Logo StatCan et la COVID-19: Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur Les caractéristiques du logement et le fait de rester chez soi pendant la pandémie de COVID-19

par Grant Schellenberg et Jonathan Fonberg

Text begins


Puisqu’il est essentiel de rester chez soi pour lutter contre la COVID-19, les logements dans lesquels les gens vivent gagnent en importance. Dans le cadre de la Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes (SEPC) de Statistique Canada réalisée au cours de la semaine du 29 mars, 90 % des répondants ont déclaré qu’ils évitaient de sortir de leur domicile pour lutter contre la COVID-19. Le fait de passer plus de temps à l’intérieur est susceptible de présenter différents défis, comme l’activité physique, le maintien des contacts sociaux, l’équilibre entre le télétravail, les soins aux enfants et l’école à la maison, ainsi que la routine du ménage dans un espace restreint. Les réponses obtenues dans le cadre de la SEPC de mars font état de ces pressions, tandis que le tiers des Canadiens ont fait état de préoccupations au sujet du confinement et du stress familial. Le fait de rester chez soi peut soulever d’autres questions, comme le maintien de l’éloignement physique dans les immeubles à logements multiples, où il y a partage du hall d’entrée, des ascenseurs ou de la buanderie.

Le type de logement et le statut de propriété proposent une lentille utile axée sur le logement avec laquelle il est possible d’évaluer les questions relatives à la COVID-19. Dans les grands centres urbains du Canada (c.-à-d. les régions métropolitaines de recensement, ou RMR), la grande majorité des ménages (40 %) résident dans des maisons individuelles non attenantes desquelles ils sont propriétairesNote . Ensuite viennent les ménages qui résident dans un appartement loué (26 %) (voir le tableau 1). Les proportions de ménages vivant dans des maisons individuelles non attenantes dont ils sont propriétaires sont moindres au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique que dans les autres provincesNote . Les renseignements tirés de l’Enquête canadienne sur le logement de 2018 (voir la section Méthodologie) montrent que les perspectives et les caractéristiques des ménages vivant dans des maisons individuelles non attenantes et dans des appartements loués diffèrent de manière considérable.


Tableau 1
Type de logement et mode d’occupation des ménages canadiens, selon le secteur de résidence, 2018
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Type de logement et mode d’occupation des ménages canadiens Grands centres urbains (RMR), Villes (AR) et Régions rurales et petites villes (hors des RMR et des AR), calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Grands centres urbains (RMR) Villes (AR) Régions rurales et petites villes (hors des RMR et des AR)
pourcentage
Maison individuelle non attenante – Total 43,2 61,5 83,4
Propriétaire 40,1 56,4 77,4
Locataire 3,1 5,1 6,0
Maison jumelée, en rangée – Total 19,6 16,3 8,4
Propriétaire 13,8 9,4 4,2
Locataire 5,8 6,9 4,2
Appartements – Total 37,2 22,2 8,2
Propriétaire 11,0 3,9 1,0
Locataire 26,2 18,3 7,2
Total 100,0 100,0 100,0

La satisfaction à l’égard de la superficie habitable et de la température à l’intérieur varie en fonction du type de logement et du mode d’occupation

La superficie habitable et le confort sont pertinents quand vient le temps de rester chez soi. Parmi les ménages dans les RMR, 70 % de ceux qui louent un appartement sont satisfaits du caractère adéquat de l’espace, tandis que 88 % des ménages vivant dans des maisons individuelles non attenantes dont ils sont propriétaires considèrent leur espace adéquat (graphique 1). La satisfaction à l’égard du nombre de chambres à coucher suit une tendance semblable (voir le tableau 2). Les ménages vivant dans un appartement loué sont également moins susceptibles d’être satisfaits de leur capacité à maintenir une température confortable à l’intérieur pendant l’été. Un peu plus de la moitié (53 %) des ménages éprouvent de la satisfaction à cet égard, par rapport à 78 % des ménages propriétaires d’une maison individuelle non attenante.

Parmi les résidents d’appartements, la satisfaction à l’égard de la capacité à maintenir une température confortable à l’intérieur est 19 points de pourcentage moins élevée chez les locataires par rapport aux propriétaires. Les températures à la hausse au début de l’été pourraient représenter un nouveau défi pour les ménages qui demeurent à domicile, surtout ceux qui doivent composer avec un espace plus restreint et qui n’ont pas de climatiseur.

Graphique 1 Pourcentage de ménages dans les RMR qui sont satisfaits d’aspects sélectionnés de leur logement, selon le type de logement et le mode d’occupation sélectionnés

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Type de logement et mode d’occupation (titres de rangée) et Superficie totale suffisante, Maintien d’une température confortable à l’intérieur l’été et Abordabilité, calculées selon pourcentage satisfait ou très satisfait unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Type de logement et mode d’occupation Superficie totale suffisante Maintien d’une température confortable à l’intérieur l’été Abordabilité
pourcentage satisfait ou très satisfait
Propriétaire-non attenante 87,7 78,3 72,7
Propriétaire-appartement 76,4 72,0 65,8
Locataire-appartement 70,2 52,7 56,7

Tableau 2
Satisfaction à l’égard du logement et caractéristiques sélectionnées des ménages dans les RMR, selon le type de logement et le mode d’occupation
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Satisfaction à l’égard du logement et caractéristiques sélectionnées des ménages dans les RMR Propriétaire-non attenante, Propriétaire-maison jumelée, Propriétaire-appartement, Locataire-appartement, Logement-maison jumelée et Locataire-non attenante, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Propriétaire-non attenante Propriétaire-maison jumelée Propriétaire-appartement Locataire-appartement Logement-maison jumelée Locataire-non attenante
pourcentage
Pourcentage des ménages satisfaits ou très satisfaits :
Superficie totale suffisante 87,7 81,6 76,4 70,2 75,6 81,6
Nombre de chambres à coucher 90,3 86,0 78,4 75,1 83,0 87,6
Capacité à maintenir la température l’été 78,3 73,3 72,0 52,7 57,7 72,8
Abordabilité 72,7 68,5 65,8 56,7 65,8 65,8
Pourcentage des ménages qui :
Ont éprouvé des difficultés financières l’année précédente 17,2 21,4 14,2 30,0 33,3 34,2
Sont composés d’une personne vivant seule 14,1 19,6 44,0 48,2 27,0 20,2
Sont composés d’une personne âgée vivant seule 6,5 6,7 18,2 15,8 8,0 4,3
Ont auto-évalué leur état de santé général comme étant mauvais ou passable 11,3 13,3 12,5 19,7 16,8 15,7

Les vulnérabilités socioéconomiques varient en fonction des divers types de logement et modes d’occupation

L’exposition à d’autres vulnérabilités varie lorsqu’elle est évaluée en tenant compte du logement. En ce qui concerne les perspectives financières, les locataires sont moins susceptibles que les propriétaires d’être satisfaits du caractère abordable de leur logement (graphique 1), et plus susceptibles d’avoir éprouvé des difficultés financières au cours de la dernière année (graphique 2). La composition du ménage peut également poser des risques. Environ 45 % des ménages vivant dans un appartement sont composés d’une seule personne. L’absence d’un bénéficiaire d’un deuxième revenu fait en sorte que le ménage a une capacité plus restreinte de composer avec les chocs financiers, tandis que l’absence d’un partenaire ou d’un colocataire suggère un risque accru d’isolement social. Les risques liés à l’isolement social peuvent revêtir davantage d’importance chez les personnes âgées. Dans les RMR, les personnes âgées vivant seules représentent environ un ménage sur six dans les appartements (de 16 % à 18 %), qu’elles soient locataires ou propriétaires. Enfin, les ménages vivant dans un appartement loué sont plus susceptibles que les autres de déclarer un état de santé général mauvais ou passableNote .

Graphique 2 Caractéristiques socioéconomiques sélectionnées des ménages dans les RMR, selon le logement et le mode d’occupation sélectionnés

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon Type de logement et mode d’occupation (titres de rangée) et Pourcentage ayant éprouvé des difficultés financières l’année précédente, Pourcentage vivant seul, Pourcentage de personnes âgées vivant seules et Pourcentage ayant un état de santé général passable ou mauvais(figurant comme en-tête de colonne).
Type de logement et mode d’occupation Pourcentage ayant éprouvé des difficultés financières l’année précédente Pourcentage vivant seul Pourcentage de personnes âgées vivant seules Pourcentage ayant un état de santé général passable ou mauvais
Propriétaire-non attenante 17,2 14,1 6,5 11,3
Propriétaire-appartement 14,2 44,0 18,2 12,5
Locataire-appartement 30,0 48,2 15,8 19,7

Ménages affichant des vulnérabilités en matière de santé

Les ménages qui déclarent un état de santé général mauvais ou passable peuvent être plus susceptibles d’avoir un problème de santé sous-jacent les rendant vulnérables face à la COVID-19. Ces ménages représentent le cinquième des ménages louant un appartement (graphique 2). Parmi ce groupe, la moitié a déclaré la présence de moisissures, d’organismes nuisibles ou d’une mauvaise qualité de l’air intérieur dans leur immeuble. Moins de la moitié est satisfaite de sa capacité à maintenir une température confortable à l’intérieur l’été. Les ménages ayant une santé passable ou mauvaise qui sont propriétaires de leur domicile sont beaucoup moins susceptibles d’exprimer de telles préoccupations.

Graphique 3 Pourcentage de ménages vulnérables dans les RMR qui font état de problèmes sélectionnés dans leur logement, selon le type de logement et le mode d’occupation sélectionnés

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3. Les données sont présentées selon Type de logement et mode d’occupation (titres de rangée) et Pourcentage faisant état de la présence de moisissures, d’organismes nuisibles ou d’une mauvaise qualité de l’air à l’intérieur dans leur logement et Pourcentage satisfait de sa capacité à maintenir une température confortable l’été, calculées selon Ménages ayant une santé mauvaise ou passable unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Type de logement et mode d’occupation Pourcentage faisant état de la présence de moisissures, d’organismes nuisibles ou d’une mauvaise qualité de l’air à l’intérieur dans leur logement Pourcentage satisfait de sa capacité à maintenir une température confortable l’été
Ménages ayant une santé mauvaise ou passable Ménages ayant une santé mauvaise ou passable
Propriétaire-non attenante 27 70
Propriétaire-appartement 27 71
Locataire-appartement 50 47

Méthodologie

L’Enquête canadienne sur le logement est une enquête biennale créée conjointement par la SCHL et StatCan, afin de recueillir des renseignements sur les besoins en matière de logement et les expériences des ménages canadiens. Elle a été réalisée pour la première fois de novembre 2018 à mars 2019 dans toutes les provinces et tous les territoires. La population cible est composée de ménages privés. Les logements collectifs, comme les maisons de soins infirmiers, les résidences pour personnes âgées et les refuges, sont exclus. Une personne repère dans chaque logement échantillonné, identifiée comme le membre du ménage responsable des décisions en matière de logement, était invitée à remplir le questionnaire.

Conclusions et étapes suivantes

En raison des périodes prolongées passées à domicile, les caractéristiques du logement revêtent beaucoup plus d’importance. À cet égard, les ménages louant un appartement semblent vulnérables, parce qu’ils sont plus susceptibles d’exprimer des préoccupations au sujet des caractéristiques de leur logement, et sont plus susceptibles d’être vulnérables en ce qui concerne leurs finances, leur santé ou leurs contacts sociaux.
La Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes mentionnée au début du présent article a été, par la suite, réalisée en ligne auprès de plus de 200 000 Canadiens. Les réponses à l’enquête seront intégrées aux renseignements sur les quartiers, comme la densité de la population, la prévalence de certains types de logement et le revenu moyen des ménages, offrant ainsi des données probantes plus directes sur le lien entre le lieu où les gens vivent et leurs perspectives et réponses en ce qui concerne la COVID-19.

Références

Fonberg, J.D., et G. Schellenberg. 2019. Satisfaction des Canadiens à l'égard de leur logement: faits saillants de l'Enquête canadienne sur le logement de 2018. Série de documents de recherche – Revenu. Produit no 75F0002M au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Gallagher, J.E., A.A. Wilkie, A. Cordner, E.E. Hudgens, A.J. Ghio, R.J. Birch et T.J. Wade. 2016. "Factors associated with self-reported health: implications for screening level community-based health and environmental studies." BMC Public Health, 16 : 640. https://doi.org/10.1186/s12889-016-3321-5.

Kuhn, R., O. Rahman, et J. Menken. 2006. « Survey Measures of Health: How Well Do Self-reported and Observed Indicators Measure Health and Predict Mortality? » Dans Aging in Sub-Saharan Africa: Recommendation for Furthering Research, publié sous la direction du National Research Council (US) Committee on Population, de B. Cohen, et de J. Menken, chapitre 10. Washington, D.C. : National Academies Press.

Miilunpalo, S., I. Vuori, P. Oja, M. Pasanen, et H. Urponen. 1997. "Self-rated health status as a health measure: the predictive value of self-reported health status on the use of physician services and on mortality in the working-age population." Journal of Clinical Epidemiology 50 (5) : 517–528.

Statistique Canada. 2019. Enquête canadienne sur le logement : information détaillée pour 2018. Mis à  jour le 1er avril 2019. Disponible au lien suivant : https://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=5269 (consulté le 1er mai 2020).

Date de modification :