Aviation
Activité aéroportuaire : Trafic des transporteurs aériens aux aéroports canadiens, 2020

Date de diffusion :le 25 août 2021

Passer au texte

Début du texte

Faits saillants

En 2020, la COVID-19 a paralysé l’industrie de l’aviation et a mis fin brutalement à 10 augmentations annuelles consécutives du trafic aérien de passagers. Le nombre total de passagers embarqués et débarqués dans les aéroports canadiens a diminué pour s’établir à 45,9 millions en 2020, soit une baisse de 71,8 % par rapport à l’année précédente.

Depuis 2019, le trafic a considérablement diminué dans les plus grands aéroports du Canada. L’aéroport international de Toronto/Lester B. Pearson et l’aéroport international de Montréal/Pierre-Elliott-Trudeau ont tous deux enregistré une baisse de 73,6 % de leur nombre de passagers, tandis que les reculs enregistrés aux aéroports internationaux de Vancouver et de Calgary se sont chiffrés à 71,9 % et à 69,2 %.

Des baisses généralisées sans précédent

Dans la foulée des restrictions de voyage d’abord imposées en mars 2020 au Canada et dans le monde entier, le trafic de passagers a fortement diminué pour le reste de l’année. Les mesures adoptées par les gouvernements provinciaux pour limiter la propagation du virus, dont la fermeture des entreprises non essentielles, ont contribué à ralentir encore davantage les activités des transporteurs aériens. En effet, certaines compagnies aériennes canadiennes  ont complètement cessé leurs activités alors que d’autres ont continué de les réduire.

Cela a fait diminuer le trafic de passagers aériens, qui s’est établi à des niveaux jamais vus depuis plus de 40 ans; le trafic intérieur a reculé de 69,4 % (64,7 millions de passagers) par rapport à l’année précédente.

Avec la fermeture de la frontière  aux non-résidents fin mars 2020, le trafic transfrontalier (avec les États-Unis) a connu un recul encore plus marqué, en baisse de 78,1 % (25,1 millions de passagers). Air Canada, le seul transporteur canadien qui effectuait des vols réguliers à ce moment-là, a suspendu ses services en avril, puis les a repris en mai, bien que fortement réduits, pour le reste de l’année.

À la suite de l’imposition de restrictions de voyage à la mi-mars 2020, l’autre trafic international ou d’outre-mer a diminué de 72,5 % (27,1 millions de passagers). Le gouvernement canadien a continué de déconseiller tout voyage non essentiel à l’extérieur du pays, a imposé une période de quarantaine obligatoire au retour et a interdit les voyages discrétionnaires au Canada pour les non-résidents. Au départ, les transporteurs canadiens ont maintenu un nombre limité de vols réguliers vers des destinations internationales, en mettant l’accent sur le rapatriement de personnes et le transport de biens essentiels. 


Tableau 1
Passagers et données de marchandises
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Passagers et données de marchandises 2019, 2020 et Variation 2019/2020, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
2019 2020 Variation 2019/2020
nombre pourcentage
Passagers embarqués et débarqués
Segments intérieurs 93 313 525 28 556 695 -69,4
Segments transfrontaliers 32 192 583 7 053 138 -78,1
Segments autres internationaux 37 357 969 10 287 310 -72,5
Total 162 864 077 45 897 143 -71,8
Marchandises embarquées/débarquées (tonnes) 1 377 026 1 156 704 -16,0

Les aéroports les plus achalandés du Canada

En 2020, les quatre aéroports les plus achalandés représentaient environ les deux tiers (66,8 %) de tout le trafic passager au Canada, dont plus de la moitié (53,3 %) de l’ensemble du trafic intérieur et des parts encore plus importantes du trafic transfrontalier (87,2 %) et de l’autre trafic international (90,6 %).

Le nombre de passagers embarqués et débarqués à  l’aéroport international de Toronto/Lester B. Pearson s’est établi à 13,0 millions en 2020, en forte baisse par rapport aux quelque 50 millions de passagers enregistrés en 2019. Le trafic intérieur a reculé de 70,4 % (passant de 17,7 millions à 5,2 millions), le trafic international a diminué de 73,4 % (passant de 17,9 millions à 4,8 millions), et le trafic transfrontalier a baissé de 78,0 % (passant de 13,6 millions à 3,0 millions).

Venait ensuite l’aéroport international de Vancouver, qui a enregistré 7,2 millions de passagers embarqués et débarqués, soit  environ le tiers du trafic aérien de 2019 (25,7 millions de passagers). Le trafic intérieur a diminué de 66,9 % (passant de 12,3 millions à 4,1 millions), le trafic international a reculé pour s’établir au quart de son niveau de 2019 (passant de 7,1 millions à 1,8 million), et le trafic transfrontalier a baissé de 79,1 % (passant de 6,3 millions à 1,3 millions).

Pour la première fois depuis 2014, l’aéroport international de Calgary est devenu le troisième aéroport le plus achalandé du Canada; 5,3 millions de passagers y sont embarqués et débarqués, ce qui représente tout de même une baisse par rapport aux 17,2 millions passagers enregistrés en 2019. Le trafic intérieur a baissé de 66,4 % (passant de 11,9 millions à 4,0 millions), le trafic international de  73,2 % (passant de 1,9 million à 0,5 million), et le trafic transfrontalier  de 76,8 % (passant de 3,5 millions à 0,8 million).

À l’aéroport international de Montréal/Pierre-Elliott-Trudeau, 5,2 millions de passagers ont été embarqués et débarqués, en baisse par rapport aux 19,6 millions de passagers enregistrés en 2019. Le trafic intérieur a reculé de 72,2 % (passant de 6,9 millions à 1,9 million), le trafic international a diminué de 73,0 % (passant de 8,2 millions à 2,2 millions), et le trafic transfrontalier a baissé de 76,8 % (passant de 4,4 millions à 1,0 million).

Dans chacun de ces aéroports, la majorité du trafic de passagers a eu lieu au cours des mois de janvier, février et début mars, avant la COVID-19.

Graphique 1 Total des passagers embarqués/débarqués

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Total , calculées selon passagers (millions) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Total
passagers (millions)
2000 86 003 003
2001 81 751 079
2002 78 229 504
2003 78 391 224
2004 87 799 030
2005 94 605 005
2006 101 677 328
2007 106 433 442
2008 109 360 095
2009 104 765 830
2010 109 099 196
2011 113 471 763
2012 119 197 489
2013 123 909 945
2014 129 868 870
2015 133 426 703
2016 140 892 544
2017 150 808 451
2018 160 641 587
2019 162 864 077
2020 45 897 143

Le commerce de détail essentiel et le commerce électronique permettent de maintenir les vols réservés au transport de marchandises

Avec la raréfaction du trafic de passagers, le transport de marchandises a contribué à maintenir le trafic aérien. Au début de la pandémie, Air Canada a commencé à exploiter des vols réservés au transport de marchandises et a modifié certains avions de passagers à cette fin. L’augmentation constante des vols réguliers réservés au transport de marchandises en 2020 a contribué à limiter la baisse d’une année à l’autre du poids du fret chargé et déchargé dans les  aéroports canadiens à seulement 16,0 % par rapport à 2019.

Bien que le poids de fret intérieur transporté par voie aérienne ait augmenté de 2,5 % par rapport à 2019 pour atteindre 608 000 tonnes en 2020, le fret transfrontalier a légèrement baissé de 4,0 % (230 000 tonnes). L’augmentation du fret intérieur et la baisse relativement faible du fret transfrontalier ont été éclipsées par la forte diminution du fret international, qui a diminué de 41,4 % (319 000 tonnes).

En 2020, en plus de transporter des biens essentiels, les transporteurs de marchandises ont profité de la hausse du magasinage en ligne pendant la pandémie. Selon le rapport sur le commerce de détail de décembre 2020, les ventes du commerce de détail en ligne ont augmenté de 70,5% en 2020, représentant 5,9% des ventes totales, contre 3,5% en 2019. Selon l’Organisation de l’aviation civile internationale, près de 90 % des transactions du commerce électronique mondiales  entre entreprises et consommateurs font usage du transport aérien.

Regard vers l’avenir

L’augmentation des taux de couverture vaccinale permet d’espérer que les transporteurs aériens canadiens seront en mesure d’offrir davantage de services réguliers, et certains ont déjà commencé à accroître leurs vols intérieurs.

De plus, le gouvernement fédéral a commencé à assouplir les restrictions frontalières pour les voyages internationaux en juillet, puisque les Canadiens entièrement vaccinés revenant au pays par avion ne sont plus tenus de subir un test de dépistage à leur arrivée, puis de séjourner à l’ hôtel dans l’attente du résultat du test et de se mettre en quarantaine pendant 14 jours. Cet assouplissement a contribué à renforcer la tendance déjà à la hausse des mouvements d’aéronefs transfrontaliers hebdomadaires.

L’élargissement de la liste des voyageurs autorisés à entrer au Canada ainsi qu’un assouplissement des exigences pour ceux qui entrent au pays ne peuvent que contribuer à la reprise de l’industrie.

Note aux utilisateurs

Données sur les marchandises

Il est important de noter que les données sur les marchandises ne représentent pas la totalité des marchandises chargées et déchargées au Canada. Des données exhaustives sur les marchandises transportées ne sont pas recueillies pour les raisons suivantes :

1. les transporteurs réguliers régionaux et locaux ne déclarent pas de données sur les marchandises transportées dans le cadre de l’enquête sur l’activité aéroportuaire et,

2. l’enquête sur les principaux services d’affrètement ne recueille pas de données sur les vols intérieurs de messageries aériennes et de transport de marchandises, sans participation.

Les vols passagers qui transportent des marchandises sont considérés comme des vols passagers. Les marchandises transportées sont alors définies comme étant la cargaison de la soute inférieure. Les données relatives à cette cargaison sont incorporées aux données qui figurent dans le tableau 23-10-0254-01.

Services offerts par les transporteurs

Services réguliers

Principaux services d'affrètement

Facteurs pouvant avoir eu une incidence sur les données

Pour obtenir davantage de renseignements sur les événements qui ont une incidence sur le transport aérien, y compris des résumés de certains événements touchant l'économie canadienne et de faits nouveaux sur la scène internationale et dans les marchés financiers, selon le mois civil, veuillez consulter les Nouvelles économiques canadiennes.

Date de modification :