Coup d'œil sur la santé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Variations en matière d'espérance de vie à la naissance

par Lawson Greenberg et Claude Normandin

 

Faits saillants

  • Alors que le Canada se classe parmi les premiers pays du monde en matière d'espérance de vie, les estimations régionales révèlent d'importantes différences à l'intérieur du pays.
  • Les régions où l'espérance de vie est la plus faible affichent aussi certains des taux les plus élevés d'usage du tabac, d'obésité et de forte consommation d'alcool. Ces régions sont caractérisées par des taux de chômage de longue durée élevés, de faibles niveaux de scolarité, de petites populations d'immigrants et de relativement grandes populations d'Autochtones, et sont situées dans des régions rurales ou éloignées.
  • Plus le revenu du quartier est élevé, plus l'espérance de vie l'est également.
  • Au Canada, les femmes ont tendance à vivre en moyenne plus longtemps que les hommes. Cet écart existe depuis près d'un siècle et il varie dans les diverses régions du pays et selon le groupe de revenu.

Introduction
Le Canada figure parmi les pays les mieux classés au monde
Au Canada, l'espérance de vie s'est grandement améliorée au cours du dernier siècle
Un examen plus approfondi révèle des différences
Un revenu plus faible est associé à une espérance de vie plus courte
Résumé
Bibliographie
Annexe 1

Introduction

Puisque la durée de la vie est l'ultime résultat en matière de santé, l'espérance de vie à la naissance, c'est-à-dire le nombre d'années que devrait vivre une personne, est un critère d'usage très répandu pour explorer l'état de santé général d'une population.1 L'espérance de vie est également utile pour comparer divers groupes de personnes tant entre les pays qu'à l'intérieur de ceux-ci. L'observation d'écarts entre les espérances de vie de divers groupes permet d'attirer l'attention sur les populations particulièrement vulnérables. Toutefois, l'espérance de vie est une mesure de la durée plutôt que de la qualité de la vie, de sorte qu'elle ne représente pas forcément le nombre d'années vécues en bonne santé.2

Le présent article commence par une comparaison entre l'espérance de vie au Canada et celles de différents pays. Le reste de l'article est consacré à un examen de la situation au Canada, afin de souligner les changements d'espérance de vie au cours du temps, les écarts entre les régions, et les variations d'un groupe de revenu à l'autre. Les différences régionales sont présentées en parallèle avec les caractéristiques des régions, telles que la densité de population et l'éloignement, ainsi que les taux d'usage du tabac, de consommation d'alcool et d'obésité. Les écarts entre les hommes et les femmes sont souligneés tout au long de l'article.

Le Canada figure parmi les pays les mieux classés au monde

Au cours des 50 dernières années, le Canada s'est classé parmi les 10 premiers des 34 pays aujourd'hui membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en ce qui concerne l'espérance de vie à la naissance. En 2007, période la plus récente pour laquelle des données sont disponibles pour tous les pays membres de l'OCDE, le Canada occupait le neuvième rang et l'espérance de vie à la naissance était de 80,7 années pour les hommes et les femmes confondus (graphique 1). Il s'agissait de 1,9 année de moins qu'au Japon, le pays classé premier. Les hommes canadiens occupaient la huitième place, 1,2 année en dessous de leurs homologues suisses classés premiers, et les femmes canadiennes occupaient la neuvième place, à égalité avec les Suédoises, 3,0 années en dessous des Japonaises.3

La différence d'espérance de vie entre les hommes et les femmes varie selon le pays. Au Canada, les femmes ont une espérance de vie à la naissance plus longue de 4,7 années que celle des hommes. Parmi les 10 premiers pays membres de l'OCDE, la différence d'espérance de vie entre les hommes et les femmes la plus importante est celle observée pour la France (7,0 années) et la plus faible, celle observée pour l'Islande (3,5 années).3

Graphique 1 Espérance de vie à la naissance, 10 premiers pays membres de l'OCDE.Graphique 1
Espérance de vie à la naissance, 10 premiers pays membres de l'OCDE

Au Canada, l'espérance de vie s'est grandement améliorée au cours du dernier siècle

Au Canada, l'espérance de vie a augmenté considérablement depuis le début du 20e siècle. Chez les femmes, l'espérance de vie à la naissance est passée de 60,6 années en 1920-19224 à 83,0 années en 2005-2007, et chez les hommes, elle est passée de 58,8 années à 78,3 années durant la même période. Cela représente un accroissement de 22,4 années pour les femmes et de 19,5 années pour les hommes (graphique 2).

L'espérance de vie plus faible observée dans les décennies antérieures est partiellement attribuable à des taux élevés de mortalité infantile (environ 1 enfant sur 10 décédait durant sa première année de vie en 1921). En fait, étant donné ces niveaux élevés de mortalité infantile, l'espérance de vie à un an a été plus grande que l'espérance de vie à la naissance jusqu'en 1980-1982, période à partir de laquelle la diminution de la mortalité infantile a été suffisante pour que la tendance se renverse.4

Graphique 2 Espérance de vie à la naissance et à l'âge de 1 an, selon le sexe, Canada, 1920 1922 à 2005 2007.Graphique 2
Espérance de vie à la naissance et à l'âge de 1 an, selon le sexe, Canada, 1920 1922 à 2005 2007

La différence d'espérance de vie à la naissance entre les hommes et les femmes a évolué au fil du temps. Durant la période de 1920-1922, l'écart était de 1,8 année. Celui-ci s'est accru régulièrement jusqu'en 1975-1977 pour atteindre 7,4 années. Après cette période, l'écart a rétréci pour se fixer à 4,7 années en 2005-2007. La différence entre les hommes et les femmes est partiellement liée à des différences de mode de vie, comme des comportements plus à risque susceptibles d'entraîner des blessures ou le décès chez les hommes.5 L'accroissement de l'écart observé au début et au milieu du 20e siècle était partiellement attribuable à une réduction de la probabilité d'un décès maternel durant l'accouchement, tandis que le rétrécissement de cet écart observé par la suite était lié dans une certaine mesure à des améliorations de la santé cardiaque (les hommes sont généralement plus touchés par les problèmes cardiaques que les femmes).6

Un examen plus approfondi révèle des différences

L'espérance de vie à la naissance varie selon la région au Canada. En 2005-2007 parmi les provinces, la Colombie-Britannique affichait l'espérance de vie la plus longue (81,2 années) et Terre-Neuve-et-Labrador, la plus courte (78,3 années). L'écart entre les hommes et les femmes variait de 4,3 années en Ontario à 5,1 années à l'Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan. Dans les territoires, l'espérance de vie était plus faible (75,8 années) et l'écart entre les hommes et les femmes était plus grand (6,0 années).

Graphique 3 Espérance de vie à la naissance, provinces et territoires, 2005 2007.Graphique 3
Espérance de vie à la naissance, provinces et territoires, 2005 2007

L'examen de l'espérance de vie au niveau de la région sociosanitaire a révèlé de grands écarts, les chiffres variant d'un creux de 71,3 années à un sommet de 84,6 années : voir l'annexe 1 pour la liste des régions sociosanitaires et de l'espérance de vie correspondante. Dans les régions sociosanitaires où l'espérance de vie est la plus faible, les valeurs sont comparables à celles de pays tels que l'Iran (71,3 années), le Liban (72,0 années), la Pologne (75,6 années) et l'Albanie (76,5 années)7, ainsi qu'aux valeurs globales pour le Canada observées durant les années 1960.

Les écarts d'espérance de vie entre les hommes et les femmes varient considérablement selon la région sociosanitaire, allant de 3,2 années à 7,5 années. En général, l'écart est plus faible dans les régions où l'espérance de vie est élevée et plus grand dans celles où l'espérance de vie est plus faible.

Carte 1.   Espérance de vie à la naissance selon la région sociosanitaire, 2005 2007.Carte 1
Espérance de vie à la naissance selon la région sociosanitaire, 2005 2007

Alors que 23 des régions sociosanitaires du Canada affichent des valeurs d'espérance de vie significativement plus élevées que la moyenne nationale (les zones vertes sur la carte 1), variant de 81,0 à 84,6 années, elles représentent 51 % de la population. En revanche, les 79 régions dont les valeurs d'espérance de vie sont significativement plus faibles que la moyenne nationale (les zones orange sur la carte 1) représentent seulement 37 % de la population, mais on observe une forte variation entre les espérances de vie de ces régions (9,1 années).

Les régions sociosanitaires où l'espérance de vie est inférieure à la moyenne canadienne ont des caractéristiques communes. Elles ont tendance à présenter des taux plus élevés de chômage de longue durée, une proportion plus faible de diplômés du secondaire et de diplômés universitaires, de petites populations d'immigrants, de plus grandes populations d'Autochtones et elles sont situées dans des régions rurales ou éloignées.8 L'association entre ces caractéristiques et la faible espérance de vie a été décrite dans le cadre d'études antérieures.9, 10, 11

Les régions sociosanitaires où les espérances de vie sont les plus faibles ont aussi tendance à afficher les taux les plus élevés d'usage du tabac, d'obésité et de forte consommation d'alcool (graphique 4), facteurs qui sont tous associés à un mauvais état de santé. L'usage du tabac est un facteur de risque, entre autres, du cancer du poumon, de maladies du coeur et d'accident vasculaire cérébral.12 L'obésité a été associée à divers problèmes de santé chroniques, dont le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et l'hypertension.13 La forte consommation d'alcool — c'est-à-dire la consommation d'au moins cinq verres d'alcool en une seule occasion au moins une fois par mois — a été associée à de graves problèmes de santé, comme la cirrhose, les maladies du coeur et la dépression, ainsi qu'à des conséquences sociales, comme des accidents de circulation, une faible productivité et de la violence.14

Graphique 4 Espérance de vie à la naissance selon les taux d'usage du tabac, d'obésité et de forte consommation d'alcool, 2007.Graphique 4
Espérance de vie à la naissance selon les taux d'usage du tabac, d'obésité et de forte consommation d'alcool, 2007.

La mortalité infantile et les décès attribuables à des causes telles que le suicide et les blessures involontaires, qui sont fortement associés aux populations jeunes15, sont plus fréquents dans les régions où l'espérance de vie est faible. La prévalence d'autres causes de décès, dont les maladies respiratoires et le cancer du poumon, observée dans ces régions compte aussi parmi les plus élevées au pays.

Un revenu plus faible est associé à une espérance de vie plus courte

Des études antérieures ont établi qu'il existe une association entre le faible revenu et de moins bons résultats en matière de santé, comme des taux élevés de maladie et de mortalité.16, 17 En répartissant la population canadienne en cinq groupes égaux (quintiles) en fonction du revenu du quartier et en calculant l'espérance de vie pour chaque groupe, il est possible d'examiner la relation entre l'espérance de vie et le revenu (voir le graphique 5).

Graphique 5 Life ExpectaEspérance de vie à la naissance, selon le sexe, quintiles de revenu du quartier, 2005-2007.Graphique 5
Espérance de vie à la naissance, selon le sexe, quintiles de revenu du quartier, 2005-2007

L'espérance de vie est plus grande dans les quartiers ayant les revenus les plus élevés que dans ceux ayant les revenus les plus faibles (graphique 5). Bien que les femmes aient une plus grande espérance de vie que les hommes dans tous les groupes de revenu, l'écart diminue à mesure que le revenu augmente, passant de 6,1 années dans le groupe de revenu le plus faible à 3,7 années dans le groupe de revenu le plus élevé. En outre, le niveau de revenu semble avoir un effet plus prononcé chez les hommes que chez les femmes. En effet, l'écart d'espérance de vie entre les groupes de revenu le plus faible et le plus élevé est de 4,7 années chez les hommes, alors qu'il n'est que de 2,3 années chez les femmes.

Résumé

Au Canada, l'espérance de vie a augmenté considérablement au cours du dernier siècle et le pays se classe systématiquement parmi les premiers pays au monde en ce qui concerne l'espérance de vie. Toutefois, si l'on examine les variations de l'espérance de vie à l'intérieur du Canada, on constate des écarts appréciables.

L'espérance de vie a tendance à être plus faible dans les régions où les taux d'usage du tabac, de forte consommation d'alcool et d'obésité sont relativement élevés. Ces régions ont également des taux plus élevés de chômage de longue durée, moins de diplômés du secondaire et de diplômés universitaires, ainsi qu'une population autochtone relativement grande et sont généralement rurales et éloignées.

L'espérance de vie des hommes est plus faible que celle des femmes et cet écart existe à des degrés variables depuis près d'un siècle. L'écart entre les hommes et les femmes est présent dans les diverses régions du pays et est le plus marqué chez les groupes à faible revenu.

Bibliographie

  1. Tobias, Martin et Jit Cheung. 2003. « Monitoring Health inequalities: life expectancy and small area deprivation in New Zealand »Population Health Metrics, vol. 1, no 2, p. 1 à 11.
  2. Gilmour, Heather et Pamela Ramage-Morin. 2010. Gens en santé, milieux sains produit 82-229-XWF au catalogue de Statistique Canada. (site consulté le 20 décembre 2010).
  3. Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 2010. Life expectancy at birth and at various ages. Éco-Santé OCDE 2010, dernière mise à jour le 19 octobre 2010. (site consulté le 7 décembre 2010).
  4. Nagunar, Dhruva. 1986. Longévité et tables de mortalité chronologiques (Abrégées) 1921-1981: Canada et Provinces, produit 89-506-XPB au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario, 215 p.
  5. Phillips, Susan P. 2006. « Risky business: explaining the gender gap in longevity »Journal of Men's Health and Gender, vol. 3, 1, p. 43 à 46.
  6. Cutler, David M. et Ellen Meara. 2001. « Changes in the age distribution of mortality over the 20th century »NBER Working Paper Series, document de travail 8556, Cambridge, États-Unis, 23 p.
  7. Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales, Division de la population. 2009. World Population Prospects: The 2008 Revision. (site consulté le 7 décembre 2010).
  8. Statistique Canada. Tableau 109-0300. Profil d'indicateurs du recensement, Canada, provinces, territoires, régions sociosanitaires (limites de décembre 2007) et groupes de régions homologues, aux 5 ans (tableau). CANSIM (base de données), Version mise à jour le 7 avril 2010. (site consulté le 7 décembre 2010).
  9. Tjepkema, Michael, Russell Wilkins, Sacha Senécal, Éric Guimond et Christopher Penney. 2009. « La mortalité chez les Métis et les Indiens inscrits adultes au Canada : étude de suivi sur 11 ans », Rapports sur la santévol. 20, 4, produit 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario, p. 31 à 51. (site consulté le 30 décembre 2010).
  10. Wilkins, Russell, Sharanjit Uppal, Phillipe Finès, Sacha Senécal, Éric Guimond et Rene Dion. 2008. « Espérance de vie dans les régions où vivent les Inuits au Canada, 1989 à 2003 », Rapports sur la santé, vol. 19, 1, produit 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario, p. 7 à 19. (site consulté le 30 décembre 2010).
  11. Gilmore, Jason et Brenda Wannell. 1999. « Espérance de vie », Rapports sur la santé, vol. 11, 3, produit 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario, p. 9 à 22. (site consulté le 7 décembre 2010).
  12. U.S. Department of Health and Human Services. 2004. The Health Consequences of Smoking: A Report of the Surgeon General. Atlanta, GA, Centers for Disease Control and Prevention, National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion, Office of Smoking and Health, 920 p.
  13. Tjepkema, Michael. 2006. « Obésité chez les adultes », Rapports sur la santé, vol. 17, 3, produit 82-003-X au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario, p. 9 à 25. (site consulté le 14 décembre 2010).
  14. Organisation mondiale de la santé (OMS). 2004. Global Status Report on Alcohol 2004. OMS, Genève, Suisse, 88 p.
  15. Statistique Canada. 2010. Les principales causes de décès au Canada, 2007, produit 84-215-X au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario. (site consulté le 4 février 2011).
  16. Organisation mondiale de la santé (OMS). 2008. Closing the gap in a generation: health equity through action on the social determinants of health. Final report of the Commission on Social Determinants of Health. Organisation mondiale de la santé, Genève, Suisse, 256 p.
  17. Wilkins, Russell, Jean-Marie Berthelot et Edward Ng. 2002. « Tendances de la mortalité selon le revenu du quartier dans les régions urbaines du Canada » Rapports sur la santé : supplément,vol. 13, produit 82-003-SIE au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, Ontario, p. 45 à 71. (site consulté le 7 décembre 2010).

Annexe

Annexe 1 Espérance de vie à la naissance selon la région sociosanitaire, 2005–2007Annexe 1
Espérance de vie à la naissance selon la région sociosanitaire, 2005 à 2007

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :