Résumé

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Passer au texte

Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteurs
Ce que l'on sait déjà sur le sujet
Ce qu'apporte l'étude

Début du texte

Contexte

Au Canada, les estimations de la perte auditive au niveau de la population sont fondées sur des données autodéclarées et se situent à 4 ou 5 %. Les problèmes d’ouïe autodéclarés peuvent entraîner des sous-estimations de la perte auditive, particulièrement chez les personnes où cette perte est légère et chez les adultes âgés.

Données et méthodes

Dans le cadre de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2012-2013 (cycle 3), on a recueilli des données audiométriques et des données autodéclarées, en vue d’estimer le taux de perte et de limitations auditives dans un échantillon représentatif des Canadiens âgés de 20 à 79 ans. Des fréquences pondérées et des totalisations croisées ont servi à calculer les niveaux mesurés et autodéclarés d’audition, selon des caractéristiques sociodémographiques. Toutes les estimations ont été pondérées au niveau de la personne, afin de représenter la population.

Résultats

Selon une moyenne des sons purs sur quatre fréquences qui sont importantes pour la parole, 19,2 % des Canadiens de 20 à 79 ans présentaient une perte auditive mesurée dans au moins une oreille, et 35,4 %, une perte auditive aux hautes fréquences. Ces niveaux dépassaient l’estimation autodéclarée de la prévalence de difficultés d’audition de 3,7 %, calculée à partir des réponses aux questions du Health Utilities Index Mark 3. Le taux de perte auditive mesurée augmentait avec l’âge, allant d’au plus 10 % chez les personnes de moins de 50 ans à 65 % chez les 70 à 79 ans. Les hommes étaient plus susceptibles que les femmes de présenter une perte auditive, une différence qui ressortait vers l’âge de 60 ans environ. Les Canadiens ayant un faible revenu du ménage et(ou) un faible niveau de scolarité étaient plus susceptibles que ceux des ménages ayant un revenu et un niveau de scolarité plus élevés de présenter une perte auditive.

Interprétation

La présente analyse comprend les premières estimations audiométriques fondées sur la population de la perte auditive chez les Canadiens adultes à domicile, et met l’accent sur l’écart entre les résultats mesurés et les résultats autodéclarés.

Mots-clés

Audiométrie, surdité, cérumen, appareils auditifs, malentendants, perte auditive.

Résultats

La perte auditive représente un problème de santé publique important, qui a de vastes conséquences. Au début du XXIe siècle, l’Organisation mondiale de la Santé indiquait que la perte auditive chez l’adulte constituait l’une des principales causes des années de vie vécues avec une incapacité (AVI); en 2000, la perte auditive représentait 4,7 % des AVI, soit 24,9 millions d’années. Par ailleurs, la perte auditive a été associée à une détérioration de la qualité de vie et des résultats fonctionnels. Parmi les conséquences personnelles figurent l’isolement social, la dépression, les questions de sécurité, les limitations de la mobilité et la réduction du revenu et des possibilités d’emploi. Mais malgré l’importance de l’audition dans les activités au quotidien, la perte auditive est souvent non reconnue et insuffisamment traitée. [Texte intégral]

Auteurs

Katya Feder (Katya.Feder@hc-sc.gc.ca), David Michaud (David.Michaud@hc-sc.gc.ca) et James McNamee (James.McNamee@hc-sc.gc.ca) travaillent à la Division de l’évaluation des effets sur la santé de Santé Canada, Ottawa (Ontario). Pamela Ramage-Morin (Pamela.Ramage-Morin@statcan.gc.ca) travaille à la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, Ottawa (Ontario). Yves Beauregard travaille au département d’audiologie du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, Ottawa (Ontario).

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • Au Canada, les estimations nationales du taux de perte auditive ont généralement été fondées sur des données autodéclarées.
  • Les données autodéclarées peuvent entraîner une sous-estimation de la prévalence de la déficience auditive, particulièrement chez les personnes âgées et chez les personnes ayant une perte auditive légère ou aux hautes fréquences.
  • L’évaluation audiométrique de l’ouïe est importante pour comprendre l’étendue du problème au niveau de la population.

Ce qu'apporte l'étude

  • Dans le cadre de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2012-2013, on a recueilli des données audiométriques auprès d’un échantillon représentatif de la population adulte des dix provinces.
  • Moins de 4 % des adultes de 20 à 79 ans ont déclaré des problèmes auditifs, mais 19 % (4,6 millions) avaient une perte auditive mesurée qui affectait leur capacité à comprendre la parole; chez les 70 à 79 ans, la proportion était de 65 %.
  • Les estimations de la perte auditive fondées sur la population canadienne sont similaires à celles pour les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie.
  • Dans l’ensemble, 12 % des adultes ayant une perte auditive mesurée utilisaient un appareil auditif; chez les 70 à 79 ans, la proportion était de 24 %.
  • On estime que 13 % des Canadiens adultes avaient un bouchon de cérumen, et que chez les personnes âgées, cette proportion s’établissait à 21 %.
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :