Résumé

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.








Contexte
Mots-clés
Résultats
Auteurs
Ce que l'on sait déjà sur le sujet
Ce qu'apporte l'étude

Contexte

La santé physique et mentale des enfants de mères adolescentes diffère de celle des enfants de mères plus âgées. Comparativement à l'ensemble de la population du Canada, les femmes inuites deviennent enceintes pour la première fois à un âge plus jeune. Toutefois, peu de recherches sur la population portent sur les résultats en matière de santé des enfants inuits de femmes qui ont commencé à avoir des enfants à l'adolescence.

Données et méthodes

L'étude s'appuie sur les données tirées de l'Enquête sur les enfants autochtones de 2006 pour comparer les résultats en matière de santé physique et mentale des enfants inuits de 2 à 5 ans de mères adolescentes et de ceux de mères plus âgées.

Résultats

Les résultats en matière de santé physique et mentale des enfants inuits diffèrent selon que la mère était adolescente ou avait 25 ans ou plus au moment où elle a commencé à avoir des enfants. Certaines différences sont attribuables à des facteurs socioéconomiques mais non d'autres, à savoir les infections de l'oreille, les problèmes dentaires et l'hyperactivité ou l'inattention.

Interprétation

D'autres recherches sont nécessaires pour déterminer quels facteurs sous-tendent les différences en matière de santé mentale et physique entre les enfants inuits de mères adolescentes et ceux de mères plus âgées.

Mots-clés

Autochtones, comportement de l'enfant, éducation des enfants, âge de la mère, parentage, facteurs socioéconomiques.

Résultats

Les caractéristiques démographiques des jeunes Inuits au Canada diffèrent de celles des jeunes non inuits. Les enfants de 0 à 4 ans représentent un pourcentage plus élevé de la population inuite (12 %) que de la population non autochtone (5 %). Chez les 15 à 19 ans, le taux de fécondité des Inuites est nettement supérieur aux taux nationaux. En 2009, 20 % des naissances au Nunavut (où 85 % des habitants se sont identifi és comme Inuits en 2006) ont été le fait d'adolescentes de 15 à 19 ans, par rapport à 4 % des naissances dans l'ensemble du Canada. [Texte intégral]

Auteurs

Anne Guèvremont (1-613-951-2432; anne.guevremont@statcan.gc.ca) et Dafna Kohen (1-613-951-3346; dafna.kohen@statcan.gc.ca) travaillent à la Division de l'analyse de la santé, à Statistique Canada, Ottawa (Ontario) K1A 0T6.

Ce que l'on sait déjà sur le sujet

  • Les taux de grossesse chez les adolescentes inuites sont relativement élevés, comparativement aux taux chez les adolescentes dans l'ensemble de la population canadienne.
  • En général, les femmes inuites qui commencent à avoir des enfants à l'adolescence ont des conditions socioéconomiques moins favorables que les femmes inuites qui sont plus âgées au moment de la naissance du premier enfant.
  • Les recherches canadiennes et américaines ont révélé que, de façon générale, les enfants de mères adolescentes sont plus susceptibles d'avoir une mauvaise santé physique et mentale, comparativement aux enfants de mères plus âgées.
  • Peu de recherches sur la population ont porté sur les résultats chez les enfants inuits de mères adolescentes.

Ce qu'apporte l'étude

  • Les enfants inuits d'âge préscolaire de mères adolescentes étaient moins susceptibles d'être en très bonne ou en excellente santé, étaient plus susceptibles d'avoir déjà eu une infection de l'oreille ou des problèmes dentaires et avaient des scores plus élevés pour les problèmes émotifs et l'inattention ou l'hyperactivité, comparativement aux enfants inuits d'âge préscolaire de mères plus âgées.
  • Certaines différences, comme le fait d'être en bonne ou en excellente santé et les problèmes émotifs, étaient attribuables à des facteurs socioéconomiques, mais non d'autres différences, comme les infections de l'oreille, les problèmes dentaires et l'inattention ou l'hyperactivité.