Rapports sur la santé
Profil de données : la Biobanque de Statistique Canada

par Natalie Cross, Janine Clarke, Carol Perez-Iratxeta et Audra Nagasawa

Date de diffusion : le 16 novembre 2022

DOI: https://www.doi.org/10.25318/82-003-x202201100003-fra

Résumé

Introduction

La Biobanque de Statistique Canada est une précieuse source de renseignements sur la santé représentatifs de la population nationale. Elle comprend des échantillons biologiques recueillis dans le cadre de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) et de l’Enquête canadienne sur la santé et les anticorps contre la COVID-19 (ECSAC). Ces deux enquêtes sont volontaires et visent à recueillir diverses données importantes sur la santé auprès de Canadiens afin d’établir des estimations représentatives aux échelles provinciale et nationale. Ces renseignements sont recueillis au moyen de questionnaires, de mesures physiques et de prélèvements d’échantillons par les participants eux-mêmes. Les échantillons biologiques prélevés dans le cadre de l’ECMS et de l’ECSAC par des participants consentants incluent le sang total, le plasma, le sérum, l’urine, les échantillons d’ADN et les échantillons de gouttes de sang séché. Ces échantillons sont entreposés dans le cadre de la Biobanque aux fins de recherches en santé à l’avenir. Les chercheurs canadiens peuvent s’inscrire au programme de la Biobanque pour utiliser cette source d’échantillons biologiques représentative de la population nationale. Les résultats obtenus par leurs recherches peuvent aussi être combinés à un vaste bassin de renseignements sur la santé et les modes de vie recueillis dans le cadre de l’ECMS et de l’ECSAC. La Biobanque de Statistique Canada est ainsi une riche source de renseignements sur la santé qui peut combler les écarts en matière de données sur les problèmes de santé qui sont importants pour les Canadiens. Ce profil de ressources de données fourni un aperçu de la Biobanque de Statistique Canada afin de renseigner les chercheurs et les utilisateurs de données au sujet du programme et de la façon dont il pourrait être utilisé comme ressource pour l’avancement de la recherche en matière de santé.

Mots clés

Biobanque, échantillons biologiques, Canada, mesures de la santé

Auteurs

Natalie Cross, Janine Clarke, Carol Perez-Iratxeta et Audra Nagasawa (audra.nagasawa@statcan.gc.ca) travaillent au Centre de données sur la santé de la population de Statistique Canada.

Introduction

La Biobanque de Statistique Canada est une précieuse source de renseignements sur la santé représentatifs de la population nationale, mais elle est sous-utilisée. Cette biobanque a pour but d’accélérer les projets de recherche à l’avenir et de créer des possibilités de suivi de la santé sur un échantillon représentatif de la population canadienne.

La Biobanque offre de nombreux avantages clés. Entre autres, elle offre un modèle rentable qui permet d’effectuer des recherches en santé plus rapidement, car des échantillons sont déjà disponibles aux fins d’analyse et n’ont pas besoin d’être recueillis auprès d’autres groupes de participants. Enfin, la Biobanque sert de ressource précieuse qui peut aider les Canadiens à tirer profit des progrès réalisés dans les domaines de la science et de la médecine.

Ce profil de ressources de données a pour but de fournir les détails de cet outil précieux au milieu universitaire afin que plus de chercheurs puissent l’utiliser dans le cadre de leurs projets.

Contexte – Enquête canadienne sur les mesures de la santé

L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) est une enquête continue à participation volontaire qui collecte des données depuis 2007. Cette enquête peut être menée en anglais ou en français. Toutefois, les participants qui ne peuvent pas communiquer dans l’une ou l’autre de ces langues officielles peuvent demander les services d’un interprète pour répondre à l’enquête dans la langue de leur choix. Chaque cycle de collecte de l’ECMS dure environ deux ans, ce qui donne suffisamment de temps pour la collecte des données d’enquête aux 16 différents établissements dans cinq régions canadiennes (les provinces de l’Atlantique, Québec, l’Ontario, les provinces des Prairies et la Colombie-Britannique). Les établissements sont sélectionnés au hasard en fonction du cadre d’échantillonnage décrit dans la page Web de la Base de métadonnées intégrée (BMDI)Note 1. L’ECMS a été conçue pour produire des données nationales de base pour l’évaluation et le suivi des problèmes de santé des Canadiens suscitant de vives inquiétudes. L’ECMS recueille des données sur la santé et les habitudes de vie des Canadiens qui habitent dans les dix provinces. Certaines exclusions s’appliquent; elles sont décrites dans la section « Description des ressources de données » ci-dessous. Le cycle 1 de l’ECMS a recueilli des données sur les Canadiens âgés de 6 à 79 ans, les cycles 2 à 6 ont recueilli des données sur les Canadiens âgés de 3 à 79 ans, et le cycle 7 permettra de recueillir des données sur les Canadiens âgés de 1 à 79 ans. Certains des sujets abordés dans cette enquête incluent les activités physiques, la composition corporelle, la pression artérielle, la densité osseuse, la vision, ainsi que les contaminants de l’environnement dans le sang, l’urine et les cheveux.

Les données de l’ECMS sont recueillies en deux volets. Le premier volet est une enquête-ménage, et le deuxième volet comprend une visite à un centre d’examen mobile (CEM). Les deux composantes de l’enquête recueillent des renseignements complémentaires, dans l’objectif d’améliorer les programmes et les services de santé au Canada. Puisque les données sont recueillies en vertu de la Loi sur la statistique, les renseignements des participants doivent demeurer strictement confidentiels. Pour obtenir plus de détails sur ce qui est recueilli par l’ECMS, consultez le site Web https://www.statcan.gc.ca/fr/enquete/menages/5071/fichedinformation.

Contexte – Enquête canadienne sur la santé et les anticorps contre la COVID-19

En réponse à la pandémie de COVID-19, l’Enquête canadienne sur la santé et les anticorps contre la COVID-19 (ECSAC) a été mise en place et recueille des données depuis novembre 2020. Tout comme l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé, l’ECSAC est disponible dans les deux langues officielles. L’ECSAC est une enquête à participation volontaire qui vise à accroître ce qui est connu au sujet du SARS-CoV-2, y compris ses répercussions sur la santé des Canadiens. La population cible de l’ECSAC dans la première période de référence (novembre 2020 à avril 2021) était des personnes âgées de 1 an et plus habitant dans les dix provinces et les trois territoires. Pour la deuxième période de référence (avril à août 2022), l’ECSAC portait sur les personnes âgées de 18 ans et plus habitant dans les dix provinces. Certaines exclusions de la population visée sont décrites dans la section « Description des ressources de données » ci-dessous. Plus de renseignements sur la méthode d’échantillonnage se trouvent à la page Web de la Base de métadonnées intégrée (BDIM) de l’ECSACNote 20.

Tout comme l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé, les données de l’ECSAC sont recueillies en deux volets. Le premier volet de l’enquête inclut un questionnaire électronique portant sur l’état de santé général du participant et sur son exposition au SARS-CoV-2. Il faut environ 20 minutes pour répondre au questionnaire. Le questionnaire doit être rempli en premier, car un consentement écrit est requis pour effectuer le deuxième volet de l’enquête. Le deuxième volet de l’enquête comprend deux tests auto-administrés pour déterminer la présence d’anticorps conte la COVID-19 et d’infections actives à la COVID-19 : un échantillon de gouttes de sang séché prélevé par le participant et un test de salive PCR (réaction en chaîne de la polymérase). Puisque les données de l’ECSAC sont recueillies en vertu de la Loi sur la statistique, l’information sur les répondants demeure strictement confidentielle.

Contexte – Biobanque de Statistique Canada

La Biobanque fait partie intégrale de l’ECMS et de l’ECSAC. Elle comprend des échantillons de sang total, de plasma, de sérum, d’urine, d’ADN et de gouttes de sang séché prélevés auprès de participants consentants. Ces échantillons sont entreposés au Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada à Winnipeg, au Manitoba. Les échantillons biologiques entreposés peuvent être utilisés dans le cadre de futures études sur la santé menées par des chercheurs canadiens universitaires et gouvernementaux, permettant ainsi de compléter les renseignements déjà recueillis dans le cadre de ces enquêtes et d’en obtenir d’autres. Le projet de la Biobanque pourrait aussi être combiné au contenu de l’enquête, améliorant davantage la richesse des données recueillies dans l’ECMS et l’ECSAC. L’un des aspects les plus précieux de la Biobanque est son bassin rentable d’échantillons biologiques représentatifs de la population canadienne. Les projets de recherche en cours et antérieurs de la Biobanque sont décrits au tableau 1. Des descriptions des projets de la Biobanque se trouvent aussi à la page Web https://www.statcan.gc.ca/fr/microdonnee/biobanque/projets.


Tableau 1
Résumé des projets de la Biobanque achevés et continus de Statistique Canada 
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Résumé des projets de la Biobanque achevés et continus de Statistique Canada . Les données sont présentées selon Titre du projet (titres de rangée) et Cycle(s), Matrice et Description du projet(figurant comme en-tête de colonne).
Titre du projet Cycle(s) Matrice Description du projet
Amélioration de la prestation des services de soins de santé respiratoire à l’aide d’une approche métabolomique 1, 2 Urine Appliquer des approches métabolomiques pour distinguer l’asthme d’autres maladies produisant des respirations sifflantes chez les enfants d’âge préscolaire, et l’asthme de l’obstruction chronique du poumon chez les adultes. En fin de compte, cela aidera à établir un test de diagnostic d’urine pour améliorer l’efficacité du diagnostic.
Analyser des substances potentiellement interférentes dans le sérum humain lors du test LIAISON 25OHD
4 Sérum Mener une enquête sur l’interférence du cholestérol sur la mesure des concentrations de vitamine D, puis utiliser les résultats de cette enquête pour normaliser les estimations des niveaux de vitamine D obtenues dans le cadre du cycle 4 de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé.
Mesure de l’immunité des Canadiens à la rougeole et à la varicelle, ainsi que l’évaluation des risques d’épidémie (iCARE) 2, 3 Sérum Examiner le degré d’immunité de la population à la rougeole et à la varicelle, soit deux maladies évitables par la vaccination au Canada.
Modificateurs génétiques de la concentration d’acide folique, de vitamine B12 et d’homocystéine dans une étude transversale de la population canadienne
1 ADN Découvrir les associations entre un certain nombre de variantes génétiques qui sont courantes dans la population canadienne et la concentration d’acide folique et de vitamine B12.
Biosurveillance de substances chimiques environnementales dans la Biobanque de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé 3, 4, 5, 6 Urine et sérum Mesurer la concentration de substances chimiques environnementales de haute priorité et de leurs produits métaboliques dans le sang et l’urine des participants ayant fourni des échantillons à la Biobanque de Statistique Canada.
Données de biosurveillance canadiennes, intervalles de référence et liens avec les effets sur la santé des métaux et des éléments traces prioritaires afin d’orienter l’évaluation des risques dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques
2 Sang Produire des données de biosurveillance, examiner les liens avec les résultats en matière de santé et établir des intervalles de référence pour orienter l’évaluation des risques concernant les métaux et les éléments traces jugés prioritaires.
Établissement d’intervalles de référence pour les acides gras à partir des données de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé 1, 2 Plasma Déterminer les intervalles de référence (valeurs normales) des concentrations plasmatiques d’acides gras chez les Canadiens pour fournir une interprétation clinique pertinente des résultats des tests faits en laboratoire. L’étude permettra également d’établir des niveaux cibles sains d’acides gras et de déterminer si certaines concentrations sont associées à une déficience ou à des risques accrus de maladie chronique.
Évaluation des tests de dépistage pour la COVID-19 causée par le SRAS-CoV-2 1, 5 Sérum, sang total, plasma et urine Évaluer de multiples analyses de sang disponibles commercialement qui détectent des anticorps chez les patients qui ont été exposés au CoV-2 du SRAS, et évaluer les tests de capture d’antigènes circulants afin de les ajouter au répertoire des tests de diagnostic disponibles pour la COVID-19. Les échantillons de la Biobanque de Statistique Canada fourniront une source d’échantillons prélevés avant l’éclosion.
Estimation de la prévalence des infections au VHC et au VHB dans la population générale au Canada
5, 6 Sérum Estimer l’étendue des infections au virus de l’hépatite C et au virus de l’hépatite B dans la population canadienne.
Génotypage pangénomique de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé 2-5 ADN Faire le génotypage des échantillons d’ADN des participants consentants de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé. La deuxième partie de cette enquête est une étude d’association à l’échelle du génome afin d’identifier les déterminants génétiques des niveaux de produits toxiques environnementaux.
Génération d’intervalles de référence pour les analytes biomarqueurs neurologiques dans le plasma 5 Plasma Déterminer les intervalles de référence pour des protéines produites au cerveau qui s’avèrent des biomarqueurs prometteurs pour les affectations neurologiques. Ces références pourraient être utilisées à l’avenir pour évaluer l’étendue des lésions cérébrales à partir d’échantillons de sang.

Autres banques de tissus biologiques

Outre Statistique Canada, d’autres organismes et organisations au Canada et dans d’autres pays ont constaté la nécessité d’avoir accès au type de données que peut fournir une banque de tissus biologiques. Au Canada, le Partenariat canadien pour la santé de demain (CanPath)Note 2 et l’Étude mère-enfant sur les composés chimiques de l’environnement (MIREC)Note 3 sont deux autres banques de tissus biologiques que peuvent utiliser les chercheurs. CanPath est une enquête à participation volontaire qui recueille des données génomiques, cliniques, comportementales et environnementales sur 300 000 Canadiens âgés de 30 à 74 ans, dont 160 000 participants ont fourni des échantillons de sang. L’étude MIREC, quant à elle, a permis de suivre 2 001 femmes tout au long de leur grossesse et après l’accouchement. Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis exécutent un programme comparable appelé Biospecimen Program, dans le cadre de l’enquête intitulée « National Health and Nutrition Examination Survey » qui est menée périodiquement depuis 1988Note 4. Un programme de taille et de portée beaucoup plus importantes est la UK Biobank au Royaume-Uni, laquelle compte 500 000 participantsNote 5.

Les mandats des programmes du Canada, des États-Unis et du Royaume-Uni sont très semblables : utiliser les échantillons biologiques entreposés dans le but ultime d’améliorer la santé des humainsNote 6Note 7Note 8. Une différence fondamentale entre la Biobanque de Statistique Canada et les biobanques gérées par CanPath et MIREC, ainsi que la biobanque de CDC et la UK Biobank, est que ces autres programmes de biobanque incluent un élément longitudinal ou une composante de suivi, où une cohorte de participants fait l’objet d’un suivi au fil du temps et fait plusieurs contributions au programme de la biobanque. Ces banques de tissus biologiques ont joué un rôle déterminant dans divers domaines de recherche, y compris le diabèteNote 9Note 10Note 11Note 12, l’hypertensionNote 13Note 14Note 15 et les produits toxiques environnementaux, y compris les métauxNote 16Note 17, les pesticidesNote 18 et les phtalatesNote 19. Toutes ces recherches appuient l’objectif commun d’améliorer la santé et les services de santé non seulement dans ces pays, mais aussi partout dans le monde.

Description des ressources de données

Méthodes de collecte et d’entreposage et échantillons disponibles

Les participants à l’ECMS qui se présentent au centre d’examen mobile (CEM) peuvent donner leur consentement pour le prélèvement d’échantillons de sang et d’urine, à condition que chaque test soit jugé approprié pour l’état de santé du participant en question. Avec le consentement des participants, la Biobanque de Statistique Canada entreposera aussi des échantillons de sang total, de plasma, de sérum, de la couche leucocytaire, d’urine et d’ADN. Le CEM expédie des échantillons biologiques toutes les semaines au Laboratoire national de microbiologie. Ces échantillons sont ensuite entreposés dans des congélateurs réglés à une température de -80⁰C afin de conserver leur intégrité à long terme.

En date de janvier 2022, six cycles de collecte de données de l’ECMS avaient été terminés. Le cycle 7 a été reporté en raison de la pandémie de COVID-19 et d’autres raisons opérationnelles. Dans chaque cycle, environ 5 700 participants âgés de 3 à 79 ans ont consenti à l’entreposage de leurs échantillons aux fins d’utilisation dans des recherches à l’avenir. Un résumé des tailles approximatives de l’échantillonnage, ainsi que des tranches d’âge et des volumes des échantillons pour chacune des matrices biologiques disponibles de chaque cycle de collecte de l’ECMS se trouvent au Tableau 2. Il est à noter que le cycle 7 va aussi inclure des participants âgés de 1 à 2 ans.


Tableau 2
Aperçu des tailles approximatives des échantillons, des tranches d’âge et des volumes pour chacune des matrices biologiques qui sont disponibles pour chaque cycle de collecte de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé  
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Aperçu des tailles approximatives des échantillons. Les données sont présentées selon Matrice et tranches d’âge (années) (titres de rangée) et Taille de l’échantillon et Volume disponible, calculées selon nombre, millilitre, nombre et microgramme unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Matrice et tranches d’âge (années) Taille de l’échantillon Volume disponible
nombre millilitre
Sérum
3 à 79 5 700 0,5
3 à 39 3 500 0,5
6 à 79 5 100 0,5
12 à 79 4 100 0,5, 1,0
20 à 79 3 100 0,5, 1,0
Plasma
3 à 79 5 700 0,5
6 à 79 5 100 0,5
12 à 79 4 100 0,5
Sang total
6 à 79 5 100 1,0
12 à 79 4 100 1,0
Urine
3 à 79 5 700 1,0, 2,0, 4,5
6 à 79 5 100 1,0, 4,5
   nombre microgramme
ADN
14 à 79 3 700 1,0

Les participants à l’ECSAC reçoivent par la poste une invitation à l’enquête, ainsi qu’une trousse de dépistage d’anticorps pour prélever des échantillons de gouttes de sang séché. Certains participants vont aussi recevoir une trousse pour prélever des échantillons de salive (PCR). Puisque ces deux types d’échantillons sont prélevés par les participants eux-mêmes et que le questionnaire est disponible en ligne, les participants peuvent effectuer tous les volets de cette enquête à la maison. Les échantillons sont ensuite placés dans l’enveloppe affranchie incluse dans la trousse aux fins d’expédition au Laboratoire national de microbiologie. Les échantillons de gouttes de sang séché doivent être envoyés à un laboratoire de référence aux fins d’analyse. Avec le consentement des participants, les échantillons de gouttes de sang séché non utilisés seront entreposés au Laboratoire national de microbiologie dans des congélateurs réglés à une température de -80⁰C aux fins d’utilisation dans des projets de recherche à l’avenir. Après le cycle 1 de l’ECSAC, près de 10 000 échantillons de gouttes de sang séché ont été entreposés. On estime que 32 000 autres échantillons seront disponibles après le cycle 2.

Population cible et erreur de couverture

La population cible pour le cycle 1 de l’ECMS était des Canadiens âgés de 6 à 79 ans qui habitent dans les dix provinces. Pour les cycles 2 à 6, les participants étaient âgés de 3 à 79 ans. Pour le cycle 7, les participants seront âgés de 1 à 79 ans. La population cible de l’ECSAC pour la période de référence de novembre 2020 à avril 2021 était des personnes âgées de 1 an ou plus habitant dans les dix provinces et les capitales des trois territoires. Pour la période de référence d’avril à août 2022, la population cible comprenait des personnes âgées de 18 ans ou plus qui habitent dans les dix provinces. Étaient exclues de ces populations cibles les personnes vivant dans des réserves et d’autres peuplements autochtones dans les provinces, ainsi que les membres à temps plein des Forces armées canadiennes qui habitent dans des bases militaires, la population vivant en établissement et les résidents de certaines régions éloignées. Les personnes qui habitent dans les trois territoires sont aussi exclues de l’ECMS ainsi que de la deuxième période de référence de l’ECSAC. Ensemble, ces exclusions représentent environ 3 à 4 % de la population cibleNote 1Note 20. Plus de renseignements sur la stratégie d’échantillonnage se trouvent à la page Web de la BDIM de l’ECMS (et à la page Web de la BDIM de l’ECSAC

Gouvernance

Le Comité consultatif de la biobanque est responsable de la gouvernance de la Biobanque de Statistique Canada et joue un rôle important dans le processus d’approbation des demandes de projets de la Biobanque. Ce comité, qui est composé de chercheurs du milieu universitaire et du gouvernement fédéral, veille à ce que les propositions de recherche soient adéquates dans l’optique de l’éthique et de la gouvernance et qu’elles soient scientifiquement rationnelles. Étant donné que les échantillons de la Biobanque sont une ressource limitée, on procède à l’évaluation rigoureuse de chaque projet (intention, méthodologie, faisabilité, éthique de la recherche et pertinence). Les membres du Comité consultatif de la biobanque sont donc responsables de conseiller Statistique Canada sur la meilleure façon d’utiliser les échantillons biologiques entreposés pour atteindre les objectifs de l’ECMS.

Utilisation des ressources de données

Sommaire des projets

Le tableau 1 présente un sommaire des projets Biobanque achevés et en cours. Certains projets sont parvenus à l’étape de la publication des résultats de recherche, notamment l’un des premiers projets Biobanque approuvés. Ce projet examine les modificateurs génétiques de la concentration d’acide folique, de vitamine B12 et d’homocystéine. En mesurant la force de l’association entre les polymorphismes génétiques sélectionnés et la concentration de vitamine B12 et d’acide folique, ce projet fait ressortir la pertinence potentielle de gènes précis impliqués dans l’absorption ou la prise en charge, le transport et le métabolisme des vitaminesNote 21. Un autre projet Biobanque a publié ses résultats sur les intervalles de référence de métaux et des éléments traces présents dans les échantillons de sang de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santéNote 22. Sur les 12 analytes mesurés dans cette étude, 8 (cérium, lanthane, néodyme, praséodyme, yttrium, germanium, tellure et titane) ont été détectés à des niveaux supérieurs au seuil de détection dans moins de 1 % de la population canadienne et 3 (aluminium, bismuth et chrome) ont été détectés à des niveaux supérieurs au seuil de détection dans 3 % à 5 % de la population canadienne. En revanche, le lithium a été détecté à des niveaux supérieurs au seuil de détection dans 66 % de la population. Dernièrement, un projet visait à mesurer et de caractériser le degré d’immunité de la population canadienne à la rougeole et à la varicelle. Bien que ce projet soit toujours en cours, la partie sur la rougeole du projet a conclu et suggère que l’immunité à la rougeole au Canada pourrait être inférieure au seuil nécessaire pour maintenir l’éradicationNote 23.

Certains projets Biobanque ont analysé plusieurs cycles d’échantillons de la biobanque (tableau 1) afin d’augmenter la taille de l’échantillon pour une meilleure efficacité statistique ou pour tenir compte de la variation au fil du temps. Le projet de biosurveillance de substances chimiques environnementales dans la biobanque et le projet de génotypage pangénomique de l’enquête canadienne sur les mesures de la santé utilisent des échantillons biologiques de quatre ou cinq cycles, respectivement. Le projet de biosurveillance de substances chimiques environnementales dans la Biobanque fournit des renseignements complémentaires et explore la composante de la biosurveillance de l’enquête canadienne sur les mesures de la santé, qui mesure les substances chimiques environnementales, notamment les pesticides, les métaux, le fluorure et les phénols. Dans le cadre du projet de génotypage pangénomique (voir le tableau 1), l’ADN de répondants de 14 à 79 ans des cycles 2 à 5 de l’ECMS a été génotypé. Ce projet donnera un sens beaucoup plus large à l’utilité scientifique de la cohorte de l’ECMS et contribuera à la compréhension de la maladie à l’extérieur du cadre de ce programme, car les données de génotypage ont le potentiel d’être utilisées dans de nombreuses autres études.

Forces et limites

Multiples matrices disponibles

Les chercheurs qui demandent à utiliser les échantillons de la Biobanque de Statistique Canada peuvent choisir parmi plusieurs matrices : échantillons de sang total, de sérum, de plasma, d’urine, d’ADN et gouttes de sang séché. Le fait d’avoir ces options élargit la portée des projets potentiels qui peuvent être réalisés (par exemple, on ne peut utiliser que certaines matrices pour effectuer certains tests) et fait en sorte que les chercheurs soient en mesure de choisir la matrice la plus stable et appropriée pour les besoins de leurs analytes d’intérêt.

Représentatif de la population canadienne

La Biobanque de Statistique Canada offre aux chercheurs une ressource unique qui serait autrement presque impossible à obtenir : une source d’échantillons biologiques représentatifs de la population canadienne. En étant représentatifs, les résultats de l’ECMS, de l’ECSAC et des études de la Biobanque sont pertinents pour la population canadienne. Par conséquent, les données d’enquête et de la Biobanque sont utiles pour produire des estimations à l’échelle du Canada des analytes d’intérêt. Il s’agit d’un avantage important par rapport aux cohortes échantillonnées de façon non statistique, comme CanPath, car les participants qui participent volontairement aux enquêtes axées sur la santé ont tendance à se soucier davantage de leur santé et à adopter un mode de vie plus sain. Toutefois, il n’est pas recommandé de tenter de reproduire des estimations régionales, car la méthode d’échantillonnage n’a pas été conçue pour le faire et en faire ainsi pourrait donner lieu à une variabilité d’échantillonnage extrême ou à des estimations instables de la variabilité d’échantillonnage. Il pourrait s’agir d’une limite pour les parties intéressées qui cherchent des renseignements sur la santé à ce niveau géographique pour remplir leur rôle dans le système de soins de santé du Canada. Une exception potentielle est la combinaison de plusieurs cycles. Cela pourrait permettre la production d’estimations pour les régions les plus importantes d’Ontario ou du Québec.

Les échantillons de tailles relativement petites ne conviennent pas aux conditions extrêmement rares ou à certaines comparaisons de population

L’ensemble complet d’échantillons pour chaque cycle en compte quelques milliers. Cela pourrait être suffisant pour des estimations concernant des problèmes de santé qui se présentent couramment, mais la taille de l’échantillon pourrait ne pas être assez importante pour saisir la prévalence de problèmes extrêmement rares. La capacité de détecter des résultats significatifs sur le plan statistique pourrait également être faible. Des problèmes de santé rares pourraient être manqués entièrement dans la collecte et ne seraient donc pas représentés dans les échantillons. Dans certains cas, toutefois, la combinaison de cycles pourrait accroître la puissance statistique et pourrait aider à produire des estimations statistiquement valables pour les problèmes de santé plus rares.

Enquête transversale et non longitudinale

Comme l’ECMS et l’ECSAC sont des enquêtes transversales, elles dressent un portrait de la santé des Canadiens à un moment particulier dans le temps. Certains avantages d’une étude transversale sont qu’elle évite l’érosion de l’échantillon et le biais de participation, tandis que les études longitudinales dépendent de la participation du même groupe de participants dans chaque cycle. Ainsi, comparativement à une étude longitudinale, une étude transversale ne mesure pas les variations au fil du temps chez des participants particuliers.

Changements de contenu d’un cycle à un autre

Une partie importante du contenu de l’ECMS et de l’ECSAC est constante d’un cycle à l’autre. Il s’agit du contenu de base, qui comprend les variables, comme la formule sanguine, la composition chimique du sang, la quantité de métaux dans le sang, le cholestérol, la créatinine, les problèmes de santé chroniques et le statut vaccinal. La répétition du contenu chaque année permet aux chercheurs d’examiner les changements dans les variables au fil du temps. Les variables qui sont constamment incluses dans chaque cycle ont été choisies pour répondre aux problèmes de santé prioritaires du Canada.

Toutefois, une partie du contenu de l’enquête varie d’un cycle à l’autre. Des changements ont été apportés à certaines variables sociodémographiques dans l’ECMS, notamment celles relatives au revenu, à la classification d’emploi, au groupe de population, à l’identité autochtone, à l’état matrimonial et au genre (qui a été ajouté au cycle 7). En ce qui concerne l’ECSAC, les renseignements sur la vaccination contre la COVID-19 ont changé à mesure que le vaccin est devenu largement disponible entre les deux périodes de collecte. Une autre partie des enquêtes comprend des variables faisant l’objet d’une rotation et l’acquisition de variables additionnelles qui, pour l’ECMS, comprennent des marqueurs de la nutrition comme les vitamines D et B12, la ferritine et l’acide folique et des contaminants de l’environnement comme le bisphénol A, les phtalates, les plastifiants et les parabènes. Cela permet la collecte d’une plus grande variété de contenu tout en gérant les coûts supplémentaires et le fardeau de l’inclusion de variables supplémentaires sur les participants. Pour l’ECMS, une partie de ce contenu, bien qu’elle ne soit pas incluse chaque année, est incluse dans les cycles pairs. Cela est avantageux pour la Biobanque, car certains projets de recherche nécessitent l’analyse de plusieurs cycles d’échantillons pour atteindre une taille d’échantillon suffisante. Toutefois, bien que l’ECMS ne soit pas en collecte, une partie du contenu qui n’a pas été mesuré au cours des cycles 1 à 6 est maintenant mesuré dans les échantillons entreposés pour combler ces lacunes statistiques (voir le tableau 1 – Projet de biosurveillance de substances chimiques environnementales dans la Biobanque de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé).

Accès aux ressources de données

Description du processus de demande

Le processus global de demande est décrit en haut du tableau 3. Les scientifiques légitimes peuvent soumettre leurs demandes de projet Biobanque à n’importe quel moment. Les chercheurs canadiens et internationaux peuvent accéder aux échantillons de la Biobanque; toutefois, les échantillons de la Biobanque ne peuvent pas sortir du Canada, et on doit accéder aux données par l’intermédiaire de centres de données de recherche (CDR) situés au Canada. De plus, les chercheurs internationaux doivent être basés dans un laboratoire canadien avec un chercheur adjoint qui est soit un citoyen canadien, soit un résident permanent du Canada. La demande devrait être présentée au moyen du Portail d’accès aux microdonnées (https://www.statcan.gc.ca/rdc-cdr/fra). De plus amples renseignements se trouvent à l’adresse https://www.statcan.gc.ca/fr/microdonnees/centres-donnees/acces et les questions au sujet du processus de demande peuvent être acheminées au coordonnateur de la Biobanque de Statistique Canada (statcan.biobankinfo-infobiobanque.statcan@statcan.gc.ca).


Tableau 3
Résumé du processus d’un projet de la Biobanque de Statistique Canada 
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Résumé du processus d’un projet de la Biobanque de Statistique Canada . Les données sont présentées selon Phase (titres de rangée) et Description de la phase(figurant comme en-tête de colonne).
Phase Description de la phase
Demande du chercheur Formulaire de demande avec les détails sur le projet de recherche proposé
Curriculum vitae des chercheurs
Preuve de financement et examen déontologique
Mécanismes d’examen scientifique par les pairs
Phase 0 : Approbation Présélection initiale par le groupe d’examen des propositions des projets de la Biobanque de Statistique Canada
Évaluation de la faisabilité
Examen par le Comité consultatif de la Biobanque de Statistique Canada
Rétroaction itérative fournie au chercheur à l’égard de son projet proposé, fondée sur les examens et les évaluations du projet
Preuve de financement et approbation déontologique
Cote de sécurité (projets de niveau 1 ou 2)
Phase 1 : Prestation Publication d’un résumé en langage simple sur le site Web de la Biobanque de Statistique Canada
Négociations de contrats et estimation des coûts
Les chercheurs sont considérés comme étant des employés de Statistique Canada et doivent prêter le serment de confidentialité selon la Loi sur la statistique.
Test de laboratoire
Livraison d’échantillons biologiques
Analyses de laboratoire Conformité avec la stratégie d’assurance de la qualité et de contrôle qualitatif
Consultation de qualité pour l’ECMS
Le laboratoire communique les résultats de l’analyse à Statistique Canada au moyen d’un portail Internet sécurisé.
Phase 2 : Traitement, examen et diffusion des données Le fichier de données est traité et formaté.
Un dictionnaire de données et un guide de l’utilisateur sont préparés pour le centre de données de recherche (RDC).
Contrôle et évaluation sur la qualité des données
Pondération éventuelle des résultats pour les estimations représentatives à l’échelle nationale
Création et vérification du fichier de diffusion
Le fichier de données est diffusé au centre de données de recherche (CDR) où il peut être fusionné à d’autres variables de l’ECMS.
Période d’exclusivité d’un an après la diffusion du fichier au CDR (occasion d’être le premier à publier les données)
Phase 3 : Destruction des échantillons et des données Les échantillons devraient être détruits une année après la publication.

En plus de l’examen et de l’approbation du Comité d’éthique de la recherche de l’ECMS et de l’ECSAC, les demandeurs doivent effectuer un examen distinct auprès des comités d’éthique de la recherche à leurs établissements affiliés et présenter une attestation d’éthique pour leur recherche prévue à Statistique Canada. Les chercheurs sont également tenus de soumettre une preuve de financement.

Chaque proposition de projet est évaluée pour sa faisabilité, sa qualité, son importance et son incidence. Le groupe d’examen des propositions des projets de la Biobanque effectue une évaluation initiale de la faisabilité. Une rétroaction itérative est fournie au chercheur avant que la demande soit examinée par le Comité consultatif de la biobanque. À la suite de l’approbation du Comité consultatif de la biobanque, les négociations de contrat peuvent commencer entre Statistique Canada et l’établissement institutionnel du demandeur en préparation de la livraison d’échantillons biologiques.

Tandis que la proposition est évaluée, on amorce une demande d’autorisation de sécurité pour les chercheurs qui participeront au projet. Toute personne qui fournit des services de laboratoire à Statistique Canada, y compris les recherches liées à la biobanque, doit devenir une personne réputée être employée de Statistique Canada. De plus amples renseignements se trouvent à l’adresse https://www.statcan.gc.ca/fr/microdonnees/centres-donnees/faq.

Les chercheurs et leurs installations doivent répondre à certaines exigences de sécurité pour accéder aux échantillons biologiques de la Biobanque, les utiliser et les entreposer. En ce qui concerne les exigences de sécurité, l’accès aux échantillons biologiques de la Biobanque est fondé sur un système d’accès hiérarchisé, en fonction du risque de divulgation de renseignements confidentiels. Les projets sont classés dans l’une de deux catégories : niveau 1 et niveau 2. Les projets de niveau 1 sont jugés avoir un risque de divulgation faible. Cela s’applique à la plupart des biomarqueurs sanguins et urinaires. Les exigences de sécurité pour les projets de niveau 1 sont traitées par Statistique Canada et sont décrites dans l’entente contractuelle signée entre Statistique Canada et le laboratoire ou l’établissement institutionnel du demandeur. Les projets de niveau 2 sont ceux qui un ont un risque de divulgation élevé et qui ont des biomarqueurs intrinsèquement divulgables, comme les données génétiques ou les profils de microbiome. Les exigences de sécurité pour les projets de niveau 2 sont traitées par le Programme de sécurité des contrats de Services publics et Approvisionnement Canada. 

Centres de données de recherche

Les CDRNote 24 fournissent un riche répertoire de microdonnées de Statistique Canada et comprennent les enquêtes sociales et les enquêtes-entreprises, les données administratives et les données couplées. Les CDR permettent aux chercheurs universitaires et gouvernementaux d’accéder aux données tout en garantissant que Statistique Canada protège la confidentialité et les renseignements personnels. Les employés de Statistique Canada sont également disponibles aux CDR pour offrir de l’aide. Les chercheurs accéderont aux microdonnées de la Biobanque, de l’ECMS et de l’ECSAC principalement aux CDR, et c’est aux CDR qu’ils seront en mesure de fusionner leurs données aux variables demandées de l’ECMS et de l’ECSAC. De plus amples renseignements sur les CDR se trouvent à l’adresse https://www.statcan.gc.ca/fr/microdonnees/centres-donnees

Conclusions

La Biobanque de Statistique Canada est une ressource utile pour les recherches en santé au Canada. Bien que plusieurs projets aient réussi à utiliser des échantillons biologiques de la Biobanque, il y a toujours du potentiel pour élargir son utilisation à d’autres sujets liés à la santé. Elle offre aux chercheurs une source représentative et transversale d’échantillons dans diverses matrices afin de permettre l’ajustement optimal compte tenu de certaines considérations instrumentales ou biologiques. Bien que la Biobanque convienne moins à la création d’estimations régionales ou d’estimations sur des problèmes de santé plus rares, il est possible dans certains cas de surmonter cette limite en combinant plusieurs cycles afin d’accroître la taille de l’échantillon et la puissance statistique. Les chercheurs peuvent obtenir l’accès non seulement aux échantillons biologiques de la Biobanque, mais aussi aux variables d’enquêtes bidimensionnelles disponibles dans les CDR. En fin de compte, l’objet de la Biobanque est d’appuyer les projets de recherche en santé et de créer des possibilités de suivi de la santé pour profiter à la santé des Canadiens.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :