Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Résumé

Contexte

Un désavantage socioéconomique chez la mère a été associé à un risque accru de donner naissance à un enfant de petite taille pour l’âge gestationnel et de naissance prématurée. Peu d’études se sont cependant intéressées simultanément au niveau de scolarité de la mère et à son revenu afin de mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent les disparités en matière de santé périnatale. La présente analyse porte à la fois sur le niveau de scolarité de la mère et sur son revenu ainsi que sur leurs associations avec le risque de donner naissance à un enfant de petite taille pour l’âge gestationnel et de naissance prématurée.

Méthodologie

L’étude est fondée sur 127 694 naissances vivantes simples de la cohorte canadienne de naissance du Recensement de 2006, qui est une cohorte nationale des naissances enregistrées de mai 2004 à mai 2006 couplées au questionnaire détaillé du Recensement de 2006. Les taux non ajustés de nouveau-nés de petite taille pour l’âge gestationnel (poids à la naissance propre au sexe au-dessous du 10e percentile pour l’âge gestationnel) et de naissances prématurées (avant 37 semaines complètes de grossesse) ont été estimés selon des caractéristiques sélectionnées de la mère. Une régression logistique a été utilisée pour estimer les rapports de risques bruts et les rapports de risques ajustés en fonction des covariables pour les deux issues selon le niveau de scolarité de la mère et les quintiles de suffisance du revenu.

Résultats

Les nouveau-nés de petite taille pour l’âge gestationnel ont été associés tant au niveau de scolarité de la mère qu’à la suffisance de son revenu, tandis que les naissances prématurées ont été associées uniquement au niveau de scolarité de la mère. Ces résultats sont demeurés les mêmes après la prise en compte de facteurs tels que l’âge de la mère, son appartenance ethnique et son état matrimonial. Les résultats donnent à penser que le mécanisme par lequel le niveau de scolarité de la mère est associé à ces issues ne passe probablement pas par le revenu, et que le revenu ne remplace pas le niveau de scolarité en tant que mesure potentiellement significative de la situation socioéconomique de la mère.

Interprétation

Les mécanismes qui sous-tendent les associations entre la situation socioéconomique de la mère et les disparités en matière de santé périnatale sont complexes. Les résultats de la présente étude indiquent que plusieurs facteurs socioéconomiques pourraient être déterminants.

Résultats

L’incidence des disparités socioéconomiques sur les issues des grossesses est depuis longtemps reconnue dans les pays développés. Un désavantage socioéconomique chez la mère a été associé à un risque accru de donner naissance à un enfant de petite taille pour l’âge gestationnel et de naissance prématurée. Les nouveau-nés de petite taille pour l’âge gestationnel sont exposés à un plus grand risque de mortalité et de morbidité néonatales, tandis que les naissances prématurées sont l’une des principales causes de décès infantiles. [Texte intégral]

Mots-clés

Poids à la naissance, niveau de scolarité, revenu, périnatal, grossesse, nouveau-né prématuré.

Auteurs

Tracey Bushnik (tracey.bushnik@canada.ca) travaille à la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, à Ottawa, en Ontario. Seungmi Yang et Jay S. Kaufman sont affiliés au Département d’épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail de l’Université McGill. Michael S. Kramer est affilié au Département de pédiatrie et au Département d’épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail de l’Université McGill, ainsi qu’à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Russell Wilkins est affilié au Département d’épidémiologie et de médecine communautaire de l’Université d’Ottawa.

Début de l'encadré

 

Ce que l’on sait déjà sur le sujet

  • L’incidence des disparités socioéconomiques sur les nouveau-nés de petite taille pour l’âge gestationnel et sur les naissances prématurées est depuis longtemps reconnue dans les pays développés.
  • Malgré le fait que la situation socioéconomique soit multidimensionnelle, la plupart des études ont porté sur une seule mesure, le plus souvent le niveau de scolarité ou le revenu de la mère.
  • Peu d’études ont examiné le niveau de scolarité et le revenu de la mère conjointement, encore moins dans le contexte d’un système de soins de santé universel financé par l’État.

Ce qu’apporte l’étude

  • Un ensemble de données national représentatif contenant de l’information sur les issues périnatales et sur le niveau de scolarité et le revenu de la mère est maintenant disponible au Canada.
  • Lorsque des facteurs tels que l’âge, l’appartenance ethnique et l’état matrimonial de la mère ont été pris en compte, les nouveau-nés de petite taille pour l’âge gestationnel ont été associés tant au niveau de scolarité qu’à la suffisance du revenu de la mère, tandis que les naissances prématurées ont été associées uniquement au niveau de scolarité.
  • Le mécanisme par lequel le niveau de scolarité de la mère est associé au fait de donner naissance à un enfant de petite taille pour l’âge gestationnel et à la naissance prématurée ne passe probablement pas par le revenu, et le revenu ne remplace pas le niveau de scolarité en tant qu’indicateur de la situation socioéconomique.
  • Les associations entre la situation socioéconomique et les disparités en matière de santé périnatale sont complexes et plusieurs facteurs socioéconomiques entrent en jeu.

Fin de l'encadré

Date de modification :