Rapports sur la santé

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Février 2024

Précarité de l’emploi, caractéristiques de l’emploi et état de santé des travailleurs des établissements de soins de longue durée et des résidences pour personnes âgées au Canada pendant la pandémie de COVID-19

par Valentina Antonipillai, Edward Ng, Andrea Baumann, Mary Crea-Arsenio et Dafna Kohen

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence plusieurs problèmes dans les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées au Canada, aussi appelé le secteur des soins en établissement, qui fournissent des services d’hébergement et de soins principalement aux personnes âgées. Lors de la première vague de la pandémie, les résidents des établissements de soins de longue durée et des résidences pour personnes âgées partout au pays ont représenté plus de 80 % de tous les décès liés à la COVID-19. De nombreuses éclosions dans les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées ont donné lieu à une transmission à grande échelle de la COVID-19 tant parmi les résidents que parmi les travailleurs de la santé. La plupart des services de soins directs offerts aux résidents des établissements de soins de longue durée et des résidences pour personnes âgées sont fournis par deux groupes composés de nombreuses femmes immigrantes racisées : les préposés aux services de soutien à la personne (PSSP) (note 1) qui sont dirigés par des infirmiers/infirmières et les infirmiers/infirmières eux-mêmes. Au cours des 30 prochaines années, les niveaux de dotation en PSSP au Canada doivent augmenter de plus de 200 000 travailleurs pour maintenir le niveau de soins actuel dans les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées. Cependant, même avant la pandémie, le secteur a connu une baisse des taux d’inscription des infirmiers/infirmières, un taux de roulement élevé parmi les PSSP et de graves pénuries de personnel. Ces tendances se sont aggravées au cours de la pandémie, les difficultés liées au maintien en poste du personnel ayant suscité une attention considérable de la part des médias. La disponibilité limitée des services de soutien organisationnels, les faibles salaires et l’accès limité aux avantages sociaux, allant de pair avec les niveaux élevés de manque de personnel et la surpopulation de résidents dans les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées ont fait en sorte que de nombreux travailleurs se sont retrouvés exposés à des conditions de travail précaires. L’emploi précaire fait référence à un emploi dans lequel les employés sont exposés à des niveaux élevés d’insécurité et d’instabilité, caractérisés par un faible revenu, des avantages sociaux réduits, des droits en milieu de travail et des protections sociales qui sont restreints, et des emplois qui sont temporaires, occasionnels, sur appel, ou contractuel, lorsque l’employé préfère travailler à temps plein. L’emploi précaire est souvent le lot des travailleurs immigrants et non réglementés, comme les PSSP, dans le secteur des soins en établissement au Canada.

Article complet Version PDF

Autres articles

Précarité de l’emploi, caractéristiques de l’emploi et état de santé des travailleurs des établissements de soins de longue durée et des résidences pour personnes âgées au Canada pendant la pandémie de COVID-19

  • Ng, E., Pottie, K. et Spitzer, D. 2011. « Connaissance des langues officielles et état de santé autodéclaré des immigrants au Canada ». Rapports sur la santé, vol. 22 no 4.

Besoins déclarés en services de santé buccodentaire et accès à ces services durant la pandémie de COVID-19 au Canada

par Kellie Murphy, Didier Garriguet et Michelle Rotermann

La pandémie de COVID-19 a perturbé la vie quotidienne de la population de multiples façons, y compris par la fermeture temporaire des écoles et de certaines entreprises. Elle a aussi eu une incidence sur l’accès à de nombreux types de soins de santé. Pour les soins buccodentaires, il s’agissait généralement de la suspension des traitements de routine et préventifs, car les visites pour les services d’hygiène dentaire étaient considérées comme présentant un risque élevé de transmission du virus en raison du recours à des interventions générant des aérosols et de la proximité entre les dentistes ou les hygiénistes et les patients. Par conséquent, les services de soins dentaires offerts se sont initialement limités aux services d’urgence pour le maintien de la fonction buccale du patient ou le soulagement d’une douleur grave. Au fil du temps, les restrictions en matière de santé publique ont été assouplies et les services ont repris à mesure que les cabinets dentaires se sont adéquatement munis de protections physiques et de purificateurs d’air et dotés d’équipement de protection individuelle.

Article complet Version PDF
Autres articles

Besoins déclarés en services de santé buccodentaire et accès à ces services durant la pandémie de COVID-19 au Canada

Date de modification :