Analyse en bref
Analyse des chaînes d’approvisionnement au Canada, deuxième trimestre de 2022

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Date de diffusion : le 2 juin 2022

Passer au texte

Début du texte

Les défis surgis depuis le début de la pandémie de COVID-19 ont mis en lumière les forces et la résilience des chaînes d’approvisionnement. De nombreuses provinces et de nombreux territoires ressentent les effets des fermetures des frontières et des resserrements des contrôles frontaliers antérieurs, des restrictions concernant le déplacement des personnes et des biens, et des fermetures des entreprises. Chacune de ces choses a le potentiel de perturber les chaînes d’approvisionnement. Par conséquent, l’état des chaînes d’approvisionnement et l’incidence qu’ont celles-ci sur leurs économies respectives sont d’un grand intérêt.

Les contraintes d’approvisionnement généralisées à l’échelle mondiale, combinées à une demande refoulée des consommateurs lors de la relance de l’économie, ont entraîné des pressions inflationnistes. En fait, en avril, les prix à la consommation ont augmenté de 6,8 % d’une année à l’autreNote , ce qui représente une légère augmentation par rapport à mars (+6,7 %) et la plus forte hausse depuis janvier 1991 (+6,9 %)Note . En outre, l’Indice des prix des produits industriels a augmenté de 0,8 % d’un mois à l’autre en avril 2022 et de 16,4 % d’une année à l’autreNote , après avoir enregistré les plus grandes hausses mensuelles et d’une année à l’autre depuis 1974 en marsNote . De plus, les prix des matières brutes achetées par les fabricants exerçant leurs activités au Canada, tel que mesuré par l’Indice des prix des matières brutes, ont diminué de 2,0 % sur une base mensuelle en avril 2022 et ont augmenté de 38,4 % d’une année à l’autreNote .

Du début d’avril jusqu’au début de mai 2022, Statistique Canada a mené l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises afin de mieux comprendre l’environnement actuel dans lequel évoluent les entreprises au Canada et leurs attentes pour la suite des choses. Selon les résultats de l’enquête, les entreprises s’attendent à ce que les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement se poursuivent à court terme, particulièrement en ce qui concerne l’acquisition d’intrants, de produits ou de fournitures, au pays et à l’étranger, ainsi que le maintien des niveaux de stocks. De plus, parmi les entreprises qui s’attendaient à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement, la grande majorité d’entre elles s’attendent à ce que la situation demeure la même ou s’aggrave au cours des trois prochains mois, et les entreprises ont utilisé — ou prévoient utiliser — diverses stratégies pour régler les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement. Le présent article donne un aperçu des défis liés à la chaîne d’approvisionnement et des répercussions de ces enjeux sur les entreprises au Canada.

On s’attend à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement persistent

Plus du quart (28,2 %) des entreprises s’attendent à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures à l’échelle nationale au cours des trois prochains moisNote . Cette proportion a diminué par rapport au trimestre précédent, lors duquel près du tiers (32,1 %) des entreprises s’attendaient à être confrontées à cette difficulté. Plus de la moitié des entreprises dans les secteurs de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (52,9 %) ainsi que de la fabrication (52,0 %) s’attendent à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures au pays. Près des trois cinquièmes (57,3 %) s’attendent à ce que ces difficultés persistent pendant six mois ou plus, ce qui représente une hausse par rapport à la proportion du trimestre précédent (52,4 %). Parallèlement, près du tiers (30,8 %) des entreprises ne savaient pas pendant combien de temps ces défis persisteraient. Les entreprises dans le secteur du commerce de gros (68,8 %) et dans le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques (67,5 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que cette difficulté demeure un obstacle pendant six mois ou plus (tableau 1).

Près du cinquième (18,2 %) des entreprises s’attendent à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures en provenance de l’étranger au cours des trois prochains mois. Cette proportion est presque identique à celle de 18,1 % des entreprises lors du trimestre précédent. Environ les deux cinquièmes des entreprises des secteurs de la fabrication (41,8 %) et du commerce de détail (37,9 %) s’attendent à être confrontés à ce défi au cours des trois prochains mois. Parmi les entreprises qui s’attendaient à avoir de la difficulté à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures en provenance de l’étranger, presque trois cinquièmes (58,2 %) s’attendaient à ce que ces problèmes persistent pendant six mois ou plus, ce qui représente une légère diminution par rapport au trimestre précédent (62,5 %). Parallèlement, près du tiers (31,2 %) des entreprises ne savent pas combien de temps ces défis persisteront. Les entreprises des secteurs des services immobiliers et services de location et de location à bail (70,9 %) ainsi que des arts, des spectacles et des loisirs (70,0 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que cette difficulté demeure un obstacle pendant six mois ou plus (tableau 1).

Près du cinquième (17,4 %) des entreprises s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle au cours des trois prochains mois. Ce nombre a légèrement diminué par rapport au trimestre précédent, lorsque près du cinquième (20,8 %) des entreprises s’attendaient à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle. Près des deux cinquièmes (39,1 %) des entreprises dans le secteur du commerce de détail et près du tiers du tiers des entreprises dans les secteurs de la fabrication (30,7 %) et du commerce de gros (30,2 %) s’attendaient à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle au cours des trois prochains mois. Parmi les entreprises qui s’attendaient à être confrontées à ce problème, plus de la moitié (55,9 %) s’attendaient à ce que ces difficultés persistent pendant six mois ou plus, soit une hausse par rapport au trimestre précédent (50,0 %). Cependant, près du quart (24,6 %) des entreprises ne savaient pas pendant combien de temps ces défis persisteraient. Les entreprises dans les secteurs de la foresterie, de la pêche et de la chasse (63,7 %); du commerce de gros (63,6 %); et de la fabrication (63,5 %) étaient les plus susceptibles de s’attendre à ce que cet obstacle persiste pendant six mois ou plus (tableau 1).


Tableau 1
Attentes des entreprises quant à la durée des obstacles liés à la chaîne d’approvisionnement, selon certaines industries, deuxième trimestre de 2022
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Attentes des entreprises quant à la durée des obstacles liés à la chaîne d’approvisionnement Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada, pendant six mois ou plus, Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant de l’étranger, pendant six mois ou plus et Entreprises qui s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle pendant six mois ou plus(figurant comme en-tête de colonne).
Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant du Canada, pendant six mois ou plus Entreprises qui s’attendent à des difficultés à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures provenant de l’étranger, pendant six mois ou plus Entreprises qui s’attendent à ce que le maintien des niveaux de stocks soit un obstacle pendant six mois ou plus
Ensembles des industries 57,3 58,2 55,9
Commerce de gros 68,8 66,2 63,6
Services professionnels, scientifiques et techniques 67,5 62,8 50,7
Services immobiliers et services de location et de location à bail 63,6 70,9 54,8
Arts, spectacles et loisirs 62,3 70,0 60,8
Commerce de détail 61,3 59,0 63,0
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 61,1 63,1 63,7
Construction 59,0 60,6 43,5
Industrie de l’information et industrie culturelle 59,0 46,8 28,8
Fabrication 56,6 57,4 63,5
Extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz 56,5 47,4 46,6
Services d’hébergement et de restauration 54,1 57,7 51,3
Autres services (sauf les administrations publiques) 49,0 48,5 58,9
Soins de santé et assistance sociale 45,8 45,2 42,9
Transport et entreposage 40,3 44,7 37,2

Les défis s’aggravent pour les entreprises confrontées à des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement

Parmi les entreprises qui s’attendaient à des problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement (difficulté à maintenir les niveaux de stocks, ou à acquérir des intrants, des produits ou des fournitures à l’échelle nationale ou à l’étranger) au cours des trois prochains mois, plus des deux tiers (67,9 %) ont déclaré que les défis auxquels l’entreprise est confrontée se sont empirés au cours des trois derniers mois. Ce chiffre a diminué par rapport au trimestre précédent (71,9 %). Les principaux facteurs qui ont contribué à la détérioration des difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement étaient l’augmentation des retards (84,1 %); la hausse des prix des intrants, des produits ou des fournitures (78,5 %); les pénuries d’approvisionnement entraînant une baisse du nombre d’intrants, de produits ou de fournitures disponibles (75,7 %), soit des proportions semblables au trimestre précédent (84,7 %, 76,3 % et 75,8 %, respectivement). Plus du quart (27,6 %) des entreprises qui s’attendaient à être confrontées à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement ont déclaré que ces défis n’ont pas vraiment changé au cours des trois derniers mois, et 4,5 % ont dit que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont améliorés.

Graphique 1 Changement dans les défis liés à la chaîne d’approvisionnement  rencontrés au cours des trois derniers mois, deuxième trimestre de 2022

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de donnée du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de donnée du graphique 1 Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés, Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement sont restés à peu près les mêmes et Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont améliorés, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont aggravés Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement sont restés à peu près les mêmes Les défis liés à la chaîne d’approvisionnement se sont améliorés
pourcentage
Entreprises qui s’attendent à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement 67,9 27,6 4,5

Parmi les entreprises qui s’attendent à être confrontées à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois, les entreprises dans les secteurs des services professionnels, scientifiques et techniques (85,6 %); des services d’hébergement et de restauration (72,5 %); et de la fabrication (70,7 %) étaient les industries les plus susceptibles de déclarer que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement avaient empiré. Par contraste, deux cinquièmes (40,6 %) des entreprises dans le secteur des arts, des spectacles et des loisirs déclaraient que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement étaient restés à peu près pareils.

Comme lors du trimestre précédent, la grande majorité des entreprises s’attendent à ce que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’aggravent ou restent à peu près pareils. Plus précisément, plus d’un tiers (35,9 %) des entreprises s’attendent à ce que les difficultés liées à la chaîne d’approvisionnement s’aggravent, tandis que plus de la moitié (56,0 %) prévoient que la situation restera à peu près inchangée. Les entreprises dans les secteurs de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (48,7 %) ainsi que des services d’hébergement et de restauration (48,6 %) étaient les industries les plus susceptibles à s’attendre que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement empirent au cours des trois prochains mois. Parallèlement, 8,1 % des entreprises s’attendaient que les défis liés à la chaîne d’approvisionnement s’améliorent au cours des trois prochains mois.

Ajustements prévus aux chaînes d’approvisionnement

Les entreprises s’attendent à être confrontées à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois et ont prévu divers ajustements pour y remédier au cours des 12 prochains mois. Près du tiers de ces entreprises prévoient travailler avec des fournisseurs pour améliorer la rapidité (31,2 %) et établir des partenariats avec de nouveaux fournisseurs (30,5 %), et plus du quart (26,4 %) prévoient substituer les intrants, produits ou fournitures par d’autres intrants, produits ou fournitures. Parallèlement, 14,8 % des entreprises prévoient se tourner vers des fournisseurs locaux et les entreprises du secteur des arts, des spectacles et des loisirs (32,4 %) étaient les plus susceptibles de le faire. Près du cinquième (19,7 %) des entreprises étaient incertaines des plans qu’elles mettraient en place pour ajuster leur chaîne d’approvisionnement, et plus du cinquième (22,1 %) n’avaient pas l’intention d’ajuster leur chaîne d’approvisionnement au cours des 12 prochains mois.

Graphique 2 Ajustements prévus à la chaîne d’approvisionnement au cours des 12 prochains mois, deuxième trimestre de 2022

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de donnée du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de donnée du graphique 2. Les données sont présentées selon Ajustements prévus pour la chaîne d'approvisionnement (titres de rangée) et Pourcentage(figurant comme en-tête de colonne).
Ajustements prévus pour la chaîne d'approvisionnement Pourcentage
Collaborer avec les fournisseurs pour accroître la rapidité 31,2
S’associer à de nouveaux fournisseurs 30,5
Substituer les intrants, produits ou fournitures par d’autres intrants, produits ou fournitures 26,4
Changer pour des fournisseurs locaux 14,8
Mettre en œuvre des améliorations technologiques 12,9
Investir dans des projets de recherche-développement afin de déterminer d’autres intrants, produits, fournitures ou processus de production 8,0
Déplacer les activités de la chaîne d’approvisionnement au Canada 5,9
Déplacer les activités de la chaîne d’approvisionnement à l’extérieur du Canada 5,4
Autres 0,7
Inconnus 19,7
Aucuns ajustements prévus 22,1

La grande majorité des intrants, des produits et des fournitures proviennent de sources intérieures

Parmi les entreprises qui s’attendent à être confrontées à des défis liés à la chaîne d’approvisionnement au cours des trois prochains mois, la plupart (82,6 %) ont obtenu des intrants, des produits ou des fournitures au Canada au cours des 12 derniers mois. Notamment, plus de la moitié (55,2 %) de ces entreprises ont obtenu des intrants, des produits ou des fournitures en Ontario, près du tiers (30,3 %) ont obtenu ce dont elles avaient besoin au Québec, un quart (25,8 %) en Colombie-Britannique, et un cinquième (20,6 %) ont obtenu ce dont elles avaient besoin en Alberta.

Graphique 3 Régions au Canada d’où les entreprises ont pu  obtenir leurs intrants, produits ou fournitures au cours des 12 derniers  mois, deuxième trimestre de 2022

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de donnée du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de donnée du graphique 3. Les données sont présentées selon Régions au Canada d’où les entreprises ont pu obtenir leurs intrants, produits ou fournitures (titres de rangée) et Pourcentage(figurant comme en-tête de colonne).
Régions au Canada d’où les entreprises ont pu obtenir leurs intrants, produits ou fournitures Pourcentage
Canada 82,6
Ontario 55,2
Québec 30,3
Colombie-Britannique 25,8
Alberta 20,6
Saskatchewan 6,8
Manitoba 5,7
Nouvelle-Écosse 5,5
Nouveau-Brunswick 4,9
Terre-Neuve-et-Labrador 1,7
Île-du-Prince-Édouard 1,6
Territoires 1,3
Région inconnue 9,4
Produits ne provenant pas du Canada 17,4

Les entreprises dans les secteurs de l’extraction minière, l’exploitation en carrière, et l’extraction de pétrole et de gaz (91,8 %); de la construction (90,4 %); ainsi que de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (89,9 %) étaient les plus susceptibles d’obtenir leurs intrants, produits ou fourniture au Canada au cours des 12 derniers mois. Les entreprises dans les secteurs des services administratifs, de soutien, de gestion des déchets et d’assainissement (34,3 %); du transport et de l’entreposage (31,0 %); ainsi que des services immobiliers, de location et de location à bail (30,3 %) étaient les moins susceptibles d’avoir obtenu des intrants, des produits ou des fournitures au Canada au cours des 12 derniers mois.

Méthodologie

Du 1er avril au 6 mai 2022, des représentants d’entreprises de partout au Canada ont été invités à répondre à un questionnaire en ligne portant sur la situation des entreprises et sur leurs attentes pour la suite des choses. L’Enquête canadienne sur la situation des entreprises repose sur un échantillon aléatoire stratifié d’établissements commerciaux dans lequel les employés sont classés par région géographique, secteur d’industrie et taille. L’estimation des proportions se fait à l’aide de poids calibrés afin de calculer les totaux de population dans les domaines d’intérêt. La taille totale de l’échantillon pour ce cycle de l’enquête est de 35 775 et les résultats sont fondés sur les réponses d’un total de 16 678 entreprises et organismes.

Références

Statistique Canada. 2022. Enquête canadienne sur la situation des entreprises, deuxième trimestre de 2022.

Date de modification :