Guides de référence technique pour la Plateforme longitudinale entre l’éducation et le marché du travail
Indicateurs de mobilité interprovinciale et territoriale des compagnons nouvellement certifiés, 2008 à 2017

Date de diffusion : le 16 mars 2020

Passer au texte

Début du texte

1. Introduction

Statistique Canada, en collaboration avec les provinces et territoires, Emploi et Développement social Canada (EDSC), ainsi que d’autres intervenants, a élaboré la Plateforme longitudinale entre l’éducation et le marché du travail (PLEMT).

La PLEMT permet l’intégration longitudinale des données administratives relatives à l’éducation et d’autres sources de données afin de fournir des ensembles de données personnalisés à des fins analytiques.

Le programme de la PLEMT permet de combler les lacunes statistiques et de mieux comprendre les parcours des étudiants et des apprentis, leur transition vers le marché du travail et les résultats au fil du temps.

Les données de la PLEMT peuvent aider à répondre à une vaste gamme de questions stratégiques relatives à la persévérance, à la réussite, à la mobilité et aux parcours des étudiants et des apprentis, ainsi qu’à étudier leurs résultats sur le marché du travail.

Grâce à ces données, les décideurs sont en mesure de mieux comprendre les divers types de parcours que les étudiants peuvent suivre tout au long de leurs études postsecondaires ou de leur formation d’apprenti, de même que les caractéristiques des étudiants qui pourraient avoir un lien avec ces parcours.

La clientèle visée par la PLEMT comprend les ministères provinciaux de l’Éducation, les autorités en matière d’apprentissage, les établissements d’enseignement postsecondaire, les ministères du gouvernement fédéral, le milieu universitaire, les chercheurs, les étudiants et parents qui souhaitent en apprendre davantage sur les résultats des diplômés, et d’autres groupes d’intervenants dans les domaines de l’éducation et du marché du travail.

2. Plateforme longitudinale entre l’éducation et le marché du travail (PLEMT)

2.1 Les principales caractéristiques de la PLEMT

  1. Plateforme ― La Plateforme est un ensembles de données de base et de données supplémentaires pouvant être utilisés conjointement pour permettre aux chercheurs d’obtenir des informations sur les cohortes passées d’étudiants collégiaux et universitaires et d’apprentis inscrits, afin de mieux comprendre leurs parcours et l’impact de  leur éducation et de leur formation sur leurs perspectives de carrière.
  2. Ensembles de données intégrés sécurisés — Ces ensembles de données intégrés nous permettent d’en savoir plus qu’au moyen d’un seul ensemble de données ou d’une seule enquête. Des ensembles de données intégrés signifient que tous les ensembles de données de la PLEMT peuvent être appariés en utilisant un identificateur de couplage anonyme qui se trouve dans chaque fichier. Après avoir déterminé quels ensembles de données de la PLEMT sont nécessaires pour répondre à une question stratégique ou de recherche en particulier, les chercheurs peuvent utiliser l’identificateur de couplage anonyme qui se trouve dans chaque fichier pour apparier ces ensembles de données. L’intégration des ensembles de données s’effectue dans l’Environnement de couplage de données sociales (ECDS) de Statistique Canada, qui maintient les normes les plus élevées en matière de protection des renseignements personnels et de sécurité des données.
  3. Données longitudinales — Les données accessibles dans la PLEMT sont couplées longitudinalement, ce qui permet aux chercheurs de mieux comprendre les comportements et les résultats des étudiants et des apprentis au fil du temps.
  4. Données accessibles — Les chercheurs auront accès à tous les ensembles de données préparés pour la PLEMT par l’intermédiaire du Réseau canadien des centres de données de recherche.

2.2 Accessibilité, confidentialité et vie privée

Les ensembles de données intégrés de la PLEMT sont réputés être des renseignements statistiques de nature délicate et sont assujettis aux exigences en matière de confidentialité de la Loi sur la statistique. Les employés de Statistique Canada qui créent les ensembles de données intégrés aux fins de recherche ont accès aux données seulement une fois qu’elles ont été dépouillées des identificateurs personnels. De plus, seuls les employés de Statistique Canada et les personnes réputées être employées qui ont besoin d’accéder aux données dans le cadre de leur travail d’analyse ont accès aux fichiers analytiques couplés.

Ces données sont traitées de manière tout aussi confidentielle que les données des enquêtes menées par Statistique Canada.

Les résultats tirés de la PLEMT sont diffusés sur le site Web de Statistique Canada.

Les données de la PLEMT sont également accessibles dans les centres de données de recherche (CDR) de Statistique Canada, uniquement aux chercheurs dont les projets ont été approuvés. Ces derniers peuvent accéder aux données dans l’environnement sécurisé offert par les CDR, dont le personnel est composé d’employés de Statistique Canada. Les CDR sont régis par la Loi sur la statistique, conformément à toutes les règles en matière de confidentialité, et sont accessibles aux chercheurs une fois qu’ils ont prêté serment en vertu de la Loi sur la statistique en tant qu’« employés réputés ». Des règles de vérification sont également mises en place pour garantir que les recherches produites dans le CDR ne divulguent pas d'information sur une personne.

2.3 Ensembles de données de base et supplémentaires

La PLEMT comprend deux types d’ensembles de données : des ensembles de données de base et des ensembles de données supplémentaires.

Les ensembles de données de base de la PLEMT sont mis à jour chaque année et comprennent ce qui suit :

  1. Système d’information sur les étudiants postsecondaires (SIEP) — Un ensemble de données administratives sur les effectifs et les diplômés des collèges et universités publics canadiens, selon le type de programme, la sanction d’études, et le domaine d’études pour chaque année scolaire. La PLEMT comprend les données du SIEP à partir de 2009 pour l’ensemble des provinces et des territoires, à partir de 2005 pour les quatre provinces de l’Atlantique, et à partir de 2004 pour l’Alberta.
  2. Système d’information sur les apprentis inscrits (SIAI) —Un ensemble de données administratives annuelles pancanadiennes (provinciales et territoriales) sur les apprentis inscrits et les travailleurs qualifiés. La PLEMT comprend les données du SIAI à partir de 2008.
  3. Impôt sur le revenu du Fichier de familles T1 (FFT1)  — Certains renseignements tirés des données de l’impôt sur le revenu à partir de 1992 sont accessibles pour tous les enregistrements du SIEP et du SIAI qui ont été couplés aux données du Fichier de familles T1.

Les ensembles de données supplémentaires sont d’autres ensembles de données qui sont intégrés dans la PLEMT pour ajouter de nouveaux indicateurs aux fins de recherche. Avec le temps, les ensembles de données supplémentaires qui sont intégrés à la PLEMT sont de plus en plus nombreux et pourraient comprendre des données d’enquête déjà recueillies par Statistique Canada, des données administratives déjà obtenues par ce dernier et des données administratives dont il ne dispose pas encore.

3. Sources de données

3.1 Sources de données et couplage d’enregistrements

Le Système d’information sur les apprentis inscrits (SIAI) est la principale source de renseignements sur les apprentis au Canada. Chaque année, le SIAI permet de produire des statistiques transversales sur les inscriptions aux programmes d’apprentissage ainsi que sur la certification dans les métiers. Les fichiers annuels transversaux du SIAI ne sont pas conçus pour appuyer les études longitudinales et ne contiennent pas de renseignements sur le revenu des apprentis.

Pour étudier la mobilité interprovinciale et territorialeNote des compagnons récemment certifiés, les fichiers annuels du SIAI à partir de 2008 ont été couplés longitudinalement, et ont ensuite été intégrés au Fichier des familles T1 (FFT1) et les feuillets de renseignements T4 pour les années d’imposition correspondantes. Les fichiers intégrés ont fourni les renseignements géographiques nécessaires pour suivre les mouvements interprovinciaux. Le SIAI a fourni les renseignements sur les juridictions ayant accordé la certification des compagnons, tandis que le FFT1 a procuré la province ou le territoire de résidence et les feuillets T4 ont fourni la province ou le territoire d’emploi.

Des couplages d’enregistrements probabilistes des fichiers annuels du SIAI ont été effectués dans l’Environnement de couplage des données sociales (ECDS). Le succès des couplages dépendait de la présence d’identificateurs personnels complets. Près de 99 % des enregistrements de chacun des fichiers du SIAI, de 2008 à 2017, ont été couplés avec succès au Dépôt d’enregistrements dérivés de Statistique Canada.

Des identificateurs uniques ont servi à joindre le FFT1 et les feuillets T4 aux fichiers du SIAI. Environ 99 % des enregistrements du FFT1 et des feuillets T4 ont été couplés avec succès au SIAI. Les enregistrements en double ont ensuite été supprimés en combinant trois variables : un identificateur unique, la province de certification et l’identificateur du programme de métier. Ainsi, chaque enregistrement représente un compagnon qui a obtenu une certification pour un métier particulier, dans une province au cours d’une année civile donnée, tout en permettant de tenir compte des personnes ayant reçu une certification de plusieurs programmes d’apprentissage ou de plusieurs provincesNote .

Pour obtenir plus de renseignements sur le couplage d’enregistrements, consultez l’Environnement de couplage des données sociales. Pour en savoir plus sur les données fiscales, consultez le Fichier des familles T1.

3.2 Concepts relatifs au Système d’information sur les apprentis inscrits, au Fichier des familles T1 et aux feuillets de renseignements T4

La période de référence des fichiers annuels du SIAI est l’année civile.

Les métiers désignés sont les métiers pour lesquels de la formation en tant qu’apprenti est offerte et des certificats sont accordés. Ces désignations sont régies par les juridictions provinciales et territoriales au Canada. Ces juridictions déterminent le programme de formation offert, les qualifications professionnelles connexes et d’autres critères, comme les métiers désignés qui exigent une certification afin de pouvoir travailler sans supervision dans le métier.

Les programmes du Sceau rouge établissent des normes communes pour évaluer les compétences des personnes de métier partout au Canada dans des métiers spécifiques, pour lesquels la mention de métiers « Sceau rouge » a été accordée. Les personnes de métier qui réussissent les examens pour satisfaire à ces normes reçoivent la mention Sceau rouge sur leur certificat de compétence provincial ou territorial. La mention Sceau rouge certifie que les personnes de métier peuvent travailler dans leur métier dans n’importe quel province ou territoire, alors que d’autres formes de certification ne peuvent être reconnues que par certaines provinces ou territoires.

Les nouvelles inscriptions surviennent lorsque des personnes s’inscrivent à un programme en tant qu’apprenti au cours de la période de référence.

Les apprentis inscrits sont des personnes suivant un programme de formation en milieu de travail supervisé dans un métier désigné au sein de leur juridiction provinciale ou territoriale. Pour suivre la formation, l’apprenti doit être inscrit auprès d’un corps administratif approprié (généralement un ministère de l’Éducation ou du Travail ou un organisme de réglementation de l’industrie propre au métier désigné).

Certification : Pour travailler sans supervision dans de nombreux métiers au Canada, il est nécessaire d’être un compagnon certifié. Les exigences relatives à l’obtention d’un tel titre varient considérablement d’une juridiction à l’autre et d’un métier à l’autre. Dans la plupart des cas, les apprentis deviennent des compagnons après avoir satisfait à certaines exigences, comme la formation en cours d’emploi supervisée, la formation technique ainsi que la réussite d’au moins un examen.

Les compagnons, selon ces indicateurs, sont définis comme des apprentis qui ont complété avec succès l’ensemble de leur programme d’apprentissage et ont reçu un certificat de qualification.

La province de résidence est obtenue à partir de la section 1 sur les renseignements personnels du formulaire de déclaration de revenus T1. Il s’agit de la province ou du territoire de résidence au 31 décembre de l’année d’imposition.

La province d’emploi est tirée de la case 10 du feuillet T4 de l’État de la rémunération payée.

3.3 Confidentialité et arrondissement

Toutes les données sont assujetties aux procédures d’arrondissement et de suppression. La suppression est principalement une mesure de contrôle de la qualité des données pour les indicateurs de mobilité, qui ne renferment pas de renseignements confidentiels. À cet égard, tous les indicateurs dont la taille arrondie de la cohorte était inférieure à 15 ont été supprimésNote .

Pour appuyer la diffusion des indicateurs de mobilité, les chiffres font l’objet d’un arrondissement aléatoire contrôlé au moyen d’une base  de cinq, et les pourcentages sont arrondis à la décimale la plus près. L’arrondissement peut modifier les chiffres à la hausse, à la baisse ou n’avoir aucune incidence sur les résultats des calculs. Par exemple, au moment du calcul des pourcentages à partir de chiffres arrondis, les résultats peuvent être faussés, puisque le numérateur et le dénominateur ont tous deux été arrondis. Cette altération risque d’être plus importante dans le cas de petits nombres. Dans le même ordre d’idées, l’arrondissement peut avoir une incidence sur la correspondance entre les valeurs additionnées et déclarées des niveaux géographiques, des métiers sélectionnés et des catégories de métiers, ainsi que les indicateurs connexes.

L'arrondissement et la suppression sont bien documentés dans les tableaux statistiques qui en résultent (37-10-0154-01 et 37-10-0155-01), en raison de la petite taille des cohortes et de l'indisponibilité des données pour une période de référence donnée.

4. Méthodologie des indicateurs du parcours d’apprentissage

Les tableaux de mobilité ont pour objectif principal de produire des indicateurs sur la direction (37-10-0154-01) et la prévalence (37-10-0155-01) des mouvements interprovinciaux des compagnons nouvellement certifiés au Canada. Cette section vise à définir ces indicateurs et à informer les utilisateurs de leurs limites. Voir l’annexe D pour obtenir davantage d’information sur la manière dont les indicateurs ont été extraits des fichiers fusionnés du SIAI et des renseignements fiscaux.

4.1 Définitions des indicateurs

Les indicateurs sont établis pour les métiers sélectionnés, les catégories de métiers et les niveaux géographiques (voir la section 5). Les formules visant à calculer les pourcentages se trouvent dans les définitions des indicateurs, ainsi que dans le tableau 1. La taille de la cohorte à partir des déclarants fiscaux est accessible dans les deux tableaux de mobilité.

La taille de la cohorte est le nombre de compagnons qui ont reçu une certification dans le cadre de leur programme de formation en tant qu’apprenti au cours de l’année civile donnée.

L’âge médian lors de l’obtention du certificat est l’âge médian des compagnons lorsqu’ils ont reçu leur certificat au cours de l’année civile donnée. La médiane est établie en triant les valeurs et en sélectionnant la valeur au milieu. En présence d’un nombre pair d’observations, la médiane est la moyenne des deux valeurs au milieu.

Les année(s) suivant la certification représentent la période pour laquelle les indicateurs de mobilité sont déclarés, plus précisément un an et trois ans après l’obtention du certificat.

Les déclarants fiscaux sont les compagnons qui produisent des déclarations de revenus, plus précisément une déclaration de l’impôt sur le revenu des particuliers T1, un an et trois ans après l’obtention du certificat. Le pourcentage des déclarants fiscaux est calculé en utilisant la taille de la cohorte comme dénominateur.

Les indicateurs suivants sont uniquement accessibles dans le tableau 37-10-0154-01 :

Province ou territoires regroupés, origine : juridiction où le compagnon a obtenu son certificat au cours de l’année civile donnée.

Province ou territoires regroupés, destination : juridiction où le compagnon réside, un an ou trois ans après la certification.

Les indicateurs suivants sont uniquement accessibles dans le tableau 37-10-0155-01 :

Veuillez noter que le terme « migrants » dans ces indicateurs est utilisé de manière générique et renvoie aux personnes qui résident ou qui travaillent dans une province ou un territoire différent de ceux ayant accordé leur certification. Il ne faut pas confondre ni comparer ces données avec les tableaux de migration interprovinciale ou les indicateurs de la population canadienne (voir la section 4.2).

La mobilité après la certification est mesurée en comparant la juridiction ayant accordé le certificat pour un métier (tiré du SIAI), à la province ou au territoire de résidence (enregistré dans le FFT1), un an ou trois ans après l’obtention du certificat. En fonction de la correspondance de ces juridictions, les compagnons sont classés parmi les non-migrants ou les migrants (c.-à-d. les migrants entrants ou les migrants sortants).

Les non-migrants sont des compagnons qui résident dans la même province ou le même territoire ayant accordé leur certificat. Le pourcentage des non-migrants est calculé en utilisant les déclarants fiscaux comme dénominateur.

