Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contexte

Les renseignements à l'échelle de la population nationale sur le taux de traitement chirurgical des cancers primitifs, y compris le cancer du sein, présentent une importante lacune statistique au Canada. Cette lacune a des répercussions sur la planification des soins aux personnes atteintes du cancer et sur l'évaluation du rendement du système de santé. De nouveaux couplages entre le Registre canadien du cancer et les dossiers de congés des patients ont été effectués par Statistique Canada en 2016. Grâce à des données administratives existantes sur la santé recueillies systématiquement, ces couplages permettent pour la première fois de fournir des renseignements fiables sur le traitement chirurgical du cancer, et ce, pour l'ensemble des provinces et des territoires (à l'exception du Québec).

Données et méthodes

Les renseignements des dossiers d'hospitalisation concernant le type et la date du traitement chirurgical des tumeurs ont été fournis au moyen des données couplées. Ces données couplées ont fait état de 50 740 cas de tumeurs primaires malignes du sein diagnostiquées entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2012 chez les femmes âgées de 19 ans ou plus. Le taux de traitement non ajusté au moyen d'une intervention chirurgicale primaire au cours d'une année a été calculé comme la proportion des tumeurs totales qui pouvaient être couplées aux dossiers d'hospitalisation.

Résultats

Pour trois années combinées (2010, 2011 et 2012), 88,3 % (N = 44 780) de l'ensemble des patientes ont reçu au moins un traitement chirurgical. Des variations du taux de traitement chirurgical ont été observées d'une province ou d'un territoire à l'autre, le taux le plus élevé, atteignant 91 % à 92 %, ayant été enregistré à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick. De façon générale, un gradient inversé a été observé entre le taux de traitement chirurgical et le stade tumoral.

Interprétation

Le taux de traitement chirurgical des nouveaux cancers du sein primitifs a varié d'une province et d'un territoire à l'autre de 2010 à 2012. Les nouvelles données couplées pourraient être utilisées afin de mieux relever les inégalités géographiques et démographiques pour ce qui est de recevoir un traitement chirurgical contre le cancer et de contribuer à l'évaluation du rendement et des résultats du système de lutte contre le cancer.

Mots clés

cancer du sein, couplage d'enregistrements, données administratives, stade de la maladie, traitement chirurgical

Résultats

Les femmes au Canada sont plus susceptibles de développer un cancer du sein que tout autre type de cancer. Chez les femmes, la probabilité de développer un cancer du sein au cours de leur vie est de 1 sur 8 (d'après les données de 2010). En 2017, on s'attendait à observer environ 26 300 nouveaux cas de cancer du sein et environ 5 000 décès attribuables au cancer du sein. Bien que le nombre de nouveaux cas ait augmenté, principalement en raison du vieillissement de la population et de la croissance démographique, le taux d'incidence normalisé selon l'âge est demeuré stable. Le taux de mortalité attribuable au cancer du sein normalisé selon l'âge a diminué au fil du temps, en baisse de 44 %, passant de 41,7 décès pour 100 000 habitants en 1988 à 23,2 décès pour 100 000 habitants en 2017. Cette diminution est probablement en partie attribuable aux progrès thérapeutiques et au diagnostic précoce rendu possible grâce au dépistage. [Texte intégral]

Auteures

Gisèle Carrière (gisele.carriere@canada.ca) et Claudia Sanmartin travaillent au sein de la Division de l'analyse de la santé, et Patricia Murison travaille au sein de la Division de la statistique de la santé de Statistique Canada, à Ottawa, en Ontario.

Début de l'encadré

 

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • Au sein de la population canadienne, les tendances observées dans les taux d'incidence normalisés selon l'âge du cancer du sein sont demeurées stables, et les taux de mortalité attribuables au cancer du sein ont diminué.
  • Selon la publication Statistiques canadiennes sur le cancer 2017, la probabilité chez les femmes de développer un cancer du sein au cours de leur vie est de 1 sur 8 (d'après les données de 2010). En 2007, on s'attendait à observer environ 26 300 nouveaux cas de cancer du sein.

Ce qu'apporte l'étude

  • La présente étude permet, pour la première fois, de présenter le taux d'interventions chirurgicales utilisées pour traiter les nouvelles tumeurs primaires du sein chez la femme pour l'ensemble du Canada (à l'exception du Québec), d'après des données administratives d'hospitalisation couplées au Registre canadien du cancer, soit la référence standard pour le diagnostic des tumeurs au Canada.
  • La variation du taux de traitement chirurgical des nouveaux cancers du sein primitifs a été démontrée d'une province et d'un territoire à l'autre.
  • Ces résultats fournissent également de nouvelles données sur le taux de traitement chirurgical des tumeurs du sein diagnostiquées à des stades différents de la maladie.

Fin de l'encadré

Date de modification :