraux de la santé ont utilisé le modèle POHEM, par exemple, pour estimer l’incidence de la réduction de l’obésité et de l’augmentation de l’activité physique sur le taux de diabète futur. Les nouvelles mises à jour du modèle POHEM comprendront la mise en œuvre de divers modèles prédictifs multivariés y compris l’outil sur le risque de maladie cardiovasculaire dans la population, l’outil sur le risque de démence dans la population et l’outil sur le risque de mortalité dans la population. Ces ajouts permettront aux décideurs d’évaluer l’incidence de l’évolution des expositions aux facteurs de risque sur les résultats futurs de la population au chapitre des maladies cardiovasculaires, de l’incidence de la démence et de la mortalité.

OncoSim est un outil de microsimulation sur le Web conçu par Statistique Canada en collaboration avec le Partenariat canadien contre le cancer. OncoSim est actuellement utilisé par les planificateurs de soins de santé à l’échelle nationale pour évaluer l’incidence des stratégies de traitement du cancer, plus particulièrement les programmes de dépistage, sur la future incidence du cancer, la mortalité, les demandes en ressources et les coûts ainsi que la rentabilité. OncoSim comprend des modèles très sophistiqués de cancer colorectal et de cancer du sein, du col de l’utérus et du poumon, ainsi que des modèles dynamiques des facteurs de risque liés au tabagisme, au radon, à l’hormonothérapie de remplacement, à la densité mammaire, aux antécédents familiaux et à la transmission du virus du papillome humain. En réaction à la pandémie de COVID-19 et à l’interruption des programmes de dépistage du cancer qui en ont résulté, OncoSim est utilisé pour évaluer les répercussions de l’interruption du dépistage du cancer sur l’incidence future du cancer et les scénarios dans lesquels l’accumulation des tests de dépistage non administrés pourrait être résolue.

La Base de données et Modèle de simulation de politique sociale (BD/MSPS) est un modèle statique utilisé par les gouvernements fédéral et provinciaux et les chercheurs pour évaluer les effets des changements apportés aux politiques en matière de fiscalité et de paiements de transfert sur la redistribution des revenus des ménages canadiens. Le modèle est mis à jour chaque année pour tenir compte des changements apportés aux politiques et au régime fiscal annoncés dans les budgets fédéral et provinciaux. En plus d’ajouter tous les changements à l’impôt et aux transferts qui seront annoncés dans les budgets 2020-2021, les nouveautés à la BD/MSPS comprennent la création de versions COVID-19 du modèle qui permettent aux utilisateurs de modéliser les changements à grande échelle dans le marché du travail, tels qu’ils ont été observés en 2020 en raison de la pandémie. Les nouvelles prestations de soutien du revenu du gouvernement fédéral pour les particuliers et les familles annoncées dans le Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 sont aussi incorporées. Une nouvelle version du modèle construit à l’aide de données administratives est aussi prévue. Le modèle permettrait d’examiner les répercussions des changements politiques sur les populations de plus petite taille, par exemple, sur de plus petites régions géographiques (p. ex. régions métropolitaines de recensement et agglomérations de recensement) ou sur les déclarants du palier supérieur de 1 %.

Nos experts travaillent également avec Emploi et Développement social Canada et un consortium d’universitaires à l’élaboration d’un nouveau modèle de microsimulation dynamique qui permettrait aux utilisateurs d’étudier les répercussions des changements apportés aux politiques chez les Canadiens tout au long de leur vie. Le modèle est conçu pour modéliser les pensions publiques et la sécurité du revenu, y compris le Régime de pensions du Canada (RPC), les régimes de pension agréés (RPA), les régimes enregistrés d’épargne-retraite, les comptes d’épargne libre d’impôt, le logement et d’autres formes d’épargne. L’élaboration de ce modèle prendra plusieurs années. Une fois construit, le modèle permettra d’estimer l’incidence des changements apportés aux politiques sur le revenu de retraite (p. ex. un changement aux règles du RPC) et des changements dans les diverses tendances socioéconomiques (p. ex. des changements au chapitre de l’adhésion aux RPA) sur les futures cohortes de retraités.