Les migrants entrants et les migrants sortants sont des compagnons qui résident dans une juridiction différente de celle ayant accordé leur certificat. À l’échelle provinciale ou territoriale, ces indicateurs font état de l’ampleur des compagnons qui entrent dans une juridiction ou qui la quittent. Puisqu’on met l’accent sur la mobilité interprovinciale des compagnons au Canada, les migrants entrants et les migrants sortants sont équivalents à l’échelle nationale. Sous forme de pourcentages, les migrants entrants sont liés à la somme des migrants entrants et des non-migrants dans la juridiction de résidence, tandis que les migrants sortants sont liés au nombre de déclarants fiscaux de la juridiction ayant accordé le certificat.

Les migrants nets sont la différence entre les migrants entrants et les migrants sortants. À l’échelle provinciale ou territoriale, cette mesure indique s’il y a un gain (arrivées) ou une perte (départs) en ce qui concerne le nombre de compagnons. Une valeur positive montre que le nombre de compagnons qui entrent dans une province ou un territoire est supérieur au nombre de compagnons qui quittent la province ou le territoire. Puisque les migrants entrants et les migrants sortants sont équivalents à l’échelle nationale, les migrants nets sont, par conséquent, égaux à zéro.

Les compagnons non migrants sont en outre sous classés parmi la population transitoire ou non transitoire, en fonction de l’endroit où ils travaillent (donnée obtenue dans les feuillets T4), par rapport à la province ou au territoire où ils ont obtenu leur certification et résident. La juridiction d’emploi n’est donc prise en considération que si la province ou le territoire de résidence et de certification correspondent. En fonction de la correspondance de ces juridictions, les compagnons non migrants font partie des estimations suivantes.

Les non-migrants et non-transitoires sont des compagnons qui travaillent exclusivement dans la même juridiction où ils ont certifiés et résident, sans revenus déclarés ailleurs.

À titre de comparaison, la population transitoire est constituée de compagnons qui travaillent dans une juridiction autre que celle ayant accordé leur certificat et dans laquelle ils résident. La juridiction d’emploi est attribuée en fonction du feuillet T4. On tient compte du revenu le plus élevé hors de la province ou du territoire de certificationNote .

Les migrants entrants et sortants (transitoires) sont des compagnons qui travaillent dans une juridiction autre que celle ayant accordé leur certificat et dans laquelle ils résident. Le nombre de migrants entrants (transitoires) est attribué à la juridiction d’emploi, tandis que le nombre de migrants sortants (transitoires) est attribué à la province ou au territoire ayant accordé la certification. Par exemple, un compagnon ayant obtenu son certificat et résidant en Nouvelle-Écosse, mais travaillant en Alberta, fait partie des migrants sortants (transitoires) de la Nouvelle-Écosse et des migrants entrants (transitoires) de l’Alberta. Cela permet de veiller à ce que le nombre de migrants entrants et sortants (transitoires) correspondent à l’échelle nationale. À l’échelle provinciale ou territoriale, ces mesures indiquent, de manière générale, la prévalence de la mobilité à des fins professionnelles, plus particulièrement le nombre de compagnons entrant ou sortant d’une juridiction à des fins d’emploi. Les pourcentages des migrants entrants (transitoires) sont calculés en fonction de la province ou du territoire d’emploi, en utilisant comme dénominateur la somme des migrants entrants (transitoires) et les non-migrants et non-transitoires. Alors que les pourcentages des migrants sortants (transitoires) sont calculés en fonction de la juridiction ayant accordé la certification, en utilisant les déclarants fiscaux comme dénominateur.

Les migrants nets (transitoires) sont la différence entre les migrants entrants (transitoires) et les migrants sortants (transitoires). À l’échelle provinciale ou territoriale, cette mesure fait état de l’équilibre en ce qui concerne le nombre de compagnons entrant dans une juridiction à des fins d’emploi et le nombre de compagnons la quittant pour aller travailler ailleurs. C’est pourquoi la mesure indique, de manière générale, s’il y a eu gain (arrivées) ou perte (départs) des compagnons ayant un emploi dans une juridiction donnée. Puisque les migrants entrants et les migrants sortants (transitoires) sont équivalents à l’échelle nationale, les migrants nets sont, par conséquent, égaux à zéro.

Voir l’annexe B pour obtenir un graphique du déroulement du travail décrivant le processus de classification des compagnons, ainsi que les indicateurs correspondants auxquels ils contribuent.

Tableau 1 Dénominateurs et formules ayant servi à calculer les pourcentages des indicateurs de mobilité dans le tableau 37-10-0155-01. Des formules semblables sont utilisées pour calculer les indicateurs de la population transitoire.


Tableau 1 - Dénominateurs et formules ayant servi à calculer les pourcentages des indicateurs de mobilité dans le tableau 37-10-0155-01.
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 1 - Dénominateurs et formules ayant servi à calculer les pourcentages des indicateurs de mobilité dans le tableau 37-10-0155-01. . Les données sont présentées selon Variable (%) (titres de rangée) et Dénominateur et Formule(figurant comme en-tête de colonne).
Variable (%) Dénominateur Formule
Déclarants fiscaux TAILLE DE LA COHORTE (DÉCLARANTS FISCAUX / TAILLE DE LA COHORTE)*100
Non-migrants DÉCLARANTS FISCAUX (NON / DÉCLARANTS FISCAUX)*100
Migrants entrants (ENTRANTS + NON) (ENTRANTS / (ENTRANTS + NON))*100
Migrants sortants DÉCLARANTS FISCAUX (SORTANTS / DÉCLARANTS FISCAUX)*100
Migrants nets N.A . ENTRANTS (%) – SORTANTS (%)

4.2 Limites

4.2.1 Comparabilité avec d’autres mesures des mouvements

Il existe de nombreuses façons de mesurer les mouvements interprovinciaux des individus. Statistique Canada définit la migration interprovinciale comme représentant un changement de lieu de résidence habituel entre provinces ou territoiresNote . Toutefois, cette définition diffère des indicateurs de mobilité présentés dans ce document, qui définit les mouvements des compagnons en utilisant la juridiction de certification comme origine et la province ou le territoire de résidence, un ou trois ans plus tard, comme destination. Par conséquent, tout mouvement pris en compte dans ces indicateurs, à l’extérieur de la juridiction où les compagnons ont été certifiés, peut être considéré comme une perte d’investissement pour ces provinces ou territoires. Il convient de noter que certains apprentis peuvent vivre près des frontières provinciales ou territoriales, ce qui leur permet d’étudier ou de travailler dans une juridiction tout en conservant leur résidence dans une autre. Cela est également lié à la géographie des provinces et des territoires regroupés, ce qui est expliqué de manière plus détaillée à la section 4.2.3.

4.2.2 Identification de la mobilité à partir des données fiscales

Les données sur les juridictions de résidence et d’emploi sont obtenues, respectivement, à partir du FFT1 et des feuillets T4. Les compagnons qui ne déclarent pas de revenus (comme les émigrants, les personnes décédées ou les personnes inactives sur le marché du travail) un an ou trois ans après la certification sont exclus de ces estimations. Le nombre et le pourcentage de déclarants fiscaux sont fournis dans les tableaux 37-10-0154-01 et 37-10-0155-01, car il s’agit d’indicateurs importants de la qualité des donnéesNote . Pour en savoir plus sur les données fiscales, consultez le Fichier des familles T1.

En ce qui concerne les estimations relatives à l’emploi et à la population transitoire, les données des feuillets T4 peuvent ne pas refléter le travail dans le métier pour lequel un compagnon a reçu un certificat, de l’emploi à temps plein ou pendant toute l’année, ni le nombre d’heures travaillées. Même si la méthode utilisée pour déterminer la juridiction d’emploi d’un compagnon peut ne pas refléter son travail principal (emplacement, profession ou revenus), cette juridiction a été choisie pour tenir compte de tout emploi se trouvant à l’extérieur du lieu de certification et de résidence.

4.2.3 Frontières géographiques et répartition des compagnons

Les mesures de la mobilité sont sensibles à la géographieNote des données (provinces et territoires regroupés), ainsi qu’à la répartition des compagnons à l’intérieur de ces frontières. Précisément, ces mesures sont sensibles aux provinces ou aux territoires dont les centres de population sont situés près des frontières. Par exemple, une personne ayant obtenu un certificat à Ottawa et qui a déménagé à Thunder Bay, en Ontario, fait partie des non-migrants, tandis qu’une personne qui a obtenu un certificat à Ottawa, mais qui vit à Gatineau, au Québec, fait partie des migrants (voir l’annexe A). Dans ce cas-ci, la distance parcourue par le « migrant » est beaucoup plus petite que le « non-migrant ». Les variations dans la taille des juridictions et la proximité des compagnons par rapport aux frontières ont également une incidence sur les estimations de la population transitoire, influençant le potentiel d’emploi hors de la province ou du territoire de certification.

5. Géographie et métiers

Les indicateurs de mobilité des compagnons récemment certifiés sont produits pour les métiers sélectionnés (37-10-0155-01) et les catégories de métiers (37-10-0154-01 et 37-10-0155-01). Les métiers sélectionnés comprennent les 10 métiers ayant la mention Sceau rouge dont le nombre de certificats accordés au Canada a été le plus élevé, de 2008 à 2017, tandis que les catégories de métiers correspondent aux totaux des 10 principaux métiers Sceau rouge sélectionnés, les autres métiers Sceau rouge, les métiers non-Sceau rouge et tous les métiers. Les estimations sont accessibles pour le Canada (37-10-0155-01), toutes les provinces et les territoires regroupés (37-10-0154-01 et 37-10-0155-01). Les territoires ont été regroupés pour que la taille de la cohorte soit suffisante. Voir l’annexe C pour en savoir davantage sur les métiers sélectionnés et les catégories de métiers.

Au Canada, les programmes de formation des apprentis et les certifications dans les métiers sont régis par les provinces et les territoires. Ainsi, les définitions des programmes de formation des apprentis et la manière dont les données sont déclarées à Statistique Canada peuvent varier grandement d’une juridiction à une autre et d’un métier à l’autre. En mettant l’accent sur les métiers Sceau rouge les plus courants au Canada, on réduit certaines différences administratives.

Les estimations à l’échelle du Canada et à l’échelle juridictions sont fournies pour les 10 métiers du Sceau rouge affichant le nombre le plus élevé de certificats accordés partout au pays, de 2008 à 2017. Toutes les juridictions de compétence où on trouve ces métiers désignés sont comprises dans les estimations à l’échelle du Canada. Certaines estimations de juridictions peuvent ne pas être accessibles en raison de la petite taille des cohortes, qui est inférieure au seuil préalablement fixé à 15. Ce seuil a été établi pour veiller à ce que les indicateurs soient d’une qualité acceptable. Pour en savoir davantage, voir l’annexe E du présent document.

6. Annexes

Annexe A

Carte montrant les classifications des indicateurs de mobilité des compagnons nouvellement certifiés

Figure 1 – Illustre la classification des compagnons et les indicateurs de mobilité auxquels ils contribuent, selon la correspondance entre la (les) province(s) ou les territoires regroupés de certification, de résidence et d’emploi. La figure montre également comment la répartition des compagnons à l’intérieur de ces frontières peut influencer ces classifications et estimations.

Annexe B

Flux de travail pour la classification de la mobilité des compagnons nouvellement certifiés

Figure 2 - Décrit le déroulement du travail pour classer les compagnons nouvellement certifiés dans le tableau 37-10-0155-01 dans les catégories « migrants » ou « non-migrants », et les non-migrants, dans les catégories « population transitoire » ou « population non-transitoire », en fonction des juridictions de certification, de résidence et d’emploi. Le ou les indicateur(s) auxquels les personnes contribuent sont représentés dans les cases rectangulaires noires. Pour les mesures des migrants entrants et des migrants sortants, on note la juridiction pour laquelle les chiffres s’appliquent, indiqué en rouge.

