Résumé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.








Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteurs

Contexte

Les données de la Base de données sur les congés des patients de l'Institut canadien d'information sur la santé ont été utilisées pour examiner les jours d'hospitalisation en soins de courte durée des patients pour lesquels un problème de santé mentale était codé comme étant le diagnostic principal ou un diagnostic de trouble comorbide. En 2009-2010, les patients ayant reçu un diagnostic de trouble mental représentaient 11,8 % des personnes hospitalisées et 25,5 % des jours d'hospitalisation en soins de courte durée. Les patients pour lesquels le trouble mental constituait le diagnostic principal représentaient 9,0 % des jours d'hospitalisation (1,2 million), tandis que ceux ayant reçu un diagnostic de trouble mental comorbide représentaient 16,5 % des jours d'hospitalisation (2,3 millions). Les diagnostics de troubles mentaux étaient souvent associés à des problèmes de santé physique. La durée moyenne du séjour dans le cas des hospitalisations associées à un diagnostic de trouble mental était deux fois et demie celle des hospitalisations non associées à un tel diagnostic. Environ un quart des jours d'hospitalisation liés à un diagnostic de trouble mental étaient désignés comme des jours nécessitant un niveau de soins alternatif.

Mots-clés

Comorbidité, dossiers d'hospitalisation, durée du séjour à l'hôpital, niveau de soins alternatif, patients atteints de troubles mentaux, santé mentale, troubles mentaux

Résultats

En dépit de l'augmentation du nombre d'études sur la santé mentale basées sur la population à l'échelle nationale et provinciale, des lacunes importantes persistent quant à la compréhension de l'incidence des troubles mentaux sur l'utilisation des services de soins de santé. Les études ont tendance à être axées sur les problèmes de santé mentale comme diagnostic principal et fournissent peu d'information sur les problèmes de santé mentale comme trouble comorbide. Cependant, les troubles psychiatriques peuvent accompagner des problèmes de santé physique et plusieurs d'entre eux augmentent le risque d'un mauvais état de santé mentale. La combinaison de problèmes de santé physique et de problèmes de santé mentale peut donner lieu à des taux plus élevés d'utilisation des soins de santé, car les problèmes de santé mentale compliquent souvent la recherche d'aide, le diagnostic et le traitement, et peut influer sur le pronostic. [Texte intégral]

Auteurs

Helen Johansen (1-613-722-5570; helen.johansen@gmail.com) travaillait à la Division de l'analyse de la santé de Statistique Canada, Ottawa (Ontario)  K1A 0T6  et Philippe Finès (1-514-283-6847; philippe.fines@statcan.gc.ca) y travaille actuellement.