Analyse en bref
Analyse des chaînes d’approvisionnement au Canada, premier trimestre de 2022

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Date de diffusion : le 17 mars 2022

Passer au texte

Début du texte

La pandémie de COVID-19 a renouvelé l’intérêt envers les chaînes d’approvisionnement et a mis en lumière la force et la résilience de ces dernières. Le resserrement des mesures et la fermeture des frontières, les restrictions liées à la circulation des personnes et des biens, la fermeture des entreprises comme stratégies visant à contrôler la propagation du virus, ainsi que les répercussions du virus sur les employés, tout cela avait le potentiel de perturber les chaînes d’approvisionnement. Par conséquent, l’état des chaînes d’approvisionnement et l’incidence qu’ont celles-ci sur leurs économies respectives sont d’un grand intérêtNote  . Les contraintes d’approvisionnement généralisées à l’échelle mondiale, combinées à une demande refoulée des consommateurs lors de la relance de l’économie, ont entraîné des pressions inflationnistes. En fait, l’Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 3,4 % sur une base annuelle moyenne en 2021, ce qui représente le rythme de croissance le plus rapide depuis 1991 (+5,6 %), et qui fait suite à une augmentation de 0,7 % en 2020Note  .

Du début de janvier jusqu’au début de février 2022, Statistique Canada a mené l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises afin de mieux comprendre l’environnement actuel dans lequel évoluent les entreprises au Canada et leurs attentes pour la suite des choses. Selon les résultats de l’enquête, les entreprises s’attendent à ce que les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement se poursuivent à court terme, particulièrement en ce qui concerne l’acquisition d’intrants, de produits ou de fournitures, au pays et à l’étranger, ainsi que le maintien des niveaux de stocks. De plus, parmi les entreprises qui s’attendaient à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement, la grande majorité d’entre elles s’attendent à ce que la situation demeure la même ou s’aggrave au cours des trois prochains mois, et les entreprises ont utilisé — ou prévoient utiliser — diverses stratégies pour régler les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement. Le présent article donne un aperçu des défis liés à la chaîne d’approvisionnement et des répercussions de ces enjeux sur les entreprises au Canada.

On s’attend à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement persistent

Près du tiers (32,1 %) des entreprises s’attendaient à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures à l’échelle nationale au cours des trois prochains moisNote  . Cette proportion a augmenté par rapport au dernier trimestre, lorsque plus du quart (27,2 %) des entreprises s’attendaient à être confrontées à cette difficulté. Parmi les entreprises qui s’attendent à éprouver des difficultés au cours du premier trimestre de 2022, plus de la moitié (52,4 %) s’attendent à ce que ces difficultés se poursuivent pendant six mois ou plus, ce qui représente une proportion semblable à celle enregistrée au cours du trimestre précédent (51,8 %). Parallèlement, le tiers (33,1 %) ne savaient pas pendant combien de temps ces défis persisteraient. Plus de la moitié des entreprises de la construction (57,7 %) et de la fabrication (53,2 %) s’attendaient à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures au pays au cours des trois prochains mois. Les entreprises dans le secteur du commerce de gros (65,6 %) et dans le secteur du transport et de l’entreposage (64,1 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que cette difficulté demeure un obstacle pendant six mois ou plus (tableau 1).

Près du cinquième (18,1 %) des entreprises s’attendent à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures en provenance de l’étranger au cours des trois prochains mois. Ce chiffre a légèrement augmenté par rapport au trimestre précédent, lorsque 17,5 % des entreprises s’attendaient à affronter la même difficulté. Parmi ces entreprises, au premier trimestre de 2022, plus des trois cinquièmes (62,5 %) s’attendent à ce que ces défis persistent pendant six mois ou plus, ce qui représente une hausse par rapport au trimestre précédent (56,4 %). Parallèlement, plus du quart (28,8 %) des répondants ne savent pas combien de temps ces défis persisteront. Près de la moitié (45,7 %) des entreprises du secteur du commerce de gros et près du tiers des entreprises des secteurs de la fabrication (32,5 %) et du commerce de détail (29,8 %) s’attendent à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures en provenance de l’étranger au cours des trois prochains mois. Les entreprises du secteur du transport et de l’entreposage (77,7 %), ainsi que celles du secteur des arts, des spectacles et des loisirs (74,6 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que cette difficulté demeure un obstacle pendant six mois ou plus (tableau 1).

Le cinquième (20,8 %) des entreprises s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle au cours des trois prochains mois. Ce nombre a légèrement augmenté par rapport au trimestre précédent, lorsque près du cinquième (18,4 %) des entreprises s’attendaient à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle. Parmi ces entreprises, au premier trimestre de 2022, la moitié (50,0 %) s’attend à ce que ces difficultés persistent pendant six mois ou plus, soit une proportion semblable à celle enregistrée au trimestre précédent (51,9 %). Cependant, plus du quart (28,0 %) des répondants ne savent pas combien de temps ces défis persisteront. Plus des deux cinquièmes des entreprises dans les secteurs du commerce de détail (44,2 %) et du commerce de gros (42,7 %) s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un défi au cours des trois prochains mois. Les entreprises dans le secteur du commerce de gros (72,9 %) et dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (71,7 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que cet obstacle persiste pendant six mois ou plus (tableau 1).


Tableau 1
Attentes des entreprises quant à la durée des obstacles liés à la chaîne d’approvisionnement, par industrie, au premier trimestre de 2022
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Attentes des entreprises quant à la durée des obstacles liés à la chaîne d’approvisionnement Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada, pendant six mois ou plus, Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant de l’étranger, pendant six mois ou plus et Entreprises qui s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle pendant six mois ou plus, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada, pendant six mois ou plus Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant de l’étranger, pendant six mois ou plus Entreprises qui s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle pendant six mois ou plus
pourcentage
Ensembles des industries 52,4 62,5 50,0
Commerce de gros 65,6 74,0 72,9
Transport et entreposage 64,1 77,7 60,9
Industrie de l’information et industrie culturelle 63,6 72,0 71,7
Extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 62,4 71,0 50,8
Services immobiliers et services de location et de location à bail 61,4 57,5 61,1
Arts, spectacles et loisirs 60,4 74,6 57,7
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 57,4 61,8 58,7
Construction 54,2 59,9 50,3
Fabrication 53,8 68,0 50,9
Services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets et services d’assainissement 49,2 39,8 43,9
Autres services (sauf les administrations publiques) 49,0 39,0 43,7
Commerce de détail 48,0 67,6 50,9
Soins de santé et assistance sociale 47,7 61,5 40,6
Services professionnels, scientifiques et techniques 46,9 62,5 10,0
Services d’hébergement et de restauration 42,5 54,4 38,1
Finance et assurances 41,9 45,5 48,4

Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés

Parmi les entreprises qui s’attendaient à devoir composer avec des défis liés à la chaîne d’approvisionnement (difficulté dans le maintien des niveaux des stocks ou l’acquisition des intrants, des produits ou des fournitures au pays ou en provenance de l’étranger) au cours des trois prochains mois, près des trois quarts (71,9 %) ont indiqué que les défis auxquels l’entreprise était confrontée étaient devenus plus grands au cours des trois derniers mois. Les principaux facteurs qui ont contribué à aggraver les difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement étaient l’augmentation des retards dans la livraison des intrants, des produits ou des fournitures (84,7 %), l’augmentation des prix des intrants, des produits ou des fournitures (76,3 %) et des pénuries d’approvisionnement entraînant une baisse du nombre d’intrants, de produits ou de fournitures disponibles (75,8 %).

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés, Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement sont restés à peu près les mêmes et Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont améliorés, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement sont restés à peu près les mêmes Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont améliorés
pourcentage
Entreprises qui s’attendent à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement 71,9 25,3 2,8

Parmi les entreprises qui s’attendent à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois, près des quatre cinquièmes (78,5 %) des entreprises des autres services (sauf les administrations publiques) et environ les trois quarts des entreprises du commerce de gros (75,7 %) et des services d’hébergement et de restauration (74,6 %) ont indiqué que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés. En revanche, les entreprises des soins de santé et de l’assistance sociale ont été les moins touchées, la moitié (50,9 %) ayant indiqué que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement sont restés à peu près les mêmes.

La grande majorité des entreprises s’attendent à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’aggravent ou demeurent à peu près les mêmes au cours des trois prochains mois. Plus précisément, plus des deux cinquièmes (43,4 %) des entreprises s’attendent à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’aggravent, et près de la moitié (48,0 %) s’attendent à ce que la situation demeure à peu près la même. Parallèlement, moins de 1 entreprise sur 10 (8,7 %) s’attend à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’améliorent au cours des trois prochains mois. Les entreprises des services d’hébergement et de restauration (12,0 %) et celles du commerce de détail (11,8 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’améliorent au cours des trois prochains mois.

Ajustements actuels et ajustements prévus aux chaînes d’approvisionnement

Au niveau des entreprises qui s’attendaient à devoir faire face à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois, les stratégies les plus couramment utilisées pour relever ces défis comprenaient la recherche d’autres sources d’approvisionnement (64,5 %), l’augmentation des communications avec les fournisseurs ou les grossistes (58,3 %) et la surveillance des pénuries, des retards ou des interruptions des intrants, des produits ou des fournitures essentiels (57,3 %). Parallèlement, 4,0 % de ces entreprises n’avaient aucune stratégie en place pour relever les défis liés à la chaîne d’approvisionnement.

Parmi les entreprises qui s’attendaient à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois, divers ajustements à la chaîne d’approvisionnement étaient prévus au cours des 12 prochains mois. Environ le tiers de ces entreprises prévoient établir des partenariats avec de nouveaux fournisseurs (35,8 %) et substituer les intrants, produits ou fournitures par d’autres intrants, produits ou fournitures (31,6 %). Près du cinquième (18,0 %) prévoient se tourner vers des fournisseurs locaux, et les entreprises des services d’hébergement et de restauration (31,6 %) sont les plus susceptibles de le faire. Toutefois, près du cinquième (19,2 %) des entreprises étaient incertaines des plans qu’elles mettraient en place pour ajuster leur chaîne d’approvisionnement, et près du quart (24,5 %) n’avaient pas l’intention d’ajuster leur chaîne d’approvisionnement au cours des 12 prochains mois.

La grande majorité des intrants, des produits et des fournitures proviennent de sources intérieures

Parmi les entreprises qui s’attendent à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois, presque toutes (92,8 %) ont acquis des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada au cours des 12 derniers mois. Près des deux cinquièmes (39,9 %) de ces entreprises ont acquis des intrants, des produits ou des fournitures en provenance des États-Unis, et près du cinquième (17,3 %) de ces entreprises ont acquis des intrants, produits ou fournitures en provenance de l’Asie. Une entreprise sur dix (9,8 %) a acquis des intrants, produits ou fournitures en provenance de l’Europe et 3,4 % en provenance du Mexique.

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2 Régions d’où les entreprises ou les organismes ont pu obtenir leurs intrants, produits ou fournitures, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Régions d’où les entreprises ou les organismes ont pu obtenir leurs intrants, produits ou fournitures
pourcentage
Canada 92,8
États-Unis 39,9
Asie 17,3
Europe 9,8
Mexique 3,4
Amérique du Sud 1,6
Afrique 0,8
Autre région 0,4
Région inconnue 4,1

Les entreprises des soins de santé et de l’assistance sociale (99,3 %), des services administratifs, des services de soutien, des services de gestion des déchets et des services d’assainissement (98,1 %) et des arts, des spectacles et des loisirs (97,9 %) étaient les plus susceptibles d’acquérir leurs intrants, produits ou fournitures au pays. Les entreprises du commerce de gros (65,0 %), de l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (60,1 %) et de la fabrication (56,3 %) étaient les plus susceptibles d’acquérir leurs intrants, produits ou fournitures des États-Unis. Les entreprises de l’industrie de l’information et l’industrie culturelle (50,1 %) et du commerce de gros (37,9 %) étaient les plus susceptibles d’acquérir leurs intrants, produits ou fournitures de l’Asie.

Méthodologie

Du 4 janvier au 7 février 2022, des représentants d’entreprises de partout au Canada ont été invités à répondre à un questionnaire en ligne portant sur la situation des entreprises et sur leurs attentes pour la suite des choses. L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises repose sur un échantillon aléatoire stratifié d’établissements commerciaux dans lequel les employés sont classés par région géographique, secteur d’industrie et taille. L’estimation des proportions se fait à l’aide de poids calibrés afin de calculer les totaux de population dans les domaines d’intérêt. La taille totale de l’échantillon pour ce cycle de l’enquête est de 35 026 et les résultats sont fondés sur les réponses d’un total de 17 695 entreprises et organismes.

Références

Statistique Canada. (2022). Enquête canadienne sur la situation des entreprises, premier trimestre de 2022.

Date de modification :