Les crimes haineux déclarés par la police au Canada, 2011 : faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[Article intégral en HTML] [Article intégral en PDF]

  • En 2011, les services de police ont déclaré 1 332 affaires de crimes de haine au Canada, soit 5 % de moins qu’en 2010. Ainsi, le taux de crimes motivés par la haine a diminué, passant de 4,1 à 3,9 affaires pour 100 000 habitants.
  • En 2011, environ la moitié (52 %) des crimes haineux déclarés par la police étaient motivés par la race ou l’origine ethnique, 25 % étaient liés à la religion et 18 % à l’orientation sexuelle.
  • Le méfait était l’infraction la plus souvent déclarée parmi les crimes haineux déclarés par la police, représentant la moitié (50 %) de l’ensemble des crimes motivés par la haine. Dans l’ensemble, la plupart des crimes haineux comportaient des infractions sans violence.
  • La proportion de crimes haineux déclarés par la police comportant des infractions avec violence, notamment les voies de fait et les menaces a progressé, passant  de 34 % en 2010 à 39 % en 2011. Les crimes motivés par la haine de l’orientation sexuelle (65 %), ou de la race ou l’origine ethnique (41 %) étaient les plus susceptibles d’impliquer des infractions avec violence.
  • La plupart des crimes haineux déclarés par la police étaient concentrés dans les grandes villes. En effet les 10 plus grandes villes qui représentaient 51 % de la population canadienne, ont enregistré 64 % du total des crimes de haine. En 2011, les villes de Peterborough et de Hamilton ont enregistré les taux les plus élevés de crimes haineux déclarés par la police.
  • Les auteurs présumés de crimes motivés par la haine étaient principalement jeunes et de sexe masculin. Parmi les auteurs présumés de crimes haineux en 2011, 88 % étaient de sexe masculin et 60 % avaient moins de 25 ans.
Date de modification :