Annexe C

Métiers et catégories sélectionnés

Figure 3 - Liste des métiers sélectionnés et des catégories de métiers pour lesquels des indicateurs de mobilité sont déclarés. On montre également la correspondance entre la somme des métiers sélectionnés et les 10 principaux métiers Sceau rouge, ainsi que les liens entre d’autres catégories de métiers. Les 10 principaux métiers Sceau rouge, les autres métiers Sceau rouge et les métiers non-Sceau rouge sont mutuellement exclusifs. Par exemple, en additionnant les 10 principaux métiers Sceau rouge et  autres métiers Sceau rouge, on obtient le total pour tous les métiers Sceau rouge. Dans le même ordre d’idées, en additionnant ces catégories et les groupes de métiers non-Sceau rouge, on produit des estimations pour tous les métiers. Les identifiants de la Classification nationale des professions (CNP) de 2016 utilisés pour la création de ces indicateurs sont indiqués entre crochets pour les métiers sélectionnés.

Annexe D

Les indicateurs de mobilité ont été obtenus par le regroupement des fichiers de données longitudinales du SIAI fusionnés aux données fiscales. Tout d’abord, le nombre de compagnons ayant obtenu un certificat au cours de l’année civile donnée et leur âge médian ont été calculés. La province ou le territoire de certification (origine) a ensuite été comparé à la juridiction de résidence (destination). Lorsqu’il y avait correspondance, ces données étaient comparées à la juridiction d’emploi pour déterminer si les compagnons avaient travaillé ailleurs (population transitoire). Cela permettait d’établir les mouvements interprovinciaux des compagnons nouvellement certifiés. Les formules décrites ci-dessous ont ensuite été appliquées aux chiffres arrondis de l’origine et de la destination, qui comprenaient les principaux indicateurs du tableau 37-10-0154-01, afin de calculer les indicateurs de la mobilité nette déclarés dans le tableau 37-10-0155-01.

Indicateurs de mobilité dérivés des fichiers fusionné SIAI et des renseignements fiscaux

Figure 4 - Exemple d’ensembles de données de sortie, après l’arrondissement aléatoire contrôlé et des calculs d’indicateurs, renfermant les indicateurs de mobilité indiqués dans les tableaux 37-10-0154-01 et 37-10-0155-01. Ces données ont été compilées pour les migrants (illustré) et les populations transitoires d’intérêt. Ces dernières sont établies en comparant la juridiction d’emploi, comme il est décrit dans la section 4.1, à la province ou au territoire de certification et de résidence des compagnons non-migrants.

Annexe E

    

Tableau 2 - Métiers et juridictions compris dans le tableau 37-10-0155-01 sur les indicateurs de la mobilité du SIAI.
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau 2 - Métiers et juridictions compris dans le tableau 37-10-0155-01 sur les indicateurs de la mobilité du SIAI.. Les données sont présentées selon Les 10 principaux métiers Sceau rouge (titres de rangée) et Nombre de juridictions et Juridictions contribuant aux indicateurs disponibles à l’échelle du Canada, calculées selon T.-N.-L., Î.-P.É, N.-É., N.-B., Qc, Ont., Man., Sask., Alb., C.-B. et Terr. unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Les 10 principaux métiers Sceau rouge Nombre de juridictions Juridictions contribuant aux indicateurs disponibles à l’échelle du Canada
T.-N.-L. Î.-P.É N.-É. N.-B. Qc Ont. Man. Sask. Alb. C.-B. Terr.
Mécanicien/mécanicienne de véhicules automobilesTableau 2 Note 1 Tableau 2 Note 2 10 Inclus Inclus Inclus Inclus Note .: indisponible pour toute période de référence Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus
Charpentier/charpentière 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus
Électricien/électricienne (construction) 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus
Cuisinier/cuisinièreTableau 2 Note 2 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus
Coiffeur/coiffeuseTableau 2 Note 2 Tableau 2 Note 3 9 Inclus Inclus Note .: indisponible pour toute période de référence Note .: indisponible pour toute période de référence Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus
Mécanicien/mécanicienne d’équipement lourdTableau 2 Note 1 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus
Mécanicien industriel/mécanicienne industrielle (de chantier) Tableau 2 Note 1 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus
Plombier/plombièreTableau 2 Note 1 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus
Tuyauteur/tuyauteuse et monteur/monteuse d’appareils de chauffageTableau 2 Note 1 10 Inclus Inclus Inclus Inclus Note .: indisponible pour toute période de référence Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus
Soudeur/soudeuseTableau 2 Note 2 11 Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Inclus Note E: à utiliser avec prudence Inclus

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :