Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[Article intégral en HTML] [Article intégral en PDF]

  • En 2009, les services de police canadiens ont dénombré 1 473 crimes de haine, en hausse de 42 % par rapport à l'année précédente. Ces types d'incidents représentaient moins de 1 % de l'ensemble des crimes signalés à la police et un taux de cinq incidents pour 100 000 habitants.
  • L'augmentation du nombre de crimes motivés par la haine déclarés par la police en 2009 était principalement attribuable à la hausse du nombre d'incidents dans quatre des plus grandes régions métropolitaines de recensement au Canada : Ottawa (+83), Toronto (+79), Kitchener–Cambridge–Waterloo (+62) et Montréal (+61). Le nombre de crimes de haine dans une région donnée peut être influencé par la volonté des victimes de signaler les incidents à la police, ainsi que par les pratiques des services de police locaux et les campagnes de sensibilisation.

  • Bien que le nombre de crimes violents ait augmenté en 2009, l'augmentation du nombre d'affaires sans violence était encore plus considérable. Dans l'ensemble, le méfait était le type de crime de haine le plus courant, représentant plus de la moitié (54 %) des incidents. Les incidents motivés par l'orientation sexuelle étaient plus souvent violents, représentant environ les trois quarts (74 %) de ce genre d'incidents.

  • La race ou l'appartenance ethnique était le motif le plus courant des crimes motivés par la haine (54 %) en 2009, suivi de la religion (29 %) et de l'orientation sexuelle (13 %). Ces proportions sont demeurées relativement stables depuis 2006, année pour laquelle les données sur les crimes de haine déclarés par la police sont devenues disponibles à l'échelle presque nationale pour la première fois.

  • À 272 incidents, les Noirs étaient le groupe racial le plus souvent ciblé en 2009, représentant quatre incidents motivés par la haine déclarés par la police sur dix. Les crimes de haine contre les Arabes ou les Asiatiques occidentaux ont doublé, passant de 37 incidents en 2008 à 75 en 2009.

  • Sept crimes de haine sur dix motivés par la religion ont été commis à l'endroit de la religion juive en 2009. Les crimes de haine ciblant la religion juive ont augmenté de 71 % entre 2008 et 2009. Les crimes de haines ciblant la religion musulmane (Islam) ont également augmenté en 2009, en hausse de 38 %.

  • À la fois chez les victimes et les auteurs présumés d'un crime motivé par la haine, le taux a atteint un sommet chez les personnes de 12 à 17 ans et a généralement diminué avec l'âge. Ce résultat est semblable à ceux observés au cours des années précédentes.

Date de modification :