2.2   Analyse prédictive, intelligence artificielle et apprentissage automatique

Nous avons commencé à mettre à l’essai l’utilisation de l’apprentissage automatique dans diverses sphères, y compris au chapitre du couplage statistique pour créer de nouvelles sources de données synthétiques en vue d’intégrer les modèles de microsimulation existants et de comparer ces nouvelles approches avec les techniques de couplage statistique classiques. Les techniques d’apprentissage automatique sont utilisées pour surmonter les défis avec les analyses de régression traditionnelles dans le cas, par exemple, de l’intersectionnalité pour mieux mesurer les répercussions de vivre de multiples dimensions de l’inégalité (c.-à-d. genre, socioéconomique, identité autochtone) sur le risque de mortalité. Un autre exemple récent est l’utilisation de l’apprentissage automatique pour intégrer des milliers de séries de données pour produire des indices mensuels de l’activité économique pour les provinces et les territoires. Au cours de la prochaine année, d’autres applications de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique aux programmes de santé et d’économie seront étudiées. Les techniques d’apprentissage automatique seront utilisées pour classifier et pour prédire les surdoses d’opioïdes et les décès, et les liens entre les caractéristiques à la naissance et les résultats ultérieurs. Dans le même ordre d’idées, un éventail de techniques d’apprentissage automatique (p. ex. le modèle logit, les arbres décisionnels et les réseaux neuronaux) seront utilisées pour mieux comprendre les caractéristiques des entreprises à croissance rapide et de leur environnement pour créer un modèle de prédiction permettant l’établissement de prédictions en temps réel quant aux entreprises susceptibles de connaître une croissance rapide au cours des trois années suivantes. De plus, un projet étudiera l’utilisation des microdonnées pour prédire des agrégats macroéconomiques. Les chercheurs de la DEAM qui travaillent dans ces domaines sont membres du Centre d’excellence en sciences des données de Statistique Canada qui a été établi pour veiller à l’application appropriée de ces techniques. Les connaissances acquises grâce à ces projets d’apprentissage automatique nous permettront de mieux comprendre les applications possibles de ces techniques à d’autres domaines et programmes de recherche.

2.3   Modèles et outils interactifs

La recherche mène à la production de tout un éventail de produits, y compris des publications examinées par des pairs et accélérées, des tableaux de données et des modèles. Nous nous sommes engagés à continuer de veiller à l’accessibilité des résultats des programmes de recherche au moyen de publications ouvertes et de données ouvertes. En plus de générer ces produits, la DEAM dirige la production d’outils interactifs en utilisant des modèles complexes générés par le processus de recherche et en les transformant en outils interactifs qui peuvent produire des aperçus personnalisables et utilisables qui répondent plus directement et rapidement aux besoins de nos utilisateurs.

La DEAM, en collaboration avec la Banque de développement du Canada, a créé un outil de rendement des entreprises qui permet aux entreprises de comparer leur rendement à celui de leurs pairs dans la même industrie. Au cours des neuf mois qui ont suivi son lancement en 2016, plus de 17 000 entreprises ont accédé à l’outil. Un outil semblable a été élaboré pour l’Enquête sur l’innovation et les stratégies d’entreprise afin de fournir aux répondants une rétroaction immédiate et précise sur le rendement de l’entreprise en mettant l’accent sur les répercussions de l’innovation et des stratégies d’entreprise. Cet outil offre une gamme d’avantages pour le programme, y compris l’augmentation des taux de réponse, l’amélioration de la qualité des données et la réduction du fardeau de réponse. L’initiative a mené à la création d’un modèle qui pourrait être appliqué à un éventail d’enquêtes afin de mieux répondre aux besoins des utilisateurs et de leur fournir des renseignements personnalisables et utilisables en temps opportun.

Parmi les nouveaux modèles interactifs qui seront mis au point, l’un d’entre eux s’applique à l’ensemble de données sur la productivité multifactorielle produit par la DEAM, qui permettra aux utilisateurs d’examiner les liens dans les données de productivité et de fournir des extrants personnalisés en changeant les paramètres d’intérêt (p. ex. périodes, années de base, variables, industries, etc.), pour bâtir de simples modèles de régression, produire des cartes de chaleur et faire des comparaisons de répartition. Grâce à cet outil, les utilisateurs seront en mesure de répondre à un éventail de questions, comme la détermination des industries et des provinces qui contribuent le plus à la croissance de la productivité agrégée et de la source de croissance de la production la plus importante (p. ex. productivité, accumulation de capital, heures travaillées, utilisation de la capacité, qualité de la main-d’œuvre). Le projet aidera à mieux comprendre la façon dont cet outil peut être modifié pour utiliser d’autres données afin de fournir des prévisions à court terme et des prévisions immédiates ou d’intégrer tout outil analytique nécessaire. Fait important, puisqu’il s’agit d’un outil ouvert, le code peut être publié, et les clients plus versés relativement à cette technologie pourraient ensuite personnaliser l’outil en fonction de leurs besoins ou contribuer directement à son évolution.

Prenant appui sur le produit de visualisation interactif sur les flux du commerce intérieur régional qui a été diffusé par la DEAM en 2016 et qui a remporté un franc succès, un modèle économétrique est en train d’être mis au point pour présenter les flux commerciaux transfrontaliers entre le Canada et les États-Unis en fonction des variations sur le plan du taux de change, du revenu, du chômage, des frais de déplacement et des mesures de sécurité frontalière.

La DEAM a aussi mis de l’avant des approches innovatrices pour diffuser de l’information et des données complexes. Les nouvelles façons d’utiliser les cartes interactives pour présenter la mixité et la répartition multidimentionnelles du revenu à l’échelle du quartier en sont des exemples. D’autres outils interactifs sont actuellement mis au point pour les données sur l’emploi et l’indice d’inclusion sociale entre les secteurs de compétence.

2.4   Autres activités de modélisation

La pandémie de COVID-19 a entraîné de nombreux changements au chapitre de la recherche menée à la DEAM, y compris bon nombre de nouvelles initiatives. Les analystes de la Division de l’analyse de la santé (DAS) ont collaboré avec l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour élaborer un modèle compartimental déterministe structuré selon l’âge pour projeter divers aspects de la pandémie de COVID-19, y compris les infections, les hospitalisations et les décès. Ces travaux ont été largement utilisés par l’ASPC dans leurs rapports de modélisation mensuels publiés tout au long de la pandémie de COVID-19. Le modèle a aussi été décrit dans un article évalué par les pairs et le code et programme R utilisés ont été rendus accessibles aux autres chercheurs. Ces travaux se poursuivront, alors que d’autres aspects, comme les taux de vaccination, continueront de se développer et de modifier le cours de la pandémie.

Statistique Canada a aussi collaboré avec Santé Canada pour entreprendre et mettre en œuvre un programme statistique au sujet de l’approvisionnement et de la distribution d’équipement de protection individuelle (EPI), appelé le projet EPI. Le modèle épidémiologique à l’intérieur du projet EPI, qui est utilisé pour faire le suivi et des projections du nombre d’infections, d’hospitalisations, de décès et de rétablissements liés à la COVID-19 à divers moments pendant la pandémie, est dirigé par les analystes de la DAS. Ces travaux profiteront des connaissances acquises dans le cadre du projet susmentionné pour élaborer le modèle compartimental déterministique, mais ils utiliseront aussi la science des données et l’expertise épidémiologique et statistique supplémentaires présentes au sein de la DAS et de la DEAM. Le projet EPI s’échelonne sur plusieurs années et la DEAM participera à divers aspects des travaux à mesure qu’il évolue.

En outre, nous explorons l’élaboration de modèles qui tireraient profit des renseignements de plus en plus détaillés produits par Statistique Canada sur la structure de l’économie et de la société, et sur les entreprises et les personnes qui y participent. Les tableaux des comptes macroéconomiques qui décrivent la structure de l’économie ont toujours été utilisés pour évaluer l’incidence des chocs exogènes. À mesure que les détails se multiplient dans les comptes, tels que les comptes économiques répartis pour le secteur des ménages et le produit intérieur brut par ville, les répercussions plus détaillées pourront être analysées. Grâce à ces nouveautés, l’application de techniques, comme les modèles d’équilibre général calculable et les modèles d’équilibre général dynamique, permettra d’analyser les liens entre les chocs exogènes, les changements de comportement et les répercussions sur les villes et les régions, les entreprises et les personnes.

3   Élaboration de données innovatrices

Alors que Statistique Canada couple les données depuis des décennies, les chercheurs de la DEAM ont utilisé pour la première fois les données couplées et intégrées pour aider les programmes de recherche à se pencher sur des questions de politiques complexes et à déterminer indirectement de nouvelles perspectives sur l’économie et la société canadiennes. À ce titre, le couplage d’enregistrements est un élément clé de l’ambitieux programme d’élaboration de données de la DEAM. Il est éclairé par la vaste expertise du domaine que nos chercheurs possèdent et par leur connaissance des fonds de données accessibles au sein de l’organisme, qui leur permettent de cerner rapidement les possibilités en matière d’élaboration de données qui permettront d’obtenir un excellent rendement des investissements en matière d’analyses à moyen terme. Ces bases de données couplées sont accessibles à l’ensemble de la communauté universitaire et des politiques afin d’appuyer une gamme d’initiatives de recherche par l’intermédiaire du Programme des centres de données de recherche (CDR).

La base de données de recherche sur les brevets est un fichier de données couplées qui réunit la base de données PATSTAT de l’Office européen des brevets, qui porte entre autres sur les activités de brevetage à l’échelle mondiale des entreprises et des inventeurs canadiens, avec d’autres fonds de données de Statistique Canada, y compris le Registre des entreprises et les données administratives sur le rendement des entreprises et les travailleurs. Cette base de données permettra l’étude de sujets comme l’incidence de l’investissement direct étranger sur la propriété intellectuelle au Canada, l’importance de la propriété intellectuelle pour le rendement des entreprises et la diffusion des connaissances par les déplacements des inventeurs. Le programme de recherche économique est appuyé par une gamme de sources de données couplées auxquelles les chercheurs ont actuellement accès dans les CDR, y compris le Programme d’analyse longitudinale de l’emploi (PALE), T2-PALE, la base de microdonnées sur la productivité multifactorielle ajustée pour tenir compte de l’environnement, le Fichier de microdonnées longitudinales des comptes nationaux et le Fichier longitudinal du Recensement de l’agriculture du Canada.

Le couplage de l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) d’Environnement et Changement climatique Canada et du Programme de déclaration des gaz à effet de serre au Fichier de microdonnées longitudinales des comptes nationaux (FMLCN) de Statistique Canada facilitera la recherche axée sur la compréhension de l’interaction entre l’économie et l’environnement.

Dans le cadre de l’intégration des données, on mise sur la possibilité de couplage et la cohérence longitudinale au fil du temps. Dans le cadre du traitement et de la mise au point annuels réguliers de divers fichiers d’éléments principaux, y compris les fichiers de données fiscales T1 et T4, les relevés d’emploi et les données à l’échelle des d’entreprises (p. ex. fichiers T2 d’impôt des sociétés, PALE et FMLCN), trois plateformes de couplage ont été mises au point au fil des ans pour appuyer différents projets de recherche et différents produits analytiques. Parmi ces plateformes de couplage, l’on peut mentionner les suivantes : 1) La Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés (BDCDEE), qui comporte des données jumelées sur les employeurs et les employés depuis 2001 qui peuvent être extraites à partir des fichiers analytiques principaux, et d’autres fichiers qui la composent, y compris la Base de données longitudinales sur l’immigration (BDIM), le Fichier des résidents temporaires, le Fichier des familles T1 (FFT1), les caractéristiques du commerce par les importations et les caractéristiques du commerce par les exportations; 2) le Fichier de données longitudinales sur la main-d’œuvre (FDLMO), qui comprend les données jumelées sur les employeurs et les employés à partir de 1989 tirées des fichiers analytiques principaux; et 3) la Base de données sur la mobilité intergénérationnelle du revenu (BDMIR), laquelle renferme les données des enfants appariées avec celles de leurs parents grâce aux fichiers T1.

En plus de tenir à jour ces trois plateformes de couplage, de nouveaux couplages ont été élaborés pour inclure d’autres enquêtes ou données administratives aux plateformes de couplage afin de faciliter la recherche qui nécessite de l’information plus détaillée qui ne peut être recueillie que par enquête ou par d’autres plateformes de couplage. Les couplages au Recensement de la population, à l’Enquête sur la population active, au Système d’information sur les étudiants postsecondaires, à l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes et aux données du Groupe d’oncologie pédiatrique de l’Ontario ne sont que quelques exemples.

Dans le cadre d’une initiative conjointe avec Emploi et Développement social Canada (EDSC), la base de données administrative du Programme des travailleurs étrangers temporaires d’EDSC, qui comprend l’information commerciale pour les entreprises qui embauchent des travailleurs étrangers temporaires, est fournie à Statistique Canada et a récemment été couplée à la BDCDEE pour appuyer de nouvelles recherches dans ce domaine au cours de l’exercice financier 2020-2021.

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la demande croissante parmi les décideurs politiques de mesures des caractéristiques sociales et économiques des régions infraprovinciales jusqu’à l’échelle des quartiers pour mieux éclairer la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques. Cet intérêt coïncide avec les travaux en cours au sein de l’organisme visant à combiner les sources traditionnelles de données socioéconomiques à l’échelle des quartiers obtenues des recensements aux données élaborées à partir de sources administratives (p. ex. données fiscales) et aux mesures de l’environnement bâti et naturel souvent dérivées de plateformes de données ouvertes non traditionnelles. Les systèmes d’information géographique offrent un moyen efficace de combiner ces données provenant de sources disparates et d’appliquer l’analytique spatiale et d’autres outils analytiques pour répondre à de multiples questions (p. ex. où affecter les investissements pour mieux répondre à la demande). La DEAM travaille tant à l’interne avec Statistique Canada qu’avec d’autres ministères et organismes fédéraux pour élaborer ces données et les outils analytiques afin de mieux éclairer les politiques.

Pour contribuer à informer la population à propos des répercussions de la COVID-19, la DEAM a travaillé avec l’équipe de l’initiative d’approche participative pour élaborer des enquêtes à approche participative afin de recueillir les points de vue des Canadiens sur les aspects sociaux, économiques et de santé pendant la pandémie.

De nouvelles sources des données, comme les détails sur le Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 et les restrictions en matière de distanciation physique, sont intégrées dans les bases de données existantes et améliorées afin de mener des analyses sur leurs répercussions. Par exemple, les fichiers existants de retenue sur la paye ont été utilisés pour produire des mesures des ouvertures et des fermetures d’entreprises mensuelles. Ces données sont couplées aux données sur les programmes et les restrictions pour présenter des aperçus des répercussions de la pandémie sur les entreprises.

Pour accroître l’accès aux données de la communauté des chercheurs, les CDR ont eu accès aux données couplées et aux nouvelles initiatives de couplage, y compris la BDMIR, le FDLMO (fichier de 10 %); la Base de données sur la capacité financière, l’emploi et le revenu, qui couple l’Enquête financière canadienne de 2014 aux données fiscales T1; la Banque de données administratives longitudinales et la clé de couplage de la Base de données sur les congés des patients (BDCP), et la clé de couplage du FDLMO (10 %) et du Profil vectoriel de l’assurance-emploi (un projet pilote).

De nouvelles possibilités d’élaboration et d’intégration de données sont constamment explorées et font toujours l’objet de collaborations avec d’autres équipes au sein de l’organisme. Les travaux en ce sens comprennent des couplages au Fichier administratif principal du revenu personnel (FAPRP) et à l’Étude longitudinale et internationale des adultes.

Les recherches liées à la santé et à l’environnement, et l’étude sur les inégalités en matière de santé, ont été rendues possibles grâce à la création des Cohortes santé et environnement du recensement canadien, une série de cohortes du recensement national qui suivent les résultats en matière de santé des individus (p. ex. mortalité, cancer, hospitalisations) au fil du temps. Ces ensembles de données couplés sont mis à jour en continu en y ajoutant de nouvelles données et des périodes de suivi, et sont accessibles dans les CDR après validation et évaluations de l’aptitude à l’emploi. Les recherches sur la santé des immigrants sont appuyées par la BDIM couplée à la BDCP, diffusées pour la première fois dans les CDR en janvier 2019. D’autres bases de données couplées utilisées par la Direction pour appuyer les recherches sur la santé comprennent notamment les Cohortes canadiennes de naissance du recensement et l’Étude expérimentale longitudinale de Montréal couplée au FFT1.

4   Communication de nos recherches

La Direction entend communiquer les résultats de ses activités de recherche, de modélisation et d’élaboration de données à une vaste gamme d’intervenants. Grâce à l’application des principes de traduction des connaissances, nous utilisons divers véhicules pour diffuser nos travaux. Les résultats détaillés des méthodes de recherche, des données et des conclusions sont présentés dans les différentes publications de la Direction, sont le suivantes : Rapports sur la santé, Rapports économiques et sociaux, Études analytiques : méthodes et références et la Série de documents de recherche de la Direction des études analytiques. Des résumés en langage simple sont aussi préparés afin d’être utilisés par les décideurs politiques et les médias; ils sont diffusés dans Le Quotidien et directement auprès des cadres supérieurs du gouvernement. Le cas échéant, des techniques innovatrices de visualisation des données comme les infographies sont utilisées pour communiquer les résultats de recherche au grand public. La Direction joue aussi un rôle de premier plan pour ce qui est d’opter une perspective horizontale et de synthétiser les activités d’analyse et de recherche menées au sein de l’organisme pour dresser un portrait plus complet des enjeux et des questions d’actualité. Les exemples les plus récents sont les publications « COVID-19 au Canada : le point sur les répercussions sociales et économiques après six mois) et COVID-19 au Canada : le point sur les répercussions sociales et économiques après un an », lesquels s’intéressent aux répercussions sociales, économiques et sur la santé de la pandémie de COVID-19 sur la population canadienne.

Nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires sur le plan intégré, qui a été conçu pour répondre aux enjeux et aux besoins de recherche en évolution (statcan.analyticalstudies-etudesanalytiques.statcan@canada.ca).

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :