De la recherche aux connaissances : inflation des prix à la consommation, tendances récentes et analyse

Date de diffusion : le 22 février 2022

Passer au texte

Début du texte

À propos de la série De la recherche aux connaissances

La série de présentations De la recherche aux connaissances présente un large éventail de résultats sur des sujets de recherche sélectionnés. Chaque présentation s’inspire des données probantes de nombreuses études qui utilisent des données et des méthodes novatrices et de grande qualité et les intègre pour mieux comprendre des questions stratégiques pertinentes et complexes.

Fondée sur la recherche appliquée de données précieuses, la série vise à fournir aux décideurs, et plus largement aux Canadiens et aux Canadiennes, une vision globale et horizontale des enjeux sociaux, économiques et de santé actuels auxquels nous sommes confrontés dans un monde en évolution.

Contexte

  • Depuis le début de 2021, les prix plus élevés de l’essence, du logement, des aliments et des biens de consommation durables ont exercé une pression à la hausse sur l’inflation des prix à la consommation. Les perturbations liées à l’approvisionnement, combinées à une forte demande des ménages, ont entraîné une augmentation des prix.
  • Un peu avant la fin du premier semestre de 2022, l’inflation des prix à la consommation avait crû au rythme le plus rapide enregistré en quatre décennies, ayant atteint un sommet de 8,1 % en juin. Même si le taux d’inflation global a diminué vers la fin de 2022 sous l’effet de la baisse des prix de l’essence, les principales sources de pression inflationniste — dont les aliments et le logement — ont démontré peu de signes de ralentissement.
  • L’inflation n’a pas progressé au même rythme dans toutes les provinces, mais des tendances semblables ont été observées dans l’ensemble. En 2022, l’Île-du-Prince-Édouard et le Manitoba ont affiché les plus fortes augmentations annuelles des prix moyens.
  • Alors que le rythme de croissance de l’inflation s’est accéléré en 2022, les Canadiens ont déclaré être touchés le plus par la hausse des prix des aliments, puis par celle des prix du transport et du logement.
  • Les salaires et la rémunération n’ont pas suivi l’accentuation des pressions exercées sur les prix, en particulier ceux des aliments et du logement. Durant le troisième trimestre de 2022, l’épargne nette de la tranche inférieure des 40 % des ménages gagnant un revenu se situait en deçà des niveaux enregistrés au début de la pandémie de COVID-19, et les ménages plus jeunes se sont endettés davantage pour financer la consommation.

Les pressions inflationnistes ont crû de façon constante en 2021 et en 2022

  • En décembre 2022, le taux d’inflation global s’est situé au-delà de 3 % pour un 21e mois consécutif et au-delà de 6 % pour un 10e mois consécutif.
  • Dans l’ensemble, les prix à la consommation ont augmenté de 11,4 % au cours des deux dernières années. À l’exclusion des prix de l’essence, les prix ont progressé de 10,5 %.

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Ensemble et Ensemble excluant l’essence, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Ensemble Ensemble excluant l’essence
pourcentage
2018
janvier 131,7 130,1
février 132,5 130,9
mars 132,9 131,2
avril 133,3 131,2
mai 133,4 131,2
juin 133,6 131,5
juillet 134,3 132,2
août 134,2 132,2
septembre 133,7 131,7
octobre 134,1 132,3
novembre 133,5 132,2
décembre 133,4 132,5
2019
janvier 133,6 132,8
février 134,5 133,6
mars 135,4 134,1
avril 136,0 134,2
mai 136,6 134,8
juin 136,3 134,9
juillet 137,0 135,4
août 136,8 135,4
septembre 136,2 134,8
octobre 136,6 135,3
novembre 136,4 135,2
décembre 136,4 135,2
2020
janvier 136,8 135,5
février 137,4 136,3
mars 136,6 136,3
avril 135,7 136,0
mai 136,1 135,8
juin 137,2 136,5
juillet 137,2 136,4
août 137,0 136,2
septembre 136,9 136,1
octobre 137,5 136,7
novembre 137,7 137,0
décembre 137,4 136,6
2021
janvier 138,2 137,2
février 138,9 137,6
mars 139,6 138,0
avril 140,3 138,6
mai 141,0 139,2
juin 141,4 139,5
juillet 142,3 140,2
août 142,6 140,6
septembre 142,9 140,9
octobre 143,9 141,6
novembre 144,2 141,9
décembre 144,0 142,0
2022
janvier 145,3 143,1
février 146,8 144,1
mars 148,9 145,6
avril 149,8 146,6
mai 151,9 148,0
juin 152,9 148,5
juillet 153,1 149,4
août 152,6 149,5
septembre 152,7 150,1
octobre 153,8 150,8
novembre 154,0 151,2
décembre 153,1 151,0

L’inflation des prix à la consommation au Canada est moins marquée que dans plusieurs pays du G7, dont les États-Unis

  • En 2021, l’inflation aux États-Unis a crû à un rythme plus rapide qu’au Canada, en partie en raison d’une augmentation bien plus prononcée des prix des automobiles d’occasion au sud de la frontière, qui sont à l’origine d’une plus grande part des dépenses des consommateurs aux États-Unis.
  • Les deux pays ont observé une croissance des prix similaire en 2022, alors que les pressions inflationnistes ont diminué à la mi-année sous l’effet d’une baisse des prix de l’essence.

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2 Décembre 2021 et Décembre 2022, calculées selon variation annuelle en pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Décembre 2021 Décembre 2022
variation annuelle en pourcentage
Italie 3,9 11,6
Royaume-Uni 4,8 9,2
Allemagne 5,3 8,6
États-Unis 7 6,5
Canada 4,8 6,3
France 2,8 5,9
Japon 0,8 4

Les pressions inflationnistes se sont généralisées de plus en plus en 2021 et en 2022

Quelle part des dépenses de consommation a graduellement été touchée par la forte inflation?

  • Au cours de l’année 2021, la part des dépenses liées aux produits et aux services ayant enregistré une hausse des prix au-delà de 3 % durant les 12 mois précédents a progressé considérablement; elle est passée d’environ 20 % en janvier à près de 60 % en décembre.
  • Lorsque l’inflation a atteint un sommet en juin 2022, la part des dépenses liées aux produits ayant affiché une augmentation annuelle des prix de plus de 6 % représentait la moitié de la pondération des dépenses.

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3 3,0 % ou moins, De 3,1 % à 6,0 %, De 6,1 % à 10,0 % et Plus de 10 %, calculées selon pourcentage de la pondération du panier unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
3,0 % ou moins De 3,1 % à 6,0 % De 6,1 % à 10,0 % Plus de 10 %
pourcentage de la pondération du panier
2021
janvier 79,10 16,93 2,14 1,74
février 74,13 16,86 8,61 0,31
mars 64,84 21,93 8,12 5,02
avril 63,47 18,49 13,56 4,39
mai 56,85 24,67 7,83 10,56
juin 57,11 19,89 6,08 16,93
juillet 53,37 24,85 4,39 17,40
août 46,54 23,36 11,88 18,23
septembre 50,28 18,54 13,33 17,86
octobre 46,24 23,97 12,48 17,32
novembre 43,03 26,52 13,28 17,18
décembre 41,18 23,28 17,76 17,79
2022
janvier 32,48 35,40 13,29 18,84
février 31,31 33,99 13,98 20,73
mars 33,11 25,41 19,50 21,99
avril 28,63 23,62 24,00 23,76
mai 23,99 26,42 21,94 27,57
juin 22,55 26,56 31,95 18,86
juillet 23,40 26,53 34,01 15,98
août 19,07 29,36 35,73 15,76
septembre 18,41 30,78 31,91 18,82
octobre 14,56 32,06 34,92 18,38
novembre 16,40 35,00 29,95 18,57
décembre 26,11 30,86 27,79 15,16

La hausse des prix des aliments et des coûts du logement est un facteur de stress important pour les familles canadiennes

  • En avril 2022, près de 3 Canadiens sur 4 ont déclaré que les hausses de prix affectaient leur capacité à assumer leurs dépenses quotidiennes.
  • Au total, 3 Canadiens sur 10 étaient très préoccupés par leur capacité à acheter une propriété ou à payer un loyer.
  • À l’automne 2022, près de la moitié (44 %) des répondants ont indiqué être très préoccupés par la capacité de leur ménage à acheter une propriété ou à payer le loyer.
  • 1 Canadien sur 4 a indiqué qu’il était incapable d’assumer une dépense imprévue de 500 $.
  • Les jeunes adultes figuraient parmi les personnes les plus préoccupées par des questions financières, et environ la moitié des personnes âgées de 35 à 44 ans ont indiqué qu’elles avaient eu de la difficulté à répondre à leurs besoins financiers au cours des 12 mois précédents.

Tableau de données du graphique 4 
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4 pourcentage des répondants(figurant comme en-tête de colonne).
pourcentage des répondants
Transports
(y compris l’essence)
32
Logement 9
Dépenses courantes du ménage 8
Loisirs 5
Éducation 2
Aliments 43

Pour obtenir de plus amples renseignements : Le Quotidien — Au Canada, une personne sur quatre n'a pas les moyens d'assumer une dépense inattendue de 500 $ (statcan.gc.ca)

Malgré la diminution des prix de l’essence durant la deuxième moitié de 2022, les pressions exercées sur les prix des aliments et du logement continuent d’affecter grandement le coût de la vie

  • À la fin de 2022, les prix de nombreux produits et services qui ont une incidence directe sur le coût de la vie sont demeurés élevés. Mesurés d’une année à l’autre, les prix des aliments ont continué d’augmenter à un taux qui est resté supérieur à 10 % de septembre à décembre.
  • Les coûts du logement ont aussi continué de progresser de façon constante, comme les coûts de l’intérêt hypothécaire plus élevés ont contrebalancé les baisses récentes des coûts de remplacement par le propriétaire (qui reflètent les prix des nouvelles propriétés).
  • Les coûts des logements loués ont crû durant 19 des 24 mois précédents en raison d’un accroissement de la demande de logements locatifs. 

Tableau de données du graphique 5 
Tableau de données du graphique 5
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 5 IPC d’ensemble et Essence (axe du côté droit), calculées selon variation en pourcentage d’une année à l’autre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
IPC d’ensemble Essence (axe du côté droit)
variation en pourcentage d’une année à l’autre
2018
janvier 1,7 7,8
février 2,2 12,6
mars 2,3 17,1
avril 2,2 14,2
mai 2,2 22,9
juin 2,5 24,6
juillet 3,0 25,4
août 2,8 19,9
septembre 2,2 12,0
octobre 2,4 12,0
novembre 1,7 -5,4
décembre 2,0 -8,6
2019
janvier 1,4 -14,2
février 1,5 -11,9
mars 1,9 -4,4
avril 2,0 -1,6
mai 2,4 -3,7
juin 2,0 -9,2
juillet 2,0 -6,9
août 1,9 -10,2
septembre 1,9 -10,0
octobre 1,9 -6,7
novembre 2,2 0,9
décembre 2,2 7,4
2019
janvier 2,4 11,2
février 2,2 7,0
mars 0,9 -21,2
avril -0,2 -39,3
mai -0,4 -29,8
juin 0,7 -15,7
juillet 0,1 -14,9
août 0,1 -11,1
septembre 0,5 -10,7
octobre 0,7 -12,4
novembre 1,0 -11,9
décembre 0,7 -8,5
2020
janvier 1,0 -3,3
février 1,1 5,0
mars 2,2 35,3
avril 3,4 62,5
mai 3,6 43,4
juin 3,1 32,0
juillet 3,7 30,9
août 4,1 32,5
septembre 4,4 32,8
octobre 4,7 41,7
novembre 4,7 43,6
décembre 4,8 33,3
2020
janvier 5,1 31,7
février 5,7 32,3
mars 6,7 39,8
avril 6,8 36,3
mai 7,7 48,0
juin 8,1 54,6
juillet 7,6 35,6
août 7,0 22,1
septembre 6,9 13,2
octobre 6,9 17,8
novembre 6,8 13,7
décembre 6,3 3,0

Tableau de données du graphique 6 
Tableau de données du graphique 6
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 6 IPC d’ensemble et Aliments, calculées selon variation en pourcentage d’une année à l’autre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
IPC d’ensemble Aliments
variation en pourcentage d’une année à l’autre
2018
janvier 1,7 2,3
février 2,2 2,1
mars 2,3 1,7
avril 2,2 1,8
mai 2,2 1,0
juin 2,5 1,4
juillet 3,0 1,4
août 2,8 1,6
septembre 2,2 1,8
octobre 2,4 2,0
novembre 1,7 2,2
décembre 2,0 2,9
2019
janvier 1,4 2,8
février 1,5 3,2
mars 1,9 3,6
avril 2,0 2,9
mai 2,4 3,5
juin 2,0 3,5
juillet 2,0 3,8
août 1,9 3,6
septembre 1,9 3,7
octobre 1,9 3,7
novembre 2,2 3,4
décembre 2,2 3,0
2020
janvier 2,4 3,2
février 2,2 2,4
mars 0,9 2,3
avril -0,2 3,4
mai -0,4 3,1
juin 0,7 2,7
juillet 0,1 2,2
août 0,1 1,8
septembre 0,5 1,6
octobre 0,7 2,3
novembre 1,0 1,9
décembre 0,7 1,1
2021
janvier 1,0 1,0
février 1,1 1,8
mars 2,2 1,8
avril 3,4 0,9
mai 3,6 1,5
juin 3,1 1,3
juillet 3,7 1,7
août 4,1 2,7
septembre 4,4 3,9
octobre 4,7 3,8
novembre 4,7 4,4
décembre 4,8 5,2
2022
janvier 5,1 5,7
février 5,7 6,7
mars 6,7 7,7
avril 6,8 8,8
mai 7,7 8,8
juin 8,1 8,8
juillet 7,6 9,2
août 7,0 9,8
septembre 6,9 10,3
octobre 6,9 10,1
novembre 6,8 10,3
décembre 6,3 10,1

Tableau de données du graphique 7 
Tableau de données du graphique 7
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7 IPC d’ensemble, Logement et Dépenses courantes du ménage, calculées selon variation en pourcentage d’une année à l’autre unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
IPC d’ensemble Logement Dépenses courantes du ménage
variation en pourcentage d’une année à l’autre
2018
janvier 1,7 1,4 1,3
février 2,2 1,7 2,3
mars 2,3 1,7 1,9
avril 2,2 1,7 1,9
mai 2,2 2,0 0,6
juin 2,5 2,0 0,0
juillet 3,0 2,4 1,0
août 2,8 2,3 1,3
septembre 2,2 2,5 1,9
octobre 2,4 2,5 1,7
novembre 1,7 2,4 1,6
décembre 2,0 2,2 3,6
2019
janvier 1,4 2,4 1,7
février 1,5 2,4 0,4
mars 1,9 2,7 0,7
avril 2,0 2,7 -0,1
mai 2,4 2,7 1,2
juin 2,0 2,5 1,8
juillet 2,0 2,3 0,7
août 1,9 2,4 0,9
septembre 1,9 2,3 0,5
octobre 1,9 2,6 -0,1
novembre 2,2 2,5 -0,3
décembre 2,2 2,8 -0,6
2020
janvier 2,4 2,4 -0,8
février 2,2 2,3 0,0
mars 0,9 1,9 0,3
avril -0,2 1,3 0,3
mai -0,4 1,0 -0,2
juin 0,7 1,7 -0,4
juillet 0,1 1,5 0,1
août 0,1 1,5 -0,2
septembre 0,5 1,7 -0,4
octobre 0,7 1,8 -0,4
novembre 1,0 1,9 -0,5
décembre 0,7 1,6 -0,7
2021
janvier 1,0 1,4 0,3
février 1,1 1,4 -0,8
mars 2,2 2,4 -2,2
avril 3,4 3,2 -1,1
mai 3,6 4,2 -0,7
juin 3,1 4,4 -0,9
juillet 3,7 4,8 -0,3
août 4,1 4,8 -0,1
septembre 4,4 4,8 0,4
octobre 4,7 4,8 0,9
novembre 4,7 4,8 0,2
décembre 4,8 5,4 0,7
2022
janvier 5,1 6,2 0,7
février 5,7 6,6 1,5
mars 6,7 6,8 2,7
avril 6,8 7,4 2,0
mai 7,7 7,4 2,9
juin 8,1 7,1 3,1
juillet 7,6 7,0 2,7
août 7,0 6,6 3,0
septembre 6,9 6,8 3,3
octobre 6,9 6,9 3,2
novembre 6,8 7,2 3,8
décembre 6,3 7,0 3,7

Les prix des aliments canadiens croissent au rythme le plus rapide en 40 ans

  • De nombreux facteurs contribuent à l’inflation des prix des aliments, notamment les perturbations liées à l’approvisionnement, les conditions météorologiques imprévisibles, les pénuries de main-d’œuvre et les tensions salariales, la hausse des prix des intrants agricoles, les prix plus élevés liés à l’importation et au transport, ainsi que les événements géopolitiques comme la guerre en Ukraine.
  • Contrairement aux tendances antérieures, bon nombre de ces pressions ont été exercées simultanément ou de manière plus marquée, ce qui a entraîné des hausses généralisées des prix des aliments non seulement au pays, mais à l’échelle internationale.

Description du graphique 8

Le graphique 8 est un graphique linéaire de l’Indice des prix à la consommation (IPC) excluant les prix de aliments. Il y a deux lignes. La première montre la variation en pourcentage, d’une année à l’autre, des prix des aliments, alors que la deuxième montre la variation en pourcentage, d’une année à l’autre, des prix à la consommation excluant les aliments. Des nombres sont insérés à différentes points du graphique pour montrer les pics dans les prix des aliments à différents moments. L’axe des y affiche la variation en pourcentage des prix, laquelle va de -8,0 % à 22,0 %. L’axe des x affiche les mois de janvier 1950 à décembre 2022.

Les données sont offertes sous format CSV

L’inflation des prix des aliments se généralise de plus en plus sous l’effet d’une pression à la hausse exercée par les perturbations liées à l’approvisionnement, les pénuries de main-d’œuvre, les coûts de transport, les conditions météorologiques et les événements géopolitiques

  • Pour mettre les choses en contexte, les prix des aliments ont affiché une augmentation cumulative de 9,2 % de 2015 à 2019 et ils ont progressé de 14,8 % de janvier 2021 à décembre 2022.

Tableau de données du graphique 9 
Tableau de données du graphique 9
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 9 2015 à 2019 et 2021 à ce jour, calculées selon hausse cumulée, pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2015 à 2019 2021 à ce jour
hausse cumulée, pourcentage
Aliments 9,2 14,8
Viande 7,9 14,3
Fruits de mer 16,5 12,6
Produits laitiers et œufs 1,7 15,4
Produits de boulangerie et céréales 3,4 22,1
Fruits frais 10,4 14,8
Légumes 17,1 14,2
Autres produits alimentaires 3,0 17,5
  • Au cours du deuxième semestre de 2022, la part des dépenses liées aux aliments a enregistré une hausse marquée supérieure à 10 %, après quoi la situation s’est quelque peu améliorée en raison de la baisse du taux d’inflation global à la fin de l’année. À la fin de l’exercice, les aliments ayant affiché une progression annuelle des prix au-delà de 10 % représentaient les deux tiers des dépenses liées aux aliments.

Tableau de données du graphique 10 
Tableau de données du graphique 10
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 10 3,0 % ou moins, De 3,1 % à 6,0 %, De 6,1 % à 10 % et Plus de 10 %, calculées selon pourcentage de la pondération du panier unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
3,0 % ou moins De 3,1 % à 6,0 % De 6,1 % à 10 % Plus de 10 %
pourcentage de la pondération du panier
2021
janvier 93,9 3,5 1,7 0,9
février 75,5 17,6 6,0 0,9
mars 75,2 18,5 0,0 6,3
avril 89,4 0,4 10,3 0,0
mai 76,7 13,2 10,1 0,0
juin 62,0 17,6 15,4 5,1
juillet 67,5 24,2 6,4 1,9
août 52,5 25,3 18,4 3,8
septembre 44,3 26,9 16,8 12,0
octobre 32,9 41,6 18,0 7,5
novembre 30,7 36,4 24,4 8,5
décembre 19,5 29,8 41,4 9,3
2022
janvier 9,3 32,8 39,0 18,8
février 4,3 27,0 49,4 19,3
mars 6,7 7,0 53,6 32,7
avril 2,7 12,8 46,4 38,1
mai 1,5 11,2 40,1 47,2
juin 2,5 16,0 49,0 32,4
juillet 4,8 9,0 46,1 40,1
août 4,6 8,6 27,2 59,6
septembre 4,4 5,6 24,0 66,0
octobre 6,6 9,1 35,1 49,1
novembre 6,5 9,7 23,5 60,3
décembre 4,6 11,4 16,5 67,6

La progression des prix de l’essence touche les familles quant aux budgets de voyage et les producteurs quant aux frais d’expédition

  • Depuis janvier 2021, les coûts du transport privé ont crû de 12,6 %, en grande partie en raison de la hausse des prix d’exploitation de véhicules automobiles (+13,4 %). Les coûts du transport ferroviaire de marchandises ont progressé de 23,8 %.
  • Le coût du transport public a augmenté de 25,8 %, en grande partie en raison de l’augmentation des coûts du transport interurbain (+47,4 %), qui a surtout été attribuable au transport aérien.

Tableau de données du graphique 11 
Tableau de données du graphique 11
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 11 Transport privé et Transport public, calculées selon indice (janvier 2018=100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Transport privé Transport public
indice (janvier 2018=100)
2018
janvier 100,0 100,0
février 100,4 99,8
mars 100,4 101,6
avril 101,8 99,8
mai 102,1 99,8
juin 102,4 103,1
juillet 102,1 114,6
août 101,7 113,0
septembre 101,0 100,0
octobre 101,3 103,1
novembre 99,7 101,5
décembre 98,7 115,8
2019
janvier 99,0 103,6
février 100,1 103,3
mars 102,1 104,2
avril 103,9 104,9
mai 104,6 106,5
juin 103,3 108,6
juillet 103,3 118,9
août 102,4 121,4
septembre 101,8 105,1
octobre 102,4 106,8
novembre 102,7 105,5
décembre 102,2 121,0
2020
janvier 103,7 110,5
février 104,0 111,7
mars 100,1 109,4
avril 98,1 111,7
mai 100,5 112,2
juin 102,6 115,4
juillet 102,9 112,8
août 102,3 109,1
septembre 102,0 103,9
octobre 102,6 103,7
novembre 102,6 105,1
décembre 102,8 109,9
2021
janvier 105,3 106,8
février 107,1 107,0
mars 108,0 111,6
avril 108,2 113,7
mai 109,2 111,2
juin 109,7 108,4
juillet 110,9 106,5
août 111,2 125,3
septembre 111,2 115,0
octobre 113,0 111,6
novembre 113,1 109,9
décembre 112,1 123,1
2022
janvier 114,2 111,6
février 116,6 109,8
mars 120,6 114,1
avril 121,1 116,7
mai 125,7 116,2
juin 128,5 119,7
juillet 126,1 135,2
août 122,6 136,3
septembre 120,7 127,0
octobre 123,7 123,6
novembre 122,6 123,0
décembre 118,6 134,4
  • Depuis janvier 2021, les coûts du transport par camion ont affiché une hausse de 30,9 % et ceux du transport ferroviaire de marchandises, de 23,8 %.

Tableau de données du graphique 12 
Tableau de données du graphique 12
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 12 Indice des prix des services de transport ferroviaire de marchandises et Transport par camion de marchandises diverses, calculées selon indice (janvier 2018=100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Indice des prix des services de transport ferroviaire de marchandises Transport par camion de marchandises diverses
indice (janvier 2018=100)
2018
janvier 100,0 100,0
février 100,7 100,7
mars 102,0 101,6
avril 101,5 102,7
mai 102,0 104,0
juin 106,6 105,6
juillet 107,8 105,7
août 107,4 105,7
septembre 107,8 106,1
octobre 108,1 107,1
novembre 109,4 107,3
décembre 109,9 107,3
2019
janvier 110,0 106,7
février 108,8 107,1
mars 109,2 108,3
avril 109,5 108,8
mai 110,0 109,4
juin 110,1 108,9
juillet 110,0 108,5
août 110,6 109,2
septembre 110,4 109,3
octobre 111,1 108,4
novembre 111,6 109,0
décembre 111,4 109,2
2020
janvier 111,2 109,8
février 112,6 109,5
mars 114,2 108,7
avril 114,7 106,4
mai 113,7 105,5
juin 110,8 105,4
juillet 111,1 105,3
août 110,1 105,3
septembre 109,7 106,6
octobre 110,7 105,8
novembre 110,1 105,8
décembre 109,2 106,3
2021
janvier 109,8 108,2
février 110,7 108,6
mars 110,7 109,5
avril 111,6 110,5
mai 110,8 110,5
juin 110,9 111,4
juillet 112,8 112,2
août 113,7 113,5
septembre 114,6 113,7
octobre 115,6 115,7
novembre 116,7 117,8
décembre 118,7 118,8
2022
janvier 119,6 121,8
février 119,9 125,8
mars 121,9 132,7
avril 122,9 139,3
mai 129,2 144,5
juin 129,5 145,5
juillet 132,8 144,8
août 132,5 140,7
septembre 132,5 141,6
octobre 133,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
novembre 134,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
décembre 135,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer

Les coûts de propriété et les coûts de location de logement s’accroissent au rythme le plus rapide en plus de 30 ans

  • Les coûts de l’intérêt hypothécaire plus élevés, qui ont augmenté de 18 % au cours de la période de 12 mois se terminant en décembre 2022, ont exercé une forte pression à la hausse sur le taux d’inflation global à la fin de 2022.
  • L’abordabilité du logement s’est détériorée considérablement durant les deuxième et troisième trimestres de 2022, sous l’effet d’une progression des coûts d’emprunt.
  • Les hausses annuelles des prix des logements loués, qui reflètent à la fois les anciens et les nouveaux contrats de location, se sont établies à 5,9 % en décembre 2022.
  • Les coûts des services publics ont affiché une croissance en grande partie attribuable à l’augmentation des prix des combustibles résidentiels et du gaz naturel.

Tableau de données du graphique 13 
Tableau de données du graphique 13
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 13 Logement, Logement locatif, Logement en propriété et Eau, combustible et électricité, calculées selon indice (janvier 2018=100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Logement Logement locatif Logement en propriété Eau, combustible et électricité
indice (janvier 2018=100)
2018
janvier 100,0 100,0 100,0 100,0
février 100,2 100,2 100,2 100,3
mars 100,2 100,2 100,3 99,7
avril 100,4 100,3 100,5 100,1
mai 100,5 100,5 100,7 99,4
juin 100,6 100,6 100,9 99,3
juillet 100,9 100,7 101,1 100,3
août 101,1 100,8 101,4 100,1
septembre 101,3 101,0 101,6 100,2
octobre 101,6 101,1 102,1 100,5
novembre 101,9 101,2 102,3 100,8
décembre 101,9 101,2 102,5 100,3
2019
janvier 102,4 102,2 102,7 101,2
février 102,6 102,6 102,9 101,5
mars 102,9 103,0 103,1 102,2
avril 103,1 102,6 103,3 103,4
mai 103,2 102,7 103,4 103,4
juin 103,1 102,9 103,5 101,6
juillet 103,3 103,2 103,6 101,9
août 103,5 103,9 103,7 102,2
septembre 103,7 104,0 103,9 102,2
octobre 104,3 104,7 104,6 102,1
novembre 104,4 104,4 104,8 103,1
décembre 104,7 104,7 104,9 103,7
2020
janvier 104,8 104,6 105,0 103,9
février 105,0 105,4 105,1 103,5
mars 104,9 105,6 105,5 101,2
avril 104,5 104,9 105,8 98,5
mai 104,2 104,1 105,7 98,1
juin 104,8 104,7 105,7 100,9
juillet 104,8 104,4 105,7 101,5
août 105,1 105,3 105,8 101,7
septembre 105,4 105,6 106,1 102,5
octobre 106,2 105,8 106,9 103,3
novembre 106,4 105,9 107,1 104,1
décembre 106,4 105,3 107,2 104,7
2021
janvier 106,2 105,6 107,3 102,6
février 106,5 105,6 107,5 103,8
mars 107,4 106,2 108,0 106,3
avril 107,9 106,0 108,6 107,8
mai 108,6 106,7 109,4 108,0
juin 109,4 107,0 110,6 107,9
juillet 109,9 107,2 111,1 109,0
août 110,2 107,0 111,4 109,7
septembre 110,5 107,6 111,8 109,4
octobre 111,2 107,8 112,3 112,2
novembre 111,6 107,8 112,7 113,4
décembre 112,2 108,3 113,5 113,7
2022
janvier 112,8 109,0 113,8 114,9
février 113,5 110,0 114,2 116,6
mars 114,7 110,7 115,5 117,9
avril 115,9 110,9 116,9 120,4
mai 116,7 111,5 117,3 123,4
juin 117,1 111,7 118,0 123,2
juillet 117,5 112,5 118,1 124,8
août 117,5 112,3 118,3 123,2
septembre 118,0 112,4 119,1 123,4
octobre 119,0 112,9 119,9 125,6
novembre 119,7 114,2 120,3 127,3
décembre 120,1 114,7 120,9 126,6

Malgré des salaires et une rémunération plus élevés, la plupart des travailleurs voient leur pouvoir d’achat diminuer sous l’effet d’une accentuation des pressions inflationnistes 

  • Les salaires horaires moyens, mesurés d’une année à l’autre, ont augmenté de 5,1 % en décembre 2022, alors que la rémunération hebdomadaire moyenne a crû de 4,2 % au cours de la période de 12 mois se terminant en novembre.
  • Les employés mieux rémunérés ont été plus susceptibles d’avoir vu leur salaire suivre le rythme de la hausse des prix. Bon nombre de ces personnes travaillaient dans des secteurs où la rémunération est plus élevée, notamment ceux des services professionnels, scientifiques et techniques, des finances et de l’assurance, ainsi que des services immobiliers.
  • En revanche, la proportion de travailleurs recevant des augmentations de salaire était relativement faible en agriculture et dans les services d’hébergement et de restauration, où les salaires sont inférieurs à la moyenne.

Tableau de données du graphique 14 
Tableau de données du graphique 14
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 14 Indice des prix à la consommation et Salaire horaire moyen, calculées selon indice (janvier 2018=100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Indice des prix à la consommation Salaire horaire moyen
indice (janvier 2018=100)
2018
janvier 100,0 100,0
février 100,6 100,2
mars 100,9 100,3
avril 101,2 100,3
mai 101,3 99,9
juin 101,4 99,7
juillet 102,0 99,1
août 101,9 99,1
septembre 101,5 100,7
octobre 101,8 101,1
novembre 101,4 101,2
décembre 101,3 101,5
2019
janvier 101,4 102,3
février 102,1 102,4
mars 102,8 102,3
avril 103,3 102,5
mai 103,7 102,3
juin 103,5 102,8
juillet 104,0 102,3
août 103,9 102,1
septembre 103,4 104,1
octobre 103,7 104,2
novembre 103,6 104,2
décembre 103,6 104,1
2020
janvier 103,9 105,2
février 104,3 105,8
mars 103,7 108,7
avril 103,0 113,2
mai 103,3 112,6
juin 104,2 110,1
juillet 104,2 108,9
août 104,0 108,6
septembre 103,9 109,3
octobre 104,4 110,0
novembre 104,6 109,5
décembre 104,3 109,7
2021
janvier 104,9 111,8
février 105,5 111,4
mars 106,0 110,8
avril 106,5 111,7
mai 107,1 111,0
juin 107,4 110,1
juillet 108,0 110,3
août 108,3 110,7
septembre 108,5 112,3
octobre 109,3 112,3
novembre 109,5 112,5
décembre 109,3 113,4
2022
janvier 110,3 114,9
février 111,5 114,4
mars 113,1 114,3
avril 113,7 115,3
mai 115,3 115,1
juin 116,1 115,6
juillet 116,2 115,1
août 115,9 116,0
septembre 115,9 117,7
octobre 116,8 118,3
novembre 116,9 118,9
décembre 116,2 118,8

Les pressions inflationnistes affectent les ménages plus vulnérables à mesure que les revenus et l’épargne s’ajustent

  • Pour les ménages à faible revenu, les dépenses au titre des biens en proportion du revenu disponible ont reculé au début de la pandémie, comme les mesures d’aide gouvernementales ont accru les niveaux de revenus et que de nombreux ménages ont commencé à rembourser leurs dettes.
  • Les vulnérabilités financières ont refait surface lorsque les mesures de soutien au revenu ont pris fin et que les pressions exercées sur les coûts se sont accentuées. Dans l’ensemble, les dépenses et les dettes ont crû plus que les revenus et les actifs durant le troisième trimestre de 2022, laissant supposer que l’augmentation du coût de la vie a une incidence négative sur l’épargne nette et le patrimoine, en particulier pour les ménages plus vulnérables.
  • Les ménages à revenu faible ou moyen ont vu leur épargne nette diminuer considérablement et les ménages plus jeunes se sont endettés davantage.

Tableau de données du graphique 15 
Tableau de données du graphique 15
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 15 Quintile inférieur et Troisième quintile, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Quintile inférieur Troisième quintile
pourcentage
1999 86,3 54,1
2000 89,4 55,1
2001 81,6 55,0
2002 87,6 55,0
2003 85,8 55,3
2004 90,4 54,6
2005 98,4 56,0
2006 97,9 53,5
2007 95,5 55,2
2008 100,1 53,7
2009 94,3 52,5
2010 98,9 52,4
2011 96,9 53,2
2012 95,2 54,1
2013 101,0 53,6
2014 102,7 55,8
2015 105,9 53,3
2016 104,8 52,9
2017 107,7 53,6
2018 103,7 53,1
2019 104,6 53,4
2020 80,4 47,4
2021 86,1 48,8
2022 Q1 102,4 44,4
2022 Q2 117,2 48,7
2022 Q3 90,0 42,9

Conclusion et points à retenir

  • Les pressions inflationnistes se sont généralisées de plus en plus sous l’effet d’une augmentation du taux d’inflation global, qui a atteint le plus haut sommet en 40 ans; cela a affecté une grande part des dépenses des ménages. 
  • La forte inflation — en particulier des prix des produits alimentaires — a eu une incidence importante sur le coût de la vie, surtout chez les ménages plus vulnérables, alors que les niveaux de revenus et d’épargne s’ajustaient à la suite du retrait des mesures d’aide liées à la pandémie.
  • Malgré une augmentation modérée des salaires et de la rémunération, la plupart des travailleurs ont vu leur pouvoir d’achat diminuer sous l’effet d’une hausse des pressions inflationnistes.
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :