Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[an error occurred while processing this directive]85-002-x[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]

[Article intégral en HTML] [Article intégral en PDF]

  • La police a déclaré 611 homicides au Canada au cours de 2008, soit 17 de plus que l'année précédente. Le taux d'homicides a de ce fait augmenté de 2 %. Après avoir atteint un sommet au milieu des années 1970, le taux d'homicides a, de façon générale, reculé jusqu'en 1999 et est demeuré relativement stable depuis.
  • La hausse observée en 2008 était surtout attribuable à l'augmentation du nombre d'homicides en Alberta et en Colombie-Britannique, dont beaucoup étaient liés aux gangs. Le nombre d'homicides attribuables à des gangs — presque 1 homicide sur 4 au Canada dans l'ensemble — a continué de progresser cette année-là.
  • Les victimes d'homicide étaient aussi susceptibles d'être tuées à l'aide d'une arme à feu qu'à l'aide d'une arme pointue, chacune de ces méthodes ayant été à l'origine du tiers environ des homicides. Le taux d'homicides commis à l'aide d'une arme à feu a augmenté de 24 % depuis 2002, 5 % de cette hausse s'étant produite en 2008. Environ 6 homicides commis à l'aide d'une arme à feu sur 10 l'ont été au moyen d'une arme de poing en 2008.
  • En 2008, 24 % des victimes d'homicide étaient des femmes. Il s'agit de la plus faible proportion enregistrée depuis que des données sont recueillies et du plus faible taux de femmes assassinées depuis 1961.
  • Comme pour les années précédentes, les provinces de l'Ouest et les territoires ont affiché les taux d'homicides les plus élevés. Le Manitoba a déclaré le plus fort taux parmi les provinces; venaient ensuite l'Alberta, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique. Le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador et le Québec ont fait état des taux les plus faibles.
  • En ce qui concerne les 34 régions métropolitaines de recensement du Canada, les plus forts taux d'homicides ont été observés dans l'Ouest. Abbotsford–Mission a enregistré le taux le plus important, suivie de Winnipeg, Regina, Edmonton, Kelowna, Calgary et Vancouver.
  • En 2008, la police a déclaré 138 homicides attribuables à des gangs, soit 20 de plus qu'en 2007. Au total, plus de la moitié des homicides commis à l'aide d'une arme à feu en 2008 étaient liés aux gangs.
  • La plupart des victimes d'homicide connaissaient leur assassin. L'an dernier n'a pas fait exception, puisque 83 % des homicides résolus ont été commis par une personne que connaissait la victime. Il s'agissait le plus souvent d'une connaissance (41 %) ou d'un membre de la famille (33 %).
  • Le taux d'homicides entre conjoints a suivi une tendance générale à la baisse au cours des 30 dernières années. En 2008, comme en 2007, un peu moins de la moitié des homicides commis par des membres de la famille ont été perpétrés par un conjoint.
  • Le nombre de jeunes auteurs présumés d'homicide a atteint le sommet de 85 en 2006, puis il est passé à 74 en 2007 et à 55 en 2008.
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :