Rapports sur la santé

Une revue à comité de lecture canadienne consacrée à la recherche sur la santé des populations et les services de santé

Octobre 2023

Répercussions durables de la pandémie de COVID-19 sur l’activité physique et le temps passé devant un écran chez les jeunes canadiens

par Rachel C. Colley et Travis J. Saunders

Les confinements et les fermetures imposés par la pandémie de COVID-19 ont changé les habitudes des Canadiens en matière d’activité physique et de temps passé devant un écran. Une analyse antérieure a montré que l’activité physique a diminué de 14 points de pourcentage chez les jeunes canadiens de l’automne 2018 à l’automne 2020. D’autres enquêtes visant les enfants et les jeunes canadiens ont aussi indiqué une baisse de l’activité physique et une hausse du temps passé devant un écran pendant la première année de la pandémie. Ces constatations sont alarmantes, surtout étant donné que seulement une minorité de jeunes canadiens respectaient les recommandations en matière de temps passé devant un écran et d’activité physique avant la pandémie. Les taux étaient généralement plus élevés chez les garçons. Ces résultats sont importants, car l’activité physique est un déterminant clé de la santé. Pendant la pandémie, les jeunes qui ont consacré plus de temps à l’activité physique et au sommeil tout en réduisant le temps passé devant un écran présentaient des scores de dépression inférieurs, moins de dysrégulation émotionnelle grave ainsi qu’un meilleur bien-être subjectif. La pandémie peut avoir eu plus d’effets sur certains jeunes, comme le témoigne un récent rapport qui révèle que 10 % des filles de 6 à 12 ans n’ont pas recommencé les sports depuis le début de la pandémie, et 1 fille sur 3 âgée de 13 à 18 ans qui pratique actuellement des sports n’est pas certaine si elle va poursuivre ses activités sportives. On ne sait pas si le recul initial de l’activité physique observé en 2020 s’est poursuivi, s’est stabilisé ou s’est renversé en 2021 et au début de 2022.

Article complet Version PDF

Autres articles

Répercussions durables de la pandémie de COVID-19 sur l’activité physique et le temps passé devant un écran chez les jeunes canadiens

  • Colley, R. C. et J. Watt. 2022. « Les répercussions inégales de la pandémie de COVID-19 sur les habitudes d’activité physique des Canadiens ». Rapports sur la santé, vol. 33 no 5, DOI : https://www.doi.org/10.25318/82-003-x202200500003-fra
  • Colley, R. C., Carson, V., Garriguet, D., Janssen, I., Roberts, K. C. et M. S. Tremblay. 2017. « Activité physique des enfants et des jeunes au Canada, 2007 à 2015 ». Rapports sur la santé, vol. 28 no 10.
  • Colley, R. C., Garriguet, D., Janssen, I., Craig, C. L., Clarke, J. et M. S. Tremblay. 2011. « Activité physique des enfants et des jeunes au Canada : résultats d’accélérométrie de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2007-2009 ». Rapports sur la santé, vol. 22 no 1.
  • Colley, R. C., Carson, V., Garriguet, D., Janssen, I., Roberts, K. C. et M. S. Tremblay. 2017. « Activité physique des enfants et des jeunes au Canada, 2007 à 2015 ». Rapports sur la santé, vol. 28 no 10.

Répercussions durables de la pandémie de COVID-19 sur l’activité physique et le temps passé devant un écran chez les adultes canadiens

par Rachel C. Colley et Travis J. Saunders

Les mesures de confinement et les fermetures imposées dans le contexte de la pandémie de COVID-19 ont réduit le nombre d’occasions où il était possible de participer à de nombreuses formes d’activités sportives et récréatives structurées. De plus, les décrets ordonnant de rester à domicile se sont traduits par une transition vers le télétravail et une utilisation accrue des écrans. Les sources de données suivant les comportements influant sur la santé avant et pendant la pandémie de COVID-19 sont peu nombreuses. Selon une analyse antérieure, au Canada, l’activité physique a diminué chez les jeunes entre l’automne 2018 et l’automne 2020, alors qu’elle est restée stable chez les adultes et a légèrement augmenté chez les adultes plus âgés. Une étude fondée sur les données de la Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes (SEPC) a révélé que l’activité physique pratiquée à l’extérieur a augmenté sur trois points dans le temps, du 29 mars 2020 au 26 juillet 2020, chez les adultes de 25 ans et plus. Une autre enquête portant sur les données de la SEPC a révélé que 60 % des adultes de 25 ans et plus ont déclaré une augmentation de leur temps passé devant un écran, une constatation qui concorde avec celle d’une petite étude réalisée auprès de femmes canadiennes, qui a fait état d’une augmentation du temps de loisir passé devant un écran pendant les années 2020 et 2021 de la pandémie. Une étude américaine, qui comparait l’activité physique et la sédentarité entre l’automne 2019 et l’automne 2020, a montré une stabilité similaire dans ces comportements chez les adultes américains. Il a été déterminé que, pendant les années 2020 et 2021 de la pandémie, les adultes au Canada4 et aux États-Unis qui avaient des enfants à la maison étaient plus susceptibles de réduire leur activité physique et d’accroître le temps qu’ils passaient devant un écran.

Article complet Version PDF
Autres articles

Répercussions durables de la pandémie de COVID-19 sur l’activité physique et le temps passé devant un écran chez les adultes canadiens

Date de modification :