Faits saillants

L’infrastructure écologique destinée à l’agriculture

  1. Au cours des 40 années allant de 1971 à 2011, la superficie agricole au Canada a diminué (-6 %), passant de 68,7 millions d'hectares à 64,8 millions d’hectares. La perte de 3,9 millions d’hectares de superficie agricole correspond à peu près à la taille de l’île de Vancouver en Colombie-Britannique.
  2. Le Canada compte plus de 50,5 millions d’hectares de terres agricoles cultivables 1 . La majeure partie de ces terres agricoles cultivables se trouve dans les écozones des Prairies et des Plaines boréales 2 . La superficie agricole 3  située sur des terres agricoles cultivables a diminué de 969 802 hectares de 2001 à 2011.
  3. La zone habitée 4  sur des terres agricoles cultivables au Canada a augmenté de 19 % au cours d’une période semblable (de 2000 à 2011). Par écozone, la plus forte augmentation a été enregistrée dans l’écozone des Plaines à forêts mixtes (délimitée par trois Grands Lacs au sud et se prolongeant le long du fleuve Saint-Laurent jusqu’à la ville de Québec), où la zone habitée sur des terres agricoles cultivables s’est accrue de 128 030 hectares (+27 %). Plus de la moitié de cette croissance est attribuable à la région du Grand Golden Horseshoe 5 .
  4. Dans l’écozone des Prairies, une zone qui s’étend des montagnes Rocheuses en Alberta jusqu’à la vallée de la rivière Rouge au Manitoba, la superficie agricole représentait 86 % de la superficie totale. Par ailleurs, les terres cultivées 6  constituaient plus de la moitié de la superficie agricole totale dans l’écozone des Prairies.

Les biens et services écosystémiques provenant de l’agriculture

  1. Les écosystèmes agricoles ont contribué à la production de plus de 134 millions de tonnes d’extrants agricoles en 2012, d’une valeur de 54,2 milliards de dollars. Les provinces des Prairies étaient à l’origine de 63 % de la production des cultures alimentaires et fourragères en 2012; le Québec, l’Ontario et l’Alberta étaient à l’origine de 74 % de la production de bétail et de viande de volaille; et le Québec et l’Ontario étaient à l’origine de 70 % de la production de lait et 55 % de la production d’oeufs.
  2. Les zones naturelles et semi-naturelles des fermes peuvent fournir de nombreux services écosystémiques (création d’habitats, régulation de l’eau, paysages). En 2011, les milieux boisés et les milieux humides constituaient 8 % de la zone agricole et les pâturages naturels, 23 %.
  3. Selon les données du Recensement de l’agriculture de 2011, 3 272 fermes au Canada ont déclaré posséder des abeilles mellifères, aux fins de production de miel et de pollinisation.

Les bénéficiaires des biens et services écosystémiques agricoles

  1. En 2011, la population agricole canadienne se composait de 650 395 personnes, soit 2 % des Canadiens; or, la population agricole représentait 10 % de la population des régions rurales. De 1991 à 2011, le nombre d’exploitants agricoles a été ramené de 390 875 à 293 925, un recul de 25 %.
  2. L’agriculture primaire, c’est-à-dire la production de cultures et l’élevage d’animaux, représentait 1,1 % du produit intérieur brut du Canada et 1,6 % de l’emploi en 2010.
  3. Plus de 70 % des aliments que les Canadiens ont achetés en 2010 étaient produits au pays. Le Canada est particulièrement autosuffisant pour la viande, les produits laitiers (y compris les oeufs), le pain et les céréales.

La gestion environnementale

  1. En raison de l’adoption à grande échelle de la culture sans travail du sol et de la diminution constante de la superficie des terres en jachère, les terres cultivées sont passées d’une source nette d’émissions de gaz à effet de serre à un puits net 7 . La culture sans travail du sol est l’ensemencement direct dans les résidus de culture, pour éviter le travail mécanique du sol. Les pratiques de culture sans travail du sol ont progressé de 7 % en 1991 à 56 % en 2011.
  2. En 2011, une analyse des éléments nutritifs dans le sol a été effectuée une fois l’an dans 20 % des fermes de cultures, tandis qu’une telle analyse a été réalisée tous les deux ou trois ans dans 36 % d’entre elles. Treize pour cent ont signalé ne procéder à aucune analyse des éléments nutritifs dans le sol.
  3. En 2011, 55 % des fermes de cultures avaient recours à la rotation comme méthode antiparasitaire de remplacement; un peu plus de la moitié des fermes de cultures en Ontario, en Saskatchewan, au Manitoba et en Alberta utilisait cette méthode pour perturber les cycles des ravageurs.
  4. En 2011, 56 % des fermes d’élevage avaient des pâturages ou des enclos situés à proximité des eaux de surface. La plus grande proportion a été observée en Saskatchewan (74 %) et la plus faible, au Québec (33 %). En 2011, 15 % des fermes d’élevage ne laissaient pas le bétail en pâturage avoir accès aux eaux de surface, 18 % autorisaient un accès limité et 35 % accordaient un accès illimité pendant la saison de pâturage.
  5. En 2011, 24 % des fermes avaient des plantes fourragères vivaces permanentes sur des terres érodables, 20 % utilisaient des engrais à libération lente et 18 % ajoutaient du paillage afin d’améliorer les conditions du sol. Des plantes couvre-sol ou des plantes compagnes étaient ensemencées sur 15 % des fermes et 9 % des agriculteurs plantaient des couvre-sol d’hiver ou de l’engrais vert après la récolte.
Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :