Rapports sur la santé
Profil de données : élargir le potentiel de recherche de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé au moyen des données de répondants appariés

par Kellie Langlois, Rachel C. Colley, Didier Garriguet, Tracey Bushnik et Anne Mather

Date de diffusion : le 21 juillet 2021

DOI : https://www.doi.org/10.25318/82-003-x202100700001-fra

L’enfance est une période de développement importante pour établir des comportements de vie saine. La majorité des enfants canadiens n’atteignent pas les niveaux d’activité physique recommandés pour une bonne santé; un faible pourcentage d’entre eux respectent les recommandations relatives au temps passé devant un écran et la plupart consomment trop de sucre et d’aliments ultratransformésNote 1Note 2Note 3Note 4. En conséquence, les enfants connaissent des taux sans précédent d’embonpoint et d’obésité, ainsi que de nombreuses maladies associées à l’embonpoint, notamment le diabète de type II et l’hypertensionNote 5Note 6Note 7.

L’environnement familial a une influence considérable sur la santé et le comportement des enfantsNote 8, et l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) a un grand potentiel analytique pour l’étude de la dynamique familiale. Elle recueille une grande variété de renseignements sur la santé, y compris des mesures physiques directes, auprès de deux membres d’un ménage où réside au moins un enfant (âgé de 3 à 11 ans). Parmi les deux membres, soit un enfant et un membre plus âgé du ménage sélectionné au hasard, comme un parent, un frère ou une sœur ou un grand-parent (âgé de 12 à 79 ans). Un sous-échantillon d’enfants couplé aux données d’un autre membre du ménage, où la relation entre les enregistrements est connue, est un actif unique et sous-utilisé de l’ECMS. Ces données appariées permettent d’examiner les liens entre les caractéristiques et les mesures physiques d’un enfant par rapport à un autre membre du ménage.

La plupart des recherches explorant l’état de santé et les comportements sanitaires des parents et de leurs enfants reposent sur des renseignements fournis par un seul répondant, par exemple, le parent ou l’enfant. Alors que les données recueillies auprès d’un membre du ménage peuvent fournir des renseignements contextuels importants sur l’environnement familial (p. ex. le niveau de revenu), celles provenant d’un parent ou d’un enfant peuvent ne pas être suffisantes pour comprendre de quelle façon les attributs et les comportements parentaux influencent cet enfant. Les données des paires de membres de la famille ou du ménage fournissent une description plus approfondie de l’environnement familial et une image plus complète de la santé globale de l’enfant, ce qui peut aider à mieux comprendre les liens relatifs à la santé entre un enfant et son parent ou entre frères et sœurs.

Chaque cycle de l’ECMS libère les données appariées dans les fichiers des liens. Cinq cycles de données sur les répondants appariés de l’ECMS sont maintenant à la disposition des chercheurs. En combinant les cycles de ces données appariées, l’échantillon est suffisant pour soutenir une analyse approfondie de la santé et du bien-être des enfants par rapport à ceux d’un autre membre de la famille ou du ménage. L’objectif principal des fichiers des liens de l’ECMS est de fournir aux chercheurs les renseignements leur permettant d’examiner les liens relatifs à la santé entre deux membres du même ménage (p. ex. parent et enfant). De plus, l’utilisation des poids d’enquête fournis avec les données assure que les conclusions tirées de ces données sont représentatives à l’échelle nationale. Le présent article mettra en évidence les caractéristiques uniques, les recommandations d’utilisation et le potentiel de recherche des données appariées dans les fichiers des liens de l’ECMS.

Description des ressources en données

L’ECMS est une enquête transversale continue qui recueille des données autodéclarées démographiques et sur la santé au moyen d’une interview sur place assistée par ordinateur. L’interview est suivie d’un examen de santé physique qui comprend une série de mesures physiques directes (p. ex. le prélèvement d’échantillons de sang et d’urine) effectuées dans un centre d’examen mobile (CEM). La population cible est constituée des résidents canadiens âgés de 3 à 79 ans (de 6 à 79 ans au cycle 1; de 3 à 79 ans aux cycles 2 à 6) vivant dans les provinces. Sont exclus de l’enquête les résidents des territoires, ainsi qu’environ 4 % de la population des provinces, représentant ceux qui vivent dans certaines régions éloignées, dans des réserves ou dans des établissements institutionnels, ou qui sont membres à temps plein des Forces armées canadiennes.

Dans le cadre du plan d’échantillonnage de l’ECMS, un ou deux membres du ménage sont sélectionnés pour participer à l’enquête, selon la composition du ménage. Dans les ménages comptant au moins un enfant âgé de 3 à 11 ans, deux membres sont choisis au hasard : un enfant âgé de 3 à 11 ans et une deuxième personne âgée de 12 à 79 ans. S’il n’y a pas d’enfants âgés de 3 à 11 ans vivant dans le ménage, un seul membre âgé de 12 à 79 ans est choisi au hasard.

Les fichiers des liens de l’ECMS contiennent quatre variables : 1) CLINICID, l’identificateur unique de chaque répondant et la variable utilisée pour coupler les données des fichiers des liens aux autres fichiers de poids démographique, de santé et d’échantillonnage; 2) HHLDID, l’identificateur unique pour le ménage partagé par les deux membres sélectionnés du ménage; 3) REL, la variable d’état de la relation identifiant le type de relation que le répondant sélectionné entretient avec l’autre membre du ménage sélectionné au hasard (tableau 1); et 4) FULL_WGT, le poids d’échantillon complet associé à chaque répondant.

Les fichiers des liens de l’ECMS contiennent les données provenant de toutes les paires de ménages de deux personnes sélectionnées, à la condition qu’au moins une des deux personnes sélectionnées ait répondu à l’enquête. Les ménages dont les deux membres participent à l’enquête (n = 7 247; cycles 1 à 5, combinés) comprennent des dyades, qui permettent l’analyse des répondants par paires. Le petit nombre de ménages de deux personnes dont l’enregistrement du deuxième membre est manquant (n = 661; cycles 1 à 5, combinés) est exclu de l’analyse des répondants par paires. Notamment, l’enregistrement de membre manquant n’est pas toujours le deuxième membre sélectionné (n = 303; cycles 1 à 5, combinés); dans certains cas, l’enregistrement manquant provient de l’enfant sélectionné (n = 358; cycles 1 à 5, combinés).

Types de relations

Il existe 18 relations différentes pouvant être saisies entre les répondants âgés de moins de 12 ans et les deuxièmes membres sélectionnés du ménage; ces relations sont résumées dans le tableau 1.

Les dyades parent de naissance–enfant constituent la relation la plus répandue, représentant 68 % (n = 4 919) de toutes les dyades (cycles 1 à 5, combinés). Les pourcentages varient selon le groupe d’âge (82 % pour les enfants d’âge préscolaire de 3 à 5 ans et 62 % pour les enfants de 6 à 11 ans; données non présentées). Les frères et sœurs biologiques sont la deuxième relation la plus courante (20 %; n = 1 467) parmi les paires. Un peu plus du quart (26 %; n = 1 341) des enregistrements sélectionnés concernant les enfants âgés de 6 à 11 ans sont appariés à un enregistrement de frère ou sœur biologique, alors que seulement 6 % (n = 126) des enfants d’âge préscolaire font partie d’une paire enfant–frère ou sœur. Cela peut être dû au fait que la probabilité qu’un enfant d’âge préscolaire ait un frère ou une sœur de plus de 12 ans est plus faible par rapport à un frère ou une sœur de 6 à 11 ans, car l’âge des frères et sœurs a tendance à être plus prèsNote 9.

Répartition selon le sexe des répondants appariés

Le tableau 2 montre la répartition selon le sexe des répondants appariés pour les dyades parent de naissance–enfant et les dyades fraternelles par cycle. Les dyades sont présentées globalement pour tous les enfants (c.-à-d. mère–enfant et père–enfant) et séparément selon le sexe de l’enfant (c.-à-d. mère–fils, mère–fille et père–fils, père–fille). Ces renseignements peuvent être utiles pour planifier des analyses par paires propres au sexe (voir la section suivante).

Facteurs à considérer lors de l’utilisation des fichiers de sous-échantillon de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé

La dyade – l’enfant apparié et le deuxième membre du ménage – doit avoir été admissible, avoir été sélectionnée et avoir répondu à la question ou à la mesure particulière pour être incluse dans une analyse appariée qui examine les liens d’un problème de santé donné. Tous les répondants ont des données pour leur cycle respectif dans les deux fichiers de données principaux de l’ECMS, tirés du questionnaire du ménage et de la visite à la clinique. Cependant, des fichiers de données supplémentaires de l’ECMS sont fournis pour un certain nombre de sous-échantillons (p. ex. les sous-échantillons des prélèvements de sang à jeun et des moniteurs d’activité), selon le cycle. Ces données supplémentaires peuvent n’avoir été recueillies qu’auprès d’un sous-échantillon de répondants ou ne pas avoir été mesurées uniformément à chaque cycle. Par exemple, la composante de la condition physique n’a été recueillie qu’aux cycles 1, 2 et 5 et sur une tranche d’âge sélectionnée de participants (de 6 à 69 ans). Pour connaître les questions et les mesures disponibles pour chaque cycle et pour chaque population cible, les guides de l’utilisateur ou le résumé du contenu de l’ECMS sont fournis sur demandeNote 10.

Un accéléromètre a été fourni à tous les répondants afin qu’ils le portent pendant sept jours à la suite de leur visite au CEM. Bien qu’on ait demandé à tous les sujets de porter l’appareil pendant toutes les heures d’éveil au cours de ces sept jours, ce ne sont pas tous les répondants qui l’ont fait. Seuls les répondants qui ont fourni au moins quatre jours valides de données d’accéléromètre (trois jours pour les enfants d’âge préscolaire à partir du cycle 3) étaient admissibles à l’étude sur l’activité physique mesurée par accéléromètre. Un fichier composé uniquement de données provenant de ces répondants « valides » est accessible pour chaque cycle. Le tableau 3 montre les tailles d’échantillon de répondants appariés ayant des données d’accéléromètre valides par cycle, dans l’ensemble, et pour les paires parent biologique–enfant et les paires enfant–frère ou sœur. Il existe 3 344 dyades parent de naissance–enfant qui ont des données d’accéléromètre valides pour les deux membres de la dyade et 983 paires enfant–frère ou sœur (composées d’enfants de 6 à 11 ans et d’un frère ou d’une sœur plus âgé) qui ont des données d’accéléromètre valides pour les deux membres de la dyade.

Un sous-échantillon de ménages de l’ECMS des cycles 1 à 5 a été sélectionné pour jeûner pour le rendez-vous au CEM afin de mesurer des marqueurs sanguins particuliers. Pour les ménages ayant deux membres sélectionnés, à l’exclusion de ceux dont l’enfant était âgé de 3 à 5 ans, on avait demandé aux deux répondants de jeûner. Pour les enfants âgés de 6 à 11 ans, 2 013 dyades ont des données à jeun (n = 1 254 pour les paires parent biologique–enfant; n = 528 pour les paires enfant–frère ou sœur; tableau 3).

Pondération

Les poids d’enquête sont fournis avec les données de l’ECMS pour veiller à ce que les estimations soient représentatives de la population canadienne. Pour les fichiers des liens, les poids des répondants représentent les membres des ménages canadiens dans lesquels résident un enfant âgé de 3 à 11 ans et une autre personne âgée de 12 à 79 ans. Il convient de noter que pour une analyse axée sur les parents, l’application des poids attribués aux parents assure que l’échantillon est représentatif des parents canadiens d’enfants de 3 à 11 ans. De même, l’application d’un poids attribué aux enfants assure que les enfants de l’échantillon analytique sont représentatifs des enfants canadiens âgés de 3 à 11 ans vivant dans des ménages comptant au moins une personne âgée de 12 à 79 ans. En raison du plan d’échantillonnage complexe et pour assurer que la variance ne soit pas sous-estimée, l’utilisation de poids bootstrap est nécessaire.

Recommandations concernant l’utilisation des fichiers des liens de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé

La possibilité d’utiliser les données des répondants appariés dans l’ECMS a été examinée avant la publication des fichiers des liens de l’ECMS. L’étude comprenait un examen des différentes relations en dyades ainsi que des tailles d’échantillon nécessaires pour produire des estimations fiables. Elle comportait également la détermination du poids d’enquête des répondants à utiliser pour obtenir des résultats représentatifs et l’évaluation du biais et de la généralisabilité. Ces aspects et d’autres aspects à tenir compte lors de la réalisation d’analyses de répondants par paires ont été déterminés et sont décrits dans un rapport de faisabilité complet disponible sur demandeNote 11. Le rapport comprend un certain nombre de recommandations destinées aux utilisateurs de données, qui sont résumées brièvement dans le tableau 4.

Utilisation des ressources en données

Trois études reposant sur les fichiers des liens de l’ECMS ont été publiées à ce jour, toutes axées sur les résultats mesurés de l’enfant et les attributs mesurés des parents. La première étude a examiné le lien entre le fait d’être un enfant obèse (sur la base des données mesurées de la taille et du poids de l’enfant) et le fait d’avoir un parent obèse (sur la base de données mesurées de la taille et du poids recueillies auprès du parent de naissance de cet enfant)Note 12. Les statistiques descriptives, la corrélation de Pearson et la régression logistique ont été utilisées pour évaluer les relations en matière d’obésité dans les paires parent–enfant. Les enfants ayant un parent de naissance obèse étaient plus susceptibles de faire eux-mêmes de l’embonpoint ou d’être obèses. Les filles étaient aussi plus susceptibles de faire de l’embonpoint ou d’être obèses si un parent de naissance faisait de l’embonpoint. Au nombre des points forts de cette étude, mentionnons un échantillon d’enfants canadiens représentatif à l’échelle nationale, l’utilisation de mesures directes de la taille et du poids des enfants et des parents et une preuve d’un lien biologique entre eux.

Les deux autres études ont examiné le lien entre le fait d’être un enfant actif et le fait d’avoir un parent actif, sur la base de données mesurées et autodéclarées au niveau individuel, y compris les comportements sédentaires et le temps passé devant l’écran pour l’enfant et le parent de naissance parmi les enfants âgés de 6 à 11 ansNote 13 et ceux âgés de 3 à 5 ansNote 14. Les statistiques descriptives, la corrélation de Pearson et la régression linéaire ont été utilisées dans les deux études. Pour les enfants plus âgés (ceux âgés de 6 à 11 ans), un lien important a été relevé entre l’activité physique modérée à vigoureuse (APMV) mesurée des parents et l’APMV des enfants. Le temps sédentaire mesuré chez les parents était associé à celui de leurs filles la fin de semaine, et à celui de leurs fils au cours de la période après l’école. Chez les enfants plus jeunes (de 3 à 5 ans), une augmentation de l’APMV, de l’activité physique d’intensité légère (APIL), du temps consacré à des activités sédentaires et du temps passé devant un écran chez les parents était associée à une augmentation de l’APMV, de l’APIL, du temps consacré à des activités sédentaires et du temps passé devant un écran chez les enfantsNote 14. Une différence intéressante entre les deux études : contrairement au groupe plus âgé, les liens entre le comportement sédentaire et l’activité physique des parents et les comportements des enfants d’âge préscolaire ne différaient pas selon le jour de la semaine (jours de la semaine ou jours de la fin de semaine), le sexe du parent (mère ou père) ou le sexe de l’enfant (fils ou fille).

Les deux études montrent que les parents exercent une influence sur les comportements sédentaires et le niveau d’activité physique de leur enfant, ce qui est difficile à étudier en l’absence de renseignements mesurés et transmis des deux membres de la famille en même temps. Toutes les trois études confirment l’importance de l’état de santé et des comportements sanitaires des parents et leur influence sur ceux de leurs enfants. Maintenant que cinq cycles de l’ECMS sont disponibles, il est probable qu’il reste encore beaucoup d’autres possibilités de recherche à explorer. La richesse du contenu clinique et des sondages au sein de l’ECMS, combinée à la capacité de jumeler des paires au sein d’un ménage, offre de nombreuses possibilités de recherche uniques pour l’avenir.

Points forts et points faibles

Points forts

Les fichiers des liens sont un atout précieux de l’ECMS et offrent de nombreuses possibilités d’analyse pour mieux comprendre les liens relatifs à la santé entre les membres du ménage appariés. Les dyades les plus fréquemment saisies et l’objet des recherches publiées à ce jour sont celles des parents et des enfants. Les données recueillies des répondants appariés au sixième cycle et aux cycles subséquents de l’ECMS augmenteront davantage les possibilités analytiques des données appariées; à mesure que la taille de l’échantillon augmente, plus de dyades parent–enfant et enfant–frère ou sœur de même que d’autres types de relations seront saisies. De plus, l’augmentation de la taille de l’échantillon améliorera le pouvoir des liens statistiques et peut permettre des analyses de fichiers de sous-échantillons et de résultats qui ne peuvent être examinés pour le moment.

Bien que les données de l’ECMS ne soient pas la seule source de données sur les dyades parent–enfant et enfant–frère ou sœur au CanadaNote 15 ou ailleursNote 16Note 17Note 18Note 19Note 20Note 21, d’autres sources ont été convenablement échantillonnées (non aléatoires avec une généralisabilité limitée), sont restreintes géographiquement (non nationales), comprennent des covariables limitées ou sont propres à un seul domaine, ont des échantillons comparativement plus restreints ou ne déterminent pas clairement la relation entre les répondants appariés. Par exemple, la Third National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES III, réalisée de 1988 à 1994) des États-Unis a recueilli des données sur un enfant et un adulte d’un même ménage. Toutefois, étant donné que la relation entre les deux membres n’avait pas été saisie lors de la collecte des données, des données et des hypothèses supplémentaires ont été nécessaires pour déterminer les dyades parent de naissance–enfantNote 22. Les fichiers des liens de l’ECMS sont uniques et inégalés, en raison de la taille de leurs échantillons, de l’inclusion de données de santé détaillées, mesurées de façon objective et recueillies auprès de paires de personnes résidant dans le même ménage et de la disponibilité d’un indicateur de relation.

Points faibles

Les données appariées provenant des fichiers des liens de l’ECMS sont mieux utilisées pour décrire les liens entre les enfants et un deuxième membre de leur ménage, plutôt que pour estimer la prévalence d’une caractéristique chez les enfants ou chez leur parent, ou frère ou sœur. Cela résulte de la nécessité de combiner de nombreuses années de données dans une analyse par paires. Les utilisateurs doivent également être conscients que les caractéristiques disponibles pour un seul parent ne reflètent probablement pas la dynamique de la famille entière.

La sélection d’un sous-échantillon de paires parmi tous les répondants appariés (p. ex. enfant–parent biologique) implique nécessairement l’exclusion d’autres paires (p. ex. enfant–frère ou sœur), ce qui peut introduire un biais.Malgré cela, les analyses de données appariées demeurent adaptées sur le plan statistique, car le deuxième membre du ménage avait été sélectionné au hasard, minimisant ainsi les risques de partialité.

L’analyse d’une relation particulière au-delà de celle du parent biologique–enfant dépend de l’existence d’un nombre adéquat de répondants appariés ayant ce type de relation particulière. L’analyse des paires enfant–frère ou sœur n’est possible que pour la tranche d’âge de 6 à 11 ans et uniquement si tous les cycles actuellement disponibles (de 1 à 5) sont combinés. La généralisabilité est donc limitée compte tenu du fait que ces enfants appariés dans le cadre de l’étude représentent un sous-ensemble très spécifique, à savoir les enfants de 6 à 11 ans dans les ménages ayant au moins une sœur ou un frère âgé de 12 ans ou plus, et par le fait même, ils peuvent ne pas être représentatifs de la population des paires enfant–frère ou sœur en général. Ce manque de généralisabilité à l’ensemble de la population des frères et sœurs au Canada constitue une mise en garde importante pour quiconque s’intéressant à l’analyse des paires enfant–frère ou sœur.

Les paires de répondants enfants faisant partie de relations autres que celles de parent–enfant ou enfant–frère ou sœur (p. ex. grands-parents–petits-enfants et beaux-parents–enfants) sont trop peu nombreuses pour être analysées exclusivement, malgré la combinaison de plusieurs cycles. De plus, bien que les fichiers des liens puissent être couplés aux données de l’un des fichiers de l’échantillon principal (fichiers principaux) et des fichiers des sous-échantillons de l’ECMS, ce n’est pas tout le contenu qui se prête à des analyses par paires d’enfants. Certaines mesures (sous-échantillons) sont trop petites pour produire des estimations fiables.Un e étape importante influant grandement le succès d’une étude sur les relations entre deux répondants est la confirmation que les variables d’intérêt – en particulier les résultats d’intérêt – et l’échantillon de l’étude appariée sont tous deux appropriés, généralisables et de taille suffisante pour produire des estimations fiables. (Des échantillons de taille suffisante peuvent être obtenus en combinant les données de plusieurs cycles.)

Accès aux ressources en données

En raison de la nature des données de l’ECMS, une attention particulière a été accordée à l’évaluation des préoccupations potentielles au sujet de la protection de la vie privée et de la confidentialité en ce qui a trait aux données des répondants appariés. Les répondants ont été informés d’un éventuel couplage de renseignements avec d’autres sources de données à l’avenir, par l’énoncé suivant : « Il se peut que Statistique Canada combine vos réponses recueillies dans le cadre de la présente enquête avec celles d’autres enquêtes ou sources de données administratives ». Les données des répondants appariés dans les fichiers des liens de l’ECMS, qui relient les répondants de l’ECMS à l’interne dans l’enquête, ne sont accessibles qu’au bureau central et aux centres de données de recherche (CDR)Note 23 de Statistique Canada ou au Centre fédéral de données de recherche avec l’approbation d’une demande d’un CDR. Les chercheurs souhaitant accéder aux données doivent clairement démontrer qu’ils ont besoin de se renseigner sur l’état de la relation au moyen d’un plan analytique clairement détaillé. Ce plan doit indiquer le ou les cycles des fichiers des liens qui sont requis et décrire de quelle façon les données seront utilisées. Il est possible d’obtenir des renseignements sur le Programme des CDR, y compris sur les lignes directrices et le processus de présentation d’une demande, à l’adresse www.statcan.gc.ca/fra/cdr/index.

Références
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :