Rapports économiques et sociaux
COVID-19 : Nouvelles données et analyses pour surveiller la reprise économique au Canada

Date de diffusion : le 27 janvier 2021

DOI: https://doi.org/10.25318/36280001202100100001-fra

Le rythme de la reprise économique a commencé à ralentir, après l’instauration de restrictions sanitaires plus strictes dans de nombreuses régions du pays à la fin de l’année. En octobre, après six mois de hausses, la production à l’échelle de l’économie était inférieure d’environ 4 % à son niveau d’avant la COVID-19, et le nombre de travailleurs canadiens touchés par la pandémie, que ce soit par la perte d’un emploi ou la réduction substantielle du nombre d’heures travaillées, s’est élevé à 1,1 million. Les mouvements compensatoires de l’emploi et des heures travaillées observés en novembre et en décembre ont fait en sorte que le nombre de travailleurs canadiens touchés par les perturbations de l’activité économique au tournant de l’année s’est maintenu à 1,1 million.

Les répercussions économiques de la pandémie, lesquelles ont été bien documentées, se sont manifestées de nombreuses différentes façons. Les ménages ont changé leurs habitudes de consommation et augmenté leurs achats liés au logement, les programmes de soutien liés à la pandémie ayant contribué à accroître leur revenu disponible et leur épargne. Les entreprises ont accru leur capacité numérique alors que leurs employés sont passés en mode télétravail. Les entreprises ont revu à la baisse leurs plans d’immobilisation dans le contexte de l’incertitude grandissante. Les activités d’exportation des petites entreprises ont fortement diminué, et les perspectives commerciales à court terme demeurent incertaines en raison de la recrudescence des cas de COVID-19 aux États-Unis et à l’étranger. Les répercussions soudaines et profondes que la pandémie a eues sur l’activité économique — que ce soit sur le travail, la consommation, l’épargne, l’investissement, le revenu et la richesse — sont nombreuses et témoignent de l’ampleur de cette crise de santé publique.

Plusieurs nouveaux produits publiés au cours des derniers mois rendent compte des effets perturbateurs de la pandémie sur les entreprises canadiennes. Les nouvelles estimations mensuelles du nombre d’ouvertures et de fermetures d’entreprises permettent de mesurer les turbulences à court terme dans différents secteurs d’activité alors que les entreprises tentent de s’adapter à l’évolution des restrictions liées à la COVID-19. Ces données mettent en relief la baisse marquée du nombre d’entreprises actives dans de nombreux secteurs, attribuable au grand nombre de fermetures nettes observé à la suite des premières mesures de confinement (graphique 1). En septembre, le nombre d’entreprises avec salariés en activité dans le secteur des affaires était de 7 % inférieur à son niveau prépandémie, et ce, malgré quatre mois d’ouvertures nettes positives (alors que le nombre d’ouvertures dépassait le nombre de fermetures).

Graphique 1 ZZZ

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Ouvertures et Fermetures, calculées selon nombre d'entreprises unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Ouvertures Fermetures
nombre d'entreprises
2019
Janvier 39 066 39 438
Février 40 612 39 527
Mars 41 172 38 056
Avril 39 898 39 143
Mai 38 606 38 932
Juin 36 762 39 635
Julllet 37 115 37 766
Août 39 113 39 292
Septembre 41 152 39 536
Octobre 37 755 37 527
Novembre 37 965 36 718
Décembre 38 964 37 848
2020
Janvier 38 255 38 551
Février 36 249 38 429
Mars 31 997 59 676
Avril 36 365 88 232
Mai 40 082 61 983
Juin 52 413 51 973
Juillet 51 889 35 020
Août 46 302 33 118
Septembre 46 517 32 830

Alors que les données sur les ouvertures et les fermetures servent à surveiller les changements à court terme dans la dynamique des entreprises, l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises (ECSE) fournit des renseignements détaillés sur les difficultés avec lesquelles certaines populations d’entreprises sont aux prises. Ces renseignements sont présentés selon les regroupements habituels (p. ex. par industrie, par taille, par âge de l’entreprise), mais des totalisations spéciales pour les entreprises appartenant à des femmes et appartenant à des personnes de minorités visibles sont également offertes.

L’ECSE fournit d’importants points de référence prospectifs relatifs aux défis que les entreprises auront à relever à mesure que les mesures de confinement évoluent. Par exemple, selon les données recueillies dans le cadre de l’enquête de la mi-septembre à la fin octobre, soit avant l’instauration des mesures plus strictes à la fin de l’année, plus de 40 % des entreprises n’étaient pas en mesure de s’endetter davantage, une proportion qui passait à 50 % ou plus chez les entreprises du domaine des arts et spectacles, des autres services du secteur privé (incluant les services personnels) et de la construction. L’enquête a également révélé que les petites entreprises étaient moins en mesure que les grandes entreprises de s’endetter davantage, ce qui rend compte des pressions persistantes subies par de nombreuses petites entreprises dont les marges sont plus petites et dont les réserves financières sont limitées.

Les entreprises ayant répondu à l’ECSE ont également fourni des indications quant à leur résilience prévue si leurs niveaux de revenus et de dépenses restaient essentiellement les mêmes. Dans l’ensemble, 30 % des entreprises n’étaient pas en mesure d’indiquer pendant combien de temps elles pourraient continuer de fonctionner avec leurs niveaux actuels de revenus et de dépenses actuels, tandis que 6 % d’entre elles ont indiqué qu’elles ne pourraient continuer de fonctionner pendant plus de trois mois. Environ 5 % des entreprises ont indiqué qu’elles envisageaient sérieusement la faillite ou la fermeture.

Depuis le début de la pandémie, le communiqué du Quotidien qui accompagne la diffusion de nouvelles données de l’Enquête sur la population active (EPA) propose des analyses exhaustives sur les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur différents segments du marché du travail. Ces analyses ont notamment mis en relief les effets de la pandémie sur certains groupes de population, y compris les jeunes travailleurs, les femmes, les familles de travailleurs, les nouveaux Canadiens, les différents groupes ethnoculturels et les employés faiblement rémunérés.

L’analyse mensuelle des nouvelles données de l’EPA comprend également des renseignements plus approfondis sur la façon dont les dynamiques du marché du travail changent à mesure que la pandémie évolue. Par exemple, le rapport sur l’emploi d’octobre diffusé récemment souligne la hausse marquée du nombre de Canadiens qui font maintenant partie de la catégorie des chômeurs de longue durée (définis comme étant les personnes au chômage qui ont cherché du travail ou qui ont été mises à pied temporairement pendant 27 semaines ou plus). Les taux ont affiché une croissance marquée en septembre et en octobre, quand plusieurs travailleurs sont passés au statut de chômeur de longue durée à la suite de pertes d’emploi en mars et en avril. En décembre, le nombre de personnes dans cette situation s’élevait à 493 000, représentant un peu plus de 28 % de tous les chômeurs.

Graphique 2 ZZZ

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon Mois depuis le début du ralentissement économique (titres de rangée) et Récession de 1981-1982, Récession de 1990-1992, Récession de 2008-2009 et Ralentissement économique causé par la COVID-19, calculées selon indice du nombre de chômeurs unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Mois depuis le début du ralentissement économique Récession de 1981-1982 Récession de 1990-1992 Récession de 2008-2009 Ralentissement économique causé par la COVID-19
indice du nombre de chômeursTableau de Note 1
1 100,0 100,0 100,0 100,0
2 103,3 105,5 112,4 85,5
3 109,9 107,7 108,0 73,8
4 123,2 115,7 120,6 86,0
5 121,4 118,5 122,0 96,9
6 117,2 124,5 135,8 117,1
7 128,8 143,2 138,9 122,1
8 129,8 143,6 154,7 166,3
9 128,5 144,7 172,5 250,5
10 137,7 152,5 185,7 248,1
11 152,2 168,9 186,1 276,0
12 159,8 170,2 193,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
13 182,4 184,9 205,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
14 219,4 191,6 218,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
15 236,8 198,8 205,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
16 260,9 196,0 215,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
17 277,9 193,5 218,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
18 292,5 195,3 230,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
19 311,8 200,3 222,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
20 322,3 200,1 221,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
21 330,1 210,7 205,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
22 346,7 220,7 216,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
23 341,6 224,5 221,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
24 343,6 223,1 225,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
25 346,8 232,2 206,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
26 321,2 231,6 207,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
27 316,4 244,9 217,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
28 296,0 245,1 215,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
29 293,5 250,7 214,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
30 294,9 262,5 204,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
31 281,7 254,0 206,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
32 285,0 255,6 190,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
33 293,5 258,9 219,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
34 281,4 265,2 208,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
35 286,9 255,7 203,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
36 301,4 265,8 199,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
37 294,2 264,7 200,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
38 292,7 270,9 200,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
39 280,2 261,1 214,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
40 284,5 259,5 202,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
41 287,7 264,0 197,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
42 288,8 264,7 180,4 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
43 285,2 258,0 176,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
44 273,0 255,3 185,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
45 283,0 257,5 159,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
46 294,2 236,0 178,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
47 283,8 252,5 186,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
48 275,5 248,9 179,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer

Auteur

Guy Gellatly travaille à la Division de l’analyse stratégique, des publications et de la formation, Direction des études analytiques, de Statistique Canada.

Références choisies

Les données concernant les ouvertures et fermetures d’entreprises au cours du mois de référence de septembre sont accessibles à l’adresse suivante : Le Quotidien — Estimations mensuelles des ouvertures et des fermetures d’entreprises, septembre 2020

Un résumé des résultats récents de l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises est accessible à l’adresse suivante : Le Quotidien — Enquête canadienne sur la situation des entreprises

Une présentation détaillée sur les répercussions sociales, économiques et sanitaires de la pandémie est accessible à l’adresse suivante : Les répercussions sociales et économiques de la COVID-19 : le point après six mois

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :