Les médecins et les minorités de langue officielle

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La qualité des services de santé dépend largement de la capacité des patients à communiquer avec leurs médecins, ce qui est surtout important pour les minorités de langue officielle. En 2006, 4 % de la population du Canada à l'extérieur du Québec avait le français comme première langue officielle. Au Québec, 13 % de la population avait l'anglais comme première langue officielle.

Chez les 30 600 médecins travaillant à l'extérieur du Québec en 2006, 4 % étaient francophones et 21 % ont déclaré pouvoir communiquer en français. Au Québec, on dénombrait 10 500 médecins en 2006, dont 15 % étaient anglophones. Cette année-là, 15 % des médecins du Québec utilisaient l'anglais plus souvent au travail. Au Québec, 86 % des médecins pouvaient communiquer en anglais.

Parmi les 15 200 médecins de l'Ontario, 23 % ont dit pouvoir communiquer en français en 2006, tandis que 7 % ont dit utiliser le français au moins régulièrement au travail. Le Nouveau-Brunswick a affiché la plus forte proportion de médecins francophones à l'extérieur du Québec (39 %). Près de 46 % des médecins de cette province ont déclaré utiliser le français au travail au moins régulièrement en 2006.

graphique 30.4 Taux de chômage, hommes 25 à 54 ans
Voir la source des données du graphique 18.4

Date de modification :