Rapports économiques et sociaux
Disparité entre le Canada et les États-Unis au chapitre de la croissance de la productivité après l’an 2001 : le rôle de l’industrie des services d’information et culturels

Date de diffusion : le 21 décembre 2023

DOI : https://doi.org/10.25318/36280001202301200006-fra

Passer au texte

Début du texte

Le Canada et les États-Unis entretiennent une étroite relation économique, caractérisée par des chaînes d’approvisionnement et des réseaux d’infrastructure complexes. Alors que les résultats respectifs de ces deux économies ont divergé brièvement par le passé, les indicateurs, comme le produit intérieur brut réel et l’emploi, affichent généralement des tendances très similaires à long terme. La période de 1961 à 2001 illustrée dans le graphique 1 montre à quel point les deux économies sont interdépendantes.

Au cours de cette période, la croissance annuelle de la productivité du travail se situait à 2,3 % en moyenne pour les deux pays. La croissance plus forte au Canada qu’aux États-Unis au milieu des années 1970 et au début des années 1980 a été contrebalancée par un ralentissement de la croissance à la fin des années 1980. Cependant, l’écart marqué et prolongé dans la croissance de la productivité du travail entre le Canada et les États-Unis après 2001 est une situation sans précédent par rapport aux quatre décennies précédentes. De 2001 à 2021, les États-Unis ont observé un ralentissement modéré de la productivité du travail, qui s’est établi à 2,0 % par année, tandis que le taux de croissance du Canada a reculé pour s’établir à 0,9 % par année.

Graphique 1 Croissance de la productivité du travail dans le secteur des entreprises au Canada et aux États-Unis

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Canada et États-Unis, calculées selon indice 100 = 1961 unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Canada États-Unis
indice 100 = 1961
1961 100,00 100,00
1962 104,65 104,66
1963 109,31 108,89
1964 113,82 113,89
1965 118,65 118,00
1966 121,56 122,79
1967 122,72 125,58
1968 130,32 129,55
1969 134,56 130,23
1970 139,29 133,07
1971 142,67 138,89
1972 148,32 143,15
1973 152,00 147,78
1974 152,45 145,59
1975 155,21 150,78
1976 166,22 155,91
1977 172,61 158,35
1978 173,76 160,22
1979 171,82 160,21
1980 171,85 159,85
1981 175,27 163,16
1982 179,68 162,16
1983 185,60 167,97
1984 191,61 172,65
1985 193,91 176,67
1986 192,51 182,12
1987 194,17 183,21
1988 197,26 185,99
1989 198,21 188,06
1990 198,32 191,86
1991 198,05 195,17
1992 202,61 204,15
1993 205,99 204,45
1994 211,04 205,71
1995 213,15 207,27
1996 212,02 212,30
1997 218,66 216,74
1998 223,88 224,14
1999 232,17 233,30
2000 242,37 240,52
2001 246,26 247,40
2002 249,60 258,05
2003 250,25 268,06
2004 251,91 276,42
2005 257,54 282,56
2006 261,39 285,61
2007 262,13 290,09
2008 259,57 294,52
2009 257,23 307,21
2010 260,77 317,43
2011 266,38 316,31
2012 266,10 318,23
2013 271,25 321,21
2014 281,16 322,53
2015 280,26 326,25
2016 282,69 328,41
2017 287,76 332,02
2018 288,82 337,20
2019 290,61 343,74
2020 315,61 359,11
2021 296,99 366,84

Le présent article résume les résultats d’une recherche récente réalisée par Gu et Willox (2023) à Statistique Canada portant sur l’intensité concurrentielle du secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle et son rôle dans l’écart de productivité du travail entre le Canada et les États-Unis depuis 2001. Ce secteur se démarque en raison de sa contribution importante à la baisse de la croissance de la productivité du travail dans le secteur des entreprises du Canada au cours de la période de 2001 à 2019 par rapport à celui des États-UnisNote . Alors que la croissance de la productivité du travail observée dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle de 2001 à 2019 dépassait de près de deux tiers celle du secteur des entreprises au Canada, le même secteur aux États-Unis a affiché une croissance près de quatre fois supérieure à celle du secteur des entreprises américain. L’objet principal de l’étude était de comprendre de quelle façon un écart aussi important dans les résultats économiques de deux économies fortement intégrées peut persister. Le degré élevé d’intégration qui favorise le partage de technologies et d’innovation, qui à leur tour stimulent la croissance de la productivité du travail, devrait faire en sorte que la croissance dans une économie est également réalisable à long terme dans l’autre économie, en l’absence de défaillances du marché. La principale conclusion de l’étude est que de plus fortes emprises sur le marché au Canada qu’aux États-Unis, au sein du secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle, est un facteur déterminant de cet écart qui persiste depuis 20 ans entre les deux pays.

L’importance de l’écart entre le Canada et les États-Unis relativement au secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle est particulièrement frappante si l’on compare le rendement de ce secteur avant 2001 et après 2001. Au Canada, la croissance annuelle moyenne de la productivité du travail dans ce secteur a reculé de 0,98 point de pourcentage pour passer de 2,50 % (de 1987 à 2001) à 1,52 % (de 2001 à 2019), tandis qu’aux États-Unis, elle a affiché une augmentation marquée de 6,37 points de pourcentage pour passer de 1,42 % (de 1987 à 2001) à 7,79 % (de 2001 à 2019).

L’écart au chapitre de la croissance de la productivité du travail dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle entre les deux pays peut être attribué à trois facteurs : l’intensité du capital (le montant du capital utilisé par les travailleurs), la composition de la main-d’œuvre (transition vers un effectif doté d’un niveau plus élevé de compétences, d’expérience et d’études), et la productivité totale des facteurs (PTF) [efficacité de la production grâce à l’influence de la technologie et de l’innovation]. L’intensité du capital peut elle-même être subdivisée entre l’intensité du capital sur le plan de la technologie de l’information et des communications (TIC) et l’intensité du capital dans des domaines autres que la TICNote . Dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle, la contribution de l’intensité du capital sur le plan de la TIC à la croissance de la productivité du travail a diminué de 1,68 point de pourcentage au Canada pour passer de 2,15 % à 0,48 %, mais a augmenté de 0,87 point de pourcentage aux États-Unis pour passer de 2,19 % à 3,06 %. Le taux de croissance de la PTF au Canada s’est accru de 0,61 point de pourcentage, passant de -0,10 % à 0,52 %, tandis celui des États-Unis a affiché une croissance marquée de 3,64 points de pourcentage, passant de -0,83 % à 2,81 %. Pour ce qui est de la transition vers des travailleurs plus qualifiés, le changement a été modeste au Canada, passant de 0,15 % à 0,16 %, alors qu’il a été prononcé aux États-Unis, passant de 0,17 % à 0,49 %.

De plus, une absence d’intensité concurrentielle dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle permet aux entreprises dominantes d’augmenter leur emprise sur le marché, et donc de fixer des prix plus élevés sans craindre que des concurrents n’offrent des prix inférieurs. Cela mène à une augmentation des prix pour les consommateurs, y compris les particuliers, les gouvernements et d’autres entreprises (voir le graphique 2). De 1987 à 2001, le prix de la production dans l’industrie de l’information a augmenté plus lentement au Canada (0,79 % par année) qu’aux États-Unis (1,75 % par année). Cependant, de 2001 à 2019, le prix de la production au Canada a augmenté pour atteindre 1,18 % par année, tandis que le prix aux États-Unis a diminué de 0,07 % par année, ce qui est contraire aux tendances observées dans l’ensemble du secteur des entreprises.

Graphique 2 Prix de la production brute du secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2 Canada, États-Unis et Écart, calculées selon indice 100 = 2001 unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Canada États-Unis Écart
indice 100 = 2001
1987 89,53 78,48 114,08
1988 89,34 80,41 111,11
1989 90,74 82,94 109,40
1990 92,66 85,57 108,29
1991 93,81 88,61 105,88
1992 95,79 89,61 106,90
1993 96,82 91,11 106,27
1994 97,34 92,61 105,11
1995 98,66 94,54 104,36
1996 99,86 96,75 103,22
1997 100,22 98,49 101,76
1998 101,39 98,16 103,29
1999 99,65 98,62 101,04
2000 99,39 99,34 100,05
2001 100,00 100,00 100,00
2002 100,87 100,20 100,66
2003 102,81 100,70 102,10
2004 104,13 100,75 103,35
2005 105,73 99,78 105,97
2006 106,89 99,78 107,13
2007 109,31 100,09 109,21
2008 111,68 100,51 111,11
2009 112,40 99,49 112,98
2010 113,48 98,79 114,87
2011 116,28 98,88 117,60
2012 117,69 99,55 118,22
2013 119,05 99,85 119,23
2014 120,18 99,84 120,36
2015 120,46 98,58 122,19
2016 121,43 98,62 123,13
2017 122,46 98,04 124,90
2018 123,24 98,26 125,42
2019 123,59 98,69 125,23

Ces changements dans les prix de la production coïncident avec le creux de la récession point-com. Dans la foulée de cette récession, seuls les concurrents les plus forts ont survécus pour absorber les ressources en main-d’œuvre et en capital déplacées des entreprises plus faibles et moins concurrentielles, selon Kraay et Ventura (2007), ce qui a fait augmenter l’intensité du capital et la croissance de la PTF aux États-Unis. Au Canada, la croissance du PTF s’est améliorée, mais seulement au sixième du taux observé aux États-Unis. À la différence des États-Unis, le Canada a vu ralentir la croissance de l’intensité du capital dans son secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle, ce qui a affaibli la croissance de la productivité du travail.

L’évolution en matière d’intensité concurrentielle dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle a certes commencé lors de la récession point-com, mais persiste peut-être en partie en raison de restrictions commerciales qui limitent la propriété étrangère. L’indice de restriction des échanges de services de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui mesure les obstacles au commerce de services à l’échelle mondiale, indique que, de 2014 à 2022, le Canada présentait nettement plus d’obstacles à la concurrence étrangère dans deux sous-secteurs de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle, soit les industries du film et de l’enregistrement sonore, et la radiotélévision, comparativement aux autres pays du G7 et, en particulier, aux États-Unis. Cependant, le sous-secteur des télécommunications fait vraiment figure à part; ses restrictions commerciales étant 80 % plus strictes que celles des États-Unis et environ 60 % plus strictes que celles de l’OCDE et des pays du G7.

Pour évaluer l’effet de l’augmentation des prix de la production sur la croissance de la productivité du travail au Canada, Gu et Willox (2023) cherchent à déterminer quelle aurait été la croissance de la productivité du travail au Canada si les prix de la production du secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle avaient augmenté au même rythme au Canada qu’aux États-Unis. Pour ce faire, les auteurs utilisent l’écart entre les prix de la production du secteur dans chaque pays comme mesure de la marge bénéficiaire brute observée dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle du CanadaNote . Par conséquent, les changements dans la marge bénéficiaire brute du secteur sont interprétés comme des changements de l’emprise relative sur le marché.

L’analyse repose sur le cadre bien connu de Hall (2018), qui associe les marges bénéficiaires brutes avec la croissance de la productivité du travail, afin d’examiner l’incidence de la marge bénéficiaire brute dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle sur la croissance de sa propre productivité du travail et sur la croissance de la productivité du travail dans l’ensemble du secteur des entreprises. Les principaux résultats sont présentés dans le tableau 3.

Graphique 3 Croissance de la productivité du travail, 2001 à 2019

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3 Canada, marge bénéficiaire brute, Canada, sans marge bénéficiaire brute et États-Unis, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Canada, marge bénéficiaire brute Canada, sans marge bénéficiaire brute États-Unis
pourcentage
Secteur des entreprises 0,92 0,96 1,84
Secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle 1,52 2,36 7,79

Les deux premières barres (Canada, marge bénéficiaire brute) montrent la croissance de la productivité du travail au Canada, où l’effet de la marge bénéficiaire brute sur le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle demeure. Le deuxième ensemble de barres montre l’incidence d’une harmonisation des prix de la production du secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle au Canada avec les prix de la production du secteur aux États-Unis de 2001 à 2019, ce qui revient à éliminer la marge bénéficiaire brute et à faire augmenter de 0,84 point de pourcentage la croissance annuelle de la productivité du travail du secteur.

Comme ce secteur représente une part d’environ 4 % de la production du secteur des entreprises, le retrait de sa marge bénéficiaire brute a un effet modeste sur la croissance annuelle agrégée de la productivité du travail du secteur des entreprises, faisant augmenter celle-ci de 0,04 point de pourcentage. Cela indique que si le prix de la production dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle au Canada était le même qu’aux États-Unis, l’écart de productivité du travail dans le secteur des entreprises en 2019 serait environ 4 % plus petit.

L’écart persistant entre le Canada et les États-Unis au chapitre de la croissance de la productivité du travail après 2001 met en évidence l’importance que revêt ce secteur depuis la récession point-com, ce qui mène potentiellement à des trajectoires concurrentielles différentes dans chaque pays. Cet écart a un lien avec la croissance du prix de la production et les restrictions commerciales depuis 2001.

Les résultats dans le présent article pourraient être interprétés comme une confirmation que l’emprise sur le marché dans le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle a eu une incidence négative sur la croissance de la productivité du travail et le niveau de vie des Canadiens et des Canadiennes. Cela représente une estimation minimaliste ou partielle du potentiel de l’élimination de l’emprise sur le marché afin de réduire la disparité entre le Canada et les États-Unis au chapitre de la croissance de la productivité du travail. Depuis 2001, on observe dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle au Canada une diminution de la contribution de l’intensité du capital, une croissance plus lente du PTF et une transition plus lente vers des travailleurs plus compétents. L’élimination de l’emprise sur le marché associée à une intensité concurrentielle limitée a le potentiel d’accroître l’investissement, le progrès technique et l’innovation, et de combler l’écart entre le Canada et les États-Unis sur le plan de la productivité du travail dans ce secteur et dans le secteur des entreprises en général.

Le secteur de l’industrie de l’information et de l’industrie culturelle n’est pas le seul à avoir enregistré une croissance plus faible de la productivité du travail après 2001. Cela laisse croire qu’une absence générale d’innovation et de changement technologique et un faible niveau d’investissement pourraient représenter un problème plus répandu à l’échelle de l’économie canadienne, mais particulièrement sérieux dans l’industrie de l’information et l’industrie culturelle. Par exemple, dans les industries de la fabrication de produits informatiques et électroniques, des services professionnels, et de l’extraction de pétrole et de gaz, la productivité du travail a augmenté beaucoup plus lentement au Canada qu’aux États-Unis après 2001.

Auteurs

Wulong Gu et Michael Willox travaillent à la Division de l’analyse économique, Direction des études analytiques et de la modélisation, de Statistique Canada.

Bibliographie

GU, Wulong, et Michael WILLOX (à venir, 2023). « The Post-2000 Productivity Growth Divergence between Canada and the United States », International Productivity Monitor, automne, no 45.

HALL, Robert E. (2018). « New evidence on the markup of prices over marginal costs and the role of mega-firms in the US economy » (no w24574). National Bureau of Economic Research.

KRAAY, Aart, et Jaume VENTURA (2007). « The dot-com bubble, the Bush deficits, and the U.S. current account ». Dans G7 Current Account Imbalances: Sustainability and Adjustment (p. 457-496). University of Chicago Press.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :