Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Comparaison des données sur le commerce bilatéral de biens du Canada et des États-Unis, 2014, 2015 et 2016

Diffusion : 2018-02-06

En 2016, le Canada a déclaré avoir un excédent commercial de biens avec les États-Unis de 24,4 milliards de dollars américains), tandis que du point de vue des États-Unis, cet excédent a été de 16,3 milliards de dollars américains, ce qui représente un écart de 8,1 milliards de dollars américains. On pourrait s'attendre à ce que les statistiques sur le commerce bilatéral d'un pays reflètent celles de ses partenaires commerciaux. En pratique, c'est rarement le cas, car les pays utilisent des sources de données et des méthodes statistiques différentes. Ces facteurs peuvent entraîner des différences ou des « asymétries » lorsqu'on compare les statistiques commerciales bilatérales de deux pays, comme le Canada et les États-Unis.

Afin d'aider les utilisateurs de données à comprendre et à surveiller ces différences, Statistique Canada commencera à publier des tableaux comparatifs sur le commerce bilatéral de biens pour les principaux partenaires commerciaux, en commençant par les États-Unis. Ces tableaux seront publiés dans le Centre de statistiques du Canada et le monde en mars 2018 et seront mis à jour trimestriellement.

L'attribution du partenaire commercial est la principale source des différences entre les statistiques du Canada et celles des États-Unis sur le commerce de biens sur la base douanière

Il existe de nombreuses raisons qui expliquent les divergences dans les données douanières produites par le Canada et les États-Unis. Toutefois, l'application des normes internationales en matière d'enregistrement des importations et des exportations de biens constitue la principale source d'asymétrie, en particulier l'attribution du partenaire commercial.

Le Canada et les États-Unis suivent tous deux les normes internationales en ce qui concerne l'attribution du partenaire commercial. Les normes internationales recommandent que les importations soient attribuées au pays d'origine, par opposition au dernier pays d'où le bien a été expédié (c'est-à-dire le pays d'exportation). Les exportations totales (qui comprennent aussi les réexportations de biens produits dans un autre pays) sont attribuées au pays désigné de la dernière destination connue.

Les asymétries résultent de l'application de ces normes. La meilleure façon d'illustrer la situation est de donner un exemple. Supposons qu'une livraison d'ordinateurs portatifs de 50 millions de dollars américains soit exportée de la Chine vers le Canada. La Chine l'enregistre dans ses statistiques sur le commerce sur une base douanière comme une exportation nationale de 50 millions de dollars américains vers le Canada, et le Canada enregistre une importation de 50 millions de dollars américains du pays d'origine, la Chine. Un mois après avoir reçu la livraison d'ordinateurs portatifs de 50 millions de dollars américains, le Canada la réexporte vers les États-Unis. Les États-Unis enregistrent une importation de 50 millions de dollars américains en provenance de la Chine (puisque la Chine est le pays d'origine), même si le pays d'exportation est le Canada. Le Canada l'enregistre comme une réexportation vers les États-Unis et l'inclut dans la valeur de ses exportations totales à destination des États-Unis. Au bout du compte, le Canada déclare une exportation de 50 millions de dollars américains vers les États-Unis, et les États-Unis déclarent une importation de 50 millions de dollars américains en provenance de la Chine, ce qui entraîne une asymétrie de 50 millions de dollars américains. S'il s'agissait de la seule transaction enregistrée au cours du mois, le Canada afficherait un excédent commercial de 50 millions de dollars américains avec les États-Unis, tandis que les États-Unis afficheraient une balance commerciale de 0 $ avec le Canada.

Infographie 1  Vignette de l'infographie 1: Les exportations canadiennes de biens vers les États-Unis et les importations américaines de biens en provenance du Canada
Les exportations canadiennes de biens vers les États-Unis et les importations américaines de biens en provenance du Canada

Si l'on se penche sur les données de 2016 sur le commerce de biens sur une base douanière, le Canada a déclaré 297,6 milliards de dollars américains en exportations vers les États-Unis, ce qui représente 19,8 milliards de dollars américains de plus que les importations de 277,8 milliards de dollars américains déclarées par les États-Unis en provenance du Canada. Cette différence est en grande partie attribuable à l'attribution du partenaire commercial dans le cas des réexportations de biens d'origine étrangère du Canada vers les États-Unis.

La valeur des réexportations du Canada à destination des États-Unis s'est chiffrée à 30,6 milliards de dollars américains en 2016. Puisque les importations des États-Unis sont attribuées au pays d'origine des biens, ces réexportations en provenance du Canada ne sont pas incluses dans la valeur des importations américaines en provenance du Canada. De plus, la valeur des réexportations du Canada vers les États-Unis inclut des biens d'origine américaine qui sont retournés aux États-Unis, et dont la valeur s'est chiffrée à 14,3 milliards de dollars américains en 2016. Dans ce cas, les États-Unis n'attribuent pas les biens au pays d'origine, en l'occurrence les États-Unis, mais au pays d'exportation, le Canada. Ainsi, si l'on veut comparer les exportations du Canada vers les États-Unis avec les importations des États-Unis en provenance du Canada, il faut soustraire le montant restant de 16,3 milliards de dollars américains, qui correspond à la valeur des réexportations de biens d'origine étrangère du Canada vers les États-Unis, de la valeur des exportations totales du Canada vers les États-Unis (297,6 milliards de dollars américains), puisque les États-Unis enregistrent ces transactions comme des importations provenant d'autres pays. Cela fait passer la valeur des exportations du Canada à destination des États-Unis de 297,6 milliards de dollars américains à 281,3 milliards de dollars américains, ce qui a réduit l'asymétrie pour la faire passer de 19,8 milliards de dollars américains à 3,5 milliards de dollars américains. Ces ajustements sont illustrés dans le tableau 2.

La comptabilisation des importations américaines de biens d'origine canadienne provenant de pays autres que le Canada élargit cette asymétrie résiduelle. Puisque les États-Unis attribuent les importations sur une base douanière au pays d'origine, tout bien importé aux États-Unis d'origine canadienne est inclus dans la valeur des importations des États-Unis en provenance du Canada, quel que soit le pays d'exportation. Ces biens n'ont pas été exportés du Canada vers les États-Unis et ne sont donc pas inclus dans les exportations du Canada vers les États-Unis.

À titre d'exemple, une livraison de pièces automobiles de 50 millions de dollars américains est exportée du Canada vers le Mexique. Le Canada l'enregistre comme une exportation nationale vers le Mexique, et le Mexique l'enregistre comme une importation en provenance du Canada, le pays d'origine. Quelques mois plus tard, le Mexique réexporte cette livraison de pièces automobiles de 50 millions de dollars américains vers les États-Unis. Les États-Unis l'enregistrent comme une importation de 50 millions de dollars américains en provenance du pays d'origine, le Canada, même si le pays d'exportation est le Mexique. Sauf si la destination finale de l'envoi est modifiée dans les documents d'exportation du Canada, le Canada continue d'attribuer l'exportation au Mexique. Au bout du compte, le Canada enregistre une exportation de 50 millions de dollars américains à destination du Mexique, et les États-Unis enregistrent une importation de 50 millions de dollars américains en provenance du Canada. S'il s'agissait de la seule transaction enregistrée au cours du mois, le Canada afficherait une balance commerciale de 0 $ avec les États-Unis, tandis que les États-Unis afficheraient un déficit commercial de 50 millions de dollars américains avec le Canada.

L'attribution du partenaire commercial entraîne également des asymétries lorsque l'on considère le scénario inverse, les importations canadiennes en provenance des États-Unis et les exportations américaines vers le Canada. Dans ce cas, supposons qu'une livraison de téléphones cellulaires de 50 millions de dollars américains soit exportée de la Chine vers les États-Unis. La Chine l'enregistre dans ses statistiques sur le commerce sur une base douanière comme une exportation nationale vers les États-Unis. Cette livraison est enregistrée par les États-Unis comme une importation en provenance de la Chine. Si la même livraison de téléphones cellulaires est ensuite réexportée au Canada à partir des États-Unis, le Canada attribue cette importation au pays d'origine, la Chine, même si le pays d'exportation est les États-Unis. Les États-Unis enregistrent une réexportation vers le Canada et l'incluent dans la valeur de ses exportations totales à destination du Canada. Au bout du compte, le Canada déclare une importation de 50 millions de dollars américains en provenance de la Chine, et les États-Unis déclarent une exportation de 50 millions de dollars américains vers le Canada, ce qui entraîne une asymétrie de 50 millions de dollars. S'il s'agissait de la seule transaction enregistrée au cours du mois, le Canada afficherait une balance commerciale de 0 $ avec les États-Unis, tandis que les États-Unis afficheraient un excédent commercial de 50 millions de dollars américains avec le Canada.

Infographie 2  Vignette de l'infographie 2: Les importations canadiennes de biens en provenance des États-Unis et les exportations américaines de biens vers le Canada
Les importations canadiennes de biens en provenance des États-Unis et les exportations américaines de biens vers le Canada

Autres raisons expliquant les différences entre les statistiques du Canada et celles des États-Unis sur le commerce de biens sur la base douanière

Les autres facteurs qui contribuent à l'asymétrie des données du commerce des biens sur une base douanière au Canada et aux États-Unis sont les politiques de révision et l'évaluation du commerce. Pour ce qui est des politiques de révision, Statistique Canada et le US Census Bureau suivent des calendriers différents pour la publication des révisions aux statistiques sur le commerce. Parmi les facteurs qui peuvent influer sur ces révisions figurent la réception tardive des documents relatifs aux importations et aux exportations, les corrections appliquées aux formulaires de douanes présentés antérieurement, et le remplacement des estimations par les chiffres réels. Statistique Canada et le US Census Bureau révisent leurs données à une fréquence et à des moments distincts. Les plus récentes révisions aux données sur le commerce de biens établies sur une base douanière de 2016 par le US Census Bureau ont été publiées en juin 2017. En revanche, les révisions les plus récentes de Statistique Canada ont été publiées en février 2018. Par conséquent, les données sur le commerce des deux pays reflètent différentes versions des données, ce qui peut donner lieu à des divergences, puisque les données peuvent avoir été révisées d'une part, mais pas de l'autre.

De plus, le Canada et les États-Unis adoptent des méthodes d'évaluation différentes dans leurs statistiques de commerce. Les valeurs d'importation et d'exportation peuvent inclure ou exclure une partie des coûts associés à la livraison des biens. Par exemple, les valeurs déclarées peuvent inclure les frais engagés jusqu'au port de sortie dans un pays ou le port d'entrée dans un autre. Il en résulte que différentes valeurs sont déclarées pour le même envoi dans les exportations d'un pays par rapport aux importations d'un autre pays.

La valeur des importations américaines de biens en provenance du Canada est fondée sur le prix payable des biens importés aux États-Unis (la valeur douanière), qui n'inclut pas les frais d'expédition des biens, tels que les frais d'assurance et de transport. En revanche, la valeur des exportations du Canada inclut la part des frais engagés pour l'expédition des biens au point de sortie et le chargement à bord du transporteur au Canada. En raison de cette méthode d'évaluation du commerce, la valeur des exportations du Canada à destination des États-Unis est conceptuellement supérieure à la valeur des importations des États-Unis en provenance du Canada.

En ce qui a trait au flux commercial inverse, la valeur des importations du Canada en provenance des États-Unis inclut les frais engagés pour la livraison des biens jusqu'au transporteur au point de sortie des États-Unis, et pour le chargement des biens à bord du transporteur. La valeur des exportations des États-Unis inclut quant à elle les frais engagés pour la livraison des biens jusqu'au transporteur au point de sortie au Canada. Essentiellement, la différence dans ce cas est le coût du chargement des biens à bord du transporteur. Par conséquent, la valeur des importations du Canada est, d'un point de vue conceptuel, légèrement supérieure à la valeur des exportations des États-Unis. Cette différence ne peut toutefois être quantifiée, puisque ni le Canada ni les États-Unis ne déclarent les frais de transport séparément de la valeur douanière pour ce flux commercial.

Les différences dans les statistiques sur le commerce de biens sur la base de la balance des paiements résultent de l'attribution du partenaire commercial et des ajustements de la balance des paiements

Jusqu'ici, cette discussion s'est concentrée sur les données du commerce des biens sur une base douanière. Les statistiques sur une base douanière fournissent une mesure de la variation des stocks de ressource matérielle d'un pays qui résulte du mouvement physique des biens à travers la frontière. Les ajustements de la balance des paiements sont apportés aux données douanières afin de les aligner conceptuellement avec d'autres statistiques du compte macroéconomique, telles que le produit intérieur brut, sur la base des normes internationales. Ces données fournissent une mesure des transactions économiques de biens entre les résidents et les non-résidents du Canada résultant d'un changement de propriétés.

L'attribution du partenaire commercial constitue aussi un important facteur à l'origine des asymétries dans les données sur une base de la balance des paiements. À l'instar des données sur une base douanière, les importations des États-Unis sur une base de la balance des paiements sont attribuées au pays d'origine. Les exportations totales du Canada comprennent les réexportations de biens étrangers, ce qui comprend donc les livraisons qui ne sont pas incluses dans les importations américaines en provenance du Canada. Dans ce cas, l'asymétrie entre les données sur les importations américaines en provenance du Canada et les données sur les exportations canadiennes à destination des États-Unis est la même que celle obtenue relativement aux données sur une base douanière, comme l'illustrait l'exemple de la livraison d'ordinateurs portatifs mentionné précédemment. Dans les données sur une base de la balance des paiements, les importations américaines en provenance du Canada incluent les biens d'origine canadienne importés d'autres pays que le Canada, lesquels ont été attribués à d'autres pays de destination que les États-Unis dans les données sur les exportations canadiennes. Les exportations canadiennes incluent les réexportations de biens d'origine étrangère, lesquelles sont attribuées à d'autres pays d'origine dans les données sur les importations des États-Unis.

Les asymétries attribuables à l'attribution du partenaire commercial sont moins importantes dans le scénario inverse, les importations canadiennes en provenance des États-Unis et les exportations américaines vers le Canada. Contrairement aux importations sur une base douanière, les importations sur la base de la balance des paiements du Canada sont attribuées au pays d'exportation des biens plutôt qu'au pays d'origine. Comme il a été mentionné, les normes internationales stipulent que les données sur la balance des paiements mesurent le commerce résultant d'un changement de propriété, et le Canada et les États-Unis sont tous deux conformes à ces normes. Le Canada estime que le pays d'exportation reflète le dernier propriétaire des biens. Par conséquent, les importations canadiennes incluent tous les biens exportés des États-Unis vers le Canada, peu importe le pays d'origine de ces biens.

Pour illustrer cela, supposons qu'une livraison de téléphones cellulaires de 50 millions de dollars américains soit exportée de la Chine vers les États-Unis. Comme dans le cas des données sur une base douanière, la Chine l'enregistre comme une exportation nationale vers les États-Unis. Les États-Unis l'enregistrent comme une importation depuis la Chine. Si la même livraison de téléphones cellulaires est ensuite expédiée au Canada à partir des États-Unis, le Canada attribue cette importation au pays d'exportation, les États-Unis, même si le pays d'origine est la Chine. Les États-Unis l'enregistrent comme une réexportation vers le Canada et l'incluent dans la valeur de ses exportations totale vers le Canada. Dans ce cas, les statistiques sur le commerce du Canada et des États-Unis sont étroitement harmonisées, puisque le Canada déclare une importation de 50 millions de dollars américains des États-Unis, et les États-Unis déclarent une exportation de 50 millions de dollars américains à destination du Canada.

Bien que certains ajustements de la balance des paiements soient partagés entre les deux pays, ils sont largement compilés de manière indépendante à partir de différentes sources de données et pourraient entraîner des différences entre les importations déclarées d'un pays et les exportations déclarées de l'autre. Les ajustements de la balance des paiements qui peuvent entraîner des asymétries comprennent la définition du commerce (comme les réparations), l'évaluation et la résidence, et la période statistique.

Les différences dans les statistiques commerciales bilatérales sont courantes et il devient de plus en plus important de les comprendre en raison de la mondialisation croissante. Comme il a été mentionné, il existe un certain nombre de raisons conceptuelles aux différences dans les statistiques sur le commerce bilatéral de biens produits par le Canada et les États-Unis. La publication de tableaux comparatifs bilatéraux est une première étape visant à aider les utilisateurs de données à les comprendre et à les utiliser de manière appropriée.







  Note aux lecteurs

Définitions

Le pays d'origine des importations est le pays dans lequel le produit a été cultivé, extrait ou fabriqué.

Pour les importations, Statistique Canada enregistre également le pays d'exportation ou le lieu de livraison directe, qui est le pays d'où le produit a été expédié au Canada, et qui n'est pas nécessairement le pays d'origine du produit. Les importations selon la balance des paiements sont attribuées au pays d'exportation dans les statistiques du Canada.

Les exportations totales incluent les exportations nationales et les réexportations. Les exportations nationales comprennent les produits cultivés, extraits, pêchés ou fabriqués au Canada ainsi que les produits d'origine étrangère qui ont été transformés de façon importante au Canada. Les réexportations sont des exportations de biens d'origine étrangère qui n'ont pas été matériellement transformées dans le pays exportateur. Les réexportations du Canada vers les États-Unis comprennent les réexportations de marchandises d'origine étrangère ainsi que les marchandises américaines retournées aux États-Unis. Les États-Unis attribuent les importations de marchandises d'origine américaine — en d'autres termes, les marchandises d'origine américaine revenant aux États-Unis en provenance du Canada — au pays d'exportation Canada.

Conversion de devise

Toutes les valeurs sont en dollars américains, sauf indication contraire. Les données provenant du US Census Bureau et du Bureau of Economic Analysis ont été publiées en dollars américains. Afin d'aligner la devise, les données de Statistique Canada, sur la base douanière ainsi que sur la base de la balance des paiements, ont été converties en dollars américains en utilisant la moyenne annuelle du taux de change moyen mensuel de la Banque du Canada pour chaque année.

Révisions

Les données sur le commerce de marchandises sont généralement révisées de façon régulière, chaque mois de l'année en cours. Les révisions de l'année en cours se reflètent à la fois dans les données sur la base douanière et dans les données sur la base de la balance des paiements (BDP).

Les données sur la base douanière de l'année précédente sont révisées lors de la publication des données de janvier et de février et ensuite chaque trimestre. Les données sur la base douanière des deux années précédentes sont révisées annuellement et les révisions sont publiées en février, lors de la publication du mois de référence de décembre.

Les données sur la base de la BDP de l'année précédente sont révisées lors de la publication des données de janvier, de février, de mars et d'avril. Afin qu'elles soient alignées avec le Système canadien des comptes macroéconomiques, les révisions des données fondées sur la BDP des années précédentes sont publiées annuellement, en décembre, lors de la publication du mois de référence d'octobre.

Divers facteurs rendent ces révisions nécessaires, dont la réception tardive des documents relatifs aux importations et aux exportations, la présence de renseignements erronés dans les documents de douane, le remplacement des estimations calculées pour la section de l'énergie par les chiffres réels, la reclassification des marchandises à la lumière de renseignements plus récents et la correction des variations saisonnières.

Produits

La mise à jour du produit Centre de statistiques du Canada et le monde – États-Unis  (Numéro au catalogue13-609-X) est maintenant disponible à partir de la page d'accueil de notre site Web. Ce nouveau produit illustre la nature et l'importance des relations économiques et financières du Canada avec les États-Unis à l'aide de graphiques et de tableaux interactifs. Ce produit propose un accès facile à de l'information touchant le commerce, l'investissement, l'emploi et les voyages, y compris le commerce de marchandises selon les provinces canadiennes et les États américains.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (STATCAN.mediahotline-ligneinfomedias.STATCAN@canada.ca).

Date de modification :