Environnement

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[an error occurred while processing this directive]11-402-x[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]

Richement doté en eau, le Canada possède environ 20 % des réserves mondiales d'eau douce et 7 % de l'eau douce renouvelable du monde.

De 1971 à 2004, toutefois, nos vastes réserves d'eau douce ont diminué dans le sud du pays, où habite 98 % de la population, et l'apport en eau (offre d'eau douce renouvelable annuelle moyenne) a chuté de 9 %. Il s'agit d'une perte annuelle moyenne de 3,5 milliards de mètres cubes, soit l'équivalent de l'eau de 1,4 million de piscines olympiques ou la presque totalité de l'eau fournie à l'ensemble de la population résidentielle du Canada en 2005.

L'apport en eau est constitué des précipitations et de la glace fondue qui coulent en surface et sous terre pour se déverser dans nos fleuves, rivières et lacs. Dans la plus grande partie du pays, l'apport en eau culmine au printemps, lorsque la neige et la glace fondent et que les précipitations augmentent, alors que la demande d'eau croît en été.

Apport du Canada en eau

L'apport annuel moyen en eau du Canada s'élève à 3 472 milliards de mètres cubes. Cela équivaut presque au volume d'eau du lac Huron et représente le troisième apport en eau douce renouvelable du monde, derrière le Brésil et la Russie.

Le Canada dispose toutefois du plus important volume annuel d'eau douce renouvelable par personne : 109 837 mètres cubes, contre 43 756 mètres cubes au Brésil. Si l'apport en eau total est comparable entre les États-Unis et le Canada (3 051 milliards et 3 472 milliards de mètres cubes), la quantité d'eau douce renouvelable par habitant aux États-Unis n'équivaut qu'à 9,1 % de celle par habitant au Canada, la population américaine étant beaucoup plus importante.

L'apport annuel moyen en eau du Canada par unité de surface est de 348 litres d'eau douce renouvelable par mètre carré, soit un volume supérieur à celui de régions plus sèches comme l'Australie ou l'Afrique du Sud, mais trois fois moindre que celui d'une région pluvieuse tropicale comme le Brésil. La région de drainage Côte du Pacifique reçoit l'apport en eau le plus élevé, suivie de celle de Terre-Neuve-et-Labrador. Les régions de drainage dans les Prairies et au nord de celles-ci produisent les plus faibles quantités d'eau.
Quatre régions de drainage constituent la plus grande partie du territoire des Prairies et s'étendent sur la partie sud de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba. Cet ensemble de régions de drainage reçoit à peine 12 % de l'apport en eau de la région de drainage Grands Lacs, 6 % de celui de la région de drainage Côte des Maritimes et seulement 3 % de celui de la région de drainage Côte du Pacifique.

Utilisation industrielle de l'eau

En 2005, on a prélevé dans l'environnement quelque 42,1 milliards de mètres cubes d'eau qui ont servi aux activités économiques et ménagères au Canada.

En 2007, trois groupes d'industries (représentant la plus grande partie de l'utilisation industrielle de l'eau) ont utilisé au total 33,6 milliards de mètres cubes d'eau : les centrales thermoélectriques (qui utilisent des combustibles fossiles ou l'énergie nucléaire) ont prélevé 83 % de ce total, les industries de la fabrication, 16 % et celles de l'extraction minière, 2 %. En 2007, les coûts d'utilisation de l'eau des trois groupes ont totalisé 1 624,2 millions de dollars.

Ces trois groupes rejettent dans l'environnement presque autant d'eau qu'ils en prélèvent, soit 32,8 milliards de mètres cubes d'eaux usées en 2007. Les centrales thermoélectriques représentaient 83 % de ce total, les industries de la fabrication, 14 % et celles de l'extraction minière, 2 %.

La presque totalité (99,8 %) de l'eau utilisée par les centrales thermoélectriques sert au refroidissement et la majeure partie (75 %) n'est pas traitée avant l'évacuation.

En 2007, les industries de la fabrication ont rejeté 4 725,0 millions de mètres cubes d'eau, dont 38 % n'ont pas été traités avant l'évacuation. La plus grande partie a été rejetée dans des plans d'eau douce de surface (79 %) et dans les égouts municipaux (10 %).

Des 755,0 millions de mètres cubes d'eau rejetés par l'industrie minière, 58 % n'ont pas été traités avant l'évacuation. La plus grande partie de l'eau rejetée (66 %) l'a été dans les eaux douces de surface, 16 % dans les eaux souterraines et 11 % dans les bassins à résidus.

Utilisation résidentielle de l'eau

En 2007, 86 % des ménages canadiens étaient alimentés en eau par une source municipale et 12 % avaient un puits privé. Les coûts de fonctionnement et d'entretien associés à la production de l'eau traitée aux usines de traitement de l'eau potable représentaient 807 millions de dollars. Les principales composantes de ces coûts étaient la main-d'œuvre (302 millions de dollars), l'énergie (199 millions de dollars) et les matériaux (198 millions de dollars).

Graphique 13.1 Prélèvement d'eau dans les industries de la fabrication, 2007
Voir la source des données du graphique 13.1

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :