Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Commerce de gros, avril 2020

Diffusion : 2020-06-18

Ventes en gros – Canada

49,8 milliards de dollars

Avril 2020

-21,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – T.-N-L.

282,7 millions de dollars

Avril 2020

-16,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Î.-P.-É.

90,7 millions de dollars

Avril 2020

-7,5 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – N.-É.

707,4 millions de dollars

Avril 2020

-19,5 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – N.-B.

466,4 millions de dollars

Avril 2020

-21,2 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Qc

9 901,2 millions de dollars

Avril 2020

-17,6 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Ont.

23 028,9 millions de dollars

Avril 2020

-30,2 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Man.

1 438,3 millions de dollars

Avril 2020

-9,1 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Sask.

2 297,0 millions de dollars

Avril 2020

1,6 % hausse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Alb.

6 208,3 millions de dollars

Avril 2020

-2,9 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – C.-B.

5 339,6 millions de dollars

Avril 2020

-15,0 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Yn

11,5 millions de dollars

Avril 2020

-8,2 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – T.N.-O.

32,6 millions de dollars

Avril 2020

-26,4 % baisse

(variation mensuelle)

Ventes en gros – Nt

12,1 millions de dollars

Avril 2020

-22,4 % baisse

(variation mensuelle)

Alors que les effets de la pandémie de COVID-19 continuaient de se manifester dans l'ensemble de l'économie, les ventes du commerce de gros ont affiché une baisse sans précédent de 21,6 % en avril pour s'établir à 49,8 milliards de dollars. Il s'agit de leur plus faible niveau depuis juillet 2013. Pour la première fois depuis novembre 2008, les sept sous-secteurs ont tous enregistré une diminution de leurs ventes. Exprimées en dollars, ce sont les ventes du sous-secteur des véhicules automobiles et pièces et accessoires de véhicules automobiles qui ont le plus contribué au déclin. Si l'on exclut ce sous-secteur, les ventes du commerce de gros ont reculé de 14,2 %.

Exprimées en volume, les ventes du commerce gros ont aussi affiché une baisse mensuelle record; elles ont reculé de 21,5 % pour atteindre leur niveau le plus bas depuis septembre 2009.

Graphique 1  Graphique 1: Les ventes en gros diminuent en avril
Les ventes en gros diminuent en avril

Répercussions de la pandémie de COVID-19 en avril

Les répondants ont indiqué que la pandémie de COVID-19 a entraîné une baisse des ventes de l'ordre de 16,9 milliards de dollars en avril (données non désaisonnalisées), et les quatre cinquièmes (79,5 %) des grossistes ont déclaré avoir observé des répercussions sur leur entreprise.

En dollars, c'est le sous-secteur des véhicules automobiles et pièces et accessoires de véhicules automobiles qui a été le plus durement touché par la pandémie en avril; le sous-secteur a enregistré des baisses de l'ordre de 5,4 milliards de dollars (données non désaisonnalisées). De nombreuses entreprises du sous-secteur ont indiqué que la pandémie de COVID-19 avait donné lieu à l'arrêt des activités de fabrication, à la fermeture de concessionnaires, et à des perturbations liées à la demande des consommateurs.

Plus des neuf dixièmes (90,1 %) des grossistes du sous-secteur des articles personnels et ménagers ont déclaré que leur entreprise avait subi les contrecoups de la pandémie de COVID-19; il s'agit de la plus forte proportion parmi tous les sous-secteurs pour un deuxième mois consécutif. Selon les répondants de ce sous-secteur, la pandémie de COVID-19 a coûté 2,6 milliards de dollars (données non désaisonnalisées) en ventes perdues en avril. C'est l'industrie des textiles, des vêtements et des chaussures qui a affiché les plus fortes baisses, ses ventes ayant fléchi de 943 millions de dollars (données non désaisonnalisées). Selon les indications des répondants, le recul des ventes en volume est principalement attribuable à la fermeture des magasins de détail.

La baisse des ventes est principalement attribuable à l'industrie automobile

Puisque l'industrie automobile canadienne dépend grandement des importations de véhicules automobiles, les ventes du commerce de gros ont continué de subir en avril les effets de l'arrêt généralisé de l'activité des fabricants de véhicules automobiles à l'échelle mondiale, combiné à la baisse de la demande attribuable à la pandémie. Le sous-secteur des véhicules automobiles et pièces et accessoires de véhicules automobiles a enregistré un deuxième mois consécutif de baisse : ses ventes ont reculé de 64,7 % en avril pour s'établir à 3,3 milliards de dollars, éclipsant ainsi la baisse record de 21,7 % observée en mars. Alors que les trois industries du sous-secteur ont affiché des baisses en avril, celle des véhicules automobiles était à l'origine d'environ 90 % de la diminution, ses ventes ayant fléchi de 74,8 % pour se situer à 1,8 milliard de dollars. Il s'agit de leur plus faible niveau depuis mars 1993.

Les ventes du sous-secteur des articles personnels et ménagers ont fléchi pour une deuxième fois en trois mois; elles ont reculé de 21,5 % en avril pour s'établir à 7,7 milliards de dollars. Les six industries du sous-secteur ont enregistré une baisse de leurs ventes, mais l'industrie des produits et fournitures pharmaceutiques a affiché la plus forte diminution, ses ventes ayant fléchi de 22,9 % pour se situer à 4,5 milliards de dollars. Des baisses généralisées ont aussi été enregistrées dans le sous-secteur des matériaux et fournitures de construction, dont les ventes ont affiché une baisse record de 22,2 % et atteint leur plus bas niveau depuis juin 2013.

Sur une base désaisonnalisée, les sept sous-secteurs ont enregistré des ventes plus faibles en avril, mais sur une base non désaisonnalisée, certaines sous-industries ont affiché des hausses des ventes, dont les produits et plantes de pépinières, les boissons alcoolisées, et les cigarettes et produits du tabac, de même que quelques sous-industries liées à l'agriculture.

L'Ontario affiche les baisses les plus prononcées en avril

Les ventes du commerce de gros ont fléchi dans neuf provinces canadiennes. L'Ontario a affiché les plus fortes baisses des ventes, et la Saskatchewan est la seule province à avoir observé une croissance à ce chapitre.

En Ontario, les ventes ont fléchi de 30,2 % pour se situer à 23,0 milliards de dollars en avril, après avoir diminué de 4,2 % en mars. Tous les sous-secteurs dans cette province ont affiché des ventes plus faibles, mais la majeure partie de la baisse a été observée dans celui des véhicules automobiles et pièces et accessoires de véhicules automobiles, dont les ventes ont chuté de 85,7 % pour se situer à 930 millions de dollars. Si l'on exclut ce sous-secteur, les ventes ont reculé de 16,6 % à l'échelon provincial en avril.

Après avoir progressé de 6,8 % en mars, les ventes en Saskatchewan ont augmenté de 1,6 % en avril pour s'élever à 2,3 milliards de dollars, quatre des sept sous-secteurs y ayant affiché des hausses. C'est le sous-secteur des machines, du matériel et des fournitures qui a enregistré la plus forte croissance, ses ventes ayant progressé de 5,0 % pour se chiffrer à 653 millions de dollars. Une seule des industries de ce sous-secteur a affiché une augmentation des ventes, il s'agit de celle des machines et du matériel pour l'agriculture, l'entretien des pelouses et le jardinage.

Augmentation des stocks des grossistes

Les stocks des grossistes se sont accrus de 1,2 % en avril pour se chiffrer à 93,0 milliards de dollars. Cinq des sept sous-secteurs ont affiché des hausses des stocks et ceux-ci représentaient, ensemble, plus de la moitié des stocks totaux des grossistes.

Graphique 2  Graphique 2: Les stocks des grossistes augmentent en avril
Les stocks des grossistes augmentent en avril

Le sous-secteur des articles personnels et ménagers a enregistré la plus forte croissance en avril, ses stocks s'étant accrus de 6,9 % pour atteindre 17,0 milliards de dollars. Trois des six industries du sous-secteur ont enregistré une augmentation de leurs stocks, mais celle des produits et fournitures pharmaceutiques a affiché la plus forte croissance, ses stocks ayant augmenté de 15,0 % pour s'élever à 7,7 milliards de dollars. Par suite de la fermeture de la plupart des magasins de détail en raison de la pandémie, les grossistes de textiles, de vêtements et de chaussures ont vu leurs stocks augmenter, n'étant pas en mesure d'écouler leurs produits.

Après avoir augmenté pour atteindre 1,45 en mars, le ratio des stocks aux ventes a bondi en avril pour s'élever à 1,87; il s'agit du plus haut niveau jamais enregistré, tous les sous-secteurs ayant affiché des hausses. C'est le sous-secteur des véhicules automobiles et pièces et accessoires de véhicules automobiles qui a le plus contribué à la croissance, son ratio des stocks aux ventes s'étant fortement accru pour passer de 1,38 en mars à 3,83 en avril.

Regard vers l'avenir : répercussions de la pandémie de COVID-19 sur le commerce de gros en mai 2020

Statistique Canada maintient son engagement à fournir un portrait exact des répercussions sociales et économiques de la pandémie de COVID-19.

Comme il s'agit de la plus importante composante du secteur des services du Canada, le commerce de gros influe sur l'ensemble de l'économie, tout en étant un intermédiaire « invisible ».

Alors que le mois de mai représente le deuxième mois consécutif de confinement à grande échelle, on s'attend à ce que les répercussions sur les entreprises en mai soient moins prononcées que celles observées en avril.

L'industrie automobile a continué de faire face à des difficultés ce mois-ci, l'arrêt généralisé des activités de fabrication s'étant poursuivi, et la production n'ayant repris qu'à la fin mai ou qu'au début juin. En Ontario, les concessionnaires d'automobiles ont eu l'autorisation de rouvrir le 4 mai, mais ils doivent recevoir les clients sur rendez-vous uniquement, et les analystes du marché prévoient une autre diminution en mai, quoique beaucoup moins prononcée que la baisse record enregistrée en avril.

En outre, l'augmentation de l'emploi enregistrée en mai dans le secteur du commerce de gros et de détail — comme l'indiquent les données de l'Enquête sur la population active — et l'appréciation du dollar canadien semblent indiquer que l'économie canadienne pourrait avoir amorcé une lente reprise.

Analyse des répercussions de la pandémie de COVID-19 et perspectives pour 2020 : Indice des prix des services du commerce de gros

La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions significatives et continue d'avoir des répercussions sur de nombreuses industries canadiennes. Pour fournir aux utilisateurs de données des renseignements sur les mouvements des prix de certaines industries, Statistique Canada effectue une série d'analyses des répercussions de la pandémie de COVID-19.

Notre première diffusion de cette nouvelle série concerne l'industrie du commerce de gros.

Chaque analyse des répercussions se concentre sur la réponse d'une industrie spécifique pendant les récessions économiques passées et fournit les perspectives de la tendance de l'indice des prix pour l'année 2020. Dans le cadre de l'analyse, Statistique Canada publie des estimations projetées pour une série d'indices des prix. Ces estimations projetées seront révisées lorsque chaque indice des prix sera officiellement publié à l'avenir.

Les prochains communiqués prévus couvriront les perspectives d'évolution des prix dans deux secteurs des services de transport; le secteur des services de camionnage pour compte d'autrui et le secteur des services de messagerie et de messagers.

Le 23 juin, Statistique Canada animera un webinaire sur l'Impact de la COVID-19 sur l'industrie du commerce de gros : ventes et prix.

Ce webinaire fournira un tour d'horizon de la mesure des répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les activités des grossistes au Canada. Une mise en contexte permettant de mieux comprendre la valeur du commerce de gros au Canada précédera ce tour d'horizon.

Ce webinaire donnera aussi un aperçu de la réponse des grossistes en matière de prix durant les récessions économiques passées, indiqué au moyen de l'Indice de prix des services du commerce de gros, ainsi que la perspective de 2020 dans le contexte de la pandémie de COVID-19.





  Note aux lecteurs

À moins d'avis contraire, toutes les données qui figurent dans le présent communiqué sont désaisonnalisées et exprimées en dollars courants.

Une série désaisonnalisée est une série chronologique que l'on a modifiée afin d'éliminer l'influence des effets saisonniers et de calendrier dans le but de permettre des comparaisons plus utiles de la conjoncture économique sous-jacente d'une période à l'autre. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, veuillez consulter la page Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Les données de tendance-cycle font partie de certains graphiques pour complémenter les séries désaisonnalisées. Ces données représentent une version lissée d'une série chronologique désaisonnalisée et visent à fournir des renseignements sur les mouvements à plus long terme, y compris les variations de la direction qui sous-tend la série. Pour obtenir des renseignements sur les données de tendance-cycle, veuillez consulter la page Web intitulée Estimations de la tendance-cycle — Foire aux questions.

Les données désaisonnalisées et les estimations de la tendance-cycle peuvent faire l'objet de révisions lorsque de nouvelles observations deviennent accessibles. Ces révisions pourraient être importantes et pourraient même entraîner le renversement du mouvement, en particulier en ce qui concerne les mois de référence à la fin de la série et pendant des périodes de perturbations économiques.

Les ventes totales du commerce de gros exprimées en volume sont calculées en corrigeant les valeurs en dollars courants à l'aide d'indices de prix appropriés. La série de ventes en gros en dollars enchaînés (2012) représente un indice de volume en chaîne de Fisher dont l'année de référence est 2012. Pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet, veuillez consulter le document intitulé « Le volume des ventes en gros ».

L'Enquête mensuelle sur le commerce de gros porte sur toutes les industries du secteur du commerce de gros telles qu'elles sont définies dans le cadre du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN), à l'exception des grossistes-marchands de graines oléagineuses et de grains céréaliers (code 41112 du SCIAN), des grossistes-marchands de pétrole et de produits pétroliers (code 412 du SCIAN) et du commerce électronique de gros entre entreprises, et agents et courtiers (code 419 du SCIAN).

Tableaux de données en temps réel

Les tableaux de données en temps réel 20-10-0019-01, 20-10-0020-01 et 20-10-0005-01 seront mis à jour sous peu.

Prochaine diffusion

Les données de mai sur le commerce de gros seront diffusées le 17 juillet.

Produits

Le produit Enquête mensuelle sur le commerce de gros : Outil interactif (Numéro au catalogue71-607-X) est maintenant accessible en ligne. Ce produit est fondé sur les données publiées dans les tableaux de l'Enquête mensuelle sur le commerce de gros : 20-10-0074-01, 20-10-0076-01 et 20-10-0003-01.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec nous au 514-283-8300 ou composer sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca). Pour obtenir des renseignements analytiques ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, veuillez communiquer avec Marco Morin au (343-548-2753; marco.morin@canada.ca), Division de l'activité minière, de la fabrication et du commerce de gros.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :